RSS articles
Français  | 
mercredi 22 février 2017
10h00 - Rassemblement : Liberté pour Musa Asoglu ! posté le 16/02/17 - Agenda
17h00 - Ecrivons aux prisonniers politiques (spéciale Turquie) posté le 16/02/17 - Agenda
20h00 - Spectacle - Que reste-t-il des vivants ? posté le 08/02/17 - Agenda - 1 commentaire
jeudi 23 février 2017
10h00 - Pol Bury. Time in Motion posté le 07/02/17 - Agenda
19h30 - Jean Meslier, curé et athée révolutionnaire posté le 13/01/17 - Agenda
vendredi 24 février 2017
17h30 - Masse critique de février posté le 17/02/17 - Agenda
samedi 25 février 2017
10h00 - Formation à l’action directe non-violente posté le 12/01/17 - Agenda
10h00 - Formation à l’action directe non-violente posté le 12/01/17 - Agenda
12h00 - Rencontre autour de la "Jineolojî" posté le 17/02/17 - Agenda
dimanche 26 février 2017
10h00 - Formation à l’action directe non-violente posté le 12/01/17 - Agenda
10h00 - Formation à l’action directe non-violente posté le 12/01/17 - Agenda
11h00 - Chantier et bouffe à midi collective tous les dimanches posté le 19/02/17 - Agenda
lundi 27 février 2017
12h00 - Stage vidéo - photo - Expression pour jeunes posté le 07/02/17 - Agenda
20h00 - La mémoire de la Nakba en Israël posté le 14/02/17 - Agenda
mercredi 1er mars 2017
08h30 - SHOWMEYOUROPE posté le 03/02/17 - Agenda

1 | 2

RASSEMBLEMENT de soutien aux victimes de VIOLENCES POLICIERES
posté le 15/02/17 par Campagne Stop Répression
samedi 18 février 2017 14:00
lieu : place de la Monnaie Bruxelles
Mots-clés  antimilitarisme  luttes sociales  Peuples indigènes  répression / contrôle social  sans-papiers  solidarité  veiligheids / terrorisme  action 

https://www.facebook.com/events/739921142830348/pending/?notif_t=group_post_approval_request¬if_id=1487176042186581

Rassemblement place de la monnaie a 14H, organisé pour réclamer la justice pour les victimes de violences policières

Ce samedi 18 février nous appelons à se rassembler afin de visibiliser les cas de Mehdi, Younès et Benjamin et réclamer justice pour ces différentes personnes qui sont loin d’être des cas isolés.

En effet, les abus policiers sont nombreux et récurent envers certains types de populations (sans-papiers, jeunes de quartier,...) mais personne n’est à l’abri de l’impunité dont jouissent les bleus.

pour rappel,

Mehdi et Younes se sont fait passés à tabac et humiliés par des agents le soir du vendredi 27 Janvier dans un quartier de Molenbeek à l’âge de 15 et 17 ans.
Voici des liens de leurs témoignages :
http://bruxelles.lacapitale.be/38892/article/2017-01-31/molenbeek-mehdi-15-ans-dit-avoir-ete-frappe-par-des-policiers
http://www.lacapitale.be/1781004/article/2017-02-03/molenbeek-violente-par-la-police-le-tympan-de-younes-est-perfore

Benjamin quant à lui s’est fait passé à tabac la nuit du nouvel an dans le centre de Bruxelles.

Voici donc son témoignage :

"J’ai été agressé par la police de 1000 Bruxelles la nuit du Nouvel An !
Le contexte
Vers 3h20 du matin, alors que la soirée commençait à toucher à sa fin, moi et deux amis sommes allés à trois dehors utiliser le reste des pétards qui nous restaient. Comme un nombre incalculable de personnes, nous nous sommes pris à ce jeu pour célébrer la nouvelle année. L’endroit que nous avions choisi était sécure, car éloigné des voitures et des poubelles. Nous étions au milieu de l’avenue de Stalingrad (1000 Bruxelles), au croisement d’avec la rue de la fontaine, et le matériel que nous avions ne présentaient aucun danger. Nous faisions très attention.
L’agression
Vers 3h30, une voiture de police blanche (Zone Bruxelles-Ixelles) nous a repéré et deux policiers (hommes de type caucasien « blanc », dont l’un, 1m80, grisonnant et plutôt mince, a probablement la cinquantaine, l’autre, brun et corpulent, le début de la trentaine et de 1m75) se sont approchés. Cela a son importance car nous cherchons encore à les identifier.
L’un de mes amis (que j’appelle « Y ») avait un pétard non-allumé dans la main, l’autre (« J ») tenait le sac avec ce qui restait (…plus grand-chose !). Le plus vieux des deux policiers nous a directement confisqué ledit sac au motif qu’un arrêté du bourgmestre a interdit les pétards pour cette nuit du Nouvel An.
Je lui ai alors demandé de le rendre et dit que nous allions retourner dans la fête privée de laquelle nous venions. Il a refusé. Je l’ai redemandé. Et il m’a alors pris au cou dans un élan de colère sans nulle autre raison, et son collègue, le plus jeune qui n’avait rien dit jusqu’à lors, l’a accompagné et me donnant, ensuite, une série de coups de pied au niveau du ventre et des côtes. Les deux avaient sorti leur matraque en même temps. Leur volonté d’en découdre par la violence était explicite.
« Y » s’apprêtait à filmer mais a dû cesser très vite parce qu’une des deux policières (1m70, cheveux longs noirs, d’une trentaine d’années, accent flamand) restées près de la voiture a couru dans sa direction en lui intimant de façon manifeste d’arrêter la vidéo. Il n’avait pas encore commencé à enregistrer et n’a donc pas pu filmer ce qui se déroulait.
Ayant des notions de répartie apprises, ça et là, via les témoignages nombreux des agressions commises par les agents de cette zone de police, je leur ai demandé leurs numéros de matricule à l’un et à l’autre et que cela n’allait pas rester sans suite. Pour toute réponse, le plus jeune m’a aspergé de sa bombe-spray lacrymogène en pleine figure (et j’avais mes lentilles de contact, les risques sont donc non négligeables). J’étais déstabilisé un moment à cause du picotement douloureux de la substance. Les deux policiers s’apprêtèrent à s’en aller, ils marchaient vers leur voiture (un break), quand je leur ai réitérer que j’allais porter plainte, mais cette fois-ci, en leur mentionnant le « Comité P ».
Peut-être pris de rage encore plus forte, les deux policiers se sont mis à revenir vers moi en courant. Moi, pris de frayeur, j’ai couru vers le début de la rue de la Fontaine, espérant pouvoir retourner au lieu d’où je venais et me mettre à l’abri.
Peine perdue. Ils m’ont rattrapé avant, saisi par la capuche de ma veste, mis au sol puis frappé de coups de pieds dans l’abdomen, dans le dos, les côtes et le ventre mais surtout dans mes jambes. Tout ça sans relâche pendant plusieurs minutes. A deux.
« Y » et « J » n’ont pas pu me venir en aide, car la policière aux longs cheveux noirs les maintenait violemment à distance. La seconde policière, 1m70, cheveux blonds et de corpulence mince à l’instar de sa collègue, veillait au grain et semblait approuver cet écart au droit venant de ses trois collègues. Elle était dans l’abstention de porter secours, dirait-on juridiquement. Cela est condamnable également.
Incapable de me défendre, j’ai été forcé de leur dire que je ne porterais pas plainte. Car c’était leur condition sine qua non pour qu’ils stoppent. Le plus jeune des deux policiers criait d’ailleurs : « Alors, tu veux porter plainte ? Tiens ! Tiens ! ». En cognant toujours.
Finalement, la voiture de police est partie, les quatre fonctionnaires de police non identifiés encore à l’heure qu’il est. Nous n’avons pas pu saisir non plus leur numéro de plaque du véhicule.
La suite
J’irai en justice.
J’ai d’ores et déjà déposé une plainte au Comité P en demandant la suspension immédiate de ses deux agents agresseurs mais également des deux policières pour le fait d’avoir tenté de faire disparaitre des traces d’un délit d’agression et de coups et blessures aggravées (pour l’une) et de non-assistance à personne en danger (pour l’autre). Je prendrai un avocat et nous irons au tribunal.
Heureusement, une vidéo de la scène a été enregistrée par un inconnu (que nous appelons à se manifester s’il lit ce message !). Nous n’avons pas pu le retrouver car les policières lui ont couru après. La vidéo se retrouvera peut-être quelque part sur les réseaux sociaux.
J’ai des séquelles physiques, bien évidemment. Des yeux rougis, des hématomes à divers endroits, des douleurs au dos, à l’abdomen et à la tête. Le genou gauche enflammé a doublé de volume… Le médecin a mentionné que les cartilages ont peut-être été endommagés.
Voilà, pourquoi, j’ai contacté la presse. La « Stratégie de Rupture » est un atout assumé de ma part et j’en use, par conséquent aussi, pour que Justice soit faite.
Je conclurai en rappelant que la mission de la police est de protéger la population, pas de l’agresser. Nous avons vu, par cet exemple, que l’argument de sécurité peut être utilisé pour commettre des bas desseins et de la violence. Et que, par la voie judiciaire - et légale cette fois -, j’espère participer à l’encadrement rapproché de tous les agents de police du territoire belge. Et de mettre hors d’état de nuire, des agresseurs en uniforme.
J’ai quatre jours d’arrêt de travail et des frais de soins que je leur impute. Ainsi qu’un dédommagement pour les lésions physiques, morales et matérielles dont nous prendrons la mesure avec mon avocat.
J’exige réparation de la part de ces quatre personnes. Rien n’est terminé, tout commence à peine. "
Benjamin Hannesse.

Campagne Stop Répression - www.stop-repression.be


posté le 15 février 2017  par Campagne Stop Répression  Alerter le collectif de modération à propos de la publication de cet article. Imprimer l'article
Commentaires
  • Aucun commentaire

Avertissement commentaires

Les commentaires ont pour objectif de compléter l’information donnée dans l’article, argumenter, apporter une interrogation ou un questionnement par rapport au sujet de la contribution. Les avis personnels qui n’apportent rien de plus à l’article pourront être considérés comme discussion de forum ne répondant pas aux objectifs pré-cités.Tout commentaire ne répondant pas à ces objectifs, ou étant contraire aux règles éditoriales sera supprimé définitivement du site.

Lien vers la politique éditoriale du collectif


Saisissez votre commentaire

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

www.indymedia.org
africa
Ambazonia Canarias estrecho / madiaq Kenya Nigeria South Africa
canada
London, Ontario Maritimes Montreal Ontario Ottawa Quebec Thunder Bay Vancouver Victoria Windsor
east asia
burma Jakarta Japan Korea Manila QC Saint-Petersburg
europe
Abruzzo Alacant Andorra Antwerpen Armenia Athens Austria Barcelona Belarus Belgium belgrade Bristol Brussels Bulgaria Calabria Croatia Cyprus emilia-romagna estrecho / madiaq Euskal Herria Galiza Germany grenoble Hungary Ireland Istanbul Italy La Plana Liege liguria Lille linksunten lombardia London Madrid Malta Marseille Nantes Napoli Netherlands Nice Northern England Norway Nottingham Oost-Vlaanderen Paris/Île-de-France Patras Piemonte Poland Portugal Roma Romania Russia Sardegna Scotland Sverige Switzerland Torun Toscana Toulouse Ukraine United Kingdom Valencia
latin america
Argentina Bolivia Chiapas Chile Chile Sur CMI Brasil CMI Sucre Colombia Ecuador Mexico Peru Puerto Rico Qollasuyu Rosario santiago Tijuana Uruguay Valparaiso Venezuela
oceania
Aotearoa Brisbane burma darwin Jakarta Manila Melbourne Perth QC Sydney
south asia
India Mumbai
united states
Arizona Arkansas Asheville Atlanta Austin Austin Indymedia Baltimore Big Muddy Binghamton Boston Buffalo Charlottesville Chicago Cleveland Colorado Columbus DC Hawaii Houston Hudson Mohawk Kansas City LA Madison Maine Miami Michigan Milwaukee Minneapolis/St. Paul New Hampshire New Jersey New Mexico New Orleans North Carolina North Texas NYC Oklahoma Philadelphia Pittsburgh Portland Richmond Rochester Rogue Valley Saint Louis San Diego San Francisco San Francisco Bay Area Santa Barbara Santa Cruz, CA Sarasota Seattle Tampa Bay Tennessee Urbana-Champaign Vermont Western Mass Worcester
west asia
Armenia Beirut Israel Palestine
process
FBI/Legal Updates Mailing Lists Process & IMC Docs Tech Volunteer
projects
Print Radio Satellite TV Video
regions
United States
topics
Biotech

copyleft Copyleft Indymédia (Independent Média Center). Sauf au cas où un auteur ait formulé un avis contraire, les documents du site sont libres de droits pour la copie, l'impression, l'édition, etc, pour toute publication sur le net ou sur tout autre support, à condition que cette utilisation soit NON COMMERCIALE.

RSS articlesRSS articles |  Site réalisé avec spip 3.1.3 [23214]
Top