RSS articles
Français  | 
Petite réponse à Jean-Michel Blanquer posté le 24/11/17 - On the web - 3 commentaires
Alerte les racisés se réunissent posté le 24/11/17 - On the web - 11 commentaires
Racisme d’État : la preuve par Jean-Michel Blanquer posté le 23/11/17 - On the web - 7 commentaires
Blanquer attaque la fédération SUD éducation à l’assemblée nationale posté le 23/11/17 - On the web - 21 commentaires

1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | ... | 205

Rojava : "Interview du Commandant Cihan Kendal des YPG"
posté le 15/02/17 Mots-clés  luttes sociales  répression / contrôle social  solidarité 

Chacun appréciera à leurs justes valeurs révolutionnaires les quelques citations ci-dessous extraites de "Interview du Commandant Cihan Kendal des YPG". Interview complète sur <https://albruxelles.wordpress.com/2017/01/17/interview-du-commandant-cihan-kendal-des-ypg/>.

« [...] Mais, alors que nous parlons de consolider une révolution, il devient clair que la politique classique des partis qui travaillent simplement dans les parlements ne fonctionne pas. Ils peuvent certes être une partie du mouvement et même une partie significative du mouvement ; quand tu essaies de construire un système alternatif, tu peux essayer de travailler dans le système existant, mais ce n’est pas suffisant ; le plus important c’est quand les gens s’organisent pour diriger la société eux-mêmes, aillent au-delà de l’État. Abdullah Ocalan a une formule pour cela – « État plus démocratie ». »

L’État plus la démocratie ? Le Rojava n’est-il pas contre l’État ?

« Oui et non. Oui, nous avons jeté Assad hors du Rojava, mais nous sommes suffisamment réalistes pour savoir que dans les circonstances politiques, économiques et militaires actuelles, nous ne sommes pas capables de tout arrêter, et nous avons un certain degré de relation avec le gouvernement syrien [d’Assad], justement parce que nous ne voulons pas créer un autre État. Nous disons que s’ils respectent les droits démocratiques des gens de cette région, qui veulent s’organiser eux-mêmes, alors pouvons aussi être une partie de l’État syrien, la partie de l’État syrien qui changera toutes les autres parties. En fait c’est notre but, d’aller d’une région autonome à une Syrie démocratique.

Quand nous parlons de la révolution, cela ne se passe pas comme nous pouvons imaginer que ce sont passées les révolutions il y a cent ou trente ans. La révolution a ses moments violents, quand nous devons mettre à bas l’État, puis nous défendre avec des armes, mais, dans le même temps, cela ressemble plus à une évolution ; la révolution accélère cette période d’évolution ; ce n’est ni l’idée anarchiste d’abolir l’entièreté de l’État immédiatement, ni l’idée communiste de prendre le contrôle de l’entièreté de l’État immédiatement. Avec le temps nous allons organiser des alternatives pour chaque partie de l’État contrôlée par le peuple, et quand elles fonctionneront, ces parties de l’État se dissoudront. »

[...]

Le Rojava est-il « une dictature du PKK » ?

« [...] Ocalan est notre philosophe et notre leader idéologique, mais il n’y a pas de PKK ici, pas de bureau ou de forces. Il y a le PKK et nous sommes les YPG. Et puis, il y a les revendications d’extrême gauche qui ont un effet aussi négatif que les rumeurs et les critiques, comme dire que nous n’avons pas de forces de police – bien sûr que nous en avons, comment pourrions nous défendre la sécurité et l’ordre nécessaire dans une société sans forces de police ? Mais alors qu’il y a notre première force de police, les Asayish, il y a aussi le HPC, la Force de Défense de la Société – ce sont des civils, votre mère, ma sœur [et ta sœur !?] – qui reçoivent un entraînement à la résolution des conflits pour les problèmes qui éclatent dans leur communauté, des querelles entre familles ou entre clans, des problèmes domestiques, mais ils ne travaillent pas dans le style Law & Order, avec des sentences et toutes ces choses. [...] »

[...]

Quelles sont vos relations avec les États-Unis ?

« Si vous prenez connaissance des déclarations officielles de nos différentes institutions, le principal parti, le PYD, le Tev-Dem, le mouvement des femmes, alors vous pourrez voir que tout le monde au Rojava comprend parfaitement quels sont les intérêts américains en Syrie. Nous savons tous ce que les USA veulent et ce qu’ils ne veulent pas, et leur responsabilité dans l’existence de groupes comme Daesh et Al Nostra. Ils ont fait plus que détruire l’Irak et tout le reste, ils ont un rôle direct dans leur création, puis ils ont perdu le contrôle, et maintenant ils doivent réparer le problème qu’ils ont créé. Donc évidemment, ils veulent notre aide. Notre relation avec eux est, de nouveau, ouverte et officielle, ce n’est pas un secret – c’est tactique, pas stratégique. Ils veulent nous utiliser et nous essayons de tirer le plus possible de cette situation. Nous y sommes obligés, nous avons de nombreux ennemis et nous devons nous défendre. C’est une nécessité pratique et politique de trouver notre place dans la balance du pouvoir des « gros joueurs » qui nous entoure, parce que tous le monde à des intérêts en Syrie, donc nous essayons de défendre les intérêts du peuple. Et ce n’est pas possible quand vous dites simplement « Non, non, non ! » et commencez à combattre tous vos ennemis en même temps.

[...] les États-Unis doivent donc être vu en train de nous aider. En fait, nous les forçons, pour bâtir une position stratégique forte, à coopérer avec nous. Ils nous donnent la possibilité de rendre notre révolution plus puissante et c’est quelque chose dont nous avons besoin. La révolution, ce n’est pas quelque chose que vous pouvez défendre simplement en en parlant, vous devez donner quelque chose aux gens, vous devez les protéger, vous devez les nourrir, vous devez leur donner des infrastructures, et si vous vous isolez complètement de tous les autres, vous ne pouvez pas faire ça.

Les États-Unis voudraient nous voir comme un allié principal, mais ils savent que ce n’est pas possible ; militairement nous coopérons pour le moment, mais idéologiquement nous sommes des ennemis. Les États-Unis sont l’avant-garde du système capitaliste, et nous sommes l’avant-garde de l’alternative. Peut-être pas aujourd’hui, peut-être pas demain, mais un jour dans le futur cette situation finira par atteindre une phase critique. »


posté le 15 février 2017 Alerter le collectif de modération à propos de la publication de cet article. Imprimer l'article
Commentaires
  • Je ne suis pas un fan du CCI, cependant je commence à partager au moins un point de vue du vieux sympathisant qui poste régulièrement ici-même des articles interminables.

    Moi qui avait des doutes sur le Rojava, les voici archi confirmés...! S’introduire dans l’Etat pour le déboulonner quand ça marche... C’était pas sensé être le boulot du PS ça ? Puis des Bolcheviks ? Puis de leur multitude d’héritiers qui ont été grossir les rangs des dictateurs rouges ?

    Y’a décidément des leçons historiques qui sont vite mises entre parenthèse quand vient l’effervescence armée, et ses belles images de héros/héroïnes brandissant des kalash’s devant des drapeaux antifas !

    Alors, juste une petite piqûre de rappel de l’ABC du/de la petitE libertaire : Un Etat et une police révolutionnaire ça n’existe pas. Tout pouvoir tends à se maintenir pour réaliser sa mission sacrée (fût-elle "se dissoudre lui-même") et est donc par nature réactionnaire. S’emparer de l’Etat et de la police en promettant de la dissoudre c’est du mensonge et de l’aveuglement, même si c’est dit sincèrement. Castro l’a promis, il est maintenant mort et Cuba attends toujours. La saisie du pouvoir par un autoproclamé "prolétariat", "peuple" ou autre (en réalité par une élite socio culturelle, nouvelle élite exploiteuse qui s’en revendique) ne fera que transférer le pouvoir d’un groupe dominant à un autre.

    Changer une constitution, des institutions et lever une police dite "populaire" ça n’est pas révolutionnaire, c’est du réformisme.

    Prendre le pouvoir (même en promettant de l’abolir dans un hypothétique futur ou tout sera sensé fonctionner parfaitement, bref, des neffles !) ça n’est pas une révolution, ça s’appelle un putsh, qu’il soit ou non soutenu par une majorité de civils.

  • donc idem pour les palestinien-ne-s ?

  • Confondre les bourreaux et les victimes n’est pas autre chose que du NÉGATIONNISME !

    Macron qualifie la colonisation de « crime contre l’humanité » (vidéo)

    Le candidat à la présidentielle Emmanuel Macron n’a pas eu de mots assez durs, mercredi, contre la colonisation, « un crime, un crime contre l’humanité, une vraie barbarie ».

    Ces fortes paroles ont été prononcées dans une interview à la télévision Echorouk News, à l’occasion du déplacement que l’ancien ministre effectue actuellement en Algérie, dans le but évident de se gagner des suffrages auprès des électeurs français originaires de ce pays.

    La colonisation française des XIXème et XXème siècle, Macron veut bien la condamner, cela ne lui coûte pas grand-chose.

    Mais quid de la colonisation actuelle, et plus précisément celle perpétrée par Israël en Palestine, une colonisation sanglante, qui se développe sous les yeux de tous, y compris ceux du sieur Macron ?

    Là, c’est une autre histoire : le candidat-charlatan n’a jamais eu un mot pour condamner la colonisation israélienne, et encore moins pour proposer des sanctions, estimant qu’il « ne faut pas mettre la pression sur ce pays » à propos des sujets qui fâchent.

    En mission d’allégeance il y a quelques jours devant la « Fondation France-Israël », Macron a au contraire réservé ses flèches à ceux qui critiquent le régime d’apartheid, et a même trouvé « odieuse » la campagne BDS (Boycott – Désinvestissement – Sanctions).

    Enfin, pour faire bonne mesure, il a emmené avec lui, dans sa délégation à Alger, l’ultra-sioniste Nicole Guedj, co-présidente de l’Union des patrons juifs de France (UPJF), l’un des groupuscules du lobby israélien parmi les plus virulents !

    http://www.europalestine.com/spip.php?article12667

  • europalestine

    site électoraliste soutien de Dieudonné

  • Les palestiniens s’organisent sur des "modes religieux"

    alors que

    Les kurdes s’organisent en "municipalisme libertaire"

  • 17 février 21:50

    Les kurdes s’organisent en "municipalisme libertaire"

    Municipalisme libertaire avec une police, des alliés impérialistes, un Etat ?

    Ah ah ah ah ah !

  • apparemment c’est ça le municipalisme libertaire

  • 20 février 16:10, par Vieux Sympathisant de la Gauche communiste internationaliste

    De toutes les façons, et on peut retourner le problème dans tous les sens, le nationalisme est l’idéologie de la bourgeoisie, et rien d’autre ! C’est pourquoi, DÈS LE DÉPART, on pouvait savoir quelle était la nature de la soi-disant « révolution du Rojava ».

    Dès que le nationalisme pointe le bout de son nez, on sait qu’il ne s’agit pas de défendre les exploités et opprimés, mais la nation, autrement dit l’État, les possédants et exploiteurs de tout poil, la place du Capital national vis-à-vis de ses concurrents et de ses alliés. Bref, tout ce que l’on retrouve dans la situation au Kurdistan actuellement - et ailleurs…

    Le nationalisme apparaît historiquement avec la bourgeoisie vu qu’il est le produit idéologique de cette classe. Le mot d’ordre des révolutionnaires et ennemis mortels de la bourgeoisie a toujours été : les prolétaires n’ont pas de patrie !

    On peut même y ajouter celui des révolutionnaires de la Première Guerre mondiale ; le seul mot d’ordre à défendre au milieu du chaos impérialiste, au Proche-Orient et ailleurs, c’est : transformation de la guerre impérialiste en guerre civile !

    Dès que quelqu’un défendra cela au Rojava, on saura le distinguer des bourgeois du PKK et des YPG… mais il risquera de gros ennuis sur place !…

  • « [...] Mais, alors que nous parlons de consolider une révolution, il devient clair que la politique classique des partis qui travaillent simplement dans les parlements ne fonctionne pas. Ils peuvent certes être une partie du mouvement et même une partie significative du mouvement ; quand tu essaies de construire un système alternatif, tu peux essayer de travailler dans le système existant, mais ce n’est pas suffisant ; le plus important c’est quand les gens s’organisent pour diriger la société eux-mêmes, aillent au-delà de l’État. Abdullah Ocalan a une formule pour cela – « État plus démocratie ». »

    Cet interview est l’exemple même et typique de la vacuité programmatique de la dite « Révolution au Rojava » et tout particulièrement des forces, structures et organisations sociale-démocrates qui encadrent les luttes de notre classe dans la région et leur donnent une direction réformiste.

    Au vu de la citation ci-dessus, il est clair que la rupture avec le parlementarisme est à tout le moins secondaire, voire même quasi inexistante puisqu’elle se limite à souligner le manque de fonctionnement de « la politique classique » sans la remettre en question dans ses principes mêmes, dans ses fondements. Non, pour « notre » Commandant, il s’agit seulement de mettre les « partis qui travaillent simplement dans les parlements » au service de la « révolution ».

    Finalement, cela ne dépasse pas la vieille polémique qui éclata au sein de la social-démocratie allemande et internationale au début du 20ème siècle lorsque Rosa Luxembourg déclarait que la réforme n’était pas incompatible avec la révolution.

    Mais du point de vue des communistes (ainsi que des révolutionnaires qui se proclament « anarchistes » ou « socialistes »), les deux projets sont antagoniques, ils s’annihilent mutuellement, c’est-à-dire que la réforme vise à vider la révolution (ou du moins les tentatives révolutionnaires, le processus révolutionnaire) de sa substance subversive pour mieux la faire rentrer dans le rang de la paix sociale. De son côté, la révolution n’a rien à faire avec et n’a que faire des forces de la réforme ; que du contraire, elle doit les affronter directement, les empêcher de nuire à notre mouvement de subversion totale, et les détruire à tout jamais. Il en va ainsi du triomphe historique et mondial de la révolution sociale…

    Enfin, l’idée ici exprimée d’aller « au-delà de l’État » (vulgairement résumé sous la formule « État plus démocratie ») manifeste indubitablement une incompréhension totale, à tout le moins, de la nature intrinsèquement capitaliste de l’État et de sa démocratie : aujourd’hui, l’État ne peut être que l’État des capitalistes et les capitalistes s’organisent inévitablement en État pour asseoir leur dictature sociale. De plus, la démocratie signifie étymologiquement le pouvoir du peuple, et ce concept de peuple n’est jamais rien d’autre que la négation idéologique et en actes de l’antagonisme de classe, de la lutte historique entre les dépositaires de la propriété privée et donc du capital d’un côté de la barricade sociale, et la classe des dépossédés de l’autre côté. La démocratie n’est historiquement jamais rien d’autre que la dictature du capital et de la classe possédante, quel que soit l’aspect formel sous lequel elle se décline : « parlementarisme », « régime autoritaire », « junte militaire », « paradis socialiste », « confédéralisme démocratique », « municipalisme », etc.

  • les

    communistes

    se basant sur les théories étatiques de Marx/Engels devraient fermer leur gueule ...

  • 20 février 17:32, par VSGCI

    Et quelles sont les « théories étatiques de Marx/Engels », d’après 16h39 ? Qu’on puisse comparer et savoir de quoi on parle…

  • grâce à la médiatique bataille de Kobane, une partie de l’extrême gauche et des anarchistes français découvre le Rojava. Selon une logique militante déjà vue (Algérie, Nicaragua ou Chiapas), ils y détectent une réelle ou potentielle révolution et se lancent dans un soutien exalté. Ce processus n’est pourtant que la version postmoderne d’un banal mouvement de libération nationale, avec ses inévitables tares, mais visant ici à l’instauration d’une démocratie de type occidental mâtinée de participation citoyenne. Le PYD ne s’y trompe pas et cherche plutôt un soutien social-démocrate (PS, PC ou EELV pour la France). Une de ses particularités aura été de jouer sur la fibre féministe des Occidentaux en mettant systématiquement en avant, pour les journalistes, des femmes combattantes (qui, un œil attentif le remarquera, sont en réalité très rares en première ligne).

    Nous ne reviendrons pas ici sur le caractère bien peu libertaire de ce parti et du régime du Rojava, ni sur ce prétendu processus révolutionnaire, les critiques ont été nombreuses10. La mode du Rojava est retombée mais a fait des dégâts en milieu militant11. Il est par exemple malaisé de dénoncer aujourd’hui l’impérialisme américain alors que l’on réclamait hier le soutien de l’OTAN aux YPG… Actuellement, mis à part un projet d’usine de compost bio, les infos provenant du Rojava sont surtout d’ordre militaire ou policier, et si quelques dizaines de maoïstes européens se battent encore dans les rangs des YPG, ils le font aux côtés de centaines de soldats américains des forces spéciales...

    https://ddt21.noblogs.org/?page_id=1030

    10On lira entre autres « « J’ai vu le futur, et ça fonctionne. » – Questions critiques pour les partisans de la révolution au Rojava », mai 2015.

    11Lire la Lettre à des amis « rojavistes », TKGV, mai 2016.

Avertissement commentaires

Les commentaires ont pour objectif de compléter l’information donnée dans l’article, argumenter, apporter une interrogation ou un questionnement par rapport au sujet de la contribution. Les avis personnels qui n’apportent rien de plus à l’article pourront être considérés comme discussion de forum ne répondant pas aux objectifs pré-cités.Tout commentaire ne répondant pas à ces objectifs, ou étant contraire aux règles éditoriales sera supprimé définitivement du site.

Lien vers la politique éditoriale du collectif


Saisissez votre commentaire

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

www.indymedia.org
africa
Ambazonia Canarias estrecho / madiaq Kenya Nigeria South Africa
canada
London, Ontario Maritimes Montreal Ontario Ottawa Quebec Thunder Bay Vancouver Victoria Windsor
east asia
burma Jakarta Japan Korea Manila QC Saint-Petersburg
europe
Abruzzo Alacant Andorra Antwerpen Armenia Athens Austria Barcelona Belarus Belgium belgrade Bristol Brussels Bulgaria Calabria Croatia Cyprus emilia-romagna estrecho / madiaq Euskal Herria Galiza Germany grenoble Hungary Ireland Istanbul Italy La Plana Liege liguria Lille linksunten lombardia London Madrid Malta Marseille Nantes Napoli Netherlands Nice Northern England Norway Nottingham Oost-Vlaanderen Paris/Île-de-France Patras Piemonte Poland Portugal Roma Romania Russia Sardegna Scotland Sverige Switzerland Torun Toscana Toulouse Ukraine United Kingdom Valencia
latin america
Argentina Bolivia Chiapas Chile Chile Sur CMI Brasil CMI Sucre Colombia Ecuador Mexico Peru Puerto Rico Qollasuyu Rosario santiago Tijuana Uruguay Valparaiso Venezuela
oceania
Aotearoa Brisbane burma darwin Jakarta Manila Melbourne Perth QC Sydney
south asia
India Mumbai
united states
Arizona Arkansas Asheville Atlanta Austin Austin Indymedia Baltimore Big Muddy Binghamton Boston Buffalo Charlottesville Chicago Cleveland Colorado Columbus DC Hawaii Houston Hudson Mohawk Kansas City LA Madison Maine Miami Michigan Milwaukee Minneapolis/St. Paul New Hampshire New Jersey New Mexico New Orleans North Carolina North Texas NYC Oklahoma Philadelphia Pittsburgh Portland Richmond Rochester Rogue Valley Saint Louis San Diego San Francisco San Francisco Bay Area Santa Barbara Santa Cruz, CA Sarasota Seattle Tampa Bay Tennessee Urbana-Champaign Vermont Western Mass Worcester
west asia
Armenia Beirut Israel Palestine
process
FBI/Legal Updates Mailing Lists Process & IMC Docs Tech Volunteer
projects
Print Radio Satellite TV Video
regions
United States
topics
Biotech

copyleft Copyleft Indymédia (Independent Média Center). Sauf au cas où un auteur ait formulé un avis contraire, les documents du site sont libres de droits pour la copie, l'impression, l'édition, etc, pour toute publication sur le net ou sur tout autre support, à condition que cette utilisation soit NON COMMERCIALE.

RSS articlesRSS articles |  Site réalisé avec spip 3.1.3 [23214]
Top