RSS articles
Français  | 
Prisonniers palestiniens : la politique « illégale et cruelle » d’Israël

La politique mise en œuvre depuis des décennies par Israël, qui consiste à incarcérer des Palestiniens de Cisjordanie occupée et de Gaza dans des prisons situées en Israël et à les priver des visites régulières de leur famille, est cruelle et constitue une violation flagrante de la Quatrième Convention de Genève. C’est une pratique illégale et cruelle et les conséquences pour le détenu et ses proches, qui sont souvent privés de la possibilité de le voir pendant des mois, voire des années, peuvent s’avérer dévastatrices.

L’impossibilité de voir ses proches

D’après le règlement des Services pénitentiaires israéliens, tous les prisonniers ont le droit de recevoir la visite de leur famille une fois toutes les deux semaines. Pourtant, dans la réalité, parce que les Palestiniens des territoires occupés doivent déposer une demande de permis pour entrer en Israël, ils ne peuvent pas faire des visites aussi fréquentes. En outre, le règlement des Services pénitentiaires israéliens permet aux autorités d’annuler pour des motifs de sécurité le droit d’un détenu de recevoir les visites de sa famille. « Ahmed » (son nom a été modifié pour protéger son identité), 32 ans, originaire d’Hébron, se trouve en détention administrative à la prison de Ketziot, dans le désert du Néguev. Il n’a reçu qu’une seule fois la visite de ses proches, alors qu’il a passé de manière intermittente cinq ans et demi dans les geôles israéliennes entre 2005 et 2017. Il a été arrêté sept fois au total. Sa détention administrative doit faire l’objet d’un renouvellement le 29 juillet.

J’ai reçu une seule visite de ma famille pendant mon incarcération. En 2006, ma mère et mon père ont pu me rendre visite, car mon père était souffrant. Il avait 75 ans, et c’est la dernière fois que je l’ai vu. Il est mort pendant que j’étais en prison.
« Ahmed », prisonnier

Les prisonniers de Gaza sont les plus touchés par les restrictions, car l’armée israélienne n’accorde des permis aux familles de la bande de Gaza qu’une fois tous les deux mois. Le fils de Najat al Agha, 67 ans, originaire de Khan Younis dans la bande de Gaza est incarcéré en Israël depuis 25 ans. À l’âge de 19 ans, il a été condamné à la réclusion à perpétuité après avoir été reconnu coupable de meurtre. Il est détenu à la prison de Nafha, à Mitzpe Ramon, dans le sud.

J’ignore pourquoi mes demandes sont rejetées. J’ai 67 ans. Quelle menace suis-je censée représenter pour la sécurité d’Israël ? Tout ce que je veux, c’est le voir et m’assurer qu’il va bien. Je ne sais pas combien de temps il me reste à vivre, chaque visite peut être la dernière. J’ai peur de mourir avant de le revoir.Chaque fois que je dépose une demande de permis, elle est rejetée. Cela fait presque un an que je n’ai pas vu mon fils, c’est très dur. Ils nous punissent, ils cherchent à nous briser.
Najat al Agha, mère de prisonnier

De 8 à 15 heures pour se rendre à la prison

Selon l’association Addameer, la plupart des habitants de Cisjordanie qui rendent visite à des proches détenus mettent entre huit et 15 heures pour se rendre à la prison, en fonction de l’endroit où se situe la prison et de leur lieu de résidence. Ils sont soumis à de longues palpations et parfois à des fouilles au corps.

Les autorités israéliennes jouent avec nos émotions, elles nous torturent et nous punissent. Elles cherchent à nous casser, à nous épuiser, jusqu’à ce que nous acceptions de rendre moins fréquemment visite à nos proches en raison de toutes les humiliations, les fouilles, les abus et les insultes imputables aux soldats et aux gardiens de prison.
Reham, palestinienne dont le frère est emprisonné en Israël depuis l’âge de ses 12 ans

Grève de la faim

Au 28 avril 2017 environ 1500 prisonniers palestiniens détenus par les Israéliens, participeraient à une grève de la faim générale, qui a été lancée le 17 avril par le leader incarcéré du Fatah, Marwan Barghouthi. Leurs revendications portent en autre sur la fin des restrictions des visites familiales, l’amélioration de l’accès aux soins médicaux et des conditions de détention. Nous sommes préoccupés par des informations rapportées par des ONG et des médias selon lesquelles des mesures de rétorsion ont été prises par les services pénitentiaires israéliens à l’encontre des détenus grévistes de la faim : ils ont été privés des visites de leurs avocats et de leurs familles n’ont pu se rendre aux cantines pénitentiaires, certains dont Marwan Barghouti ont été placés à l’isolement. Selon le Club des prisonniers palestiniens, une organisation non gouvernementale (ONG), on compte actuellement 6 500 prisonniers palestiniens, dont au moins 300 mineurs, détenus pour des motifs sécuritaires dans des prisons et centres de détention gérés par Israël. Les 17 centres – sauf un – sont situés sur le territoire israélien. Au moins 500 personnes sont détenues sans inculpation ni jugement au titre de la détention administrative, une pratique qui bafoue les garanties édictées par le droit international pour prévenir la détention arbitraire. Selon le porte-parole de la Commission chargée des Affaires des prisonniers palestiniens, Hasan Abed Rabbo, au moins 1 000 prisonniers ne sont pas autorisés à recevoir la visite de leur famille pour des « motifs de sécurité ». Il a ajouté qu’entre 15 et 20 prisonniers sont actuellement détenus à l’isolement, privés de tout contact avec leurs codétenus et des visites de leur famille.

Une situation pour l’instant dans l’impasse

Au lieu de transférer illégalement les prisonniers en dehors des territoires occupés, Israël devrait faire en sorte que tous les Palestiniens qui y sont interpellés soient placés dans des prisons et des centres de détention situés dans les Territoires palestiniens occupés. En attendant, les autorités israéliennes doivent cesser de se servir des restrictions excessives des droits de visite pour sanctionner les prisonniers et leurs familles, et garantir que les conditions respectent pleinement les normes internationales.

Depuis 1969, le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) a la charge de servir de médiateur et de faciliter tous les aspects liés aux visites des familles de prisonniers de Cisjordanie et de Gaza, sans aucune aide logistique ni financière d’Israël. Les habitants de Cisjordanie et de Gaza déposent une demande auprès du CICR pour recevoir des permis et s’en remettent au CICR pour organiser le transport vers les prisons, en accord avec les Services pénitentiaires israéliens. En juillet 2016, le CICR a réduit le nombre de visites organisées pour les familles des prisonniers originaires de Cisjordanie – de deux à une par mois. Un représentant de l’organisation a expliqué que cette décision a été prise pour mieux gérer les ressources du CICR en raison de la faible présence des familles lors des visites. Cette réduction ne concerne pas les femmes, les mineurs ni les prisonniers hospitalisés. Depuis, le CICR a proposé trois visites annuelles supplémentaires pour tous les prisonniers, à l’occasion des grandes fêtes.

Ce que dit le droit international Aux termes du droit international humanitaire, les détenus originaires des territoires occupés doivent être détenus dans ces territoires et non dans celui de la puissance occupante. Ils doivent aussi être autorisés à recevoir des visites, notamment de leurs proches, à intervalles réguliers et aussi souvent que possible.


posté le 11 mai 2017 Alerter le collectif de modération à propos de la publication de cet article. Imprimer l'article
Liste des documents liés à la contribution
a0-314.jpg

Commentaires
  • comme dans de nombreux endroits et autres systèmes dans le monde en somme

    1) pourquoi cette indignation ici ?

    1bis ) pourquoi les droits internationaux ?

    2) pourquoi les prisons palestiniennes (hamas ou fatah) seraient elles différentes ?

  • l’être humain est une sombre merde antisémite
    il ne vaut pas la peine d’être reproduit ni sauvé

  • Les soutiens de l’Etat fasciste nous font gerber !

    Tirs de l’armée d’occupation pour disperser les manifestations de solidarité avec les prisonniers : Une palestinienne rendue aveugle

    Fatima Obeid, de Jérusalem, était à son balcon avec ses petits enfants, dans le quartier d’Issawiya, quand elle a reçu une de ces fameuses balles en acier recouvert d’une fine couche de caoutchouc, présentées comme non létales, alors qu’elles provoquent de nombreuses blessures graves, souvent fatales, confirme l’association israélienne des droits de l’homme B’tselem.

    Les témoins de la scène indiquent qu’un sniper israélien a titré délibérément sur elle. Le but n’est - il pas de terroriser l’ensemble de la population qui s’acharne a rester à Jérusalem Est ?

    http://www.europalestine.com/spip.php?article12999

  • Depuis le 17 avril 2017, 1500 prisonniers palestiniens sont en grève de la faim illimitée. Depuis cette date ils ont été rejoints par 300 autres, ce qui ramène le total à 1800. Une de leur principale revendication concerne la détention administrative.

    Cette dernière viole la 4ème convention de Genève qui protège les populations occupées de leur occupant. Son article 71 interdit à ce dernier d’infliger à une personne protégée une condamnation qui n’aurait pas été précédée d’un procès régulier. 24 prisonniers sont maintenus en isolement, sur ordre du "Shabak" (service de sécurité intérieure d’Israël) en contravention avec l’article 119 de cette convention qui interdit l’isolement continu de plus de trente jours quelle que soit l’infraction commise. Mahmoud Moussa Issa, 47 ans de A’anbata, district de Jérusalem, journaliste et écrivain, s’y trouve depuis 14 ans.

    Nous demandons au Comité International de la Croix Rouge (CICR) garante de la 4ème Convention de Genève du fait de ses différents mandats, d’intervenir auprès des autorités d’occupations israéliennes afin qu’elles cessent cette mesure qui viole les droits humains les plus élémentaires des droits des prisonniers, ainsi que la torture et les traitements dégradants.

    Rassemblement de soutien aux grévistes de la faim palestiniens appelé par de nombreuses organisations dans l’UJFP
    le vendredi 12 mai de 16h à 19h30 devant le siège du Comité International de la Croix-Rouge (CICR)
    à Paris, 247 BD Raspail 75014 Paris (Métro Raspail).

    Rendez-vous

    À Paris (14ème), rassemblement de soutien aux grévistes de la faim (...)
    Le vendredi 12 mai 2017 de 16h00 à 19h30
    Devant le siège du Comité International de la Croix-Rouge (CICR)
    247 BD Raspail 75014 Paris (Métro Raspail).

    http://www.ujfp.org/spip.php?article5621

  • qu’en pense Waleed Al-Husseini édité par l’extrême droite et son amie Maryam Namazie la cam’ d’ICO ?

      • Tous les Etats sont fascistes Et nous font gerber

    ne pas nourrir et/ou accepter de revendications nationalistes ici !

  • Qui est le facho négationniste Waleed Al-Husseini ?

    Waleed Al-Husseini explique que les musulmans sont des crétins
    http://cinquiemecolonne.canalblog.com/archives/2016/06/13/33956728.html

    La non-affaire Waleed el-Husseini par Michael Warschawski

    La non-affaire Waleed el-Husseini par Michael Warschawski

    Waleed el-Husseini est un jeune Palestinien de 25 ans en quête de notoriété. “Réfugié” en France depuis 2010, il vient de publier, aux éditions Grasset, son “histoire”, qui, apparemment fait un tabac et lui vaut une couverture médiatique impressionnante. Je mets “réfugié” et “histoire” entre guillemets, car il s’agit d’une mauvaise blague dans laquelle une certaine presse et des groupes d’intérêts y trouvent leur compte. Surtout en France, ou se déchaîne une campagne anti-musulmane, couplée a une délégitimation de l’Autorité Palestinienne de la part d’institutions communautaires juives organisées dans le CRIF.

    Selon les médias français, il y a cinq ans, Waleed, un blogueur palestinien de Qalqiliyeh, aurait été arrêté et même torture par l’Autorité Palestinienne pour s’être défini comme athéiste et avoir publie, anonymement, sur sur le net des statuts blasphématoires. Sa situation aurait a ce point critique, que Madame Alliot Marie, alors ministre de Nicolas Sarkozy en visite dans la région, l’aurait exfiltre en France ou lui a été reconnu le statut de réfugié politique.

    J’ai donc mené ma petite enquête sur la soit-disant “affaire Waleed el-Husseini”. La réalité est toute autre que le conte que nous dessert le livre d’el-Husseini : en apprenant que c’était son fils qui se cachait derrière le nom d’Allah (sic) dans ces statuts blasphématoires, Monsieur el Husseini, un homme profondément croyant, a menace de punir sévèrement son fils. Le chef de la police de Qalqiliyeh, au courant de ce qui se tramait, a fait mettre Waleed pour quelques jours en détention prospective, et lui a suggéré de s’éloigner le plus loin possible de Qalqiliyeh. Benjamin Barthe fait d’ailleurs état de cette affaire dans le Monde du 29 Novembre 2010.
    Mais par les temps qui courent, et plus particulièrement en France, il est bon ton de dénoncer l’intolérance des Musulmans face a l’héroïsme des libres penseurs qui résistent au sein d’un monde musulman rétrograde et intolérant. Y compris en inventant des histoires. Il suffit d’ailleurs de se souvenir de l’opération publicitaire des Femen en Tunisie…

    Les sites sionistes se sont jettes sur cette non-affaire, et en on fait leur pain béni, au prix d’une falsification systématique des faits. Mais pas seulement eux : de très nombreux médias occidentaux se sont saisi du cas “el-Husseini” pour entretenir le climat islamophobe qui, depuis l’assassinat des journalistes de Charlie Hebdo, s’est complètement lâché, et a déjà provoque des dizaines d’agressions contre des Musulmans et des mosquées en France. Or c’est de cela qu’il s’agit en premier lieu, et pas d’une opération de pub de la part d’un jeune palestinien qui n’a pas grand chose a dire sur une occupation coloniale brutale dont ses compatriotes souffrent depuis des décennies.

    Michael Warschawski – 10 février 2015

    http://la-feuille-de-chou.fr/archives/77161

  • Maryam Namazie est publiée par le sioniste Yves Coleman, c’est dire où elle se situe !

    L’« islamophobie » n’a rien à voir avec le racisme !
    http://www.mondialisme.org/spip.php?article160

    C’est aussi une habituée du site Soliranparis,

    https://soliranparis.wordpress.com/2015/11/24/maryam-namazie-a-propos-des-attaques-sur-paris-la-reponse-doit-etre-une-resistance-humaine-globale-a-lislamisme/

    https://soliranparis.wordpress.com/2015/10/02/maryam-namazie-sur-jeremy-corbyn-et-lislamisme-radical-vous-ne-pouvez-pas-etre-un-progressiste-a-mi-temps/

    Il est curieux que certains de ceux qui défendent la liberté pour les femmes de s’habiller comme elles l’entendent, en Iran, viennent douter de la légitimité et de la réalité du même combat en France.

    Ça ne sert à rien de se dire « communiste » si en même temps on rejoint des alliances contre nature de plus de plus en plus visibles avec la propagande impérialiste contre l’Iran : l’axe du bien contre l’axe du mal. Le « communisme » de Maryam Namazie, c’est celui de la France, des USA et d’Israël par rapport à l’Iran.

  • le pci est autoritariste pro prison l’avortement est une auto aliénation blablabla bullshit réac comme leurs camarades français électoralistes d’ico et sans concession

  • Tous les Etats sont fascistes Et nous font gerber

    ne pas nourrir et/ou accepter de revendications nationalistes ici !

    Tous les Etats sont fascistes Et nous font gerber

    ne pas nourrir et/ou accepter de revendications nationalistes ici !

      •  

    Tous les Etats sont fascistes Et nous font gerber

    ne pas nourrir et/ou accepter de revendications nationalistes ici !

  • et les identitaires de classe comme ico, le garap, vosstanie, la cnt et autres partis c’est mieux ?

    non.

    l’identitaire de gauche vaut celui de droite.

    l’identitaire de classe vaut celui de race ou de genre.

    l’identitaire dominant vaut le dominé.

    la dialectique aux chiottes avec ses disciples.

  • toutes les abstractions font gerber !

    que crève TOUS les identitaires à commencer par les "de classe" !

    que crève le Prolétariat = abstraction = catégorie imaginaire comme la race, le genre = n’existe pas !

  • Le comité BDS palestinien a "félicité le plus grand syndicat norvégien pour sa position de boycotter Israel sur les plans économique, culturel et universitaire jusqu’à ce que les droits fondamentaux des Palestiniens, qui incluent le droit au retour des réfugiés palestiniens et l’égalité des droits pour les Palestiniens en israel, soient mis en oeuvre" .

    LO rejoint ainsi les syndicats sud-africain COSATU, brésilien CUT, québecois CSN et irlandais ICTU, en appelant à faire pression sur les institutions et firmes qui entretiennent depuis des décennies l’occupation, la colonisation et l’apartheid israéliens.

    https://bdsmovement.net/news/norway%E2%80%99s-largest-trade-union-federation-endorses-full-boycott-israel-advance-palestinian-human

  • 14 mai 19:10

    Relatant une manifestation de soutien aux Palestiniens qui a eu lieu à Roubaix le 19 juillet, un journaliste de Nord Eclair, Bruno Renoul, s’est offusqué de voir une banderole présentant un drapeau israélien sur lequel l’étoile de David avait été remplacée par une croix gammée. Ce journaliste explique que l’Etat d’Israël n’est pas un Etat totalitaire et qu’on ne saurait le comparer à l’Etat nazi. Et pour conforter son raisonnement, il ajoute que comparer l’Etat d’Israël au Troisième Reich est « injurieux pour les victimes du nazisme dont les Juifs ont été les cibles principales ».

    Disons d’abord un premier contresens, l’Etat d’Israël serait donc l’Etat des Juifs, ce qui conduit à considérer toute critique de la politique de cet Etat comme une forme d’antisémitisme, argument malheureusement trop courant. Mais ce qui importe, plus important qu’une équation lapidaire « sionisme = nazisme », c’est de chercher ce qui est commun à ces deux idéologies qui toutes deux s’appuient sur la notion d’Etat-Nation telle qu’elle a été théorisée par Herder au tournant des XVIIIe-XIXe siècle et qu’elle s’est développée en Europe. La notion d’Etat-Nation peut conduire à un nationalisme extrême exclusif que l’on retrouve dans le fascisme italien, le nazisme allemand et aujourd’hui le sionisme israélien.

    La question est moins d’identifier ces idéologies que de comprendre ce qu’elles ont de commun, ce commun se définissant, en ce qui concerne le nazisme et le sionisme, par la pureté ethnique, le terme « ethnique » restant suffisamment ambigu pour prêter à toutes les interprétations. Le nazisme voulait un Etat purement aryen et pour cela voulait vider l’Allemagne de tous ses éléments non aryens dont les Juifs. Le sionisme, quant à lui, veut construire un Etat juif, moins au sens religieux que dans un sens ethnique mal défini, et pour cela veut vider l’Etat d’Israël de tous ses éléments non juifs. Cette volonté de pureté ethnique est l’un des points communs aux deux idéologies nazie et sioniste et je ne vois pas au nom de quoi il serait interdit de le dire.

    Affirmer que l’on ne peut comparer le nazisme et le sionisme sous prétexte que les Juifs ont été victimes du nazisme s’appuie d’abord sur un premier contresens qui fait du sionisme, non une idéologie juive, ce qu’elle est effectivement puisque inventée par des Juifs, mais l’idéologie des Juifs, de tous les Juifs, ensuite sur une incompréhension du sionisme, idéologie européenne construite par des Juifs européens, qui ont cru trouver dans la construction d’un Etat juif la solution à l’antisémitisme européen. Malheureusement, en voulant construire cet Etat dans un pays peuplé, la Palestine, ils ont transformé une idéologie qu’il voulait libératrice en mouvement de conquête et c’est cela qui fait du sionisme un nationalisme extrême au même titre que le nazisme.

    C’est ce nationalisme extrême qui conduit aujourd’hui la politique israélienne à chercher à éradiquer la terre d’Israël de toute présence non juive, que ce soit sous la forme militaire brutale telle l’agression contre Gaza ou, il y a quelques années, la répression des Intifadas, que ce soit sous la forme de l’occupation ou que ce soit sous la forme de ce qu’on appelle les colonies, lesquelles ne sont qu’une façon d’abord de débarrasser la terre de ses habitants palestiniens ensuite de l’annexer pour en faire une terre israélienne.

    J’ajouterai un point qui est loin d’être anecdotique sur les ressemblances entre le sionisme et le nazisme. Hitler a cru trouver dans un symbole venu d’Asie, la staviska, un symbole de la pureté aryenne ; une façon de confisquer un symbole qui n’a rien à voir avec le nazisme ; ainsi on trouve des croix gammée dans des pagodes bouddhistes. La façon dont le sionisme utilise l’étoile de David, y compris pour le drapeau israélien, est plus pernicieuse. L’étoile de David est un vieux symbole juif qui n’a rien à voir avec le sionisme. En confisquant ce symbole à son profit, le sionisme se présente comme le représentant exclusif des Juifs et amène ainsi à considérer à tort l’étoile de David comme un symbole israélien. On comprend alors que l’étoile de David puisse devenir un objet de répulsion comme la staviska a pu devenir un objet de répulsion. Ce qui est choquant, c’est alors moins la répulsion devant un objet détourné de sa signification première que l’usage qui en est fait par des idéologies meurtrières.

    On pourrait dire la même chose du nom même de l’Etat qui s’appelle Israël. Le nom « Israël » représente une longue histoire et c’est cette histoire que le sionisme a voulu confisquer. Lorsque j’entends le slogan « Israël assassin », je suis choqué moins par le fait que l’on puisse crier un tel slogan mais par la façon dont une idéologie nationaliste extrême a conduit à ne voir Israël qu’à travers l’Etat d’Israël et son idéologie fondatrice, le sionisme.

    Rudolf Bkouche

    Rudolf Bkouche est membre de l’Union Juive Française pour la Paix

    http://www.laplumeagratter.fr/2014/07/25/le-sionisme-comme-nationalisme-extreme-par-rudolf-bkouche/

  • Rudolf Bkouche est publié sur Mondialisme.org

  • Benjamin Netanyahu, maître à penser de Monsieur Yves Coleman : Mondialisme.org réussit son examen d’entrée dans l’extrême-droite sioniste

    On aurait pu croire, ingénument, que le philosémitisme, entendu comme "forme sournoise d’antisémitisme" [1], épargnerait la gauche radicale pour ne frapper que la droite prétendument "socialiste", de même que toutes les variétés de droite "forte" ou non, qui communient dans la même célébration inconditionnelle de l’Etat d’Israël.

    Las ! Dans son article "Antisémitisme DE gauche : définition et fonctions politiques" [2], daté du mercredi 3 juin 2015, Monsieur Coleman, qui exerce un magistère depuis son site Mondialisme.org, présente désormais tous les symptômes d’un philosémitisme galopant à tendance hallucinatoire. Avec un sens de l’à-propos qui n’appartient qu’à lui, il a concentré sa petite artillerie sur notre camarade Pierre Stambul, 6 jours avant que Pierre ne "bénéficie" des services d’une des unités dites d’élite de l’appareil d’Etat, en l’occurrence le RAID, après une opération d’intoxication menée semble-t-il par un pirate informatique franco-israélien. [3]

    Il serait quelque peu injuste de reprocher à Monsieur Coleman de ne pas disposer de talents divinatoires, qui lui auraient épargné ce timing "malencontreux". Il existe toutefois une règle d’Or entre révolutionnaires, ce qu’il prétend être : la solidarité inconditionnelle face à la répression. Les camarades "Juives et Juifs révolutionnaires", qui animent le site du même nom, ne s’y sont pas trompé-e-s. Le jour même de l’agression de Pierre Stambul, leur site proclamait : "Nous dénonçons l’interpellation de Pierre Stambul par le RAID durant la nuit. Quels que soient nos désaccords..." [4]. Qu’elles et ils en soient publiquement remercié-e-s.

    Nous sommes le vendredi 17 juillet 2015 : à moins de n’avoir fait que de la spéléologie depuis le 9 juin ou d’être coupé d’Internet, ce qui n’est pas le cas - son site étant régulièrement mis à jour, Monsieur Coleman a difficilement pu manquer l’attaque dont Pierre Stambul a été victime. Nous allons tenter de comprendre les raisons très politiques pour lesquelles il a "omis" d’assurer notre camarade de sa solidarité.

    "L’antisionisme est une absurdité politique et conceptuelle" (sic) [2]

    Je cite monsieur Coleman : "L’antisionisme est une absurdité politique et conceptuelle : autant la critique féroce du sionisme avait un sens AVANT la création de l’Etat d’Israël, autant aujourd’hui être « antisioniste » signifie soit que l’on veut retourner dans les années 30 à bord d’une machine à remonter le temps et faire comme si le judéocide n’allait pas avoir lieu (...) ; soit que l’on est pour l’expulsion des Israéliens de Palestine... et dans ce cas mieux vaudrait avoir un bon plan B à disposition. (...)" [2]

    Pour ce qui est de "l’expulsion des Israéliens de Palestine", la lecture de la Charte de l’UJFP aurait évité à Monsieur Coleman une telle ineptie : "Le conflit entre Israéliens et Palestiniens ne peut être résolu qu’en mettant un terme à la domination d’un peuple par un autre, et en mettant en oeuvre le droit à l’autodétermination pour le peuple palestinien, (...). Le droit à l’autodétermination est déjà, bien entendu, clairement établi pour le peuple israélien." [5]

    Quant à l’inanité de l’antisionisme de nos jours, il pourrait être instructif de savoir ce que pensent les dirigeants de l’Etat d’Israël de l’actualité ou du caractère obsolète de la référence au sionisme.

    Florilège :

    Benjamin Netanyahu : "C’est le véritable camp sioniste qui sera au pouvoir, et Jérusalem ne sera pas divisée" [6].

    Avigdor Liberman : "J’exhorte tous les citoyens d’Israël à aller voter pour un parti sioniste - peu importe si c’est Meretz, Yisrael Beiteinu, ou Bayit Yehudi - ce qui est plus important, c’est d’aller voter pour un parti sioniste parce qu’il est important de préserver le caractère juif et sioniste de l’État d’Israël" [7]. (Monsieur Liberman semble légèrement douter des capacités de compréhension de ses auditeurs...)

    Naftali Bennett : "Il fonce à toute allure en direction des [électeurs] sionistes religieux, ceux qui disent que pour des raisons idéologiques, ils renoncent à leur propre parti pour le Likoud, afin de ne perdre la chance d’avoir un gouvernement de droite" [8].

    Moshé Bougy Yaalon : "J’ai dirigé des opérations contre les forces paramilitaires de l’Autorité palestinienne, les milices du Fatah et les forces du Hamas à Gaza et en Cisjordanie. Depuis le début du conflit, avant la création de l’Etat, et durant les années qui ont suivi les Accords d’Oslo, la volonté des dirigeants sionistes était d’aboutir à un compromis historique en convainquant les Palestiniens de renoncer à “la lutte armée” et à toute forme d’opposition (...)" [9].

    Ayelet Shaked : "Il faut arrêter de s’excuser, il faut redevenir sioniste !" [10].

    De toute évidence, les dirigeants d’Israël n’ont pas lu les profondes considérations de monsieur Coleman et ne savent pas que l’antisionisme, et donc le sionisme, sont des notions totalement désuètes. Cette regrettable ignorance les conduit à des "écarts de langage", que nous allons maintenant examiner.

    De la comparaison des gouvernements israéliens au IIIe Reich
    Précisons d’emblée que cet intertitre ne saurait être compris comme une incitation à ce type de parallèle. De la même façon que le terme "fasciste" est trop souvent employé inconsidérément, lui faisant perdre la caractérisation précise d’un régime politique et de son idéologie, de la même façon, la qualification de "nazi" ne peut être banalisée. Hélas, les dirigeants sionistes (le paragraphe précédent nous autorise à les nommer ainsi) ne "facilitent" toutefois pas les choses, comme nous allons le voir.

    Commençons par les amalgames de Monsieur Coleman, qui le conduisent à qualifier Pierre Stambul d’irresponsable : "l’antisionisme (...) peut parfois conduire à des conclusions antisémites (...) lorsque la politique des gouvernements israéliens est systématiquement comparée à celle des nazis ou lorsque « certains dirigeants sionistes » sont accusés d’avoir été complices des nazis (...) Comme le fait, de manière totalement irresponsable, Pierre Stambul de l’UJFP car il sait que ce type d’arguments sont employés par les négationnistes : « Nous savons que l’instrumentalisation du génocide nazi par les sionistes est une escroquerie. Les sionistes n’ont joué qu’un très faible rôle dans la résistance juive au nazisme. Certains de leurs dirigeants se sont fortement compromis avec le nazisme. »" [2]

    Joli tour de passe-passe, qui fait dire à Pierre ce qu’il n’a pas dit, à savoir que les sionistes sont des nazis. Quant à savoir pourquoi certain-e-s ont fait cette comparaison, se reporter à leurs propos exacts pourrait nous éclairer.

    A propos de "l’armée la plus morale du monde", qui affirma, "pendant l’invasion du Liban en 1982 (que) les excès des soldats israéliens au Liban démontraient (...) « l’existence d’une mentalité judéo-nazie »" [11] ? Réponse : Yeshayahou Leibowitz, sioniste engagé, "rédacteur en chef de l’Encyclopédie hébraïque", attaché à la pratique des Mitsvots (commandements requis par la Torah) et grand admirateur de Maïmonide [12].

    Quel est le raisonnement de Yeshayahou Leibowitz ? "Voilà le problème clef : la désobéissance à un ordre légal. Mais cette conception selon laquelle il est interdit de désobéir à un ordre légal, c’est une conception fasciste, nazie. Maintenant, vous comprenez ce que je veux dire quand j’utilise le terme « judéo-nazi » ? Pourquoi Israël a-t-il condamné Adolf Eichmann à la potence et l’a-t-il pendu ? Eichmann n’a fait qu’accomplir les ordres légaux donnés par ses supérieurs. Voilà pourquoi, quand j’entends des gens affirmer que l’ordre légal donné constitue le critère suprême de la conduite d’un soldat, je leur lance : « Vous êtes des judéo-nazis ! »" [13].

    D’auteurs dont les noms seront précisés plus loin : "Parmi les phénomènes politiques les plus perturbateurs de notre époque, on peut compter l’émergence, à l’intérieur de l’Etat d’Israël (...) du "Parti de la Liberté" (...) apparenté, dans son organisation, ses méthodes, sa philosophie politique et ses prétentions sociales, aux partis politiques nazis et fascistes. (...)" [14].

    Quel fait a bien pu inspirer un tel emportement chez ces auteurs ?

    Celui-ci : "C’est dans ses actions que (ce) parti terroriste trahit ses réelles aspirations (...) Un exemple choquant a été donné par leur comportement au sein du village arabe de Deir Yassin. (...) Le 9 avril, selon le New York Times, des groupes terroristes ont attaqué ce paisible village, qui n’était en rien un objectif militaire dans ce conflit, et ont tué la plupart de ses habitants (240 personnes : hommes, femmes, enfants )." [14].

    Qu’est-ce qui motive leur lettre d’alerte ? "La visite imminente, aux Etats Unis, de Menachem Begin, chef de ce parti (...) calculée afin de donner l’impression d’obtenir un soutien américain" [14].

    Qui sont donc les "irresponsables", probablement antisémites, qui ont commis cette lettre ? Entre autres : Hannah Arendt et Albert Einstein.

    Pour des raisons qui m’échappent, cet appel a échappé à l’immense érudition de Monsieur Coleman.

    Cette controverse est-elle dépassée ? Malheureusement, il y a une chose que l’on ne peut pas reprocher aux Netanyahu, Liberman et consorts, c’est la cohérence entre leurs paroles et leurs actes.

    Second florilège :

    Naftali Bennett, actuel ministre israélien de l’Education : "J’ai tué beaucoup d’Arabes dans ma vie. Et il n’y a aucun problème avec ça". [15].

    Avigdor Liberman, ex-ministre israélien des Affaires étrangères : "Ceux qui sont de notre côté (NB : les Arabes israéliens) méritent beaucoup, mais ceux qui sont contre nous méritent de se faire décapiter à la hache" [16].

    Moshe Feiglin (candidat doté de 24% des suffrages, face à Netanyahou, lors des primaires du Likoud de 2007), au quotidien Haaretz, en 1995 : "Hitler était un génie militaire inégalé. Le nazisme a fait passer l’Allemagne d’un bas niveau à un niveau physique et idéologique fantastique. Les jeunes loqueteux ont été transformés en une catégorie propre et ordonnée de la société et l’Allemagne a disposé d’un régime exemplaire (...)" [17].

    Faisons un détour parmi les autorités religieuses de "l’État juif et sioniste d’Israël" [7]. Ovadia Yosef (élu grand-rabbin séfarade d’Israël en 1973) : "Les six millions de malheureux juifs qu’ont tués les nazis ne l’ont pas été gratuitement. Ils étaient la réincarnation des âmes qui ont péché" [18] ...

    Je laisse chaque Juive, chaque Juif ayant perdu des proches dans l’enfer nazi et/ou lors des pogroms en Europe méditer ces deux dernières citations et en prendre la pleine mesure : l’Etat d’Israël n’est pas notre refuge, mais un vecteur majeur de l’antisémitisme dans le monde. La compassion dont nous, Juives et Juifs, avons bénéficié après les révélations des crimes nazis est détruite et souillée jour après jour par les agissements et les propos criminels des dirigeants sionistes. […]

    http://www.ujfp.org/spip.php?article4304

  • L’association palestinienne de défense des prisonniers palestiniens, Addameer, a pu rendre visite ce dimanche à Ahmad Sa’adat, secrétaire général du Front Populaire de Libération de la Palestine (FPLP), mis à l’isolement par l’occupant depuis le début de sa grève de la faim. Il tient le coup malgré les brimades sadiques.

    Me Farah Bayadsi, avocate d’Addameer, a pu rendre visite pour la première fois à Ahmad Sa’adat, à la prison israélienne d’ Ohli Kedar, où il a été transféré jeudi dernier avec 38 autres grévistes de la faim, et à nouveau placé en isolement.

    Il a fait savoir que les prisonniers sont soumis quotidiennement à deux raids brutaux dans leurs cellules et à des fouilles. Ils sont obligés de se lever et sortir des cellules, malgré leur épuisement, pendant ces raids.

    Certains grévistes de la faim sont regroupés à 10 dans une cellule minuscule avec un seul évier un un seul WC, sans la moindre aération, ni ventilation, malgré la chaleur intense.

    L’administration pénitentiaire a par ailleurs infligé des amendes aux grévistes de la faim, et leur a signifié qu’ils seraient privés de visites familiales pendant 2 mois.

    Ils n’ont pas la possibilité de consommer du sel, et ne boivent donc que de l’eau du robinet (pas de possibilité d’avoir de l’eau minérale). De même ils sont privés de vêtements de rechange.

    L’avocate a trouvé le dirigeant du FPLP très amaigri, pale, et parlant avec difficulté, mais avec un moral intact et une détermination à poursuivre la grève de la faim jusqu’à la satisfaction des revendications.

    Addameer souligne que ces conditions de détention violent les Règles de l’ONU qui régissent le traitement des prisonniers, et appelle la société civile mondiale à soutenir les prisonniers palestiniens dont la vie et la dignité sont en jeu.

    Addameer demande également à la "communauté diplomatique" d’exercer des pressions sur israêl pour que les prisonniers aient accès à des soins indépendants et à des visites de leurs avocats et familles.

    Addameer : P. O. Box : 17338, Jerusalem. 3 Edward Said Street - Sebat Bldg. 1st Floor, Suite 2 Ramallah, Palestine.

    Tel : +972 (0)2 296 0446 / 297 0136 - Fax : +972 (0)2 296 0447 - Email : info@addameer.ps -
    Website : www.addameer.org

      • Tous les Etats sont fascistes Et nous font gerber
        • ne pas nourrir et/ou accepter de revendications nationalistes ici !
  • Israel regroupe tous les grévistes de la faim dans 3 prisons dotées d’hôpitaux "maison"

    Alors que la grève de la faim pour la Liberté et la Dignité des prisonniers politiques palestiniens entre dans son 31ème jour, et que leur état de santé devient critique, Israel vient de procéder à leur transfert dans 3 prisons qui disposent d’un hôpital pénitentiaire, mis en place au début le la grève de la faim.

    Les 1300 prisonniers en grève de la faim, qui était dispersés sur des dizaines de prisons israéliennes, ont donc été concentrés dans les prisons de Beersheba au sud d’Israel, de Shatta, au Nord, et de Ramla au centre.

    Ceci montre à quel point la santé des grévistes s’est détériorée, a déclaré le porte parole du comité des prisonniers, soulignant que leur perte de poids était de 20 kg en moyenne et qu’ils étaient affectés par de nombreux troubles graves, respiratoires et visuels notamment.

    Ces transferts ne rassurent pas les prisonniers palestiniens, qui craignent que ces hôpitaux pénitentiaires, mal équipés, et dont le docteurs sont à la botte du gouvernement, soient surtout conçus pour les nourrir de force.

    Les médecins israéliens dans les hôpitaux civils, ont jusqu’ici refusé de recourir à cette forme de torture dénoncée par l’ensemble de la communauté médicale internationale, dont ils ne souhaitent pas se couper définitivement.

    Les prisonniers en grève de la faim, qui ont été emmenés dans ces "hôpitaux" de la prison où ils se trouvaient, ont fait savoir que tout ce qui leur avait été proposé, était de la nourriture placée en évidence devant eux, comme condition à toute prise en charge médicale. Pour eux, c’est un moyen de pression supplémentaires pour tenter de briser leur grève de la faim.

    Ces prisonniers qui n’absorbent que de l’eau et du sel depuis le 17 avril dernier, et qui ont refusé les vitamines, réclament, rappelons-le, leurs droits les plus élémentaires tels que la fin du confinement solitaire et de la détention "administrative" (sans inculpation, sans procès et pour des durées illimitées), ainsi que l’accès à des visites familiales, des soins médicaux et la possibilité d’étudier en prison.

    A Jéricho, ce mercredi, tous les professionnels de santé : médecins pharmaciens, dentistes, infirmiers, personnel des laboratoires médicaux et du Croissant Rouge Palestinien se sont réunis devant les bureaux de la Croix Rouge Internationale, pour adresser une lettre aux organisations internationale oeuvrant dans le domaine de la santé, pour leur demander de "sauver la vie des prisonniers palestiniens en grève de la faim".

    http://www.europalestine.com/spip.php?article13022

  • Tous les Etats sont fascistes Et nous font gerber

    ne pas nourrir et/ou accepter de revendications nationalistes ici !

    Tous les Etats sont fascistes Et nous font gerber

    ne pas nourrir et/ou accepter de revendications nationalistes ici !

    Tous les Etats sont fascistes Et nous font gerber

    ne pas nourrir et/ou accepter de revendications nationalistes ici !

    Tous les Etats sont fascistes Et nous font gerber

    ne pas nourrir et/ou accepter de revendications nationalistes ici !

    Tous les Etats sont fascistes Et nous font gerber

    ne pas nourrir et/ou accepter de revendications nationalistes ici !

    Tous les Etats sont fascistes Et nous font gerber

    ne pas nourrir et/ou accepter de revendications nationalistes ici !

    Tous les Etats sont fascistes Et nous font gerber

    ne pas nourrir et/ou accepter de revendications nationalistes ici !

    Tous les Etats sont fascistes Et nous font gerber

    ne pas nourrir et/ou accepter de revendications nationalistes ici !

    Tous les Etats sont fascistes Et nous font gerber

    ne pas nourrir et/ou accepter de revendications nationalistes ici !

    Tous les Etats sont fascistes Et nous font gerber

    ne pas nourrir et/ou accepter de revendications nationalistes ici !

    Tous les Etats sont fascistes Et nous font gerber

    ne pas nourrir et/ou accepter de revendications nationalistes ici !

    Tous les Etats sont fascistes Et nous font gerber

    ne pas nourrir et/ou accepter de revendications nationalistes ici !

    Tous les Etats sont fascistes Et nous font gerber

    ne pas nourrir et/ou accepter de revendications nationalistes ici !

    Tous les Etats sont fascistes Et nous font gerber

    ne pas nourrir et/ou accepter de revendications nationalistes ici !

    Tous les Etats sont fascistes Et nous font gerber

    ne pas nourrir et/ou accepter de revendications nationalistes ici !

    Tous les Etats sont fascistes Et nous font gerber

    ne pas nourrir et/ou accepter de revendications nationalistes ici !

    Tous les Etats sont fascistes Et nous font gerber

    ne pas nourrir et/ou accepter de revendications nationalistes ici !

    Tous les Etats sont fascistes Et nous font gerber

    ne pas nourrir et/ou accepter de revendications nationalistes ici !

    Tous les Etats sont fascistes Et nous font gerber

    ne pas nourrir et/ou accepter de revendications nationalistes ici !

    Tous les Etats sont fascistes Et nous font gerber

    ne pas nourrir et/ou accepter de revendications nationalistes ici !

    Tous les Etats sont fascistes Et nous font gerber

    ne pas nourrir et/ou accepter de revendications nationalistes ici !

    Tous les Etats sont fascistes Et nous font gerber

    ne pas nourrir et/ou accepter de revendications nationalistes ici !

    Tous les Etats sont fascistes Et nous font gerber

    ne pas nourrir et/ou accepter de revendications nationalistes ici !

    Tous les Etats sont fascistes Et nous font gerber

    ne pas nourrir et/ou accepter de revendications nationalistes ici !

    Tous les Etats sont fascistes Et nous font gerber

    ne pas nourrir et/ou accepter de revendications nationalistes ici !

    Tous les Etats sont fascistes Et nous font gerber

    ne pas nourrir et/ou accepter de revendications nationalistes ici !

Avertissement commentaires

Les commentaires ont pour objectif de compléter l’information donnée dans l’article, argumenter, apporter une interrogation ou un questionnement par rapport au sujet de la contribution. Les avis personnels qui n’apportent rien de plus à l’article pourront être considérés comme discussion de forum ne répondant pas aux objectifs pré-cités.Tout commentaire ne répondant pas à ces objectifs, ou étant contraire aux règles éditoriales sera supprimé définitivement du site.

Lien vers la politique éditoriale du collectif


Saisissez votre commentaire

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

www.indymedia.org
africa
Ambazonia Canarias estrecho / madiaq Kenya Nigeria South Africa
canada
London, Ontario Maritimes Montreal Ontario Ottawa Quebec Thunder Bay Vancouver Victoria Windsor
east asia
burma Jakarta Japan Korea Manila QC Saint-Petersburg
europe
Abruzzo Alacant Andorra Antwerpen Armenia Athens Austria Barcelona Belarus Belgium belgrade Bristol Brussels Bulgaria Calabria Croatia Cyprus emilia-romagna estrecho / madiaq Euskal Herria Galiza Germany grenoble Hungary Ireland Istanbul Italy La Plana Liege liguria Lille linksunten lombardia London Madrid Malta Marseille Nantes Napoli Netherlands Nice Northern England Norway Nottingham Oost-Vlaanderen Paris/Île-de-France Patras Piemonte Poland Portugal Roma Romania Russia Sardegna Scotland Sverige Switzerland Torun Toscana Toulouse Ukraine United Kingdom Valencia
latin america
Argentina Bolivia Chiapas Chile Chile Sur CMI Brasil CMI Sucre Colombia Ecuador Mexico Peru Puerto Rico Qollasuyu Rosario santiago Tijuana Uruguay Valparaiso Venezuela
oceania
Aotearoa Brisbane burma darwin Jakarta Manila Melbourne Perth QC Sydney
south asia
India Mumbai
united states
Arizona Arkansas Asheville Atlanta Austin Austin Indymedia Baltimore Big Muddy Binghamton Boston Buffalo Charlottesville Chicago Cleveland Colorado Columbus DC Hawaii Houston Hudson Mohawk Kansas City LA Madison Maine Miami Michigan Milwaukee Minneapolis/St. Paul New Hampshire New Jersey New Mexico New Orleans North Carolina North Texas NYC Oklahoma Philadelphia Pittsburgh Portland Richmond Rochester Rogue Valley Saint Louis San Diego San Francisco San Francisco Bay Area Santa Barbara Santa Cruz, CA Sarasota Seattle Tampa Bay Tennessee Urbana-Champaign Vermont Western Mass Worcester
west asia
Armenia Beirut Israel Palestine
process
FBI/Legal Updates Mailing Lists Process & IMC Docs Tech Volunteer
projects
Print Radio Satellite TV Video
regions
United States
topics
Biotech

copyleft Copyleft Indymédia (Independent Média Center). Sauf au cas où un auteur ait formulé un avis contraire, les documents du site sont libres de droits pour la copie, l'impression, l'édition, etc, pour toute publication sur le net ou sur tout autre support, à condition que cette utilisation soit NON COMMERCIALE.

RSS articlesRSS articles |  Site réalisé avec spip 3.1.3 [23214]
Top