RSS articles
Français  | 
Dupont-Moretti face au procureur Demorand posté le 19/11/17 - On the web - 9 commentaires
Historique : La radio de la CNT-FAI - 1936 posté le 17/11/17 - On the web - 17 commentaires
Utopie akbar ! posté le 16/11/17 - On the web - 27 commentaires
La face cachée de Tarik Ramadan posté le 16/11/17 - On the web - 29 commentaires

1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | ... | 203

La culture du valide
posté le 31/10/17 Mots-clés  antifa 

oici un terme très souvent utilisé dans les milieux militants mais dont la signification reste floue pour beaucoup de personnes, valides ou non. Qu’entend-on par « validisme » ? Que veut-on dire par « la société est validiste » ou « attention à ne pas utiliser d’insultes validistes » ?

Une société validiste est une société faite par et pour les personnes valides, où les maladies et handicaps sont considérés comme des anomalies, des exceptions gênantes et rarement des particularités (certes souvent difficiles à vivre, mais ce n’est pas le sujet) concernant une part non négligeable de sa population et auxquelles elle doit s’adapter. Même sous une mince couche de vernis à base « d’accessibilité » et de « tolérance » à tout ce qui est différent (merci infiniment de nous « tolérer », c’est très noble de votre part), il n’en demeure pas moins que les handicaps sont considérés comme étant l’affaire de la personne handicapée avant tout et que c’est à elle de s’adapter à un monde qui pourrait pourtant dans beaucoup de cas être très facilement rendu accessible, pour peu que l’on se donne la peine de lui demander quels sont ses besoins.

Les trois singes de la sagesseSi vous avez l’impression que la société fait son possible pour rendre la vie des personnes handicapées plus facile, sachez qu’il s’agit surtout de brasser de l’air parce qu’en pratique, ce n’est pas le cas du tout. En pratique, on parle de « coût » de l’accessibilité, comme si le simple fait de permettre à des personnes de pouvoir se déplacer à leur guise ou d’utiliser un service, par ailleurs accessible à tou-tes les gent-es valides, était un luxe que l’on ne pouvait se permettre. Ne loue-t-on pas le « courage » des personnes handicapées ou malades lorsqu’elles réussissent à se faire leur place au soleil ? Pourquoi devrait-on être spécialement courageux-ses afin de bénéficier des mêmes chances et opportunités que les valides ?

L’accessibilité, sans cesse reportée à la Saint Glinglin dans notre beau pays des droits de l’homme riche blanc cis hétéro valide, est donc traitée comme une préoccupation mineure, une faveur que notre société si « avancée » et « civilisée » ferait aux personnes concerné-es et non comme un minimum vital qu’il faut urgemment mettre en place afin de leur permettre de vivre. Les personnes malades et/ou handicapées seraient si peu nombreuses que l’on pourrait écarter ce problème d’un revers de main afin de s’occuper de choses plus intéressantes comme, par exemple, l’organisation du prochain festival du vin et du saucifflard.

Les difficultés quotidiennes auxquelles font face les personnes en situation de handicap ne sont ni plus ni moins qu’une occupation de jours de pluie pour le politicard moyen. Le nombre prétendument « limité » de ces personnes concernées est d’ailleurs très souvent avancé pour justifier que l’on rechigne face au simple fait de mettre des rampes d’accès pour les personnes à mobilité réduite. Certaines personnes valides argueront qu’elles voient rarement des personnes à mobilité réduite dans l’espace public. On se demande bien pourquoi…

Le validisme, c’est aussi le fait de se gargariser de l’augmentation du taux de scolarisation des élèves en milieu « ordinaire » en parlant « d’intégration » des élèves handicapé-es et non d’adaptation du milieu scolaire aux handicaps… Le tout sans se demander une seule seconde si l’accompagnement fourni à ces élèves est suffisant.
rampes-dacces-personnes-fauteuil-roulant-L-2
Comment s’en foutre ET se moquer en même temps. Très fort.

Le validisme, c’est préférer mettre l’accent sur la recherche scientifique, censée permettre à l’humain d’éradiquer toutes les maladies et de « guérir » tous les handicaps dans le futur, plutôt que de se tourner un minimum vers les personnes malades ou handicapées qui foulent déjà le sol de notre planète. C’est de faire croire que la seule vraie solution aux préjugés et aux discriminations est le progrès scientifique, comme si être discriminé-e et moqué-e, avoir des difficultés à évoluer dans un monde de valides étaient des composantes inhérentes au fait d’être une personne handicapée. La maladie et le handicap sont des choses difficiles à vivre en soi, mais ce n’est pas une raison pour estimer que tout effort pour améliorer la situation est inutile ou une « faveur » que l’on nous fait.

Le validisme, c’est le fait d’utiliser des noms de maladies ou de handicaps en guise d’insultes, comme s’il était dégradant d’être malade ou handicapé-e. « Débile », « trisomique », « retardé-e », etc… Sans parler de toutes les allusions au cerveau qu’il faudrait forcément avoir parfaitement sain pour raisonner convenablement. C’est aussi le fait d’utiliser ces mêmes mots comme autant de qualificatifs rigolos pour se décrire soi-même alors que l’on est pas concerné-e (par exemple « j’ai inversé deux lettres, je suis trop dyslexique hahaha »). De telles pratiques contribuent à donner à la société une vision simpliste de ce que sont les maladies et les handicaps. Les personnes réellement concerné-es se voient ensuite souvent répondre que leur maladie ou leur handicap n’est pas réellement grave et qu’elles n’ont qu’à « faire plus d’efforts ». Non, être bipolaire ne signifie pas être de bonne humeur le matin et de mauvais poil le soir.

Le validisme, c’est le fait d’utiliser des photos de personnes malades ou handicapées pour plaisanter ou dénigrer quelqu’un, comme si le fait d’avoir un corps différent était une honte dont les personnes valides seraient en droit de se moquer. Comme s’il était dégradant pour un-e valide d’être assimilé-e à une personne malade ou handie.

Le validisme, c’est de réduire la personne à sa maladie ou son handicap en utilisant des qualificatifs tels que « la petite autiste » ou « le petit hyperactif ». C’est une pratique particulièrement utilisée pour désigner des enfants. Imaginez ce que c’est que de grandir en étant uniquement désigné-e par les adultes comme « la trisomique » ou « l’handicapée ». La maladie, la différence, font partie de nous mais nous sommes avant tout des personnes. Nous avons un prénom. Utilisez-le.
csm_aaeh_03c0fc45f2
Voici un.e enfant. Un être humain. Pas « une trisomique ».

Le validisme, c’est le fait d’avoir une certaine vision des personnes handicapées, comme si elles constituaient un groupe homogène, sans pour autant en connaître une seule intimement. C’est de voir ces personnes comme nécessairement malheureuses et regrettant bien fort de ne pas être valides, comme si le handicap était en soi la seule chose qui nous empêchait de vivre nos vies comme on l’ent
end… Paradoxalement, c’est aussi louer le « courage » dont font preuve les personnes handicapées, c’est partager des articles sur les réseaux sociaux à propos des rares personnes handies célèbres afin de mieux se rassurer et fermer les yeux sur la réalité vécue par toutes les autres. C’est estimer, inconsciemment, que les personnes handicapées ne méritent de l’attention que lorsqu’elles accomplissent quelque chose de remarquable.

Le validisme, c’est utiliser les réalisations de personnes handies afin de se motiver (« si un-e handi-e le fait, je peux le faire ») ou se dénigrer (« je n’arrive pas à faire ce qu’un-e handi-e fait, je ne vaux rien ») en partant du principe que les capacités d’un-e personne handi-e sont forcément moindres que celles de quelqu’un de valide. Comme si ille ne pouvait pas avoir travaillé plus dur, s’être entraîné-e plus longtemps ou tout simplement être plus doué-e qu’un-e personne valide.

Le validisme, c’est le fait de n’appréhender la sexualité des personnes handicapées que sous l’angle de « l’assistance sexuelle », comme si personne ne pouvait avoir envie de pratiquer le sexe avec nous, comme si nos corps étaient si rebutants qu’il faudrait nécessairement payer quelqu’un-e pour qu’ille le touche. Il y a du sexisme mais aussi du validisme dans les canons de beauté. Parfois, elle est également dépeinte comme un fantasme étrange, une expérience à vivre pour l’homme cis hétéro, mais juste pour essayer parce qu’il ne faut pas déconner…

En résumé, le validisme est le fait de considérer, consciemment ou non, les personnes handicapées comme des anomalies, des sous-humain-es sans personnalité ni capacités propres, dont la seule caractéristique est d’être handicapé-es. Il se manifeste de diverses manières, de la plus explicite à la plus subtile mais tout aussi insultante et rabaissante. Un autre aspect du validisme, compréhensible mais assez révélateur, est de supposer que la personne à qui l’on s’adresse est forcément valide et qu’elle peut faire tout ce qu’une personne valide fait : visionner une vidéo sans sous-titre, se rendre facilement d’un point A à un point B, dormir ailleurs que chez elle, rester longtemps debout ou au soleil, s’amuser à une soirée où il y a du monde, etc. Il est urgent d’inclure les maladies et handicaps, graves et moins graves, dans la vision du monde de chacun-e et pas seulement une fois par an en regardant le Téléthon. Nous existons. Nous sommes des personnes et nous ne sommes pas aussi peu nombreux-ses que les gent-es valides se l’imaginent. D’un point de vue plus général, être valide et en parfaite santé relève de l’exception et non de la norme car selon une étude récente, seulement 4,3% de l’espèce humaine est dans ce cas. Bon courage aux scientifiques…
Tags
accessibilité, discrimination, handicap, validisme

Tu es une personne valide et tu n’y as jamais tant réfléchi jusqu’à cette phrase ?

Tu te dis que ça doit être (trop) dur de vivre en tant qu’handicapé-e, genre tu pries pour ne (surtout) jamais l’être ?
Tu admires le courage quasi héroique des handicapé-e-s ? (mais Batman reste ton super héros)
Tu te rassures avec le Téléthon et ce que te racontent les médias quant aux avancées en matière de handicaps ?

Tu hésites à savoir si un-e handicapé-e est ultra débile ou hypra intelligent-e ? (cherche encore...)
Tu a s un-e pote handicapé-e et c’est trop cool pour toi de le dire ?

Tu es une personne handicapé-e et tu te sens dans une société faite pour et par les valides ? tu te demandes si le bug c’est toi ou cette société ?

Tu vois des marches partout ? (ne te sens pas parano !)
Satan est en toi ? (ouais ouais !)
T’es terriblement sexy et les valides ne le voient pas ?
Ton héros c’est le Dr Charles Xavier ?

... le validisme ça te concerne !

LA CULTURE DU VALIDE (OCCIDENTAL)

ou comment le validisme
ça te concerne sûrement.

transfluid at yahoo.fr

merci à Beatriz pour m’avoir appris à désillusionner

et à Colin K. Donovan, quelque part sur un réseau,
pour son Attitude

puis au Dr Charles Xavier, quand même à Batman, mais
surtout à Daredevil, à Karate Kid (le 1, pas le 2).

La culture du/de la valide est partout, mais ne se dit pas.

Le validisme, la norme du/de la valide,
régit le fonctionnement de tout le monde.

Tout le monde sauf (!) les autres,
c’est-à-dire les anormaux-ales, les résidus défectueux
de la société validiste : les handi(capé-e)s.

<1>
L’identité invalide du valide.

Le/la valide n’a pas conscience qu’il-e est valide. Il-e dit qu’il-e est normal-e, tout autant que ceux-lles qui lui ressemblent-s’assemblent. Le/la valide ne dit jamais qu’il-e est valide, il-e dit “je ne suis pas handicapé-e”. Il-e a besoin de négation pour se considérer un minimum existant, apte.

<2>
Une déclinaison de
la dictature de la majorité.

Le/la valide est un corps fonctionnel clôné, un mécanisme identique, alors que l’handi est à structure polymorphe : tétraplégique, aveugle, IMC (Infirme Moteur Cérébral), sourd-e/muet-te, paraplégique, trisomique, myopathe, amputé-e, nain-e, LIS (Locked-In Syndrom), autiste... Le/la valide conçoit peu les variations humaines, les diversités corporelles en dehors de sa conformité technique et, à force, informe.
S’il-e lui est demandé de définir un-e handi, il-e stéréotype à l’image du “fauteuil roulant” (voire il-e dit “chaise roulante”) et n’est pas en mesure de plus amplement décrire. Le/la valide ne veut pas plus connaître l’handi car l’idée de l’handi en sursis que el-lui-même est le/la fait flipper [héhé].

<3>
Plan A : conformer (validiser).
Plan B : enterrer vivant-e.

Il-e conçoit l’handi comme un bug dans le programme unitaire PCP, Product ion-Consommation-Procréation. Le/la valide est à la fois le/la programmateur-trice et le programme du PCP, sa régulation est autarcique. Tout corps ne pouvant pas performer le PCP sera détecté comme virus : à soigner, à ré-éduquer, à sectoriser/spécialiser, à insérer, à (hétéro)normaliser, à regénérer... à exclure, à annuler, à cachetonner, à ignorer, à isoler, à cacher, à déresponsabiliser, à taire.

<4>
La conscience validiste.

Le/la valide a besoin d’avoir bonne conscience (quelques fois dans l’année). Il-e développe le Téléthon pour des promesses cathodiques de guérisons à haute teneur en divertissement. Il-e organise des séjours dits de vacances pour les handis enfermé-e-s 90% de l’année dans des taules... officiellement désignées comme des “institutions”. Il-e annonce “l’année (2003) européenne du handicap” qui lance la grande mode du politikblabla sur le handicap, les parlementaires valides brandissant de grands concepts citoyennistes.
Le discours du/de la valide expose toujours de glorifiantes perspectives d’évolutions, érigées dans une “bonne conscience politique” du handicap. Le tout formaté pour une opinion publique (valide) qui se laisse volontiers ignorer la réalité : les handis restent des cobayes médicaux et institutionnels.

<5>
Tou-te-s intégré-e-s à la beaufitude !

Un grand/gros mot du politikblabla du valide envers-les-handis-mais-par-les-valides est “intégration”. C’est le formidable projet d’amélioration de vie des personnes subissant « une perte ou une restriction des possibilités de participer à la vie de la collectivité à égalité avec les autres », dixit l’article 18 des Règles (valides) des Nations Unies (valides) pour l’Egalisation (validiste) des Chances pour les personnes handicapées de 1993. Ici, les “autres” = les valides, “égalisation” = validisation. But du jeu : fondre les handis dans la culture valide, désintégrer l’identité handi pour une totale intégration-dissolution au modèle valide. De l’exclusion à l’inclusion...
Le/la valide n’intégrera jamais un mode de vie handi-alternatif (au-delà du PCP), mais il-e imposera toujours sa culture normalisante, son validisme aux handis. Sans conscience d’autodétermination, l’handi ne rêve que d’accéder au valide way of life.

<6>
“La société valide se réserve le
droit d’entrée aux handis.”

Dans le grand projet d’une meilleure citoyenneté pour les handis (mais-par-les-valides), l’architecture et l’urbanisme posent depuis une éternité un problème délicat : le/la valide vénère les marches et escaliers, il-e en met partout, c’est plus fort que el-lui. Il-e en est tellement accro qu’il est possible de trouver des marches devant des ascenseurs, ou des chiottes indiqués handis dans un sous-sol uniquement accessibles par escalier. La complexité de cette fascination des marches réside dans le fait que le/la valide ne parvient pas à concevoir l’accessibilité aux handis, il-e bloque psychologiquement sur ce principe d’autonomie. Il-e sait construire des rampes, des plans inclinés, des ascenseurs, même qu’il-e a établi des textes de lois à ce sujet... il reste néanmoins inconcevable pour el-lui de rendre accessible les moyens de transports, l’habitat, les espaces publics (cinés, salles de concerts, galeries, lieux de cultes, administrations, écoles, bibliothèques, bar-tabacs, épiceries, boulangeries, pharmacies, bars, restos, clubs, backrooms, piscines, hôtels... j’arrête là, mais bon). Même des lieux autogérés comme des squats sont majoritairement inaccessibles/excluants pour un-e handi. Les deux seuls royaumes d’accessibilité sont les centres commerciaux et les hostos... ouais, génial. Le/la valide dit souvent qu’il-e voit très peu d’handis dans son quotidien, bah tiens...
Devant l’éternel obstacle des marches, le/la valide dégaine son leitmotiv « pas de problème, on va porter ! » [voir chapitre suivant]. Game over :
1) si, il y a un problème, reconnais le
2) ‘ce’ que tu veux porter ne veut peut-être pas l’être.
Le/la valide a cette étrange façon de jouer les super-wo-mans dans des situations qu’il-e maintient supernazes. Le comble est le/la valide momentanément en béquilles-pied-plâtré qui va crier soudainement son indignation de l’urbanisme et qui va la jouer solidarité avec les handis...

[faites des chiottes publiques accessibles si vous ne voulez pas que les handis activistes se mettent réellement à pisser devant les restos, les cinés, les administrations, etc !!!!]

<7>
Ca te fait du bien la charité ?

Ah, la charité...
S’il y a bien quelque chose que le/la valide ne veut pas assimiler, c’est que la liberté passe par l’autonomie et non par ce vieux relent d’assistanat charitable. Il-e est gentil-le, il-e veut toujours aider, dépanner (enfin, de façon très ponctuelle, et surtout quand d’autres valides le/la regardent)... le problème est qu’il-e ne se questionne jamais tant sur l’envie - ou non, justement - de l’handi d’être aidé-e. Ce qui est cool pour el-lui ne l’est pas forcément pour l’autre [définition contemporaine zigzaguienne de la charité]. Mettez un-e valide au moins trois jours dans une situation d’assistanat permanent : où chaque valide lui signifiera plus ou moins lourdement que, là, le/la gentil-le valide est en train de l’aider, gracieusement, bénévolement, de bonne foi, “avec plaisir”, “pas de problème”... rapidement il-e suppliera d’accéder au maximum d’autonomie possible, de façon à se sentir libre d’agir et surtout ne plus être à se retrouver redevable d’une charité imposée. A travers cette charité, le/la valide se regarde el-lui, se contemple dans un handicap qu’il-e utilise.

<8>
Ouais je connais.

Le/la valide aime dire qu’il-e sait ce qu’est être handi. Son cousin a été six mois en fauteuil roulant suite à une chute de ski, sa grand-mère boîte légèrement de la hanche, ou bien el-lui-même est amputé de l’oriculaire de la main gauche. Il-e con-prend, il-e con-patit. Il-e dit qu’il-e “imagine” que “ça doit être dur” de vivre “comme ça”... ‘ça’ alors... que el-lui d’ailleurs il-e ne pourrait pas, il-e ne supporterait pas. Il-e évangélise alors sur le courage surhumain (survalide) de l’handi. [j’y reviens]
Le/la valide-fashion aime dire que de toute façon el-lui non plus n’est pas normal-e. « Je suis handicapé-e aussi quelque part », il-e con-prend et con-patit, patati patata (le valide est vite redondant).

<9>
L’handi comme confessionnal ambulant.

Il faut généralement que l’handi comprenne le/la valide, qu’il-e l’écoute, le/la conseille. Le/la valide se confie sans retenue auprès de l’handi, il-e se sent libre de débrider son intimité dans ce confessionnal plein de bonté, ce déversoir informe que semble l’handi, perçu-e malgré el-lui d’emblée comme “différent-e” donc sans limite/s.

<10>
L’handi : l’exotisme près de chez vous.

Oui, l’handi, cet être étrange : parfois extralucide, d’autres fois invisible, parfois démentiellement intelligent-e, d’autres fois profondément débile, parfois asexuel-e, d’autres fois maniaco-sexuel-le (version pervers-e à stériliser dare-dare), parfois d’une beauté transcendante, d’autres fois monstrueux-se... Nous ne le dirons jamais assez : l’handi est exotique !
Le/la valide se sent cool quand il-e a un-e pote handi à présenter à son public de potes valides. Le/la valide se sent alors l’âme humanitaire, il-e dit qu’il-e réalise concrètement à quel(S) point(S) la société est sélective et excluante, ça le/la révolte (il-e tient à ce que l’handi soit témoin de son écoeurement)... le problème est qu’il-e vient soudainement d’accuser une société dont il-e se déresponsabilise.

<11>
Quand le validisme débande.

Sexuellement, le/la valide divise frénétiquement l’handi. [à paraître un jour une contre-étude de Zig_ze_Lonesome_Tranny-crip-girlboy sur le thème “corpo-sexualités & handicaps”, parce que y’en a marre de lire des conneries institutionnelles névrotiques et hétéronormalisées.]
Communément, il-e l’asexualise, voire l’infantilise farouchement (sic !). “Farouchement” car le/la valide a pleinement conscience que la libido n’épargne aucun corps, même le plus immobile et/ou le moins évidemment communicatif, mais il-e a déjà tellement de mal à gérer sa sexualité avec des corporalités identiques qu’il-e panique graaaaaave à l’idée de n’avoir plus aucune maîtrise avec des corporalités inconnues auxquelles il-e ne peut pas se reconnaître-référer. L’handi est alors perturbateur de ses codes de comportements sexuels, le comble de la validirilité...

<12>
L’handi comme sextoy.

Et parallèlement, le/la valide fétichise et catégorise particulièrement l’handi . Un-e aveugle ça touche mieux que quiconque, un-e paraplégique ça suce de façon démente, un-e nain-e ou un-e amputé-e c’est trop délire, un-e tétraplégique [immobilité généralisée du corps] c’est la possibilité rêvée d’un gros déblocage d’inhibitions... Les mêmes rôles sont toujours d’avance attribués à l’handi : voyeur-se et passif-ve. On ne lui demande pas tant d’être soumis-e car on ne le/la considère pas conscient-e des jeux de rôles érotiques (et puis pour plein de valides, passivité = soumission). De toute façon, on n’attend surtout pas de l’handi qu’il-e soit érotique puisque son handicap l’est déjà pour lui.
L’handi c’est sympa à essayer (et c’est forcément toujours le/la valide qui “essaie” l’handi, l’inverse ne lui est pas concevable...). D’ailleurs, le/la valide qui n’est pas parvenu-e à jouir de ce corps non conforme au sien, a tendance à s’enfuir en disant mollement au partenaire handi « excuse-moi, j’ai essayé tu sais ». Quelle audace. Parfois il-e ne veut absolument pas assumer sa fuite et propulse la faute à l’handi, lui expliquant qu’il-e est décidemment trop handi pour le grand standing de la sexualité valide...

<13>
Plus chou que Pikachu...

Le/la valide adulte prend souvent un-e handi pour un pokemon. Il-e lui est parfois irrésistible dans la rue de venir le toucher, au choix le serrer-comprimer dans ses mains, ses bras, le carresser-papouiller, l’embrasser-skotcher, le prendre en photo [sisi]... voire tout d’un seul coup (la spécialité des ménagères de plus de quarante ans). Sans oublier d’afficher un sourire béat, des yeux larmoyants d’émotions préfabriquées, d’aligner les propos usuels sur le courage & l’espoir. Le/la valide a besoin que l’handi porte sa croix (...mais la croix de qui au juste ?).

<14>
“Lève toi et marche (satan ?)”...
mais oui bien sûr...

[la tartine du champ lexical de la charité chrétienne dans
ce texte est révélatrice du fait que la culture catholique
est omniprésente dans les rapports handis/valides]

Il-e arrive aussi au valide, en croisant un-e handi totalement inconnu-e, de lui donner — imposer — une bible, une croix, un grigri, ou autres gadgets religieux (l’handi doit se préparer à une collection à vie). Il-e explique alors à l’handi comment il-e doit recevoir dieu dans son coeur afin de guérir, genre le miracle bientôt chez toi si tu fais un effort...
Il y a aussi la version délirante du valide fanatique qui apprend à l’handi, le regard exorbité et en le pointant fièvreusement du doigt, que Satan est en el-lui (c’est donc lui le chromosome n°5 ?!), ou bien le fabuleux principe bouddhiste par lequel l’handi a dû être un-e méchant-e valide dans sa vie antérieure pour se réincarner “comme ça”, « c’est bieeeen faaaaiiiit ! », etc.

<15>
Accident fatal
ou fatalité accidentelle ?!

En rencontrant un-e handi, le/la valide a irrésistiblement besoin de demander si “c’est un accident ?”. Il-e est franchement rassuré-e s’il-e s’entend dire que, non, c’est de naissance ; ainsi il-e peut se conforter dans une optique de ‘la fatalité’ qui ne lui est pas tombée dessus, qu’il-e est sécurisé-e de son joli corps performant.
Si on lui répond qu’il s’agit en effet d’un accident, le/la valide va très probablement s’exclamer devant l’handi, dans une panique mal dissimulée, qu’il-e espère - ah l’espoir du valide ! - que jamais ça ne lui arrivera, que ce serait trop pénible, voire horrible... ce à quoi l’handi acquièsce, prenant conscience qu’il-e vient de s’incarner en peur géante.

<16>
Un corps pré-établi.

On n’évoque jamais au/à la valide des alternatives de vie en dehors de la sienne régie par la fonctionnalité-utilité du corps. Une vie sans la vue ou sans la fonction motrice des jambes s’apparente pour el-lui à un cauchemar, un calvaire, un enfer, “mon dieu quelle horreur”, etc (il-e trouve toujours plein de qualificatifs pathétiques).
Il se trouve que le/la valide n’apprend jamais vraiment son corps, il-e l’utilise plus qu’il-e ne le vit. Il-e observe beaucoup ses performances physiques mais ne déploit guère ses alternatives (de sensitivités, de mouvements, de forces, d’appréhensions de l’espace). On ne lui a pas appris à réécrire le mode-d’emploi de son corps. Ce mode-d’emploi socio-corporel (formaté Production-Consommation-Procréation) lui enseigne comment marcher dans la rue, comment se tenir (debout) à un guichet, comment et avec qui faire l’amour, comment écrire et dessiner, comment danser, comment fumer, etc. Il est important que tous les valides aient le même mode d’emploi, ça évite l’anarchie.

<17>
Le miroir existentiel.

En présence d’un-e handi, le/la valide lui demande parfois frénétiquement « tu me demandes quand tu as besoin de quelque chose, hun ?! », « tu n’as besoin de rien, t’es sûr-e ? ». Le/la valide semble dans ces situations pris-e d’une terrifiante angoisse d’absence d’utilité qui déstabiliserait toute son interaction avec un-e handi. La présence d’un-e handi place le/la valide dans un tel désarroi qu’il-e ressent le besoin de se rassurer sur sa fonctionnalité (qu’il-e ne peut que concevoir comme physique). Il-e doit pour cela placer d’office l’handi dans un rapport de dépendance/soumission non-interchangeable.

<18>
Bon courage à vous, les valides.

Si l’handi explique au/à la valide qu’il-e aime sa vie telle qu’elle est, ce-tte dernier-e apparaît plus que dubitatif-ve. Aux yeux du valide, l’handi se doit de “souffrir de son handicap”, le/la valide veut se figurer la vie de l’handi comme une longue pénitence.
Ainsi le/la valide a besoin de considérer l’handi comme quelqu’un d’exceptionnellement courageux, un battant. Pour deux raisons. La première concerne son fort désir de rassurance : si l’handi survit à ses déficiences de vie, le/la valide se dit que tout lui est alors possible, que tout lui réussira dans ce monde fait pour lui. La deuxième raison consiste pour le/la valide à se déculpabiliser de ce que le validisme fait endurer à l’handi. Plus on acclame l’handi comme courageux, plus le/la valide se dit implicitement que l’handi peut continuer à morfler.

*

VOILA.

Ainsi est le/la valide.
Amen (comme il-e dirait).

Notons toutefois que l’handi institutionnalisé est el-lui aussi sacrément pathétique... y’a de quoi écrire un deuxième volet, « l’handi pathétique », si jamais ça vous intéresse que je me lâche...

Je tiens à préciser que je ne souhaite pas que ce texte soit un outil de plus à la bonne conscience du/de la valide occidental-e, qui aime répertorier les écrits relatifs aux oppressions qu’il-e engendre afin de pouvoir - parfois - dire « j’ai lu, je connais maintenant ».
Si toutefois “il-e a lu” et qu’il-e dit “réaliser”, alors qu’il-e agisse.

Puis ce que je dénonce me concerne aussi : ce texte ne me déresponsabilise pas, j’ai conscience d’avoir moi-même agi parfois de façon validiste (mais bon pas beaucoup quand même, faut pas exagérer...).

Le “je” c’est :

Zig

ici & ailleurs
à Validland, en France
un été 2004

Zig


posté le 31 octobre 2017 Alerter le collectif de modération à propos de la publication de cet article. Imprimer l'article
Commentaires
  • titre trop troll trompeur - article intéressant

  • 31 octobre 23:21

    https://infokiosques.net/IMG/pdf/validisme.pdf - paru en brochure sous le titre " la culture du valide"

  • 1er novembre 00:17

    22 textes ds c/c

    https://lechodessorcieres.net/comprendre-le-validisme/

    Capacitisme
    image illustrant le handicap image illustrant la société
    Cet article est une ébauche concernant le handicap et la société.

    Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

    Le capacitisme ou validisme est une forme de discrimination, de préjugé ou de traitement défavorable contre les personnes vivant un handicap (paraplégie, tétraplégie, amputation mais aussi dyspraxie, schizophrénie, autisme, etc). Le système de valeurs capacitiste, fortement influencé par le domaine de la médecine, place la personne capable, sans handicap, comme la norme sociale. Les personnes non conformes à cette norme doivent, ou tenter de s’y conformer, ou se trouver en une situation inférieure, moralement et matériellement, aux personnes valides.

    Dans ce système de valeurs et de pouvoir, le handicap est ainsi perçu comme une erreur, un manque, un échec, personnels ; et non pas comme une conséquence des événements de la vie ou de la diversité au sein de l’humanité1. La Convention relative aux droits des personnes handicapées définit l’absence d’accommodement raisonnable en faveur de personnes non valides comme une discrimination basée sur le handicap2.

    Le capacitisme (en anglais ableism) est un terme apparu vers la fin des années 803 en parallèle avec les mouvements pour la défense des droits civiques au Royaume-Uni des années 70. Ce mot, calqué sur « racisme » et « sexisme », a évolué.

    Toutefois, le nom « capacitisme » ne figure pas dans un dictionnaire de langue française.

    Par ailleurs, le capacitisme est souvent rapproché de concept tels que l’handicaphobie[réf. nécessaire] et le validisme.

    L’Encyclopedia of Disability4 définit le capacitisme comme suit :

    « Le terme de capacitisme décrit des préjugés et des comportements discriminatoires à l’encontre des personnes ayant une incapacité. Les définitions du capacitisme dépendent de la compréhension que l’on a de la capacité normale et des droits et avantages accordés aux personnes réputées normales. Certaines personnes pensent que c’est le capacitisme qui empêche les personnes ayant une incapacité de participer au tissu social de leurs communautés plutôt que des incapacités physiques, mentales ou émotionnelles. Le capacitisme comprend les attitudes et les comportements des personnes, des communautés et des institutions ainsi que des environnements physiques et sociaux. »

    Étiquetage

    Elle se fonde par exemple sur la focalisation sur une différence. Cela s’accompagne souvent d’une péjoration des caractéristiques des personnes handicapées visées. Le discours n’est toutefois pas nécessairement péjoratif.

    Plusieurs observateurs considèrent que ce sont les personnes ayant des troubles mentaux et dépendantes qui suscitent les plus de préjugés capacitistes. Ces personnes sont jugées a priori « folles », paresseuses, manquant d’humanité, dangereuses, imprévisibles, etc5.

    Eugénisme

    La mise en place de programmes de stérilisations contraintes, de meurtres, d’isolation dans des établissements, sur des femmes et des hommes ayant une incapacité constituent les principales formes d’eugénisme.

    Psychophobie

    La psychophobie est une forme de validisme qui concerne les personnes handicapées mentales ou neuroatypiques et les personnes handicapées psychologiquement ou psychoatypiques. https://fr.wikipedia.org/wiki/Capacitisme

  • 1er novembre 23:57

    C’est , avec une version à lire sur l’écran.

Avertissement commentaires

Les commentaires ont pour objectif de compléter l’information donnée dans l’article, argumenter, apporter une interrogation ou un questionnement par rapport au sujet de la contribution. Les avis personnels qui n’apportent rien de plus à l’article pourront être considérés comme discussion de forum ne répondant pas aux objectifs pré-cités.Tout commentaire ne répondant pas à ces objectifs, ou étant contraire aux règles éditoriales sera supprimé définitivement du site.

Lien vers la politique éditoriale du collectif


Saisissez votre commentaire

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

www.indymedia.org
africa
Ambazonia Canarias estrecho / madiaq Kenya Nigeria South Africa
canada
London, Ontario Maritimes Montreal Ontario Ottawa Quebec Thunder Bay Vancouver Victoria Windsor
east asia
burma Jakarta Japan Korea Manila QC Saint-Petersburg
europe
Abruzzo Alacant Andorra Antwerpen Armenia Athens Austria Barcelona Belarus Belgium belgrade Bristol Brussels Bulgaria Calabria Croatia Cyprus emilia-romagna estrecho / madiaq Euskal Herria Galiza Germany grenoble Hungary Ireland Istanbul Italy La Plana Liege liguria Lille linksunten lombardia London Madrid Malta Marseille Nantes Napoli Netherlands Nice Northern England Norway Nottingham Oost-Vlaanderen Paris/Île-de-France Patras Piemonte Poland Portugal Roma Romania Russia Sardegna Scotland Sverige Switzerland Torun Toscana Toulouse Ukraine United Kingdom Valencia
latin america
Argentina Bolivia Chiapas Chile Chile Sur CMI Brasil CMI Sucre Colombia Ecuador Mexico Peru Puerto Rico Qollasuyu Rosario santiago Tijuana Uruguay Valparaiso Venezuela
oceania
Aotearoa Brisbane burma darwin Jakarta Manila Melbourne Perth QC Sydney
south asia
India Mumbai
united states
Arizona Arkansas Asheville Atlanta Austin Austin Indymedia Baltimore Big Muddy Binghamton Boston Buffalo Charlottesville Chicago Cleveland Colorado Columbus DC Hawaii Houston Hudson Mohawk Kansas City LA Madison Maine Miami Michigan Milwaukee Minneapolis/St. Paul New Hampshire New Jersey New Mexico New Orleans North Carolina North Texas NYC Oklahoma Philadelphia Pittsburgh Portland Richmond Rochester Rogue Valley Saint Louis San Diego San Francisco San Francisco Bay Area Santa Barbara Santa Cruz, CA Sarasota Seattle Tampa Bay Tennessee Urbana-Champaign Vermont Western Mass Worcester
west asia
Armenia Beirut Israel Palestine
process
FBI/Legal Updates Mailing Lists Process & IMC Docs Tech Volunteer
projects
Print Radio Satellite TV Video
regions
United States
topics
Biotech

copyleft Copyleft Indymédia (Independent Média Center). Sauf au cas où un auteur ait formulé un avis contraire, les documents du site sont libres de droits pour la copie, l'impression, l'édition, etc, pour toute publication sur le net ou sur tout autre support, à condition que cette utilisation soit NON COMMERCIALE.

RSS articlesRSS articles |  Site réalisé avec spip 3.1.3 [23214]
Top