RSS articles
Français  | 
Les éditocrates du Parisien en campagne pour la loi Travail
posté le 03/11/17 Mots-clés  alternatives  antifa  luttes sociales  médias 

Les éditocrates du Parisien en campagne pour la loi Travail

Ces derniers mois, le directeur des rédactions du Parisien et ses adjoints ont multiplié les prises de positions et unes en faveur de la réforme du code du travail engagée par le gouvernement d’Emmanuel Macron. Mais ces prises de positions ne font pas l’unanimité au sein de la rédaction ; elles ont même conduit les journalistes à s’exprimer massivement pour la suppression de l’éditorial qui figure en seconde page du quotidien.

Les premiers tirs de barrage du Parisien en soutien de la réforme du code du travail ont débuté dès la fin du mois d’aout. En l’espace d’une semaine, ce sont le président du Medef, Pierre Gattaz, puis la ministre du travail, Muriel Pénicaud, qui s’affichent en une du quotidien (29 aout et 3 septembre). Le premier lance un tonitruant « Surtout ne lâchez rien ! » adressé au gouvernement. La seconde se montre rassurante face aux lecteurs du quotidien : « La France ne sera pas le pays du travail low-cost ».

Mais la chefferie éditoriale du quotidien, détenu depuis deux ans par Bernard Arnault, ne s’en tient pas à donner des tribunes aux principaux instigateurs de la réforme du code du travail. Elle se fend, pour chaque numéro, d’un éditorial qui fait les louanges des projets gouvernementaux.

Celui du 29 aout est signé Nicolas Charbonneau, directeur délégué des rédactions. Il y fustige, selon un air connu, « les gouvernements qui cédaient toujours » face aux blocages, et qui préfèrent « jeter un voile pudique sur les problèmes » d’une France jugée « irréformable ». Puis il acclame Emmanuel Macron, qui « incarne les générations futures », ainsi que ses velléités de réformes, « la chance d’un pays au pied du mur ». Rien que cela.

L’éditorial en date du 3 septembre, signé Jean-Marie Montali, enfile les lieux communs de la pensée éditocratique : « L’immobilisme est devenu l’idéologie dominante » assène le directeur adjoint des rédactions, ancien du Figaro Magazine. « Nier le besoin de réformes, c’est nier qu’autour de nous le monde bouge et qu’on ne peut pas rester indéfiniment retranchés sur nos positions ». Ou encore : « il faut se réinventer dans le mouvement quitte à secouer les habitudes, les privilèges ou les corporatismes. » N’en jetez plus…

L’éditorialiste applaudit des deux mains le « projet d’ensemble » de la ministre du travail (s’agissant de l’apprentissage, de la formation, du temps de travail…) ainsi que sa réforme du code du travail (« nécessaire et attendue »). Les pages 2 et 3 du quotidien sont transformées en publi-reportage sur la ministre du travail :

« Les manifestants passent, Macron avance »
Une nouvelle séquence s’ouvre avec les premières manifestations contre la réforme du code du travail. L’éditorial du 10 septembre est à nouveau signé Nicolas Charbonneau. Il cible les syndicats « qui ont appelé à manifester avant même d’avoir reçu le texte sur la loi travail ». Des syndicats qui ne représenteraient qu’une infime minorité de salariés et se refusent à endosser « le rôle constructif de véritable partenaire social ». L’éditorial est flanqué d’un titre explicite qui introduit la double page :

L’éditorial du 13 septembre, au lendemain de la première manifestation contre la loi travail, est signé Frédéric Vézard – autre directeur adjoint des rédactions du Parisien. Selon lui la mobilisation n’est pas négligeable, mais « insuffisante » face à la détermination d’Emmanuel Macron qui « garde la main ». Les unes du Parisien des 10 et 13 septembre annoncent quant à elles une défaite (prévisible) des syndicats :

C’est également le message qui est martelé lors des mobilisations suivantes, comme le lendemain de la manifestation des fonctionnaires du 10 octobre. Cette fois c’est Stéphane Albouy, le directeur des rédactions lui-même, qui se réjouit dans son éditorial de ce que « les manifestants passent, Macron avance ». La une du quotidien est à l’unisson :

Le Parisien n’est pas le seul quotidien à avoir affiché un soutien sans faille à la réforme du code du travail menée par le gouvernement d’Emmanuel Macron. C’est également le cas du Figaro, dont les éditoriaux ont tantôt dénoncé « Les balivernes de la CGT » (12 septembre), enjoint au gouvernement de « Ne rien céder » (13 septembre) ou raillé « Le défilé des immobiles » (21 septembre). Avant même la première manifestation, le quotidien de Serge Dassault annonçait en une : « La CGT piétine, le gouvernement avance ».

Le son de cloche est différent à Libération et au Monde. Dans le premier, Laurent Joffrin a soufflé, comme à son habitude, le chaud et le froid : « La réforme en cours du code du travail est la plus ambitieuse - ou la plus dangereuse - qu’on ait entreprise depuis des lustres » (12 septembre). Ou encore « Martinez a gagné mais Macron n’a pas perdu » (13 septembre). On est loin cependant de la morgue des éditos du Figaro. Les éditorialistes du Monde ont quant à eux fait l’impasse sur les mobilisations. Celles-ci sont quasi absentes des unes et renvoyées aux pages intérieures du quotidien.

La protestation de la Société des journalistes du Parisien
Ainsi la direction du Parisien a-t-elle bruyamment revendiqué son soutien aux réformes d’Emmanuel Macron, dans un registre comparable à celui des éditos rageurs du Figaro. Ces prises de position ont engagé l’ensemble de la rédaction aux yeux des lecteurs. Pourtant, les journalistes du quotidien sont loin de les assumer, comme en témoigne un article de Libération cité dans notre actualité des médias.

On y apprend qu’à la suite de la publication de l’éditorial de Nicolas Charbonneau du 29 aout, la Société des journalistes (SDJ) a demandé la suppression de l’éditorial, présent depuis 2013 dans le quotidien [1]. Selon le compte rendu établi par la SDJ suite à sa rencontre avec la direction, Stéphane Albouy aurait justifié le maintien de l’édito pour expliciter les unes du quotidien et « affirmer les choix éditoriaux ». « L’édito est là pour piquer dans un sens ou dans l’autre » aurait ajouté Nicolas Charbonneau. Dans un sens ou dans l’autre ? Visiblement, dans le cas du traitement de la réforme du code du travail, le « choix éditorial » de la direction revient à marteler son soutien au gouvernement en une comme dans les éditos.

Face au refus de la direction, la SDJ a organisé une consultation des journalistes qui s’est achevée le 20 octobre. Résultat : la suppression de l’éditorial l’a massivement emporté (74,44 %). Au total, 228 journalistes y ont pris part. Depuis, le directeur des rédactions a réaffirmé que la suppression de l’édito n’était pas envisageable. Dans le compte rendu de la SDJ, il affirmait, sans rire : « la très saine objectivité du journal n’empêche pas d’avoir des prises de position. Je n’ai pas de problème avec le fait que ça suscite des débats au sein de la rédaction, c’est la vie d’une rédaction ».

* * *

Stéphane Albouy n’a donc pas de problème avec le fait que ses prises de position suscitent des débats... puisqu’en dernier lieu c’est lui qui décide. Le cas exemplaire du Parisien nous rappelle que la plupart des journalistes ne souscrivent pas nécessairement aux imprécations partisanes des éditocrates ; mais que ces derniers disposent néanmoins des moyens de les leur imposer, avec le soutien des propriétaires des grands médias. C’est souvent, hélas, « la vie d’une rédaction ».


posté le 3 novembre 2017 Alerter le collectif de modération à propos de la publication de cet article. Imprimer l'article
Commentaires
  • Aucun commentaire

Avertissement commentaires

Les commentaires ont pour objectif de compléter l’information donnée dans l’article, argumenter, apporter une interrogation ou un questionnement par rapport au sujet de la contribution. Les avis personnels qui n’apportent rien de plus à l’article pourront être considérés comme discussion de forum ne répondant pas aux objectifs pré-cités.Tout commentaire ne répondant pas à ces objectifs, ou étant contraire aux règles éditoriales sera supprimé définitivement du site.

Lien vers la politique éditoriale du collectif


Saisissez votre commentaire

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

www.indymedia.org
africa
Ambazonia Canarias estrecho / madiaq Kenya Nigeria South Africa
canada
London, Ontario Maritimes Montreal Ontario Ottawa Quebec Thunder Bay Vancouver Victoria Windsor
east asia
burma Jakarta Japan Korea Manila QC Saint-Petersburg
europe
Abruzzo Alacant Andorra Antwerpen Armenia Athens Austria Barcelona Belarus Belgium belgrade Bristol Brussels Bulgaria Calabria Croatia Cyprus emilia-romagna estrecho / madiaq Euskal Herria Galiza Germany grenoble Hungary Ireland Istanbul Italy La Plana Liege liguria Lille linksunten lombardia London Madrid Malta Marseille Nantes Napoli Netherlands Nice Northern England Norway Nottingham Oost-Vlaanderen Paris/Île-de-France Patras Piemonte Poland Portugal Roma Romania Russia Sardegna Scotland Sverige Switzerland Torun Toscana Toulouse Ukraine United Kingdom Valencia
latin america
Argentina Bolivia Chiapas Chile Chile Sur CMI Brasil CMI Sucre Colombia Ecuador Mexico Peru Puerto Rico Qollasuyu Rosario santiago Tijuana Uruguay Valparaiso Venezuela
oceania
Aotearoa Brisbane burma darwin Jakarta Manila Melbourne Perth QC Sydney
south asia
India Mumbai
united states
Arizona Arkansas Asheville Atlanta Austin Austin Indymedia Baltimore Big Muddy Binghamton Boston Buffalo Charlottesville Chicago Cleveland Colorado Columbus DC Hawaii Houston Hudson Mohawk Kansas City LA Madison Maine Miami Michigan Milwaukee Minneapolis/St. Paul New Hampshire New Jersey New Mexico New Orleans North Carolina North Texas NYC Oklahoma Philadelphia Pittsburgh Portland Richmond Rochester Rogue Valley Saint Louis San Diego San Francisco San Francisco Bay Area Santa Barbara Santa Cruz, CA Sarasota Seattle Tampa Bay Tennessee Urbana-Champaign Vermont Western Mass Worcester
west asia
Armenia Beirut Israel Palestine
process
FBI/Legal Updates Mailing Lists Process & IMC Docs Tech Volunteer
projects
Print Radio Satellite TV Video
regions
United States
topics
Biotech

copyleft Copyleft Indymédia (Independent Média Center). Sauf au cas où un auteur ait formulé un avis contraire, les documents du site sont libres de droits pour la copie, l'impression, l'édition, etc, pour toute publication sur le net ou sur tout autre support, à condition que cette utilisation soit NON COMMERCIALE.

RSS articlesRSS articles |  Site réalisé avec spip 3.1.3 [23214]
Top