RSS articles
Français  | 
Migrants du parc Maximilien : ECHEC ET MAT ! posté le 13/08/17 - Local
ALERTE : Ça se passe près de chez vous..... posté le 04/08/17 - Local - 1 commentaire
Déportation massive,de Nigérians ce 9 ou 10 / 08 posté le 03/08/17 - Local - 1 commentaire
Jugement de la Chambre du Conseil contre 12 anarchistes posté le 02/08/17 - Local - 5 commentaires
Ende gelände ! Du 24 au 29 août ! posté le 01/08/17 - Local - 1 commentaire
24/07 : Empêchons une expulsion !, Een uitzetting beletten ! posté le 22/07/17 - Local - 1 commentaire
Construction de trois nouveaux centres fermés en Belgique posté le 19/07/17 - Local - 2 commentaires

1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10

Honte au Parlement européen pour qui être antisioniste c’est être antisémite !
posté le 07/06/17 par La rédaction de la Feuille de chou Mots-clés  antifa  Peuples indigènes  répression / contrôle social 

Ils ont osé !

Le premier juin 2017, à une large majorité et à main levée, le parlement européen a adopté une résolution sensée combattre l’antisémitisme. Mais voilà, in coda venenum, la résolution stipule aussi que critiquer Israël constitue un acte d’antisémitisme !
Oser dire qu’Israël est un Etat voyou qui viole un nombre incalculable de résolutions du Conseil et de l’Assemblée des Nations Unies le condamnant pour son occupation et l’accaparement de la terre palestinienne : antisémitisme.

Oser dire que l’extermination de près de 2000 femmes, enfants, vieillards palestiniens égorgés à Sabra et Chatila en septembre 1982, sans compter les tortures et viols, tout cela commis sous les ordres du général Sharon : antisémitisme.
Oser soutenir comme Mme Rime Khalef, secrétaire exécutive de la Ceseo (1), le rapport du professeur Richard Falk, ancien rapporteur spécial des Nations Unies sur les droits de l’homme dans les territoires occupés de Palestine, parce qu’il écrit « Israël est coupable de politiques et de pratiques constitutives du crime d’apartheid » : antisémitisme.
Oser, comme Jimmy Carter dès 2006, mettre en garde Israël contre le crime d’apartheid ou encore déclarer, comme l’ancien procureur de la république d’Israël Ben-Yaer, « nous avons établi un régime d’apartheid dans les territoires occupés » : antisémitisme.

Publier le rapport « Goldstone » accusant Israël de crimes de guerre et de possibles crimes contre l’humanité lors de l’opération « plomb durci » contre Gaza qui fit plus de 1.300 morts essentiellement civils entre décembre 2008 et janvier 2009 : antisémitisme.

Appeler au boycott contre l’Etat d’Israël pour crimes de guerre, crime d’apartheid, 50 ans d’occupation et de violation de tous les droits palestiniens : antisémitisme.

Lorsqu’un parlement, celui de l’Europe, en arrive à un tel déni de droit - la liberté d’expression étant une valeur fondant toute démocratie - on ne peut que s’indigner et se révolter de ce qu’il se trouve une majorité pour adopter une telle résolution, sous la pression, le harcèlement même de réseaux de lobbyistes à la solde d’Israël.
Pour les défenseurs du droit international et de la solidarité avec le peuple palestinien et tous les peuples privés de leurs droits fondamentaux, dénonçons cette résolution, le chantage à l’antisémitisme, les menaces des cercles à la solde du gouvernement israélien.

Battons-nous contre la lâcheté, les compromissions des politiciens qui adoptent des résolutions anti-démocratiques et mortifères.

Résistons aux côtés de ceux qui, en Israël, dénoncent les politiques criminelles de leur gouvernement à l’encontre des Palestiniens et de ceux qui, en Palestine, combattent l’occupant.

N’ayons crainte de dire que les luttes pour forcer Israël à se conformer au droit des Palestiniens à leur autodétermination s’inscrit dans l’histoire des peuples et de leurs revendications pour mettre fin au colonialisme, à l’image du FLN algérien contre la France ou du Viêt-Cong contre les Etats-Unis.

N’hésitons pas à dénoncer l’apartheid pratiqué par les Israéliens à l’égard des Palestiniens en territoires occupés et en Israël. Il est pire que celui pratiqué par les blancs d’Afrique du Sud, ainsi que l’a dit avec force l’archevêque Desmond Tutu.
Le crime d’apartheid (2) est inclus depuis 1973, avec dix autres crimes contre l’humanité, dans le Statut de Rome qui fonde en 2002 la Cour pénale internationale.

Le rapport de Richard Falk défendu par Mme Rima Khalef dit clairement : « Israël a mis en place un régime d’apartheid qui instrumentalise de façon systématique l’oppression raciale et la domination du peuple palestinien dans sa totalité ». Ce ne sont pas seulement des critiques qu’il y a lieu d’opposer à Israël, ce sont des condamnations et un appel à ce que le gouvernement Netanyahou soit déféré devant la Cour pénale internationale.

Face aux manquements graves des Etats occidentaux et de l’ONU qui ne remplissent pas leurs obligations légales pour protéger les populations palestiniennes (3), oui, nous nous devons, en tant que citoyens, de boycotter Israël, puissance colonisatrice et occupante de la Palestine depuis 50 ans.

Pierre Galand
Président de l’ABP
3 juin 2017

(1) Ceso : Commission économique et sociale pour l’Asie Occidentale des Nations Unies.
(2) Le crime d’apartheid : actes inhumains perpétrés dans le but d’établir et de maintenir la domination des membres d’un groupe racial sur les membres d’un autre groupe racial et de les opprimer systématiquement.
(3) Voir à ce sujet les travaux du Tribunal Russell sur la Palestine. http://www.russelltribunalonpalestine.com/en/

http://la-feuille-de-chou.fr/archives/96240


posté le 7 juin 2017  par La rédaction de la Feuille de chou  Alerter le collectif de modération à propos de la publication de cet article. Imprimer l'article
Liste des documents liés à la contribution
free-palestine-a(...).jpg

Commentaires
  • Le Parlement européen a voté à une très large majorité, le jeudi 1er juin, une nouvelle résolution sur l’antisémitisme. Il va sans dire que nous déplorons, une fois encore, la singularisation de l’antisémitisme vis-à-vis des autres formes de racisme. D’elles pas un mot, alors que, par exemple, l’islamophobie sévit partout en Europe et que la rromophobie tue. Mais il y a plus grave. A y regarder de plus près, ce n’est pas tant d’antisémitisme que de limitation de la liberté de parole et de criminalisation de la critique d’Israël qu’il s’agit.

    La résolution, par le biais du paragraphe 2, fait sienne les critères proposés par la très sioniste Alliance internationale de la mémoire de l’holocauste (International Holocaust Remembrance Alliance, IHRA) pour définir l’antisémitisme. Si celle-ci reconnaît que l’antisémitisme, c’est la haine du Juif en tant que juif, le paramètre de la définition ne s’arrête pas là. « Nier au peuple juif (sic) le droit à l’autodétermination, en prétendant par exemple que l’existence de l’État d’Israël est une entreprise raciste » relèverait de l’antisémitisme. « Avoir deux poids deux mesures en demandant de l’Etat d’Israël un comportement que l’on attend ni ne demande de n’importe quelle autre nation démocratique (sic) [1] » ? Antisémitisme !

    Le Royaume-Uni et l’Autriche ont récemment adopté cette définition, et les effets catastrophiques n’ont pas tardé à se faire sentir. C’est notamment sur cette base qu’a failli être annulée il y a une dizaine de jours la Palestine Expo 2017 de Londres qui aura bien lieu début juillet [2].

    En France aussi, la petite musique qui amalgame insidieusement la moindre critique d’Israël et/ou du sionisme à de l’antisémitisme bat son plein. Pas besoin de la définition de l’IHRA pour cela ! Et pourtant, si le vote de cette résolution au Parlement européen n’a aucune valeur juridique contraignante, il contribue à renforcer ce climat nauséabond où la parole critique à l’encontre d’Israël est bâillonnée et criminalisée. Ce vote, c’est une attaque sournoise contre la liberté d’expression de la part de la seule institution démocratique de l’Union européenne.

    A l’exception notable de la Gauche unitaire européenne (GUE/NGL) et des Verts, tous les groupes parlementaires ont écouté plus ou moins religieusement les doléances des lobbies hyperactifs pro-israéliens – au premier rang desquels, l’IHRA et le Congrès juif européen – qui ont finalement réussi à obtenir gain de cause après une longue et coûteuse bataille. Mais ne nous y trompons pas, cette résolution ne s’est pas obtenue que sous la pression. Il s’agit d’un vote d’adhésion. Elle a été approuvée à une large majorité comprenant une alliance pas si hétéroclite qu’elle n’en a l’air au premier abord : de l’aile droite de la social-démocratie à l’extrême droite souverainiste et antisémite, tous, à de rares exceptions près, ont voté en faveur de la résolution.

    Sans un accord idéologique tacite fondé sur une islamophobie plus ou moins assumée et le choix stratégique néoconservateur du soutien indéfectible à Israël, une telle alliance aurait été inconcevable. Il suffit de prendre la peine de gratter le vernis des bonnes intentions de cette résolution pour que se laisse apercevoir sa véritable raison d’être, qui ne fait d’ailleurs que peu de cas de la situation des Juifs en Europe. Il faut rappeler qu’il n’y a pas de politique d’état antisémite en Europe, et que ce vote vise clairement à empêcher non pas l’antisémitisme réel mais la critique politique légitime d’un État, de sa politique et de son régime.

    Le vote de cette résolution nous rappelle, qu’ici comme en Europe, le droit à la critique d’Israël fait partie de la liberté d’expression politique en général – un acquis aussi précieux que fragile qu’il nous faut défendre à tout prix.

    Le Bureau national de l’UJFP, le 2 juin 2017

    http://www.ujfp.org/spip.php?article5669

  • Deux article de la propagande nationaliste palestinienne coup sur coup.

    • Remarquons que les islamistes tiennent les mouvements nationalistes palestinien.

    Laissons les trolls et autres idiots-utiles s’énerver ...

  • Marre de tout ce baratin ! Les nationalistes/religieux sionistes qui veulent un état fasciste religieux d’un côté, les palestiniens nationalistes/religieux (mais d’une autre religion), qui veulent un état religieux tout court. Et moi avec mon "ni dieux, ni maîtres"... j’ai l’air fin ! Qu’ils aillent tous les deux se faire foutre ! Marre de dépenser mon énergie pour une cause qui fera la même chose que ceux qu’elle critique ! Qu’on ne me parle plus de la Palestine !

  • Jeudi noir au Parlement européen : quand le lobby pro-israélien instrumentalise la lutte contre l’antisémitisme

    En adoptant le jeudi 1er juin une motion semant la confusion entre antisémitisme et critique de l’Etat d’Israël, le Parlement européen s’est déshonoré.

    La motion, présentée comme un moyen de renforcer la lutte contre l’antisémitisme et votée à une large majorité, appelle dans son article 2 les Etats membres et les institutions européennes à adopter la définition « IHRA » de l’antisémitisme, une définition dangereuse assimilant, par des exemples ambigus, la critique de la politique de l’Etat d’Israël à l’antisémitisme. Issue de travaux très controversés menés depuis 2004 sous des appellations diverses (EUMC, FRA) cette définition est maintenant promue par une offensive systématique et de grande ampleur du lobby pro-israélien, dont l’adoption par l’IHRA (association internationale pour le souvenir de l’holocauste) a été une étape.

    En mars dernier encore, la commission des libertés, de la justice et des affaires intérieures (LIBE) du Parlement européen avait refusé que soit subrepticement introduite en « questions diverses » l’adoption de cette définition.

    Le lobby pro-israélien au sein du Parlement européen, particulièrement actif, a réussi à court-circuiter cette commission trop peu docile en faisant porter directement la motion en session plénière, conjointement par les groupes PPE (conservateurs), ALDE (libéraux) et S&D (socialistes). Les directions de ces groupes politiques portent une énorme responsabilité dans ce très mauvais coup porté à nos valeurs démocratiques. Et peu de députés ont ensuite eu le courage d’exiger que l’article controversé soit au moins retiré, et de voter contre la motion dès lors que l’article était maintenu.

    Le racisme sous toutes ses formes doit être combattu. L’antisémitisme renvoie à des pages particulièrement sombres de notre histoire qu’il faut savoir regarder en face, comme nous devons regarder en face notre passé colonial. Mais toute instrumentalisation de la lutte contre l’antisémitisme est à la fois une insulte à ses victimes et un très mauvais coup contre la liberté d’expression.

    Il est temps, il est grand temps que nos élus et responsables politiques, soumis à d’incroyables pressions du lobby pro-israélien, se lèvent enfin pour s’y opposer fermement : on ne joue pas avec la lutte contre l’antisémitisme, c’est la cohésion de notre société qui est en jeu.

    Communiqué de l’AFPS

    http://www.france-palestine.org/Jeudi-noir-au-Parlement-europeen-quand-le-lobby-pro-israelien-instrumentalise

  • Leur place est à côte du CRIF, de la LDJ et autres fachos sionistes

    CRIF - UNE DÉFINITION DE L’ANTISÉMITISME VOTÉE PAR LE PARLEMENT EUROPÉEN

    Le Crif exprime sa satisfaction devant l’adoption par le Parlement européen avec une majorité écrasante de la « Proposition de résolution sur la lutte contre l’antisémitisme », qui prévoit un appel aux États Membres pour qu’elles adoptent et utilisent la définition de l’antisémitisme de l’IHRA et accroissent la coopération avec les communautés juives en matière de sécurité.

    Cette résolution, qui traite uniquement de l’antisémitisme, suggère des mesures pratiques pour relever tous les défis auxquels la communauté juive est confrontée ; elle a été initiée et rédigée par les présidents du Groupe de travail sur l’antisémitisme au Parlement européen. Ce vote est le résultat d’efforts notamment du Congrès Juif européen en sa qualité de Secrétaire de ce groupe de travail, qui avait appelé à cette résolution et sensibilisé les députés européens sur la nécessité d’adopter une définition commune de l’antisémitisme. Le Crif avait sensibilisé certains députés européens français qui avaient exprimé des réserves sur l’importance de voter ce texte.

    Nous espérons que cette résolution et la définition de l’antisémitisme, déjà adoptée par la France au sein de l’IHRA (International Holaucaust Remembrance Alliance), sera bientôt reprise par le Parlement français.

    Cette résolution identifie notamment l’antisionisme à une nouvelle forme d’antisémitisme.

    http://www.crif.org/fr/actualites/crif-une-definition-de-lantisemitisme-votee-par-le-parlement-europeen

  • Le Parlement européen criminalise le délit d’opinion !

    Ce 1er juin le Parlement européen a voté, à une très large majorité, une nouvelle résolution sur l’antisémitisme qui criminalise une fois de plus le délit d’opinion, sous la pression des lobbies hyperactifs pro-israéliens. Il y a maintenant 50 ans, le 5 juin 1967, Israël lançait une offensive militaire de conquête aux conséquences dramatiques pour la paix mondiale ..... mais exige le silence !

    Ils l’ont fait ! La seule instance démocratique européenne, le Parlement, vient de criminaliser le délit d’opinion. De la social-démocratie à l’extrême droite souverainiste et antisémite, tous les groupes ont voté en faveur d’une nouvelle résolution sur l’antisémitisme, à l’exception notable de la Gauche Unitaire Européenne et des Verts.
    La résolution, par le biais du paragraphe 2, fait siens les critères proposés par la très sioniste International Holocaust Remembrance Alliance (IHRA) pour définir l’antisémitisme. Si celle-ci reconnaît que l’antisémitisme, c’est la haine du Juif en tant que juif, le paramètre de la définition ne s’arrête pas là : « Nier au peuple juif (sic) le droit à l’autodétermination, en prétendant par exemple que l’existence de l’État d’Israël est une entreprise raciste » relèverait de l’antisémitisme. « Avoir deux poids deux mesures en demandant de l’Etat d’Israël un comportement que l’on attend ni ne demande de n’importe quelle autre nation démocratique (sic) ». Antisémitisme !

    Le vote de cette résolution nous rappelle, qu’en France comme en Europe, "le droit à la critique d’Israël fait partie de la liberté d’expression politique en général, un acquis aussi précieux que fragile qu’il nous faut défendre à tout prix". Comme le souligne énergiquement l’UJFP (Union des Juifs Français pour la Paix).

    Petit rappel sémantique :

    - l’antisémitisme est un délit

    - l’antisionisme est une opinion

    Formulé vers la fin du XIXe l’antisémitisme désignait à l’origine le racisme à l’encontre des peuples sémites mais ne visera en réalité que les Juifs. La création d’un Etat juif (Israël), puis ses exactions permanentes : colonisation, racisme anti-arabe, apartheid, non respect du droit international, massacres, etc ... a amené de nombreuses voix dans le monde à dénoncer cette politique criminelle.

    Celle-ci étant totalement indéfendable il fallait trouver comment faire taire ces voix à tout prix. Ce sera l’accusation d’antisémitisme dès lors qu’on osera critiquer le régime d’extrême droite israélien !

    Ainsi, que ce soit en Israël même, chez les politiciens français ou dans les media, tout démocrate, tout humaniste, risque de se voir désormais traité d’antisémite par un lobby aux dents longues et sa propagande honteuse.

    Cette dérive sémantique est tout à fait symbolique de l’utilisation qui est faite du sens des mots par ceux qui sont au pouvoir et qui tentent là de transformer systématiquement une opinion (critiquer la politique d’Israël) en un délit (l’antisémitisme). Ainsi le "délit d’opinion", propre des dictatures, s’est peu à peu infiltré dans la République.

    Avec des conséquences :

    - en parlant d’antisémitisme pour tout et n’importe quoi ils ont fini par en affaiblir le sens, et même le ridiculiser, tout en confortant les vrais antisémites

    - le caractère obsessionnel de leur croisade, leurs propos souvent délirants, vont jusqu’à produire de fausses agressions antisémites !

    - mais surtout cette chape de plomb prive les Français des informations et des prises de position qui leur permettraient de mieux comprendre la situation : l’horreur en Palestine, la guerre coloniale, le mouvement BDS, les résistants israéliens, la complicité des dirigeants français, leur soutien aux assassins, etc ...

    Il semble, hélas, que dans la droite ligne de Valls, Macron et son mouvement En Marche sont décidés à céder eux aussi aux lobbies pro-israéliens. Ainsi deux candidats aux législatives viennent d’en être écartés pour avoir soutenu le mouvement boycott, désinvestissement et sanctions (BDS) et réclamé la séparation du CRIF et de l’Etat, ou demandé un embargo économique envers Israël.

    Justement, ces élections doivent aussi être l’occasion pour les citoyens d’interpeller les candidats. S’engagent-ils à reconnaître enfin les droits des Palestiniens, à exiger le respect du droit international par Israël, à mettre au pas les lobbies et à nous rendre le droit d’exprimer notre opinion ?

    Claire Vérilhac

    https://blogs.mediapart.fr/register/blog/300517/50-ans-doccupation-israeliennele-parlement-europeen-criminalise-le-delit-dopinion

  • antisionisme et antisémitisme ne sont pas synonymes

    "Les amalgames et les insinuations ne sont pas nouvelles, en particulier de la part de Manuel White, mais c’est aujourd’hui un nouveau verrou que vient de faire sauter un Premier ministre qui n’est plus applaudi que par le MEDEF, le Front national et un CRIF plus extrême-droitier que jamais. Quand un chef de gouvernement déclare publiquement que l’antisionisme est « tout simplement le synonyme de l’antisémitisme et de la haine d’Israël », ce n’est pas simplement une masse de militants qui est insultée, en étant amalgamée avec les franges antisémites qui se réclament de l’antisionisme : c’est plus profondément la vérité, l’intelligence, la probité intellectuelle et plus largement la morale qui sont bafouées – et c’est donc un nouveau pas qui est franchi dans la dégradation du débat public, la brutalisation de la vie politique, la liquidation de la démocratie. C’est enfin l’ensemble des Juifs, de France et d’ailleurs, qui se trouve solidarisé à son corps défendant avec la politique éminemment critiquable de l’Etat d’Israël, pris en otage dans un débat volontairement pourri, et livré à la vindicte avec une frivolité qui, en dépit de la solidarité antiraciste affichée par White, confine – pour le coup – à l’antisémitisme. En réaction à ce jeu d’apprenti sorcier, irresponsable ou cynique, ignoble en tout cas, nous republions une mise au point de Michel Staszewski dont le titre, suffisamment éloquent, annonce le propos."

    http://lmsi.net/Antisionisme-et-antisemitisme-ne

      • Marre de tout ce baratin ! Les nationalistes/religieux sionistes qui veulent un état fasciste religieux d’un côté, les palestiniens nationalistes/religieux (mais d’une autre religion), qui veulent un état religieux tout court.

    Et moi avec mon "ni dieux, ni maîtres"... j’ai l’air fin !

    Qu’ils aillent tous les deux se faire foutre !

    • Marre de dépenser mon énergie pour une cause qui fera la même chose que ceux qu’elle critique !
      • Qu’on ne me parle plus de la Palestine !

    Les nationalismes sont synonymes

  • Une vérité à marteler : l’antisionisme n’est pas de l’antisémitisme

    « Sionisme et judaïsme ne sont pas la même chose, mais deux idées différentes et sûrement contradictoires. La Terre d’Israël a besoin d’une immigration sélective : le sionisme n’est pas une œuvre de bienfaisance. Nous avons besoin de juifs de « qualité supérieure ». Cependant, je crois que l’antisémitisme, qui représente parmi les masses un courant puissant et inconscient, ne portera pas tort aux juifs. Je le tiens même pour un mouvement utile du point de vue de la formation du caractère des juifs. Il constitue l’éducation d’un groupe par les masses et conduira peut-être à son absorption. C’est à force de se durcir qu’on est éduqué. » « Les antisémites seront nos amis les plus dévoués et les pays antisémites nos alliés. »

    Théodore Herzl, cité par Hannah Arendt

    "Il est devenu difficile par les temps qui courent de nommer les choses par leur nom de peur de se prendre une « fetwa » des bien- pensants pour qui toute critique d’Israël c’est de l’antisémitisme et à ce titre beaucoup de pays européens en ont fait un délit passible d’amende, voire de prison avec au minimum pour ceux qui veulent avoir une visibilité, une extinction sociale. Comment alors nommer les choses sans s’attirer les foudres ? Comment passer à travers les gouttes de pluie du conformisme ambiant qui veut qu’Israël c’est la modernité et la liberté et c’est le dernier rempart de l’Occident en terre orientale baignant dans le chaos. Les paroles de Theodor Herzl, fondateur de l’Etat juif en puissance, sont pour nous une révélation car on peut comprendre que le moteur de la politique israélienne a comme carburant l’antisémitisme des autres, cela rend les Israéliens plus forts tout en faisant condamner les contrevenants par la police de la pensée occidentale…"

    http://www.afrique-asie.fr/une-verite-a-marteler-l-antisionisme-n-est-pas-de-l-antisemitisme/

Avertissement commentaires

Les commentaires ont pour objectif de compléter l’information donnée dans l’article, argumenter, apporter une interrogation ou un questionnement par rapport au sujet de la contribution. Les avis personnels qui n’apportent rien de plus à l’article pourront être considérés comme discussion de forum ne répondant pas aux objectifs pré-cités.Tout commentaire ne répondant pas à ces objectifs, ou étant contraire aux règles éditoriales sera supprimé définitivement du site.

Lien vers la politique éditoriale du collectif


Saisissez votre commentaire

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

www.indymedia.org
africa
Ambazonia Canarias estrecho / madiaq Kenya Nigeria South Africa
canada
London, Ontario Maritimes Montreal Ontario Ottawa Quebec Thunder Bay Vancouver Victoria Windsor
east asia
burma Jakarta Japan Korea Manila QC Saint-Petersburg
europe
Abruzzo Alacant Andorra Antwerpen Armenia Athens Austria Barcelona Belarus Belgium belgrade Bristol Brussels Bulgaria Calabria Croatia Cyprus emilia-romagna estrecho / madiaq Euskal Herria Galiza Germany grenoble Hungary Ireland Istanbul Italy La Plana Liege liguria Lille linksunten lombardia London Madrid Malta Marseille Nantes Napoli Netherlands Nice Northern England Norway Nottingham Oost-Vlaanderen Paris/Île-de-France Patras Piemonte Poland Portugal Roma Romania Russia Sardegna Scotland Sverige Switzerland Torun Toscana Toulouse Ukraine United Kingdom Valencia
latin america
Argentina Bolivia Chiapas Chile Chile Sur CMI Brasil CMI Sucre Colombia Ecuador Mexico Peru Puerto Rico Qollasuyu Rosario santiago Tijuana Uruguay Valparaiso Venezuela
oceania
Aotearoa Brisbane burma darwin Jakarta Manila Melbourne Perth QC Sydney
south asia
India Mumbai
united states
Arizona Arkansas Asheville Atlanta Austin Austin Indymedia Baltimore Big Muddy Binghamton Boston Buffalo Charlottesville Chicago Cleveland Colorado Columbus DC Hawaii Houston Hudson Mohawk Kansas City LA Madison Maine Miami Michigan Milwaukee Minneapolis/St. Paul New Hampshire New Jersey New Mexico New Orleans North Carolina North Texas NYC Oklahoma Philadelphia Pittsburgh Portland Richmond Rochester Rogue Valley Saint Louis San Diego San Francisco San Francisco Bay Area Santa Barbara Santa Cruz, CA Sarasota Seattle Tampa Bay Tennessee Urbana-Champaign Vermont Western Mass Worcester
west asia
Armenia Beirut Israel Palestine
process
FBI/Legal Updates Mailing Lists Process & IMC Docs Tech Volunteer
projects
Print Radio Satellite TV Video
regions
United States
topics
Biotech

copyleft Copyleft Indymédia (Independent Média Center). Sauf au cas où un auteur ait formulé un avis contraire, les documents du site sont libres de droits pour la copie, l'impression, l'édition, etc, pour toute publication sur le net ou sur tout autre support, à condition que cette utilisation soit NON COMMERCIALE.

RSS articlesRSS articles |  Site réalisé avec spip 3.1.3 [23214]
Top