RSS articles
Français  | 
Glissement des pays du Golfe vers Israël posté le 13/12/17 - On the web
La prison n’est pas féministe posté le 10/12/17 - On the web - 4 commentaires
Socialisme et athéisme - (Eugène . Pottier 1936) posté le 09/12/17 - On the web
Les patrons ordonnent, Macron ordonnance. posté le 09/12/17 - On the web
Un coup de force et une alliance inédite entre USA, Israël et Arabie saoudite posté le 07/12/17 - On the web - 5 commentaires
Les espèces non plus n’existent pas posté le 05/12/17 - On the web

1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | ... | 208

“Assez de Participation et Spiritualité musulmanes dans nos luttes !”
posté le 06/12/17 par Hassan Aglagal, militant marocain membre du NPA, est scandalisé de voir Participation et Spiritualité musulmane, un mouvement religieux réactionnaire d’origine marocaine, participer régulièrement à des initiatives antiracistes aux côtés de formations de gauche. Suite à notre prise de position contre le fait de tenir meeting commun avec l’UOIF, il nous a sollicités pour rendre publique son indignation face à cet état de fait. Nous publions son texte ci-dessous. Mots-clés  antifa 

Plusieurs militants ont pris récemment position contre le fait de tenir un meeting commun contre l’islamophobie avec des organisations réactionnaires se revendiquant de l’islam. Le nom de l’UOIF a été beaucoup cité1. Cela va tout à fait dans le sens de ce que je dénonce depuis plusieurs années auprès de mes camarades s’agissant de la présence régulière parmi les signataires de ce type d’appels de l’association réactionnaire Participation et Spiritualité musulmanes (PSM), encore annoncée au meeting du 6 mars. Je vous propose donc de découvrir ce qu’est vraiment cette organisation, et pourquoi il n’est pas possible de s’allier avec elle dans le cadre d’une lutte antiraciste qu’il est pourtant en effet primordial de mener.

Manif pour Tous et Alliance Vita

Participation et Spiritualité musulmanes (PSM) est l’association qui représente en France le mouvement Al Adl Wal Ihsane (Justice et Bienfaisance), mouvement de l’islam politique fondé en 1973 au Maroc par le mystique soufiste Abdelassame Yassine (1928-2012) qu’elle considère comme « un père intellectuel et spirituel »2. PSM est essentiellement à l’œuvre en France pour mettre en lumière, auprès d’un plus large public, l’homme qu’il fut et ses « enseignements ».

Cependant, tout comme l’UOIF, PSM n’est pas une organisation à vocation purement religieuse et n’hésite pas à s’impliquer activement dans les débats de société, défendant des positions tout à fait réactionnaires. Elle a ainsi appelé à manifester le 24 mars et le 26 mai 2013 aux côtés de la droite et l’extrême droite lors de « La Manif Pour Tous »3 et affiche sans vergogne sa sympathie pour l’Alliance Vita, l’un des principaux lobbys français anti-IVG. PSM a d’ailleurs participé à son université d’été 2013 4.

Le Collectif des Citoyens Musulmans pour l’Enfance à la Manif pour Tous, image tirée du site de PSM dans un article évoquant sa participation à ce collectif lyonnais. (psm-enligne.org/index.php/activites/rhones-alpes/2292-au-coeur-de-la-manif-pour-tous)

Un mouvement influent au Maroc

Al Adl Wal Ihsane assure son implantation (recrutement, collectes d’argent…) en Europe à travers de nombreuses associations comme PSM. Il est également présent au Canada et au États-Unis. Parmi ses sections, on compte par exemple l’Observatoire canadien des droits de l’homme ou L’Organisation nationale pour le dialogue et la participation en Espagne. Ce mouvement n’est pas uniquement la plus grande force politique organisée au Maroc, mais aussi une organisation très implantée dans les pays où il y a une forte présence d’immigrés marocains.

Au Maroc, Al Adl Wal Ihsane s’est fait connaître en s’investissant dans les mobilisations contre les guerres en Irak et pour la Palestine. Pendant le mouvement du 20-Février, Al Adl Wal Ihssane était la plus grosse organisation avant son retrait pour ne pas nuire à l’autre parti islamiste, le Parti de la Justice et du Développement (PJD), entré au gouvernement en novembre 2011. S’il est impossible d’avoir des chiffres exacts concernant les effectifs et le budget de ce mouvement, il semblerait bien qu’il soit soutenu financièrement par une partie de la bourgeoisie commerçante5. Il collecte aussi des sommes auprès de ses adhérents et de ses sympathisants à l’étranger.

Du sang sur les mains

Même si le mouvement dit bannir la violence, deux meurtres politiques ont été attribués à Al Adl au Maroc. Les milices des disciples de Yassine ont ainsi été impliquées directement dans l’assassinat de deux étudiants d’extrême gauche et militants de l’UNEM (Union Nationale des Étudiants du Maroc) : en novembre 1991 à Oujda et Mohamed Aït Ljid Benaïssa en mars 1993 à Fès.

En haut : Maâti Boumli. En bas : Mohamed Aït Ljid Benaïssa

En octobre 1991, Maâti Boumli a été enlevé puis assassiné à l’université d’Oujda. Douze étudiants adlistes ont été arrêtés puis condamnés à 20 ans de prison pour homicide. Malgré cela, le groupe n’a jamais reconnu sa responsabilité, arguant que ses militants ont été « injustement emprisonnés pendant d’aussi longues années ».

Le deuxième crime attribué à un militant d’Aldl Wa Ilhsane remonte au 25 février 1993. Benaïssa Aït El Jid a été assassiné près de l’université de Fès. La confrérie a été une nouvelle fois montrée du doigt mais il a fallu attendre 13 ans pour qu’en octobre 2006, Omar Mouhib, un de ses militants, soit enfin arrêté pour sa participation au meurtre d’Aït El Jid. Le procès s’est soldé par une condamnation en appel de Mouhib à dix ans de prison6

Lire : Contre les étudiants, les islamistes au service de la répression étatique

    • D’un point de vue historique 7, l’extrême gauche avait une certaine hégémonie (vis-à-vis des partis réformistes) au sein de l’UNEM depuis la fin des années 1960. Lors du 15e congrès du syndicat en 1972, le Front Uni des Étudiants Progressistes qui réunissait les trois organisations révolutionnaires des années 1970 (Ila Al Amame – En avant, 23 mars et Servir le Peuple) est arrivé à sa présidence.
    • Le congrès a appelé à la lutte pour une éducation populaire, arabe, démocratique, laïque et unifiée. Une semaine seulement après ce congrès le président de l’UNEM Abdelaziz Mnebhi et son vice-président ont été arrêtés le 2 Août 1972, ce qui provoqua en 1972-1973 une rentrée scolaire chaude pour leur libération. Une campagne de répression a alors été mise en place, des étudiants de l’UNEM ont été emprisonnés, exclus de leur établissement scolaire. Le 24 Janvier 1973, l’UNEM a été officiellement interdite. Malgré la répression, les luttes ont permet la libération du président et vice-président de l’UNEM et la levée de l’interdiction de l’UNEM en novembre 1978.
    • Depuis l’échec de son 17ème et dernier congrès en 1982, l’UNEM a connu un vide organisationnel. Ce qui n’a pas empêché les militant-e-s de mener des luttes victorieuses dans presque toutes les facs à l’exception de l’École Mohammedia d’Ingénieurs (bastion de l’UNEM et de l’extrême gauche), parce que le régime a imposé un système paramilitaire dans l’École8. Mais les vagues d’arrestations se sont poursuivies.
    • A partir de la fin des années 1980, la priorité est devenue celle de la lutte pour la levée de l’interdiction de fait de l’UNEM. Les militants restants ont alors tenté une réorganisation par la base. C’est aussi et surtout à cette période que le régime dépressif a trouvé dans les islamistes un moyen d’écraser l’extrême gauche dans les universités, notamment au travers de deux factions des islamistes, Al Adl Wa lhssane et le PJD, utilisées pour contrecarrer la présence et la puissance de l’extrême gauche dans les universités, dans un climat de montée de l’islamisme au Maroc. Cette reprise en main ne s’est pas faite sans violence, la période ayant été marquée par des affrontements sanglants entre étudiants des deux bords. C’est à cette époque que les deux militants d’extrême gauche membres de l’UNEM Mohamed Aït Ljid Benaïssa et Maâti Boumli ont été assassinés par les islamistes.

Ce sont les mêmes criminels d’autres groupes islamistes, qui partagent la même formation politico-religieuse que Adl wal Insane, qui ont assassiné Omar Benjelloun au Maroc, Mehdi Amil et Hussein Marwa au Liban, Faraj Fouda en Égypte, Tahar Djaout et Abdelkader Alloula en Algérie, Chokri Belaïd et Mohamed Brahmi en Tunisie.


Une alliance impossible

Ce mouvement réactionnaire et obscurantiste, comme tous les mouvements de l’islam politique, ne cesse de répéter le slogan creux « l’islam est la solution » comme réponse aux questions concrètes dans le domaine social et politique, et d’exiger un retour pur et simple au passé pour appliquer la « Charia » et les lois du « véritable islam », celui de l’époque du prophète ! Ce courant politique, ayant profité antérieurement de la faiblesse de la gauche et de la montée des mouvements de même filiation idéologico-politique depuis que les Ayatollah se sont emparés du pouvoir en Iran, est devenu la plus grande force organisée au Maroc. De toute évidence, tous les mouvements islamistes réactionnaires comme celui de « Justice et bienfaisance » rejettent la laïcité et la séparation entre religion et politique et s’opposent à l’égalité des droits et à la liberté d’expression. Les membres de PSM n’ont aucun intérêt à dévoiler leur projet politique, et ont la capacité de cacher leurs vraies idées en pratiquant une certaine dissimulation reposant sur la « taqiya ».

C’est hallucinant de voir des organisations comme le NPA, le PCF, Ensemble, Les antifas du Capab fréquenter des associations réactionnaires comme PSM et l’UOIF ! Ces deux associations ne peuvent en aucun cas être des partenaires d’organisations de gauche.

S’il est juste de mener la bataille contre le racisme et contre TOUTES les oppressions, il ne faut la mener qu’avec des partenaires ayant une certaine crédibilité, et non avec des organisations réactionnaires et obscurantiste comme PSM et l’UOIF !


posté le 6 décembre 2017  par Hassan Aglagal, militant marocain membre du NPA, est scandalisé de voir Participation et Spiritualité musulmane, un mouvement religieux réactionnaire d’origine marocaine, participer régulièrement à des initiatives antiracistes aux côtés de formations de gauche. Suite à notre prise de position contre le fait de tenir meeting commun avec l’UOIF, il nous a sollicités pour rendre publique son indignation face à cet état de fait. Nous publions son texte ci-dessous.  Alerter le collectif de modération à propos de la publication de cet article. Imprimer l'article
Liste des documents liés à la contribution
phoca_thumb_l_ma(...).jpg
2015-03-06_assas(...).jpg

Commentaires
  • 6 décembre 19:00

    Comment déjouer les manipulations d’un cyberactiviste néo-con

    Au vu de l’ensemble de ces données, il apparaît indubitable que vous pouvez faire votre deuil de toute tentative de communication idéale avec un néotroll. Par conséquent évitez de perdre trop de temps dans vos explications. Cet adepte de la pensée unique n’a pas l’intention d’écouter autre chose que les idées conformément admises même si vos réponses sont parfaitement argumentées.

    Rappel : Selon wikipedia, en argot Internet, un troll caractérise ce qui vise à générer des polémiques. Il peut s’agir d’un message (par exemple sur un forum), d’un débat conflictuel dans son ensemble, ou de la personne qui en est à l’origine. Ainsi, « troller », c’est créer artificiellement une controverse qui focalise l’attention aux dépens des échanges et de l’équilibre habituel de la communauté”.

    Le NéoTroll : un parasite néo-con qui tente de brouiller toute remise en question de la doctrine ultra-libérale et coloniale.

    Cependant, un nombre de critères supplémentaires tels que ses sources, son réseau, sa narration bien distinctive et surtout ses thèmes de prédilection et sa vision géopolitique, permettent de distinguer une variante particulière de troll sur les réseaux sociaux, forums et fils de commentaires d’articles d’actualité.

    Quand la zizanie s’empare d’un forum…

    Si vous êtes féru de débats contradictoires en lien direct avec l’actualité politique, il vous est probablement arrivé de participer à quelques discussions sur les réseaux sociaux et les forums. Alors vous avez pu mesurer à quel point il était devenu difficile de pouvoir dialoguer cordialement. Vous vous êtes peut-être rappelé qu’initialement, dans les années 2000, les forums avaient été conçus pour échanger des idées sur des thèmes déterminés au préalable sous la forme de listes de “topics” administrés par des “modérateurs”… mais qu’aujourd’hui ces mêmes forums étaient devenus le plus souvent des zones de railleries où se diffusent de manière péremptoire des accusations infondées contre une personne ou un groupe de personnes. Et une fois injuriés, les individus ciblés n’ont que très peu de pouvoir de rétorsion à opposer à leurs détracteurs car il se trouve qu’ils sont déjà fustigés dans de nombreux médias, toujours lorsque leurs idées sont plus ou moins éloignées des préjugés officiels.

    Puis cet état de fait vous a le cas échéant amené à vous poser les questions suivantes : “Qui sont ces militants qui s’expriment avec autant de véhémence sans jamais daigner répondre à une question précise ?” “Sont-ils vraiment de bonne foi ?” “Pourquoi usent-ils de sophismes qui peuvent se résumer à ces quelques mots : “le bien c’est nous, le mal c’est vous » ? Et si vous observez les sujets abordés, ”Quel intérêt ont-ils à relayer sur internet les campagnes de diabolisation instrumentalisées de toutes pièces par les gardiens du néo-libéralisme ?” ou encore “Comment se fait-il qu’ils développent autant d’arguments en adoptant des comportements qui manquent totalement de logique ?”

    Pour essayer d’apporter quelques réponses à ces questions, nous avons tenté de décrypter et lister les différentes attitudes qui indiquent dans un fil de discussion la présence d’un ou plusieurs trolls de cette espèce particulière, dont nous allons montrer qu’en fait, elle appartient à la nébuleuse néo-cons. Pour la commodité de la démonstration, nous les appellerons tout simplement les “néotrolls”.

    Les caractéristiques du “néotroll”

    Manipulateur sans vergogne  : Dans son système, la mauvaise foi est une prérogative, aussi pour parvenir à ses fins le néotroll a recours à de multiples stratégies. Par exemple, il fixe l’attention sur un mot dérisoire afin d’éviter de répondre à une question embarrassante. Ou encore, quand ils lui sont défavorables, il n’hésite pas à banaliser les sujets sensibles. Ayant pour objectif de pervertir le débat, chacun de ses commentaires est une nouvelle occasion de vociférer.

    Harceleur impénitent : Sa technique bien choisie de type trolling est délibérément narquoise. Son but ? Provoquer chez l’interlocuteur une réaction émotionnelle et ainsi le disqualifier en isolant un mot ou une petite phrase que ce truqueur arrive toujours à caricaturer.

    Adversaire déloyal : En géopolitique, bien qu’il s’en défende, le néotroll est constamment aligné sur le positionnement “atlantiste”. Il approuve la totalité des guerres impérialistes dont l’agenda récent fut défini par les faucons de l’administration de George Bush, cette stratégie belliqueuse qui sera par la suite totalement entérinée par la grande majorité des libéraux occidentaux.

    Ainsi, même à l’issue d’une opération militaire israélienne de grande envergure telle que l’Opération Plomb Durci (“Cast Lead”) entre Noël 2008 et l’investiture d’Obama le 20 janvier 2009, le néotroll fini toujours par vous dire que les torts sont partagés dans le conflit israélo-palestinien. Le HAMAS est alors le grand méchant loup de service que le néotroll utilise pour appuyer son raisonnement biaisé. Nous retrouvons cette méthode ( “on ne négocie pas avec …” ) qui bien sûr a pour but de maintenir le statu quo, dans les discours de George Bush et de Benjamin Netanyahu. Du reste, cette rhétorique est utilisée par la totalité des théoriciens néoconservateurs :

    “Pourquoi Israël ne doit jamais négocier avec le Hamas” (Mohamed Sifaoui).

    « On ne peut pas reconnaître un Etat palestinien avec le Hamas aux commandes« (BHL).

    “Propalestinisme, endoctrinement islamiste et judéophobie en France” (Pierre-André Taguieff).

    Bluffeur invétéré : A l’instar de ses illustres modèles que sont BHL, Fourest, Taguieff, Sifaoui, Finkielkraut, Kouchner etc., et même quand il n’a pas une seule carte majeure dans les mains, le néotroll ne se démonte pas. Pour l’essentiel, son bluff s’appuie sur l’utilisation d’arguments – épouvantails. Par exemple “confusionnistes”, “rouges bruns”, “conspirationnistes”. Ces petits mots bien connotés lui permettent de jeter l’anathème sans jamais avoir à s’expliquer, provoquant ainsi la clôture définitive des échanges.

    Néocon/néocorbeau : Il recherche constamment le contrôle du débat par la culpabilité.

    Aussi, afin de multiplier les coups bas, le néotroll a souvent recours à des documents anonymes et non sourcés. Polémique, médisance, pures rumeurs et accusations violentes sont les ingrédients redondants de sa propagande. Sa rhétorique bien rodée finit toujours par atteindre le point Godwin. [Le point Godwin est le principe tiré de la règle qui porte le même nom dite “loi de Godwin ». Cette idée fut conceptualisée en 1990 par l’avocat Mike Godwin. Selon lui « Plus une discussion en ligne dure longtemps, plus la probabilité d’y trouver une comparaison impliquant les nazis ou Hitler est probable ». Godwin pense que l’omniprésence de ces comparaisons a pour conséquence de banaliser l’Holocauste]. Dès lors la diabolisation atteint son point culminant et l’offensé se voit reprocher par une méthode d’extrapolation généralisée des sympathies pour le fascisme. Un martelage en boucle qui se traduit par des affirmations du style : » Il emploie les mêmes mots que l’extrême droite”. Ou encore : “Savez vous qu’il était présent à une manifestation où nous avons pu également dénombrer quelques membre du FN ? C’est bien la preuve qu’il en fait partie !” Cette emphase usée et abusée ne varie jamais d’un iota.

    Indigné sélectif : Le néotroll comme nous venons de le voir s’est donc spécialisé dans le commérage, les amalgames et les procès d’intention. Ceci étant, il est moins loquace voir même carrément muet quand il s’agit d’aborder certains sujets sensibles qui pourtant si l’on en croit ses prétentions devraient concentrer toute son énergie. Par exemple, il ne dit jamais un mot sur les liens entre les gouvernements occidentaux et le nouveau pouvoir d’Ukraine qui utilise des groupe para-militaires ouvertement néonazis. De plus si notre néotroll se montre toujours très généreux en affirmations quand il s’agit d’associer la lutte contre l’impérialisme à un acte d’allégeance à Milosevic, Kadhafi ou à présent Assad, il reste très avare en informations sur les partenariats économiques et militaires qui unissent les différents pays membres de l’OTAN aux pétromonarchies héréditaires du Golfe qui comme nous le savons sont des « modèles démocratiques ». Arabie saoudite : un jeune de 21 ans risque la décapitation

    Tolérant seulement pour lui même : Le néotroll a la fâcheuse habitude d’amalgamer ses contradicteurs avec des personnalités stigmatisées au préalable par les grands médias. Entre autres nous retrouvons Poutine, Arafat, Chavez, Ahmadinejad que le néotroll fusionne, point Godwin oblige, à Hitler, puis suivent dans ses déclinaisons, dans cet ordre ou un autre, Le Pen, Staline, Hamas, Hezbollah, PCF, Bricmont, CGT, Chouard, Mélenchon, Lordon, Dieudonné, Meyssan, Todd, Sapir et Onfray depuis quelques temps, etc.

    Voici par exemple un “message de néotroll type” posté sur le forum d’un site ordurier « Les morbacks véners » , prétendument à gauche mais formellement spécialisé dans l’insulte, la menace et les amalgames. Un militant néocon se fait appeler « nomore ». Le 27 mars 2014 à 10:52, en réponse au message d’un autre participant à ce forum, « nomore » écrit :

    “Vu la réaction de « Red Star » nous avons probablement affaire là, à un de ces débris stalinoïdes genre PRCF-Mpep-Cgt bas du front du nord-CNR 2.0-Comite Valmy qui sont aussi de grands admirateurs de démagogue-Natio-productiviste Mélenchon et de son « Front de Gauche » et de temps à autres des grands amis des « constituants » regroupés autour du duo de « Gauche Alter » des Chouard-Lordon . Un « Front de gauche » un PCF et un « Mouvement pour la paix » que ça n’a pas gêné le 29 août 2014 dernier de « Manifester contre l’intervention militaire en Syrie » place des innocents à paris aux coté des pires chabihas Bacharistes de l’ambassade de Syrie en France, des fachos de la « dissidence », de la négationniste Ginette Skandrani , du « Cercle des Volontaires » et de divers autres soraliens et fracassés du bulbe conspirationnistes. (…)”

    Nous vous épargnons le reste du message, qui n’apporte vraiment rien de plus.

    Bref, « nomore » nous propose une “ratatouille façon Maître Taguieff” qui consiste à salir un maximum de gens qui n’ont rien à voir les uns avec les autres en les réunissant dans un minimum d’espace. Dès lors, « exigeant pour les autres, indulgent pour moi-même » pourrait être la devise du néotroll, qui lui n’est jamais très regardant sur la qualité de ses propres sources. Rappelons que Conspiracywatch et Confusionnisme.info sont les deux sites principaux auxquels s’abreuve l’ensemble de la nébuleuse néocon/néotroll. La source principale Conspiracywatch, est animée par Rudy Reichstadt, ce dernier fait la jonction entre la droite néocon islamophobe et la pensée ultra-libérale. En bref, Monsieur Reichstadt est toujours “du côté du fric et des bombes”. La source secondaire Confusionnisme.info est animée par Ornella Guyet qui en complément de ses annonces putrides, distille jusqu’à plus soif les rapports douteux de Monsieur Reichstadt. Au final, les deux sites, sous couvert de lutte contre le « conspirationnisme », relaient de façon permanente la propagande guerrière occidentale sur internet et dans les médias. A cela se rajoute une multitude de sites aussi primaires qu’anecdotiques qui pour obtenir un semblant de véracité rééditent les pseudo-analyses des deux sites pilotes.

    Néocon /néomanichéen : En 2001 George Bush dans un discours post 11-Septembre empreint de religiosité promettait une vengeance « du bien contre le mal ». De la doctrine Bush, le néotroll a surtout conservé la violence et le manichéisme. Dans la narration néotroll le diable qui était constamment sous-entendu dans les sermons de Bush, est remplacé par les termes « fachos” , “conspi”, ou encore “rouge brun « . Et nous avons vu plus haut dans le billet comment ces labels étaient attribués. Cependant la toxicité de ces expressions vient du fait que répétées en boucle elles ont fini par déboucher sur des formules toutes faites qui se suffisent à elles-mêmes. Pour exemple : « Pas de quartiers pour les fachos« – “Conspis hors de nos villes » s’écriait l’égérie de la nébuleuse néotroll Ornella Guyet. Ces deux exemples d’affirmations péremptoires, qui de surcroît encouragent le lynchage, illustrent parfaitement le manichéisme néotroll.

    Résumons ! Semblable à une toxine hautement pathogène, le neotroll diffuse sa malveillance principalement sur les forums consacrés aux questions de macroéconomie et de politique internationale. Le néotroll est dépourvu de sens moral. La calomnie est son principal attribut. Il est au service d’une stratégie perverse qui justifie la guerre au nom des droits de l’homme. Il martèle sans cesse les mêmes inepties tirées de sources plus que douteuses. Son indignation est paradoxale. Convaincu de son bon droit, il peut aller jusqu’à préconiser la violence.

    Se défendre en connaissance de cause

    A présent que nous avons repéré le “militant néocon catégorie troll”, la question est de savoir comment lutter efficacement contre lui ?

    1. Pour éviter qu’il ne dévore toute votre énergie, ne prenez pas plus de cinq minutes à lui répondre.

    2. Pour aller plus vite utilisez la presse de masse qui bien que l’information y soit diluée, représente quand on prend le temps de varier les sources une très bonne base de données. Exemple : Un jour dans Haaretz un autre dans le Telegraph le surlendemain avec le New York Times, et ainsi de suite… vous pouvez même de cette façon descendre jusqu’à L’Express c’est vous dire !

    3. Très succinctement vous pouvez aussi rappeler à notre néotroll qu’inconsciemment ou pas il est constamment dans la roue des “chiens de garde” du néocolonialisme qui, sous couvert de bons sentiments, nous ont vendu les campagnes militaires (entreprises de spoliation )d’Afghanistan, d’Irak, de Libye, de Syrie et toutes celles d’Afrique, dont aujourd’hui nous mesurons pleinement les conséquences sur les peuples .

    4. Quand il s’agit de faire la promotion d’une guerre, les néocons français n’hésitent pas pour les culpabiliser, à amalgamer les militants pacifistes à l’épouvantail FN. En 2002, Pascal Bruckner, André Glucksmann et Romain Goupil écrivaient : « Force est de constater que l’antiaméricanisme n’est pas un accident de l’actualité ou la simple réticence face à l’administration de Washington, mais le credo d’une politique qui soude les uns avec les autres, en dépit de leurs divergences, le Front national et les Verts, les socialistes et les conservateurs, les communistes, les souverainistes… A droite comme à gauche, ils sont rares ceux qui n’ont pas cédé à ce « nationalisme des imbéciles » qui est toujours un symptôme de ressentiment et de déclin. » Bien entendu, le néotroll n’a rien oublié de cette méthode. Pour lui comme pour Bruckner et ses camarades, le FN est un monstre utile qui leur permet de faire oublier leur propre monstruosité. Dès lors, pour éviter les discutions sans fin, vous pouvez simplement signifier au néotroll que Marine Le Pen est contre le cannibalisme, et que ce n’est pas pour autant que vous n’allez pas devenir anthropophage…

    5. Inutile de spéculer sur les raisons de ses agissements. Peu importe de savoir si le néotroll défend des intérêts camouflés, ou si son implication est seulement intéressée, ou bien encore si il s’agit d’un psychorigide verrouillé ad vitam æternam sur des idées reçues … si vous abordez ce type de questions avec lui vous le conforterez dans son rôle de merle moqueur. Retenons simplement que le néotroll n’a pas son pareil pour semer la discorde dans les milieux du cybermilitantisme.

    Conclusion

    Au vu de l’ensemble de ces données, il apparaît indubitable que vous pouvez faire votre deuil de toute tentative de communication idéale avec un néotroll. Par conséquent évitez de perdre trop de temps dans vos explications. Cet adepte de la pensée unique n’a pas l’intention d’écouter autre chose que les idées conformément admises même si vos réponses sont parfaitement argumentées. Ne perdez jamais de vue que le néotroll est un destructeur qui se moque éperdument du sens et du non-sens. Avec lui le vivre ensemble est tout simplement impossible à envisager. Son “jusqu’au-boutisme” ne tolère rien d’autre qu’une lutte sans règle de conduite dont il doit sortir gagnant coûte que coûte et cela par n’importe quel moyen. En somme, nous pouvons résumer la situation en quelques mots : le néotroll se situe toujours au niveau le plus archaïque des échanges, l’avant dernier palier, celui qui précède de très peu les crachats, les jets de pierre et le lynchage.

    https://blogs.mediapart.fr/pizzicalaluna/blog/190116/comment-dejouer-les-manipulations-d-un-cyberactiviste-neo-con

  • 6 décembre 19:14

    Article refusé.

    Comment Publié : le samedi 25 novembre 2017 à 23:09 par modo

    Déjà ce n’est pas un article mais une réponse à une autre personne, ce qui empêche de contextualiser.

    Ensuite, et surtout, le texte contient tellement de généralisations, de fausses assertions (le terme "racisés", invention de la gauche ? WTF !!!) ... et de mauvaise foi qu’on ne va pas passer notre temps à tout démonter, on a autre chose à faire là. Il existe des dizaines de textes, sur ce site ou ailleurs, qui expliquent en quoi les réunion non-mixtes permettent de libérer la parole, pas uniquement chez les personnes "racisées", et non, la "lutte des classes" n’est pas la seule lutte qui vaille, devant laquelles toutes les autres devraient s’effacer.

    Pour finir, il s’agit probablement d’un texte mis ici en vue de trollage, il est impossible de ne pas connaître la position de indymedia nantes sur le sujet. Il est possible de critiquer certains choix politiques, mais surement pas en passant par des biais aussi grossiers.

    https://nantes.indymedia.org/articles/39259#comment-284257

    moderation

    Publié : le dimanche 29 janvier 2017 à 00:02 par modo

    Comme apparemment tous les articles qui parlent du racisme vécu semblent déchainer les trolls, une fois encore on doit passer les commentaires en modération à priori... seuls les commentaires apportant un complément d’information seront validés. Les commentaires ont été nettoyé des insultes, des dénis, du trollage, et du coup de leurs réponses pour éviter les incompréhensions. On laisse le lien de la source, qui est un blog perso et donc n’a pas une audiance suffisente pour être relégué dans la catégorie liens extérieurs...

    Pour rappel à celleux qui découvriraient le site, indymedia est un site fait pour témoigner et lutter contre toutes les formes de domination et d’oppression (sexisme, racisme, marchandisation, chefferie... etc.) Les témoignages et articles de personnes racisées y ont donc toute leur place contrairement à celleux qui nient leurs ressentis.

    https://nantes.indymedia.org/articles/36746#comment-280060

    Article refusé

    Publié : le mardi 8 décembre 2015 à 12:33 par modo

    Article bourré d’amalgamme douteux et orientés et de mauvaise foi dans les deux sens du terme.

    On peut reprocher beaucoup de choses aux antifas, à l’islam, mais une fois encore si ce n’est que pour faire croire que Les Antifa sont protecteurs de l’islam c’est mort. Il semblerait qu’ils soient capables plus de nuance que vous en ne tobant pas dans al binarité et l’amalgamme. Merci de nous le faire remarquer. L’article est bien sur refusé.

    https://nantes.indymedia.org/articles/32604

    Article refusé

    Publié : le vendredi 4 décembre 2015 à 13:52 par modo

    En bon censeureuses que nous sommes, on va rappeler que :
    - pour transmettre des liens vers les articles extérieurs il y a la catégorie liens : https://nantes.indymedia.org/other_medias
    - non-fides sera peut-être à nouveau bienvenu sur indymedia nantes quand il cessera de confondre critique des religions et islamophobie, querelle de clochers avec combat politique, charte de fonctionnement avec censure, ou... bref tout ramener à son nombril, en cette periode confuse et douloureuse, c’est d’une indescence crasse.

    https://nantes.indymedia.org/articles/32586

    Article refusé par les modérateurs
    Raison du refus :
    troll islamo-charlie

    https://bxl.indymedia.org/spip.php?article16271

    Article refusé par les modérateurs
    Raison du refus :
    troll islamo-charlie

    https://bxl.indymedia.org/spip.php?article16282

    Article refusé par les modérateurs
    Raison du refus :
    troll islamo-charlie

    https://bxl.indymedia.org/spip.php?article16263

    Article refusé par les modérateurs
    Raison du refus :
    troll

    https://bxl.indymedia.org/spip.php?article16283

    Article refusé par les modérateurs
    Raison du refus :
    troll islamo-charlie

    https://bxl.indymedia.org/spip.php?article16073

    Article refusé par les modérateurs
    Raison du refus :
    troll islamo-charlie

    https://bxl.indymedia.org/spip.php?article16074

    Article refusé par les modérateurs
    Raison du refus :
    troll islamo-charlie

    https://bxl.indymedia.org/spip.php?article16081

    Article refusé par les modérateurs
    Raison du refus :
    troll islamo-charlie
    https://bxl.indymedia.org/spip.php?article16058

    Article refusé par les modérateurs
    Raison du refus :
    troll

    https://bxl.indymedia.org/spip.php?article15874&lang=fr

    Article refusé par les modérateurs
    Raison du refus :
    troll

    https://bxl.indymedia.org/spip.php?article15877&lang=fr

    Article refusé par les modérateurs
    Raison du refus :
    troll

    https://bxl.indymedia.org/spip.php?article15879&lang=fr

    Article refusé.

    Publié : le samedi 18 novembre 2017 à 01:58 par modo

    un article coupé de sa source et de ses illustrations pro-charlie n’a pas sa place sur indymedia nantes. c’est bonn y’a assez de mainstream pour défendre leur "liberté de publier" bien loin de toute solidarité avec les médias libres attaqués par l’état...

    https://nantes.indymedia.org/articles/39171

    Article refusé.

    Publié : le samedi 28 octobre 2017 à 13:52 par modo

    Refuser comme le précédent, pour les mêmes raisons : encore une fois, Fourest n’est pas la bienvenue ici.

    https://nantes.indymedia.org/articles/38966

    Article refusé.

    Publié : le samedi 28 octobre 2017 à 18:03 par modo

    Toujours pour les mêmes raisons.

    https://nantes.indymedia.org/articles/38967

    Article refusé.

    Publié : le dimanche 29 octobre 2017 à 22:58 par modo

    trollage / spammage / harcèlement.

    https://nantes.indymedia.org/articles/38980

    Article refusé.
    Publié : le lundi 30 octobre 2017 à 10:58 par modo

    harcèlement de troll

    https://nantes.indymedia.org/articles/38983

    Article refusé.

    Moderation

    Publié : le dimanche 12 novembre 2017 à 00:01 par modo

    ça fait un moment maintenant qu’on laisse "VSGCI" critiquer à sa guise tout ce qui n’est pas CCI sans intervenir, mais là, faut intervenir à nouveau. critiquer ne veut pas dire cracher, mépriser, encore moins traiter les gens d’autistes : ça n’est pas une insulte mais du validisme et de toute façon les insultes ne sont pas admises par ici. merci de faire attention à ne pas tout confondre.

    https://nantes.indymedia.org/articles/38724#comment-283936

    Article refusé.

    Publié : le mardi 31 octobre 2017 à 11:55 par modo

    SPAM

    https://nantes.indymedia.org/articles/38995

    Article refusé.

    Publié : le mardi 31 octobre 2017 à 20:39 par modo

    assurément une belle tentative de troller

    https://nantes.indymedia.org/articles/38998

    Article refusé.

    Publié : le mercredi 1 novembre 2017 à 02:38 par modo

    trollage

    https://nantes.indymedia.org/articles/39000

    Article refusé.

    Publié : le dimanche 8 novembre 2015 à 15:40 par modo

    Ouaip, poubelle.
    Coleman dénonce que " LES « sionistes » cela n’existe pas", mais dénonce aussi les antisionistes, qui semblent se limiter à Stambul, voire l’UFJP.
    A Indy Nantes on soutient la lutte palestinienne, et cet article est trop malhonnète pour alimenter un débat compliqué.

    https://nantes.indymedia.org/articles/32335

    Article refusé.

    Publié : le vendredi 10 juin 2016 à 14:38 par modo

    Mettre dans le même panier un ensemble de gens qui veulent combattre le racisme, en focalisant sur la position d’une des composantes (le PIR) est assez malhonnète. Reconnaître l’existence du concept de "race" chez une partie de la population qui l’emploi dans un but de domination et d’exploitation ne veut pas forcément dire qu’on valide l’existence ce concept. L’argument de l’interclassisme est une des grands classiques lorsqu’on parle des tentatives d’organisation en non-mixité, les féministes l’ont déjà bien entendu de la part des parternalistes. Enfin, parler de "colonisation" des représentations, c’est plutôt dégueulasse.

    https://nantes.indymedia.org/about/Racisme?page=5

    Article refusé.

    Publié : le vendredi 27 mai 2016 à 16:10 par modo

    Merci au Remouleur d’être intervenu, je me doutais vaguement d’un truc comme ça à la lecture de l’intro et surtout la certitude d’un énième import de conflit avec l’avalenche de commentaires, sauf que vraiment pas le temps de chercher plus loin.
    Du coup comme on a pour principe de pas modifier les textes, je le refuse.
    Pour infos aux personnes qui s’amusent à troller indymedia nantes on va prendre de moins en moins de gants et d’attention histoire de retirer un maximum de votre nouriture.

    https://nantes.indymedia.org/articles/34746

    Article refusé.

    Publié : le jeudi 14 septembre 2017 à 15:31 par modo

    Les articles sur l’antiracisme sont les bienvenus sur Indymedia Nantes.
    Cela dit, étant donné que les "débats" sur cette question sont rendus impossibles ces derniers temps, le collectif a décidé de refuser tout article qui se baserait sur les mots "racialisme" ou "anti-racialisme".
    Comme nous l’avons déjà exprimé lors d’un autre commentaire collectif, nous ne pouvons cautionner l’usage de ces mots, d’origine raciste et utilisés actuellement à contre-sens.

    https://nantes.indymedia.org/articles/38448

    Article refusé.

    Publié : le mercredi 6 septembre 2017 à 10:18 par modo

    Troll
    Les articles sur l’antiracisme sont les bienvenus sur Indymedia Nantes.
    Cela dit, étant donné que les "débats" sur cette question sont rendus impossibles ces derniers temps, le collectif a décidé de refuser tout article qui se baserait sur les mots "racialisme" ou "anti-racialisme".
    Comme nous l’avons déjà exprimé lors d’un autre commentaire collectif, nous ne pouvons cautionner l’usage de ces mots, d’origine raciste et utilisés actuellement à contre-sens.

    https://nantes.indymedia.org/articles/38494

    Article refusé.

    Publié : le mercredi 26 juillet 2017 à 17:42 par modo

    SPAMMAGE / TROLLAGE

    Ceci n’est pas un article...

    https://nantes.indymedia.org/articles/38258

    Article refusé.

    Publié : le mardi 3 novembre 2015 à 13:46 par modo

    Article refusé. Critiquer c’est bien, mais se baser sur des amalgammes et des propos mensonger pour les mélanger avec des faits réels et ainsi faire du confusionisme, c’est non.

    https://nantes.indymedia.org/articles/32296

    Article refusé.

    Publié : le lundi 30 novembre 2015 à 15:29 par modo

    Article refusé et commentaires invisibilisés.
    Tant que Yves Colleman, mondialisme.org, non fides entretiendront une polémique stérile sur le mode confusionisme en orientant toutes leurs publications sur les "vilain-e-s faux anarchistes libertaires qui ne condamnent pas le PIR et les vilain-e-s PIR qui ne représentent personne, ne sont personne mais font exister le pire risque de la terre de l’univers : le racisme anti-blanc" (et encore je fais court), ils ne seront plus les bienvenus sur indymedia nantes pour ce qui me concerne.

    https://nantes.indymedia.org/articles/32523#comment-274475

    Article refusé

    Publié : le lundi 30 novembre 2015 à 15:24 par modo

    Article refusé et commentaires invisibilisés.
    Tant que Yves Colleman, mondialisme.org, non fides entretiendront une polémique stérile sur le mode confusionisme en orientant toutes leurs publications sur les "vilain-e-s faux anarchistes libertaires qui ne condamnent pas le PIR et les vilain-e-s PIR qui ne représentent personne, ne sont personne mais font exister le pire risque de la terre de l’univers : le racisme anti-blanc" (et encore je fais court), ils ne seront plus les bienvenus sur indymedia nantes pour ce qui me concerne.

    https://nantes.indymedia.org/articles/32527#comment-274474

    Article refusé.

    Publié : le mardi 25 juillet 2017 à 23:03 par modo

    Ceci n’est pas un article... et sans doute un trollage.

    https://nantes.indymedia.org/articles/38255

    Article refusé.

    Publié : le mardi 25 juillet 2017 à 22:53 par modo

    SPAMMAGE / TROLLAGE

    https://nantes.indymedia.org/articles/38254

    Article refusé.

    Publié : le dimanche 16 juillet 2017 à 15:37 par modo

    SPAMMAGE / TROLLAGE

    https://nantes.indymedia.org/articles/38190

    Article refusé.

    Publié : le dimanche 16 juillet 2017 à 15:39 par modo

    SPAMMAGE / TROLLAGE

    https://nantes.indymedia.org/articles/38189

    Article refusé.

    Publié : le dimanche 16 juillet 2017 à 15:41 par modo

    SPAMMAGE / TROLLAGE

    https://nantes.indymedia.org/articles/38188

    Article refusé.

    Publié : le samedi 15 juillet 2017 à 15:56 par modo

    SPAMMAGE / TROLLAGE

    https://nantes.indymedia.org/articles/38186

    Article refusé.

    Publié : le dimanche 16 juillet 2017 à 15:38 par modo

    SPAMMAGE / TROLLAGE

    https://nantes.indymedia.org/articles/38185

    Article refusé.

    Publié : le dimanche 16 juillet 2017 à 15:39 par modo

    SPAMMAGE / TROLLAGE

    https://nantes.indymedia.org/articles/38182

    Article refusé.

    Publié : le jeudi 13 juillet 2017 à 23:01 par modo

    SPAMMAGE / TROLLAGE

    https://nantes.indymedia.org/articles/38172

    Article refusé.

    Publié : le mardi 11 juillet 2017 à 21:01 par modo

    TROLLAGE RELOU.

    https://nantes.indymedia.org/articles/38158

    Article refusé.

    Publié : le vendredi 7 juillet 2017 à 15:21 par modo

    spam de trollage....

    https://nantes.indymedia.org/articles/38140

    Article refusé.

    Publié : le jeudi 6 juillet 2017 à 23:13 par modo

    trollage..................

    https://nantes.indymedia.org/articles/38135

    Article refusé.

    Publié : le jeudi 6 juillet 2017 à 23:06 par modo

    trollage. les explications ont été données à chaque fois. Les "anti-racialistes" et les trolls n’ont pas leur place sur indymedia.

    https://nantes.indymedia.org/articles/38133

    Article refusé.

    Publié : le jeudi 6 juillet 2017 à 23:05 par modo

    trollage. les commentaires qui nourrissent le(s) troll(s) ont été viré aussi.

    https://nantes.indymedia.org/articles/38132

    Article refusé.

    Publié : le mardi 4 juillet 2017 à 15:37 par modo

    spam trollesque....

    https://nantes.indymedia.org/articles/38123

    Article refusé.

    Publié : le mardi 4 juillet 2017 à 16:53 par modo

    trollage

    https://nantes.indymedia.org/articles/38117

    Article refusé.

    Publié : le samedi 1 juillet 2017 à 21:51 par modo

    spam.

    pour rappel : " sauf à dénoncer PLUSIEURS types de courants politiques et/ou types de courants religieux oposés à l’émancipation, en l’état un tel article n’est qu’un trollage islamophobe de plus.

    https://nantes.indymedia.org/articles/38115

    Article refusé.

    Publié : le samedi 1 juillet 2017 à 21:53 par modo

    Enième trollage.

    https://nantes.indymedia.org/articles/38114

    Article refusé.

    Publié : le vendredi 30 juin 2017 à 19:27 par modo

    ce compte-rendu technique de quelques partis trop bien choisis n’a pas de rapport avec indymedia nantes. sauf à dénoncer plusieurs types de courants politiques et types de courants religieux oposés à l’émancipation, en l’état un tel article n’est qu’un trollage islamophobe de plus.

    https://nantes.indymedia.org/articles/38109

    Article refusé.

    Publié : le mercredi 28 juin 2017 à 22:33 par modo

    Trollage confusioniste.

    Les amis de Juliette et du printemps semblent avoir du temps à perdre à faire passer pour "identitaires" "racistes" toute personne personne qui diffuse des textes qui ne lui reviennent pas
    nous on a autre chose à faire que faire des enquêtes de purisme des auteurs de la Fabrique qui publie bien ce qu’elle veut. et faire un raccourci "PIR, LMSI, BDS, CRAN" est assez puant.
    Pour faire court, les "anti-racialistes" ne sont pas les bienvenus sur indymedia nantes.

    https://nantes.indymedia.org/articles/38096

    Article refusé.

    Publié : le jeudi 22 juin 2017 à 20:12 par modo

    HAAAAAAAAA les joies du trollage... mais allez jouer ailleurs au lieu de semez vos gerbes anti palestinien-ne-s ici.... On vire un commentaire du même troll pour le coup encore plus gerbant.

    https://nantes.indymedia.org/articles/38053

    Article refusé.

    Publié : le vendredi 16 juin 2017 à 07:08 par modo

    Trollage. Z’avez vraiment que ça à faire ?

    https://nantes.indymedia.org/articles/38009

    Article refusé.

    Publié : le jeudi 15 juin 2017 à 12:32 par modo

    Vieux texte de Novembre 2016 posté ici manifestement dans le but de troller.
    Un commentaire pas tellement plus fin a également été caché.

    https://nantes.indymedia.org/articles/38002

    Article refusé.

    Publié : le vendredi 16 juin 2017 à 17:51 par modo

    Les articles sur l’antiracisme sont les bienvenus sur Indymedia Nantes.
    Cela dit, étant donné que les "débats" sur cette question sont rendus impossibles ces derniers temps, le collectif a décidé de refuser tout article qui se baserait sur les mots "racialisme" ou "anti-racialisme". Comme nous l’avons déjà exprimé lors d’un autre commentaire collectif, nous ne pouvons cautionner l’usage de ces mots, d’origine raciste et utilisés actuellement à contre-sens.

    https://nantes.indymedia.org/articles/37999

    Article refusé

    Publié : le dimanche 11 juin 2017 à 17:09 par modo

    Nouvel extrait du brulot "la race comme si vous y étiez", dont plusieurs extraits confusionistes sur la racisme ont déjà été refusés. De plus ces publications servent visiblement de défouloir en comentaires à une / des personnes de Paris qui se comportent en trolls et feraient mieux de régler une fois pour toutes leurs problème sirectement plutôt que troller partout...
    Un autre commentaire sur notre position comme collectiif quand à la lutte des personnes racisées sera ajouté bientôt.

    https://nantes.indymedia.org/articles/37976

    Article refusé.

    Publié : le jeudi 8 juin 2017 à 21:27 par modo

    en fait c’est un copié-collé d’un vieil article uniquement là pour troller et nous faire astturer sur le sujet, donc hop, refusé !

    https://nantes.indymedia.org/articles/37951

    Article refusé.

    Publié : le vendredi 20 novembre 2015 à 12:43 par modo

    Encore un texte en provenance de Non Fides qui, sous couvert de critiquer la religion, ne s’en prend qu’à une partie très ciblée des "religieux". En poussant un tout petit peu plus loin la rétorique simpliste, pourquoi ne pas dire que tous les humains, avec tous leurs types de croyances qui ne sont pas que religieuses, sont compromis dans les attentats terroristes ? La boucle serait bouclée autour du nombril et Non fides commencerait peut-être à pratiquer un peu d’auto-critique pour, qui sait, enfin abandonner l’élitisme crasse du statut d’élus de la seule vraie pensée pour lesquels ils tentent désespérément de se faire passer.

    En attendant ce type de texte assimilant, par la monomanie et la confusion, exclusivement tous les musulmans pour de potentiels terroristes, est bien évidemment refusé.

    https://nantes.indymedia.org/articles/32428

  • Comme chaque année en décembre, une quinzaine d’associations, de syndicats et de partis politiques organisent une journée internationale contre l’islamophobie. Nous publions ci-dessous l’appel à cette nouvelle édition qui se tiendra le dimanche 10 décembre, de 9h30 à 19h, à la bourse du travail de Saint-Denis.

    Destruction du Code du travail au pas de charge, baisse des APL, suppression des contrats aidés qui minent le fonctionnement d’institutions comme les écoles ou d’associations vitales dans les quartiers : depuis son élection le 8 mai 2017, la guerre sociale que mène Macron contre les classes populaires est sans merci. Comme l’est sa politique migratoire qui nie les droits fondamentaux des migrants, criminalise les actions de solidarité et renforce la xénophobie. Ce nouveau régime jupitérien n’est pas non plus une bonne nouvelle pour les citoyens de confession musulmane qui subissent racisme et islamophobie.

    Certes, le renvoi à leurs pénates des Le Pen, Fillon et autres Valls est un soulagement. Si le FN réalise un score de 33,9%, il est en crise. Pour l’instant. Et d’autres se chargent de faire prospérer son fonds de commerce. Les réseaux racistes et islamophobes, qui œuvraient au cœur de l’État avec Valls, se reconstituent. Depuis la rentrée, ils œuvrent tous azimuts avec une violence redoublée : pressions sur l’université pour censurer les colloques sur ces questions, cyber-harcèlement contre des associations de féministes musulmanes comme Lallab, campagnes de dénigrement et de diffamation ciblées qui tournent à la chasse à l’homme ou à la femme contre ceux qui luttent contre le racisme et l’islamophobie. Printemps républicain, bande à Valls, Comité laïcité et République, UFAL, Causeur, Le Figaro, Marianne, Valeurs actuelles, « fachosphère » : les campagnes coordonnées de ces réseaux hétéroclites ont un objectif, intimider pour réduire au silence les voix qui s’élèvent contre le racisme anti-musulman.

    Emmanuel Macron n’a certes pas instrumentalisé ces questions pendant la campagne. Mais au-delà de la « com’ », quelle est sa politique ?

    – Au nom de la lutte contre le terrorisme, le 6 juillet, l’état d’urgence est reconduit. Pour la sixième fois depuis 22 mois. Inefficace contre le terrorisme, il a visé en priorité les citoyens de confession musulmane puis s’est étendu aux manifestations du mouvement social et à ses militants. Aucun pays européen confronté à des attentats n’a pris de telles dispositions attentatoires à l’État de droit. Entre fin 2015 et fin 2016, près de 4 200 perquisitions administratives ont eu lieu. Elles ont touché dans presque tous les cas des citoyens de confession musulmane ! Moins de 1% ont débouché sur des procédures judiciaires en lien avec le terrorisme.

    – La loi de sécurité intérieure et de lutte contre le terrorisme votée le 11 octobre par l’Assemblée nationale transpose dans le droit commun les principales dispositions de l’état d’urgence. Dénoncée par la totalité des organisations de la société civile concernée par ces questions, par la CNCDH, par des experts de l’ONU, cette loi remet en question l’État de droit :
    * les perquisitions renommées « visites domiciliaires », les assignations à résidence « mesures individuelles de contrôle et de surveillance » pourront être effectuées sur la base de simples soupçons ; et l’exécutif a refusé l’intervention d’un juge judiciaire ;
    * les préfets pourront ainsi instaurer des périmètres de sécurité d’un lieu ou d’un événement qui serait soumis à un risque d’acte terroriste. Palpations, inspections des bagages, fouilles des véhicules, saisies pourront être effectuées sur ce périmètre. C’est de fait la légalisation des abus qui est inscrite dans ces dispositions, les fouilles au corps par exemple étant déjà pratiquées sur les jeunes dans les quartiers populaires ;
    * extension des contrôles d’identité massifs, jusqu’à 20 km autour des zones frontalières. Ils pourront être effectués pendant 12 heures d’affilée (6 heures jusqu’à présent), dans tous les points de passage de frontières, soit 29% du territoire et 67% de la population du pays. Quand on sait qu’un jeune Noir ou Arabe a vingt fois plus de risques d’être contrôlé qu’un autre (d’après le Défenseur des droits), cette disposition légalise de fait le contrôle au faciès. L’historien Patrick Weil dénonce « un ciblage massif de populations particulières qui a un seul précédent : le Code de l’indigénat instauré en Algérie en 1881 » ;
    * les lieux de culte pourront être fermés par le préfet si « les propos, […] les idées ou les théories qui sont diffusées ou les activités qui se déroulent, provoquent à la commission d’actes de terrorisme […] » Quelles idées ? Quelles théories ? Quelles activités ? Nul ne sait. Ce flou laisse à l’administration seule l’interprétation de cet article. Avec le risque de stigmatisation de tout signe de religiosité apparent vu comme un signe de supposée radicalisation.

    Les pouvoirs exorbitants accordés à la police fragiliseront encore plus les populations des quartiers populaires qui subissent déjà la précarité économique, contrôles au faciès incessants, crimes policiers, discriminations religieuses, ségrégation territoriale. La politique de Macron renforce toutes les inégalités sociales et les discriminations raciales. Et donc les rancœurs. « Au lieu de créer du lien et de l’unité » dénonce Patrick Weil, « on crée de la division et un stigmate insensé. » Précisément ce que recherchent les organisations terroristes comme Daesh.

    La gravité de la situation impose une riposte commune à cette politique dévastatrice. Le 10 décembre, venons massivement débattre et nous organiser !

    Programme :

    9h30 - 12h - Les lois antiterroristes sont-elles efficaces pour lutter contre le terrorisme ?
    a. Le phénomène djihadiste, origines, histoire, actualité.
    b. Quel est l’objectif de ces législations, notamment de la loi votée le 11 octobre "pour renforcer la sécurité intérieure et la lutte contre le terrorisme".

    13h30 - 15h - L’offensive identitaire contre les libertés publiques.
    Des attaques tous azimuts : pressions sur l’université pour interdire les colloques sur la thématique de l’islamophobie, cyber-harcèlement d’associations, campagnes de dénigrement et de diffamation ciblées qui tournent à la chasse à l’homme ou à la femme contre ceux qui luttent contre le racisme antimusulman, menaces de mort.

    15h - 16h30 - Pourquoi veut-on réduire les militants de l’antiracisme politique au silence  ?

    16h45 - 17h30 - Deux ateliers :
    1. La lutte contre les discriminations au sein de l’entreprise et l’analyse des conséquences de la Loi Travail.

    2. Stigmatisation des territoires : de Saint-Denis à Molenbeek.

    18h-19h - Perspectives.

    Organisations, associations, collectifs, syndicats, partis signataires : AFD International - Association Commission « Islam et Laïcité » - ATMF - Bruxelles Panthère - Collectif Contre l’Islamophobie en France (CCIF) - CEDETIM/IPAM - Collectif des Musulmans de France (CMF) - Collectif des Féministes pour l’Égalité (CFPE) - Convergence Citoyenne Ivryenne (CCI) - Femmes plurielles - Fondation Frantz Fanon - Identité plurielle - International Jewish Anti-zionist Network (IJAN) - Nouveau Parti Anticapitaliste (NPA) - Oumma.com - Parti des Indigènes de la République (PIR) - Participation et Spiritualité Musulmanes (PSM) - Sortir du colonialisme - Union Juive Française pour la Paix (UJFP)...

    http://contre-attaques.org/agenda/article/macron-ou-l

  • Ikhwan Info, le site complotiste qui voit partout des "Frères Musulmans" et des "islamistes"

    Le site "Ikhwan Info" vient de lancer une violente charge contre l’association Lallab[1], contribuant à provoquer une polémique nationale, comme souvent en France dès qu’il est question d’islam ou de musulman-e-s.

    On trouve derrière "Ikhwan Info" Fiammetta Venner (le site mentionnait jusqu’à récemment qu’elle en était la directrice) et sa complice Caroline Fourest, toutes les deux plusieurs fois condamnées par la justice pour diffamation. Ikhwan Info s’est donné pour objectif de dénicher les "Frères Musulmans" ou les "islamistes" qui à lire leurs articles se cacheraient derrière beaucoup de musulman-e-s, y compris les fondatrices de Lallab. Sans surprise le mot "islamiste" revient ainsi plusieurs fois dans l’article, y compris dans le titre. Rappelons que Caroline Fourest avait elle-même déclaré en 2015 sur France Inter[2] qu’il ne fallait plus utiliser le mot "islamiste" car il encourageait les amalgames entre musulman et intégriste... des paroles depuis longtemps oubliées.

    L’article d’Ikhwan Infos, signé par une certaine Mathilde Lambert, utilise parfois l’expression "féminisme islamique" et parfois "féminisme islamiste", comme pour bien amalgamer les deux mots "islamique" et "islamiste". Et bien sûr, Lallab est accusée d’être liée aux "Frères Musulmans", aux "islamistes" et à Tariq Ramadan (on a l’impression de lire un copié-collé de 80% des articles de Caroline Fourest, qui arrive à lier toute personne avec laquelle elle n’est pas d’accord à Tariq Ramadan). Julien Salingue avait montré que si on appliquait la méthode Fourest à Caroline Fourest elle-même, on pouvait en conclure qu’elle était liée à des extrémistes bien pire encore.[3]

    Ikhwan Info, c’est un peu le Protocole des Sages du Caire... Au lieu de voir partout des "sionistes", l’équipe de Fourest et Venner voit un peu partout des "islamistes" et des "Frères Musulmans"... Ikhwan Info peut même si besoin utiliser des photos bidonnées pour se faire plus convaincant.[4]

    S’il fallait donner un aperçu du contenu des articles d’Ikhwan Info, on pourrait les résumer en 2 phrases :

    1] http://www.ikhwan.whoswho/blog/archives/11198

    [2] https://www.youtube.com/watch?v=E0mCdGOBWrA

    [3] http://resisteralairdutemps.blogspot.fr/2015/09/les-coupables-amities-de-caroline.html

    [4] http://cinquiemecolonne.canalblog.com/archives/2015/11/01/32867385.html

  • Mohamed Louizi soutient le grand allié des islamistes wahhabites

    Auteur d’un livre intitulé Pourquoi j’ai quitté les Frères musulmans, Mohamed Louizi écrit aujourd’hui pour le site de Fiammetta Venner (compagne de Caroline Fourest) Ikhwan Infos, où il traque partout les "islamistes", les "complices des islamistes" ou les personnalités "liées aux islamistes". Promu par plusieurs sites d’extrême-droite (Résistance Républicaine, site de la LDJ...), son obsession à voir partout des "Frères Musulmans" et des "islamistes" tourne de plus en plus au complotisme et à la paranoïa.

    Je ne vais pas faire la liste de toutes les personnes que Mohamed Louizi a décrit comme "islamistes", ou "liées aux islamistes" ou "liées aux Frères Musulmans", mais ça va du CCIF à Benoit Hamon, de l’association Lallab à Clémentine Autain...etc,etc.

    Par exemple, dans un message facebook daté du 26 novembre, Mohamed Louizi (qui se prétend "laïc") a affirmé qu’il votait François Fillon à la primaire de la droite. Louizi se justifie par le fait qu’Alain Juppé serait lié aux "islamistes"... pourtant, difficile de faire moins laïc que Fillon, candidat soutenu par Frigide Barjot et les réseaux intégristes catholiques.

    Plus paradoxal encore, ce même Mohamed Louizi a publiquement soutenu Manuel Valls lors de la primaire de la gauche... oui, on parle du même Valls qui a passé les dernières années à ramper devant le régime saoudien wahhabite pour lui vendre des armes. Le même Valls dont le gouvernement a décoré en 2016 Mohammed Ben Nayef, le prince héritier du régime saoudien wahhabite. Valls avait alors appelé à "assumer" cette légion d’honneur remise à Ben Nayef.

    VentesDarmesFranceMohamed Louizi a donc choisi de voter et soutenir l’homme qui s’est couché devant les saoudiens (justifiant même la décoration de son prince héritier) et qui a propagé des armes de guerre dans tout le Moyen-Orient, y compris à des dictatures et régimes islamistes. Louizi dénonce les complices des "islamistes", mais les plus grands complices des islamistes, ce sont ceux qui leur livrent leurs armes.

    Une dernière chose :

    Le 5 février 2017, Mohamed Louizi a publié un texte sur facebook attaquant violemment Hanane Charrihi, fille de la première victime de l’attentat terroriste de Nice. Dans ce post odieux, il l’accuse notamment d’être une "porte-étendard" du "fondamentalisme islamiste". Exaspéré qu’Hanane puisse s’exprimer à la télévision, Louizi l’accuse de pratiquer la "rhétorique victimaire des islamistes".

    Résumons le combat de Louizi contre "l’islamisme" :

    Une jeune femme qui a perdu sa mère dans un attentat terroriste, Louizi l’attaque violemment.

    Un homme qui fournit massivement des armes au régime wahhabite et aux dictatures du Moyen-Orient, Louizi lui apporte son soutien.

    ...Dur envers les faibles et les victimes du terrorisme, mais faible envers les puissants réellement alliés des islamistes...

    http://cinquiemecolonne.canalblog.com/archives/2017/02/08/34912855.html

  • NPA = fascistes. QU’IL CREVE !

  • Trop drôle !

    les anti-totskistes primaires obligés de chercher des références au NPA et à Lutte Ouvrière !

    Le trollage justifie tout !

  • L’islamophobie affichée de Lutte ouvrière

    De tous les trucs islamophobes, puants, en plus d’être stupides, que j’ai déjà lu de la part de l’extrême gauche, je crois que le texte de Lutte Ouvrière (LO) intitulé "le piège de la lutte contre l’islamophobie" se place très largement dans le cortège de tête (et pourtant il y a du niveau à l’extrême gauche). Ce n’est pas une surprise, surtout avec LO, et ça montre bien que ça ne s’arrange pas : http://donotlinkfb.com/78o6

    En plus des raccourcis, des mensonges, des raisonnements bidons, ainsi que les sempiternelles polémiques sur l’usage du mot "race" (syndrome gauchiste du disque rayé), voici les deux passages qui selon moi valent de l’or :

    "Mais nous estimons que c’est notre rôle, en tant que communistes, de dénoncer l’emprise de la religion musulmane sur la jeunesse d’origine immigrée ; de nous battre, de militer pour essayer d’arracher celle-ci au « brouillard de la religion », comme écrivait Marx, pour lui ouvrir les yeux, lui faire comprendre que son émancipation ne se fera pas par la soumission à des principes religieux d’un autre âge, mais dans l’union de classe avec le reste du prolétariat."

    "Dans ce combat, il est indispensable de gagner au communisme des jeunes travailleurs issus de l’immigration, non pas en encourageant leurs préjugés religieux mais en en faisant des révolutionnaires, c’est-à-dire des athées, capables de contrebalancer dans leur propre milieu les idées propagées par les ennemis du mouvement ouvrier."

    Merci, Lutte Ouvrière, d’assumer ce que vous êtes avec ce passage que je viens de citer : des assimilationnistes (de gauche), des civilisateurs (de gauche) sûrs d’avoir pour mission de "transformer" les travailleurs issus de l’immigration en "révolutionnaires", c’est à dire en "athées". Les uns veulent christianister (droite), les autres, ici communistes, veulent séculariser et rendre athées. Je suis presqu’heureux que cette version assimilationniste et colonialiste de gauche soit poussée à s’assumer avec une telle décomplexion face à la structuration toujours plus grande du mouvement antiraciste autonome. Et sur ce point ça ne se limite pas à LO et c’est justement ça le problème. Car LO encore, on pourrait ignorer...Mais c’est toute une extrême gauche aux abois qui est forcée de prendre position et de publier (de la merde, certes) sur un sujet dont elle voudrait pourtant qu’on reconnaisse le caractère secondaire. Et rien que pour ça on a gagné : le sujet devient incontournable, tout le monde doit se positionner, plus souvent, ou de façon plus affirmée (et donc plus raciste).
    Ici, dans cet exemple ils écrivent sans aucune honte, qu’ils doivent transformer et rendre athées des populations. Le "nous" ici est évidemment implicitement communiste, blanc, européen. C’est ce "nous" blanc qui a la mission de "transformer" ce "eux" trop réactionnaires, remplis de préjugés religieux, incapables de révolution et qu’il faut "arracher" à sa barbarie culturelle et religieuse "d’un autre âge".. (Comment pensent-ils pouvoir recruter politiquement des gens en balançant ça au fait ?!). Prenons la mesure de la violence symbolique du propos. Il symbolise le rapport de pouvoir entre gauches et immigration, à l’avantage des premiers. Mais bon, ça prouve à quel point ils sont aux abois, incapables qu’ils sont de mobiliser le prolétariat post colonial, c’est à dire le plus fragilisé, le plus vulnérable. Et, plutôt que d’être poussés à l’introspection face à cet échec, ils préfèrent enrager et se trouver des excuses (racistes) que l’on peut résumer comme suit : les racisés sont réactionnaires, parce que particulièrement religieux, raison pour laquelle ils ne nous rejoignent pas (alors qu’on possède la Vérité, et les seules voies possibles d’émancipation of course). Il faut donc s’atteler à les libérer de ces religion et culture qui entravent leur marche vers le progrès.

    LOL

  • à vous participant-e-s ou soutiens de cette propagande intitulée : Journée internationale contre l’islamophobie - Macron ou l’état d’exception permanent

    On déteste encore plus Macron que vous car nous, on ne s’allie pas avec ses soutiens.

    un petit focus sur PSM :

    - Ismahane Chouder qui écrit pour différent médias dont LMSI http://lmsi.net/_Ismahane-Chouder_ ; elle fait partie des nombreuses intervenant-e-s lié-e-s au frères musulmans et aux réseaux islamistes conviés lors de ces journées : PSD, PJD et surtout son organisation : P S M ((participation et spiritualité musulmane)) / Al Adl Wal Ihsane, ) ; ces organisations sont inacceptables.

    Qu’est ce que "Participation et Spiritualité" ?

    http://tendanceclaire.npa.free.fr/breve.php?id=12006

    Cependant, tout comme l’UOIF, PSM n’est pas une organisation à vocation purement religieuse et n’hésite pas à s’impliquer activement dans les débats de société, défendant des positions tout à fait réactionnaires. Elle a ainsi appelé à manifester le 24 mars et le 26 mai 2013 aux côtés de la droite et l’extrême droite lors de « La Manif Pour Tous »3 et affiche sans vergogne sa sympathie pour l’Alliance Vita, l’un des principaux lobbys français anti-IVG. PSM a d’ailleurs participé à son université d’été 2013.

    réactionnaire et obscurantiste

    Ce mouvement réactionnaire et obscurantiste, comme tous les mouvements de l’islam politique, ne cesse de répéter le slogan creux « l’islam est la solution » comme réponse aux questions concrètes dans le domaine social et politique, et d’exiger un retour pur et simple au passé pour appliquer la « Charia » et les lois du « véritable islam », celui de l’époque du prophète ! Ce courant politique, ayant profité antérieurement de la faiblesse de la gauche et de la montée des mouvements de même filiation idéologico-politique depuis que les Ayatollah se sont emparés du pouvoir en Iran, est devenu la plus grande force organisée au Maroc. De toute évidence, tous les mouvements islamistes réactionnaires comme celui de « Justice et bienfaisance » rejettent la laïcité et la séparation entre religion et politique et s’opposent à l’égalité des droits et à la liberté d’expression. Les membres de PSM n’ont aucun intérêt à dévoiler leur projet politique, et ont la capacité de cacher leurs vraies idées en pratiquant une certaine dissimulation reposant sur la « taqiya ».

    http://confusionnisme.info/2015/03/03/assez-de-participation-et-spiritualite-musulmanes-dans-nos-luttes/

    Réactionnaires d’extrême droite et assassinats : P.S.M un ennemi politique avec du sang sur les mains ! ! ! ! !

    Participation et Spiritualité Musulmanes (p&sm), groupe qui a appelé à la « Manif pour tous » et qui a partie liée avec l’assassinat de militant-e-s étudiant d’extrême gauche au Maroc dans les années 90

    http://www.non-fides.fr/?Lettre-ouverte-a-ceux-qui-pensent

  • Article refusé

    Publié : le vendredi 4 décembre 2015 à 13:52 par modo

    En bon censeureuses que nous sommes, on va rappeler que :
    - pour transmettre des liens vers les articles extérieurs il y a la catégorie liens : https://nantes.indymedia.org/other_medias
    - non-fides sera peut-être à nouveau bienvenu sur indymedia nantes quand il cessera de confondre critique des religions et islamophobie, querelle de clochers avec combat politique, charte de fonctionnement avec censure, ou... bref tout ramener à son nombril, en cette periode confuse et douloureuse, c’est d’une indescence crasse.

    https://nantes.indymedia.org/articles/32586

    Article refusé.

    Publié : le lundi 30 novembre 2015 à 15:29 par modo

    Article refusé et commentaires invisibilisés.
    Tant que Yves Colleman, mondialisme.org, non fides entretiendront une polémique stérile sur le mode confusionisme en orientant toutes leurs publications sur les "vilain-e-s faux anarchistes libertaires qui ne condamnent pas le PIR et les vilain-e-s PIR qui ne représentent personne, ne sont personne mais font exister le pire risque de la terre de l’univers : le racisme anti-blanc" (et encore je fais court), ils ne seront plus les bienvenus sur indymedia nantes pour ce qui me concerne.

    https://nantes.indymedia.org/articles/32523#comment-274475

    Article refusé.

    Publié : le vendredi 20 novembre 2015 à 12:43 par modo

    Encore un texte en provenance de Non Fides qui, sous couvert de critiquer la religion, ne s’en prend qu’à une partie très ciblée des "religieux". En poussant un tout petit peu plus loin la rétorique simpliste, pourquoi ne pas dire que tous les humains, avec tous leurs types de croyances qui ne sont pas que religieuses, sont compromis dans les attentats terroristes ? La boucle serait bouclée autour du nombril et Non fides commencerait peut-être à pratiquer un peu d’auto-critique pour, qui sait, enfin abandonner l’élitisme crasse du statut d’élus de la seule vraie pensée pour lesquels ils tentent désespérément de se faire passer.

    En attendant ce type de texte assimilant, par la monomanie et la confusion, exclusivement tous les musulmans pour de potentiels terroristes, est bien évidemment refusé.

    https://nantes.indymedia.org/articles/32428

  • Ornella Guyet : L’archétype de la désinformation

    Ornella Guyet se déclare “journaliste spécialiste des réseaux d’extrême droite”. Sous le pseudonyme de Marie-Anne Boutoleau et par l’intermédiaire du site Indymedia Paris, elle s’est fait connaître par des campagnes de diffamation et d’injures à l’encontre de nombreuses personnalités de gauche qu’elle associe aux « fascistes ». Parmi la longue liste des offensés, nous retrouvons François Ruffin, Pierre Carles, Michel Collon, Frédéric Lordon, Hervé Kempf, Alain Gresh, ou encore Noam Chomsky.

    L’expression « confusionnisme” fait désormais partie de la novlangue d’Ornella Guyet et de nombreux groupuscules qui se réclament de la lutte antifasciste. Afin d’amalgamer la lutte contre néolibéralisme et impérialisme à l’extrême droite, ces “activistes” n’ont jamais eu le moindre scrupule pour employer des arguments fallacieux habituellement utilisés par les propagandistes du néocolonialisme qui se doivent de justifier une guerre tout les six mois.

    Via son site Confusionnisme.info, Ornella Guyet nous signale ici très succinctement pour ne pas dire de manière simpliste, que “le confusionnisme politique peut relever d’une stratégie mûrement réfléchie (c’est notamment souvent le cas à l’extrême droite) comme il peut aussi être le fruit de l’ignorance ou de la naïveté de certains militants (notamment à gauche).” Sans plus de précisions Ornella Guyet rajoute : “Historiquement, on peut situer les débuts de ce phénomène en France à la fin du 19ème siècle”.

    Mais plusieurs questions se posent : Qui est vraiment Ornella Guyet ? Quelles sont ses motivations ? Pourquoi reprend-elle à son compte la rhétorique et les méthodes habituellement utilisées par les néo-conservateurs ? Comment expliquer qu’elle fustige une très grande partie de la gauche alors qu’elle ne dit mot sur une certaine extrême droite ? Quelles sont les sources de cette « journaliste antifa » ? Pour répondre à ces interrogations il nous a semblé important de revenir attentivement sur la sémantique des diatribes diffusées par Ornella Guyet.

    Afin d’échapper à la confusion, ouvrons le dictionnaire :

    Pour le petit Larousse, le mot confusionnisme se traduit par le fait d’entretenir la confusion dans les esprits et d’empêcher l’analyse objective des faits. Cependant, il est vrai que cette expression a une existence antérieure dans les discours politiques… une antériorité qu’Ornella Guyet, toujours dans le flou, ignore ou omet simplement de préciser. Ainsi au début des années 30, Léon Trotsky qualifiait la ligne politique de la Fédération communiste catalane-baléare (FCCB) dirigée par Joaquín Maurín de « mélange de préjugés petits-bourgeois, d’ignorance, de “science” provinciale et de coquinerie politique ». Voilà selon Trotsky « Le confusionnisme de Maurín et de la Fédération catalane ».

    La revue “Monde” et les trotskystes furent eux aussi qualifiés de “confusionnistes”. En novembre 1930 à l’occasion du deuxième congrès des écrivains révolutionnaires qui se tient à Kharkov, “Monde”, créée et animée par l’écrivain Henri Barbusse, est accusé d’être « un journal sans principes directeurs, qui dès le départ avait pris une position anti-marxiste », de se caractériser par « le confusionnisme », d’avoir pour collaborateurs « des agents du trotskisme, des social-fascistes, des radicaux bourgeois, des pacifistes », bref d’être hostile à l’idéologie prolétarienne. Voir un éditeur pour le socialisme libertaire

    1. Décryptage de la “méthode Guyet”

    Injures et calomnies

    Au printemps 2011, Ornella Guyet sous le pseudonyme de Marie-Anne Boutoleau » entame une campagne d’injures et de calomnies contre plusieurs sites internet. Le journal d’information alternative de gauche « Le Grand Soir » est l’une des première cibles de Guyet qui se réclame d’ACRIMED. Or voici ce que dit Acrimed à propos d’Ornella Guyet (alias Marie-Anne Boutoleau) qui produit quasiment tous ses articles avec les mêmes méthodes fallacieuses :

    « nous récusons les accusations de complaisances négationnistes ou antisémites portées contre Le Grand Soir dans l’article signé Marie-Anne Boutoleau (ainsi que dans ses réponses sur le forum d’Article 11), notamment et précisément parce qu’elles sont fondées sur des pratiques journalistiques que nous critiquons régulièrement (et que vous avez relevées à votre façon) : erreurs factuelles et amalgames confusionnistes, extrapolations et généralisations abusives, etc. »

    Non contente de ne pas tenir compte du cinglant mais juste rappel à l’ordre d’Acrimed, Ornella Guyet préfère la fuite en avant. La suite nous la connaissons : elle crée le site confusionnisme.info qui porte le nom de la méthode qu’elle utilise. « Semer la confusion par l’amalgame et l’extrapolation abusive », tel pourrait être le résumé du site d’Ornella Guyet suivant les mots d’ACRIMED.

    Manipuler ne lui cause aucun souci

    Ornella Guyet s’est également fait une spécialité de l’amalgame par l’utilisation d’anciennes photos. Pour Ornella Guyet, la chronologie n’a pas la moindre importance du moment que X ou Y peut être relié à son « grand méchant loup favori » Dieudonné, qui dans sa longue carrière a côtoyé quasiment la France entière, ce qui équivaut à dire que potentiellement pour cette faussaire… tout le monde est coupable, surtout si le besoin peut servir sa “cause”. Car son travail d’amalgame toujours ciblé ne mentionne jamais des personnalités comme par exemple Yann Moix qui a lui aussi côtoyé Dieudonné et même Faurisson. Nous y reviendrons.

    Cette « logique » n’est pas plus honnête que si nous reprochions au NPA la trajectoire de certains de ses anciens cadres. (sur Europe1 ici : La plume du FN à Paris était membre fondateur du NPA, et dans Le Monde ici : Du NPA au FN, le parcours d’un jeune délégué CGT). Par ailleurs le NPA, sûrement mal informé sur Ornella Guyet, a publié une de ses diatribes volontairement confuse qui associe la lutte contre l’impérialisme à un acte d’allégeance à Milosevic, Assad, Kadhafi, etc.

  • Les anti-guerres assimilés aux pro-dictateurs

    Pour nous rendre compte de la perversion du procédé, revenons quelques années en arrière à une période où les esprits étaient de toute évidence beaucoup moins “BHL-isés”. Le 2 août 1990, le dictateur irakien allié des USA Saddam Hussein envahit le Koweit. La condamnation américaine est immédiate : en quelques jours, le président George Herbert W. Bush parviendra à créer une coalition internationale. Plus tard nous apprendrons que Saddam Hussein pensait avoir le feu vert américain.

    En France pour éviter le bombardement de civils, la grande majorité des organisations de gauche se mobilise : la première page de « L’Humanité » du 13 octobre 1990 annonce une manifestation contre la guerre en Irak. U ne réunion regroupe les signataires de l’Appel des 75 et les représentants de nombreux partis, syndicats et associations souhaitant participer à la manifestation (Parti communiste, PCI-Parti des travailleurs, Ligue communiste révolutionnaire, Les Verts, Fédération anarchiste, Organisation communiste libertaire, Union des travailleurs communistes libertaires, Ligue socialiste des travailleurs, Alternative rouge et verte, Union anarchiste, Collectif des jeunes libertaires, Pionniers de France, CGT, UNEF, etc.).

    Cet épisode de notre Histoire est là pour nous rappeler qu’il y a 25 ans, Ornella Guyet aurait eu le plus grand mal à faire croire qu’une manifestation anti-guerre était un soutien à Saddam Hussein.

    Rudy Reichstadt source d’information d’Ornella Guyet

    Le site Conspiracy Watch de Rudy Reichstadt est la source commune pour de nombreux sites et blogs se réclamant de la lutte antifasciste et antiraciste. Leur schéma narratif et leurs contenus sont en effet un copié-collé de Conspiracy Watch.

    Exemples :

    Conspiracy Watch Contre la théorie du complot : ce que l’on sait sur la mort d’Arafat (et pas plus)
    Confusionnisme.info Dix ans après, le retour des théories du complot sur la mort de Yasser Arafat
    Conspiracy watch Une Nouvelle Donne… pour les conspirationnistes ?
    Confusionnisme.info Nouvelle Donne | Confusionnisme.info
    Sur Conspiracy Watch, la rhétorique qui inspire Rudy Reichstadt est principalement le produit du théoricien néoconservateur Pierre-André Taguieff, qui lui même fut inspiré par d’autres portes-parole au discours paranoïaque, en particulier Bat Ye’or, la créatrice de la théorie complotiste et islamophobe Eurabia, ou bien encore le belliciste acharné Daniel Pipes, qui considère que l’Etat d’Israël “manque de fermeté vis-à-vis des Palestiniens”. En 1997, Pipes écrit : Conspiracy : How the Paranoid Style Flourishes and Where It Comes From. Cette pseudo étude qui incite déjà le lecteur à s’en tenir aux discours officiels, est en somme une contrefaçon malhonnête et très droitière d’un ouvrage de l’historien Richard Hofstadter “Le style paranoïaque : Théories du complot et droite radicale en Amérique”.

    https://anticons.wordpress.com/2015/10/09/ornella-guyet-archetype-de-la-desinformation/

  • Vous avez peut être prévu d’aller marcher avec dignité contre le racisme le 31 octobre prochain en répondant à l’appel porté par Amal Bentoussi. Vous n’avez peut être pas prêté particulièrement attention au fait que cette initiative a été lancée par le Parti des Indigènes de la République ou vous avez renoncé à prendre en compte ce que cela signifie. L’appel lui-même se donne d’ailleurs l’air assez normal et évite les formules choc dont le P.I.R. s’est pourtant fait une spécialité. On pourra tout de même y relever l’énumération significative des « Noirs, Arabes, Rroms et Blancs des quartiers » (fausses évidences et vraies assignations identitaires, dont la dernière est une nouvelle née des sept familles de la racialisation) et tant pis pour les prolétaires, « des quartiers » ou pas, qui ne rentrent pas dans ces catégories, les débordent ou tout simplement les refusent. L’appel du meeting de préparation à Saint Denis nous replace clairement sur les terres du P.I.R., qui ne laissent comme terrible horizon que la religion et la race, puisqu’on y dénonce les « discriminations systémiques », avec la mise en avant de 3 catégories prioritairement discriminées : les « musulmans », les « Noirs », les « Rroms ».

    On ne marchera donc pas ce jour là pour la « dignité » de tout un chacun.

    De l’habituel racisme au singulier contre lequel on propose de marcher dans le titre, on passe, à la fin du texte d’appel, aux racismes au pluriel, déclinés ainsi : « l’islamophobie, la négrophobie, la rromophobie galopantes », il ne manque que l’évocation du « philosémitisme d’état » pour retrouver à l’identique les déclarations plus que contestables de la porte parole du P.I.R., à Oslo par exemple. D’ailleurs, dans la présentation des signatures de l’appel on sépare et on hiérarchise les « femmes racisées », puis les stars et « personnalités », puis les « associations de racisées », enfin les « soutiens » qui sont les personnalités et groupes non racisés ou qui ne sont pas cités à ce titre.

    On marchera donc ce jour-là pour la promotion d’un anti-racisme repeint aux couleurs de la race.

    Effectivement, cette marche n’est pas une promenade de santé, c’est une étape dans l’avancée d’un projet politique en cours.

    • Il s’agit pour les initiateurs de se poser en médiateurs universels détenant le monopole des réalités des banlieues et des quartiers populaires, mais aussi de la question des migrants, pour polariser la conflictualité qui peut y prendre place à travers un filtre racial et judiciariste.

    • Il s’agit aussi d’une tentative de récupération à la portée bien plus large que celle que SOS Racisme a opéré dans les années 80, et s’en inspirant sans doute : on s’approprie ici ouvertement la marche de 83 bien sûr, mais aussi les émeutes de 2005, et au-delà, l’ensemble de l’héritage des luttes immigrées, que ce soit sur les questions des papiers, du travail, du logement, ou sur d’autres terrains, qui court sur plusieurs décennies.

    • Il s’agit donc de la construction d’enjeux politique autour de la question raciale avec l’approbation de la présence de personnalités plus qu’infréquentables, officiellement signataires de l’appel : par exemple
    - Tariq Ramadan, ambassadeur des frères musulmans (dont le Hamas est une des branches),
    - Médine, connu pour ses quenelles de soutien à Dieudonné et sa proximité avec le commercial raté antisémite du suprémacisme noir Kémi Séba,
    - Ismahane Chouder de Participation et Spiritualité Musulmanes, groupe qui a appelé à la « Manif pour tous » et qui a partie liée avec l’assassinat de militants d’extrême gauche au Maroc dans les années 90, et bien sûr
    - Saïd Bouamama, collaborateur régulier du pro-négationniste Michel Collon, et
    - Houria Bouteldja, porte parole du P.I.R., coutumière des plateaux télé, de l’éloge de la famille, de l’ordre et de l’obéissance aux structures communautaires et à la religion, ainsi que des invectives antisémites, contre le métissage, homophobes et sexistes.

      • On ne marchera donc pas ce jour là seulement avec la dignité, mais aussi avec ses nouveaux amis. Dieudonnistes, panislamistes, protofascistes religieux : la dignité a de bien mauvaises fréquentations en ce moment, sans même parler de ceux qu’elle ne présente pas le premier soir.

    Nous sommes de plus en plus nombreux aujourd’hui d’horizons relativement variés, révolutionnaires, anarchistes, communistes anti-autoritaires, militants, entre autres, des luttes de l’immigration, épris sans doute davantage d’émancipation que de dignité et de justice, à s’opposer à la récupération en cours et à refuser la proposition politique portée par cette initiative.

    Le 31 octobre, même du pied gauche, ne marchons pas dans cette combine !
    Octobre 2015,
    A la croisée des chemins…
    crossroads_AT_riseup.net

  • Participation et Spiritualité Musulmanes (p&sm), groupe qui a appelé à la « Manif pour tous » et qui a partie liée avec l’assassinat de militant-e-s étudiant d’extrême gauche au Maroc dans les années 90

    Lancer des accusations gratuites, sans la moindre preuve, en sous-entendant que les participants aux manifestations antiracistes seraient soit complices, soit assez débiles pour ne pas être au courant d’un truc aussi grave, c’est la méthode habituelle des trolls qui n’ont que ça pour faire passer leurs messages de haine.

    Les fachos et les racistes sont capables de tout pour désinformer et calomnier, mais ils n’ont jamais réussi à faire taire les antifascistes malgré leurs efforts et leurs spams.

    https://blogs.mediapart.fr/pizzicalaluna/blog/190116/comment-dejouer-les-manipulations-d-un-cyberactiviste-neo-con

  • Du cauchemar d’une femme visiblement musulmane après chaque attentat

    À chaque fois qu’une attaque terroriste a lieu en France, c’est le cauchemar pour moi, mais également je crois pour tou-te-s les personnes visiblement musulmanes ou supposées l’être dans ce pays...

    Je n’ai réellement pas dormi la nuit du 13 novembre 2015. La première question que se pose toute personne ou presque vivant sur un territoire attaqué, ou du moins le souhait qu’elle formule en premier, est en général « j’espère que je n’ai pas de proches touchés ». Mais moi, la première chose qui me vient à l’esprit, ma première hantise est « Pourvu que ça ne soit pas des musulmans qui ont fait ça ». Pourquoi ? Et bien parce que si c’est le cas, c’est ma vie mais aussi celle de tou-t-es musulman-e-s de ce pays qui va, une fois de plus, basculer comme elle l’a fait tellement de fois, après Mohamed Merah mais également après les attaques de Charlie Hebdo début janvier.

    Pour moi, c’est le ventre noué que je sors de chez moi, c’est le cœur serré que je regarde la télévision ou lis les journaux. Car l’islamalgame (l’amalgame avec l’islam) se lit en filigrane à travers tant de paroles – quand elle n’est pas, le plus souvent, clairement exprimée. Je me dis que nous allons encore avoir droit à des agressions verbales voire physiques dans la rue, des regards désobligeants dans les transports en commun, et qu’on va encore se donner le droit de me demander de "rentrer chez moi". Il me sera demandé, ainsi qu’à tou-te-s mes concitoyen-ne-s musulman-e-s, de nous désolidariser des personnes responsables de ces attaques, parce qu’on suppose que nos sommes forcément solidaires de supposés coréligionnaires.

    Mais dans cette logique, puisque je suis noire, je devrais être responsable et solidaire de tout ce que les Noirs font dans le monde, surtout quand c’est blâmable, car la solidarité n’est en général envisagée que lorsque les actes sont horribles.

    Je devrais également être responsable et solidaire de tout ce que des femmes font de mauvais dans le monde puisque je suis une femme.

    Pourquoi devrais-je être solidaire et/ou responsable ? Tous les hommes sont-ils présumés responsables et solidaires des violeurs ?

    Tous les ministres sont-ils présumés solidaires et responsables de Cahuzac ?

    Tous les blancs sont-ils présumés solidaires de Breivik ?

    De Dylann Roof, le tueur de l’église de Charleston ?

    J’aimerais interroger d’autres responsabilités, celles de nos différents présidents de la République dans les différentes guerres qu’ils ont initiées, ralliées ou entretenues, en Afghanistan, en Irak, au Libye, au Mali, au Congo… et la liste n’est pas exhaustive. Deux attentats ont eu lieu à Beyrouth au Liban la veille des attentats français. Combien de morts innocents dans ces pays sont à déplorer ? Qu’en est-il des familles des victimes ?

    Je suis fatiguée d’être interrogée, rendue responsable de choses qui me sont complètement étrangères, alors que les vrais responsables ne le sont presque jamais. Pire, ils peuvent même s’en sortir le blason redoré, comme François Hollande après les interventions au Mali, ou encore après le 7 janvier 2015, alors qu’il était au plus bas des sondages. Nous devrions d’ailleurs nous sentir davantage responsables des décisions politiques de ce président de la République puisque nous sommes supposés lui avoir donné son mandat et qu’il déclare des guerres en notre nom – alors que les tireurs de ce vendredi 13 novembre n’ont été désignés par aucun collège électoral musulman.

    Comment est né l’État Islamique ?

    Qui leur fournit leurs armes ?

    Pourquoi des Français s’engagent dans cette armée ? Cette guerre ?

    Telles sont les vraies questions que nous devons nous poser, et poser à nos responsables politiques et exiger de vraies réponses pour espérer arriver à bout des ces violences et tueries.

    En tant que musulmane, quand un attentat a lieu, c’est une double angoisse qui me traverse : comme tout le monde, je me demande si un membre de ma famille, un-e ami-e, une sœur ou un frère de lutte, un-e voisin-e, est touché-e, mais cette question est systématiquement précédée d’un profond souhait que l’auteur ne soit pas de ma communauté religieuse. Car les conséquences pour moi et pour tou-te-s les musulman-e-s de France seront lourdes sur nos vies, des vies de plus en plus insupportables à mener dans ce pays où l’on ne rate aucune occasion de nourrir l’islamophobie ambiante.

    C’est une narration des événements qui me met, qui nous met, à chaque fois, au ban d’une société où nous vivons sans jamais vraiment pouvoir en faire partie. Ce sont des frustrations, des violences intérieures et extérieures qui sont nourries à chaque événement, à chaque occasion, sans qu’on en voie le bout. Car les premières victimes de ces attentats, après évidemment les défunt-e-s et leurs proches (qui sont d’ailleurs musulman-e-s pour une part), ce sont tou-te-s les musulman-e-s ou présumé-e-s tel-le-s, qui vont dans les temps à venir se retrouver, une fois de plus, dans le viseur de la stigmatisation, du soupçon, des représailles aveugles, bref : de la violence raciste.

    http://lmsi.net/Pourvu-que-ce-ne-soient-pas-des

  • Ornella Guyet contre le confusionnisme et le complotisme... tout contre !

    Ornella Guyet est la créatrice et l’animatrice d’un site nommé confusionnisme.info. Elle y attaque de nombreuses personnes, majoritairement de gauche, qu’elle accuse de "confusionnisme", c’est-à-dire pour être bref de connexions "rouges-bruns". Par exemple, Ornella Guyet accuse Michel Collon de liens douteux et de complaisance avec l’extrême-droite. Collon répond par des accusations identiques à l’encontre de Guyet, et lui a récemment proposé un débat, ce qu’elle a étrangement refusé. Voici le pseudo-argument de Guyet pour échapper à ce débat :

    "je ne débats pas avec Michel Collon, je le combats." [1]

    Cette formule un peu facile laisse à penser qu’elle aurait beaucoup plus à perdre qu’à gagner d’un débat en face à face et enregistré, car Ornella Guyet traîne de nombreuses casseroles. Ornella Guyet a donc préféré le "Courage, fuyons"...

    Un temps membre de l’association Acrimed, et assistant assidûment à ses CA, Ornella Guyet a soudainement déserté après avoir été prise en flagrant délit de désinformation à l’encontre du site Le Grand Soir. Le site Acrimed a été contraint de se dissocier d’un article d’Ornella Guyet (qu’elle avait écrit sur un autre site sous le pseudo Marie-Anne Boutoleau). Acrimed a ainsi écrit au Grand Soir :

    « nous récusons les accusations de complaisances négationnistes ou antisémites portées contre Le Grand Soir dans l’article signé Marie-Anne Boutoleau (ainsi que dans ses réponses sur le forum d’Article 11), notamment et précisément parce qu’elles sont fondées sur des pratiques journalistiques que nous critiquons régulièrement (et que vous avez relevées à votre façon) : erreurs factuelles et amalgames confusionnistes, extrapolations et généralisations abusives, etc. (...)

    Faute d’avoir obtenu d’Ornella Guyet, malgré notre insistance et plusieurs relances, qu’elle participe à une discussion, nous nous considérons comme déliés de notre réserve » [2]

    Là encore, Ornella Guyet a préféré fuir plutôt que de rendre compte de ses mensonges.

    Sur son site, Guyet dénonce régulièrement le complotisme, notamment de l’association Reopen911. Le seul problème, c’est que lorsque Guyet écrit des commentaires sous son pseudo Marie-Anne Boutoleau, elle révèle des opinions également très complotistes. Elle affirme par exemple dans les commentaires d’un article de CQFD :

    "les théories remettant en cause la version officielle des attentats du 11 septembre sont au moins aussi critiquables et peu sérieuses que cette version officielle elle-même, voir plus." (Commentaire du 31 janvier 2011 à 12h56, par Marie-Anne Boutoleau alias Ornella Guyet) [3]

    Donc Ornella Guyet considére la version officielle des attentats du 11 septembre "critiquable et peu sérieuse", "non avérée historiquement"... et elle dit lutter contre le complotisme !

    Enfin, l’un des sites les plus souvent cités comme référence par Ornella Guyet est Conspiracy Watch (il est même promu en première page de Confusionnisme.info, et Guyet le cite constamment). Animé par Rudy Reichstadt, le site Conspiracy Watch a pour référence la plus récurrente Pierre-André Taguieff, islamophobe paranoïaque (selon lui « deux millions de musulmans en France, ce sont deux millions d’intégristes potentiels »), et contributeur au site d’extrême-droite Dreuz Info, site considéré comme conspirationniste par L’Express. Parmi les autres auteurs publiés sur Conspiracy Watch, on trouve Mohamed Sifaoui (dont les propos racistes répétés ont fait l’objet d’une mise en garde du CSA), Alain Finkielkraut ou Eric Zemmour, polémiste condamné par la justice pour des propos d’incitation à la haine...

    Bref, d’un côté Ornella Guyet dénonce le confusionnisme, et de l’autre elle fait la promotion d’un site qui publie des auteurs racistes...

    [1] http://confusionnisme.info/2015/10/05/le-martyre-de-saint-michel/

    [2] http://www.legrandsoir.info/droit-de-reponse-d-acrimed-une-mise-en-cause-injustifiee.html

    [3] http://cqfd-journal.org/Les-infiltres

    http://cinquiemecolonne.canalblog.com/archives/2015/10/15/32777859.html

  • Islamophobie : vous avez dit contre-enquête ?

    l devient de plus en plus difficile de nier que l’islamophobie se développe en Europe. De l’attaque contre des mosquées en Suède aux manifestations de « bons allemands » tous les lundis contre une prétendue invasion musulmane, chaque jour les preuves s’accumulent. La Commission nationale consultative des droits de l’homme (CNCDH) a consacré l’introduction de son rapport sur l’année 2013 à expliquer pourquoi elle acceptait finalement le terme d’islamophobie, ce que la plupart des grands médias se sont gardés de reprendre. Même l’inénarrable Caroline Fourest a dû finalement concéder, contrairement à ce qu’elle n’a cessé de répéter pendant une décennie, que le terme n’était pas une « invention des mollahs iraniens » pour freiner toute critique de l’islam.

    Pourtant, il serait faux de penser que les tenants de ce rejet de l’islam aient renoncé. Ils se battent autrement. Certains, de manière radicale, comme Riposte laïque (les anciens comparses de Caroline Fourest, qui appellent à une manifestation en janvier contre les musulmans et pour la Reconquista). D’autres se veulent plus subtils, mais véhiculent le même message. Ainsi, dans l’introduction à leur livre Islamophobie, la contre-enquête (Plein jour, Paris, 2014), Isabelle Kersimon et Jean-Christophe Moreau écrivent : « Ce livre n’a pas pour objet de nier cette réalité ou de relativiser la gravité de ces actes (diverses attaques contre des musulmans). Tous sont à proprement parler islamophobes au sens où ils visent des personnes en raison de leur appartenance réelle ou supposée, à la religion musulmane... » Mais — car il y a un « mais » qui constitue le cœur de l’ouvrage : tout cela n’est pas vraiment grave, est largement exagéré, manipulé. Manipulé, au point pour un des auteurs de déclarer, dans une interview au site anticomplotiste, que la lutte contre l’islamophobie est un complot visant à « nous convertir aux vertus politiques du multiculturalisme ».

    Isabelle Kersimon s’est surtout fait connaître par des livres sur la lutte contre la cellulite ou le tabac, ou encore sur les meilleures recettes pour rester en forme. Elle collabore au journal Causeur, dirigé par Elisabeth Lévy, dans lequel elle a publié deux articles sur l’islam, ce qui en fait incontestablement une spécialiste de premier plan. Quant à Jean-Christophe Moreau, titulaire d’un Master 2 et préparant actuellement une thèse de droit, il n’a, à notre connaissance, rien produit d’autre. Mais son site Etudes franco-musulmanes, donne un aperçu de son combat idéologique : nul doute qu’il sera fréquemment invité désormais dans les médias, peut-être même pour remplacer Caroline Fourest qui commence à fatiguer son monde.

    Mais ces auteurs n’ont pas besoin de lettres de créance pour bénéficier du soutien inconditionnel de Caroline Fourest, laquelle dispose d’une tribune régulière dans « Les Matins de France Culture » — il n’est pas inutile de rappeler que cette émission, comme la « matinale » de France Inter, sont des hauts lieux de l’islamophobie, où circulent des « listes noires » de personnes que l’on ne peut pas inviter. Le 15 décembre, l’éditorialiste encense cet ouvrage, qui est, selon elle, « une réponse implacable, argumentée et chiffrée, à la flopée de livres, bien moins rigoureux, qui sont parus ces derniers mois pour nous annoncer une vague islamophobe en France ». Et il faut dire qu’en matière de rigueur, Caroline Fourest s’y connaît, elle qui a été récemment condamnée pour avoir mis en doute l’agression contre une fille voilée à Argenteuil (Robin Andraca, « Agression Femme voilée : Fourest condamnée », Arrêt sur images, 23 octobre 2014). Et mise en cause par le Conseil supérieur de l’audiovisuel pour son traitement de l’Ukraine. […]

    https://blog.mondediplo.net/2015-01-06-Islamophobie-vous-avez-dit-contre-enquete

  • Caroline Fourest promouvrait l’antisémitisme selon les critères d’Isabelle Kersimon

    Dans son dernier article pour le Huffington Post, Isabelle Kersimon accuse le CCIF d’avoir promu et publié des dessins d’un caricaturiste "antisémite" selon elle. Il s’agit de Carlos Latuff, le célèbre dessinateur brésilien.

    Ce que ne dit pas Isabelle Kersimon, c’est que Caroline Fourest a également publié un dessin de ce même Latuff sur son compte twitter, il y a moins d’un an :

    Etrangement, Isabelle Kersimon ne reproche pas à son amie Caroline Fourest ce qu’elle reproche au CCIF.

    En tous cas, si -comme le dit Isabelle Kersimon- Carlos Latuff est antisémite, on peut maintenant dire que Caroline Fourest a publié et promu un dessinateur antisémite.

    http://cinquiemecolonne.canalblog.com/archives/2017/01/21/34832446.html

  • cinquième colonne après kontre kulture de Soral et middle east eye = décidément le troll a des sources fascistes

  • Participation et Spiritualité Musulmanes (p&sm), groupe qui a appelé à la « Manif pour tous » et qui a partie liée avec l’assassinat de militant-e-s étudiant d’extrême gauche au Maroc dans les années 90

    les liens de leur site ne vous suffisent pas comme preuve = Déni ou négation ? !

  • Articles refusés

    Assez de Participation et Spiritualité musulmanes dans nos luttes !

    https://nantes.indymedia.org/articles/39368

  • Participation et Spiritualité Musulmanes (p&sm), groupe qui a appelé à la « Manif pour tous » et qui a partie liée avec l’assassinat de militant-e-s étudiant d’extrême gauche au Maroc dans les années 90


  • France : Création d’un service spécialisé dans les logiciels espions (STNCJ)

    Le gouvernement français devrait prochainement créer, au sein de la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI), une unité spécialisée dans les logiciels espions qui travaillera aussi pour les services enquêteurs dans des procédures judiciaires.

    Le Service technique national de captation judiciaire (STNCJ) aura pour mission de travailler sur des logiciels capables d’extraire discrètement d’un appareil informatique des données pouvant être utiles à l’enquête (documents stockés dans la mémoire, frappe du clavier ou images affichées à l’écran).

    http://www.non-fides.fr/?+FrancQ-Creation-d-un-service-specialise-dans-les-logiciels-espions-STNCJ+

  • Nedjib Sidi Moussa auteur de l’essai insipide "La Fabrique du Musulman" publié par Libertalia (éditeur de Pierre Tevanian de LMSI, Angela Davis l’amie stalinienne d’Houria Bouteldja et feu Daniel Guérin ce philocastriste qui discutait avec des dictateurs) et par les rouges-bruns de Ballast et trouvant "crédible" et "sérieux" Alternative Libertaire l’amie d’Olivier Besancenot, Frédéric Lordon, Houria Bouteldja, Françoise Vergèes, Gérard Filoche..., est devenu un bouffon du NPA, parti de fascictes rouges qui collaborent avec l’extrême droite musulmane : http://www.npa33.org/index.php/2-non-categorise/260-fete-2017-du-npa33 avec lequel Ornella Guyet collabore ! http://tantquillefaudra.org/debats/article/michel-collon-un-militant-de-la-347
    Bonne année !

  • La récupération
    des luttes anticoloniales

    On se rappelle que la droite des mouvements tiers-mondistes, les mouvements panafricains, dans les années 50-60, ont toujours utilisé la question des identités pour avancer politiquement, et tenter par là même d’éradiquer les tentatives d’« injecter de la lutte des classes ». La récupération par le PIR et ses amis des luttes anticoloniales va dans le même sens, ça devient vraiment une récupération des mémoires. « Leur identification à Fanon ou même aux Black Panthers, c’est du sabotage ! » Ils appauvrissent la question du colonialisme en le réduisant à une question de race et en évacuant le fait que c’est d’abord s’emparer de territoires pour asseoir une domination, de forces de travail et de matières premières… Le racisme n’est en rien un but en soi. C’est un outil utilisé et provoqué à seule fin de, encore une fois, séparer les prolétaires colonisés des prolétaires autochtones.


    La montée d’une beurgeoisie

    Les fils et filles des deuxième et troisième générations issus de l’immigration postcoloniale ont naturellement suivi le même chemin que les immigrés italiens, espagnols ou portugais avant eux : installés définitivement, ils ont sécrété une petite bourgeoisie entrepreneuriale ou artisanale qui a considéré que, sur la base de leur origine, il y avait des choses à gagner alors que, dans les faits, les traits de leur identité d’origine tendaient à s’estomper. Lorsque l’identité révolutionnaire était forte, il y avait des gens qui affirmaient avec raison leurs origines, leur culture, mais il n’y avait pas ce truc de négocier avec l’Etat. L’identité et la culture sont devenues un business pour gagner sa place.
    Il s’est créé différents petits groupes de pression, majoritairement de la petite bourgeoisie, issus de l’immigration qui se sont mis à faire leur beurre autour de cette question de l’identité et du postcolonialisme.

    Il y a plein de gens issus de l’histoire coloniale qui ont déjà leur place dans cet Etat, ils sont déjà installés et justifient cette place par le biais de leur histoire familiale, politique, liée à la colonisation.
    Il y a quelques années, ces organisations avaient besoin de l’extrême gauche pour exister, car elles étaient combattues par une partie de la gauche ; aujourd’hui, c’est l’inverse : ce sont les milieux révolutionnaires, gauchistes, qui ont besoin de ces officines pour pouvoir exister.

    Combattre le racisme… par l’antiracisme ou par la lutte des classes ?

    Trouver le créneau qui permet d’attaquer les religions (toutes, et non seulement l’islam) tout en étant solidaires de celles et ceux qui sont discriminés sur des critères religieux nécessite de prendre en compte le fait que les actes et les discours n’ont pas le même sens selon le contexte politico-social dans lequel ils s’inscrivent. Aujourd’hui, si des gens mettent le feu à une mosquée, cela n’a pas le même sens que quand des anarchistes mettaient le feu à des églises au début du XXe siècle. Et ce n’est pas une question de religion différente ! Dans le premier cas, il s’agira très certainement d’un acte raciste que nous devons combattre ; dans le second, d’un geste anticlérical que nous pouvons approuver.

    Au moment de l’affaire Dreyfus – qui était un militaire, un bourgeois comme on ne les aime pas, qui pratiquait une religion dans laquelle on prie tous les jours pour n’être pas une femme… –, il fallait pourtant le défendre et, à l’époque, les libertaires qui ne le pensaient pas se sont trompés.

    Le terme d’« islamophobie » est, de notre point de vue, très mal choisi car nous-mêmes haïssons l’islam au même titre que toutes les religions. La question est d’exprimer ce rejet de la religion sans tomber dans le panneau que nous ont tendu ceux qui veulent que derrière la critique de la religion se cache un rejet global d’une catégorie de la population que l’on affuble ainsi d’une religion malgré elle.
    La question de l’islamophobie, du bien contre le mal, a été lancée par Bush. Du côté du bien, une partie de l’islam, celle des monarchies pétrolières (en 1923, le partage du monde a eu lieu en leur faveur) même si elles ont créé Daech. Aujourd’hui, pourquoi est-ce contre l’islam que ça se tourne ? Sans doute parce que, dans une large partie de l’Occident, les musulmans sont plutôt des dominés et parce qu’il est devenu politiquement incorrect de dire « sale Arabe » alors que « sale musulman » est beaucoup plus facile. En France, parmi les diverses variétés de la gauche, tant qu’il s’agissait d’attaques frontales racistes contre les « Arabes », ça ne passait pas, mais dès le moment où ça a été des attaques sur la nature de l’islam et sur le fait que l’islam était incompatible avec la république, c’est passé en masse. C’est venu d’une gauche qui a sombré dans l’exclusion. Les Caroline Fourest, les Valls et Cie, Riposte laïque…

    Une camarade considère que cette perméabilité aux théories « racialistes » que nous constatons autour de nous est un des problèmes qui vont nous revenir dans la figure dès qu’on l’aura laissée s’installer.

  • La critique du livre d’Houria Bouteldja et du PIR

    Le rejet des positions exprimées dans le livre d’Houria Bouteldja (H. B.) Les Blancs, les Juifs et nous a été unanime. Un camarade considère que c’est la concurrence entre les victimes qui est mise en avant, une façon de toujours parler de « eux » et « nous », qui est le plus insupportable. Par ailleurs, H. B. s’autoproclame représentante des « racisés » en prétendant que la race est le seul clivage aujourd’hui. Le livre est-il antisémite ? Les avis sont plus partagés sur cette question : certains ne pensent pas qu’il le soit véritablement, d’autres qu’il l’est fondamentalement et que c’est même là l’objet premier du livre.

    Constat est fait que H. B. justifie et accepte le racisme dès lors qu’il s’exprime chez des opprimés : finalement, que les gens s’entre-tuent chez les prolétaires elle n’en a rien à faire. Pour elle, les Blancs sont un groupe homogène – ouvriers et patrons réunis – qui a des privilèges.

    On entend souvent dire que les propos inacceptables du Parti des indigènes de la République (PIR) et/ou de H. B. – comme ceux sur le viol dans les cités, sur l’homosexualité ou contre le féminisme – sont le fruit d’une évolution plus que douteuse qui s’est effectuée progressivement. Pourtant, comme l’a souligné Nedjib Sidi Moussa dans son intervention, il n’y a en fait eu que très peu d’évolution car les choses les plus inacceptables ont été exprimées par eux dès 2005.

    Toutes ces questions autour de la racialisation et de l’intersectionnalité, la confusion entre lutte et religion, auraient pu se cantonner à un débat universitaire tel qu’il existe aux Etats-Unis – et, en France, demeurer un simple outil politicien utilisé par une gauche cherchant désespérément à offrir des choses à gagner à des gens qui ne votent plus pour elle.
    Une gauche qui n’est plus en mesure de promettre la moindre amélioration des conditions de vie, qui veut la paix sociale mais n’a plus rien pour l’acheter, et qui tente de se reconfigurer sur la question de l’identité. Mais les choses n’en sont pas restées là. Même la plupart des critiques faites au PIR ont utilisé en grande partie son langage, et parfois ses analyses. Le terme de « racisé », par exemple, ne se discute plus, et il est admis sans que l’on sache sur quoi se fonde la délimitation entre une « race » et l’autre : sur les 6,25 % minimum de sang colonisé ? Sur l’apparence, sur l’accent ?

    Comment et pourquoi ces thématiques ont-elles pénétré et été reprises dans des espaces qui, normalement, s’occupent de la transformation sociale, et dans lesquels on a pu évoluer et/ou on évolue encore ?

    L’effacement d’un discours de classe révolutionnaire

    Nous sommes dans une période où, dans les luttes comme dans la société en général, l’élaboration de perspectives révolutionnaires est chose plutôt rare. Quand on évoque une grille d’analyse de classe, on est souvent considéré comme des ouvriéristes qui fantasment sur les grandes usines et qui ne comprennent rien aux évolutions depuis quarante ans, comme des staliniens même ! On apparaît comme des ovnis si on parle de révolution. Qui parle de classes à l’heure actuelle ? Peu de gens. Il y a bien quelques figures sympathiques comme Poutou à la télé, mais dans les boîtes, dans les quartiers il y a très peu de révolutionnaires qui s’y réfèrent.

    La conséquence, c’est que les milieux révolutionnaires se sont sentis déconnectés du prolétariat et privés de leur sujet révolutionnaire. La tentation a été d’en recréer d’autres un peu mythifiés : on a alors fabriqué de nouvelles luttes, par exemple sur la question des exclusions… Mais, en fait, ce ne sont pas des luttes réelles mais des dynamiques de regroupement politique qui tentent de se mettre en place avec d’autres organisations politiques qu’on autoproclame comme les représentants de ces victimes-là, par exemple celles et ceux qui sont victimes de l’islamophobie en France. On leur accorde des rôles substitutifs de représentants de franges du prolétariat.

    Il s’agit ni plus ni moins que de la recherche d’une nouvelle figure de classe. Cela se produit se produit chaque fois que la lutte des classes baisse en intensité et que des groupes se retrouvent orphelins de leur raison d’être. Cette recherche a marqué bien des périodes et des mouvements, de la Gauche prolétarienne à l’ « autonomie » – parisienne ou italienne –, ou au négrisme, etc. Maintenant, c’est le postmodernisme qui fournit le matériau pour inventer de nouvelles figures de remplacement.
    Les milieux révolutionnaires sont passés d’une lutte contre l’exploitation à une lutte contre les discriminations. A la lutte des classes s’est peu à peu substituée la lutte des places. La discrimination positive, par exemple, veille à ce que toutes les communautés existantes (ou à inventer) aient autant de places à tous les étages de la hiérarchie sociale, dans la bourgeoisie comme dans le prolétariat, alors que notre objectif est qu’il n’y ait plus du tout de rôles à distribuer, même équitablement !

    Nos bases politiques, communistes et libertaires, se sont construites historiquement sur la reconnaissance de la division de la société en classes, ce qui implique que les luttes que nous menons avec des gens se structurent sur la base d’un intérêt commun, et non d’un soutien à telle ou telle cause liée à une partie de la population ou simplement par humanisme. Le système capitaliste arrive à maintenir, à développer sa domination en fractionnant et en divisant celles et ceux qui devraient être unis contre elle. Si tous les gens qui ont réellement intérêt à la mort du capitalisme se donnaient la main, cela fait longtemps qu’on serait sortis d’affaire. La question des discriminations est importante parce qu’on a tendance à aborder cette question comme une élément de division à l’intérieur du peuple, barrant ainsi la route à une expression commune.

    Cette évolution vers la désignation ethnique ou religieuse de fractions du prolétariat vient de loin. On se rappelle qu’en 1983, lors de la grève aux usines Talbot de Poissy, le Premier ministre socialiste Pierre Mauroy a désigné et fustigé les grévistes comme étant des musulmans et, à l’époque, il n’y a pas eu de riposte sur ce terrain de la part des syndicats. Les choses se sont ensuite progressivement envenimées. Les tenants du pouvoir se sont aperçus qu’avec les difficultés du capital ils avaient besoin de diviser encore plus sur cette base, et ç’a été alors d’autant plus facile pour eux que les tentatives d’injecter du socialisme, de la lutte des classes, dans les mouvements de libération étaient défaites dans les ex-pays colonisés. Aux Etats-Unis, certains « penseurs » ont estimé qu’il était important, dans le monde occidental, de développer des orientations capitalism friendly dans les mouvements sociaux qui ne manqueraient pas d’apparaître. Des actions ont été mises en avant, de l’argent a été balancé, et il est intéressant de voir que certains des émetteurs des luttes contre les discriminations ont parfaitement accompagné cette tendance à la communautarisation de la société : la porte-parole de Stop le contrôle au faciès (association financée notamment par la fondation Soros aux Etats-Unis) et de la lutte contre l’islamophobie est issue d’un lycée de « quartier » et a pu bénéficier d’une discrimination positive à son entrée à Sciences Po.
    En fait, ce qui se passe actuellement n’est rien d’autre que l’habit neuf d’une vieille canaille, le réformisme.

    La culpabilisation/victimisation

    Un autre élément unanimement évoqué dans le rejet des thèses émises par H. B., les « racialistes », le PIR, etc., c’est l’utilisation de la culpabilisation comme carburant pour une pratique politique, surtout lorsqu’il s’agit d’une culpabilité découlant de ce qu’on n’a pas choisi d’être ou d’avoir : une couleur de peau, un sexe, une nationalité, un lieu de naissance, etc.
    On pense à la pression sur les femmes musulmanes pour qu’elles ne trahissent pas leur « camp » ; à la culpabilité d’être blanc, occidental, homme ; d’avoir été un faux anticolonialiste ; d’avoir, comme exploité occidental, bénéficié de la colonisation…

    De plus en plus, on voit dans les réunions de certains milieux, l’obligation de dire d’emblée ce qu’on est individuellement, d’où on vient, plus que ce qu’on pense politiquement. Comprendre les mécanismes de domination devient le préalable à la lutte. Or dans la réalité, dans une boîte par exemple, les luttes ne commencent pas ainsi, pas sur les origines des gens mais sur ce qui les unit.
    Evidemment, une conséquence de cette posture qui tente de s’imposer comme une obligation politiquement correcte, c’est de faire de l’opprimé une simple victime, alors que ce que nous voulons c’est que, par la lutte, il cesse d’être une victime.
    « Ce qui est terrible dans cette “racialisation”, déclare un camarade qui a grandi dans une cité, c’est que, outre la concurrence victimaire, ce sont toujours des identités défensives qui sont issues de l’extérieur ; on t’assigne à une place, tu t’y mets, tu la défends et tu veux la valoriser. Moi, je refuse de me désigner en tant que victime de l’Histoire. »

  • Hassan Aglagal, soi-disant militant du NPA, n’a même pas réussi à convaincre son organisation avec ses fausses accusations, qui continue sa lutte antiraciste.

    4ème Journée internationale contre l’islamophobie - Macron ou l’état d’exception permanent

    1/ Organisations, associations, collectifs, syndicats, partis signataires : AFD International, Association Commission « Islam et Laïcité », ATMF, Bruxelles Panthères, CCIF, CEDETIM/IPAM, CMF, CFPE, Convergence Citoyenne Ivryenne (CCI), Femmes Plurielles, Fondation Frantz Fanon, Identité plurielle, IJAN, NPA, Oumma.com, PIR, PSM, Sortir du colonialisme, UJFP.

    2/ Personnalités soutenant l’initiative : Verveine Angeli (militante syndicale),
    Elsa Bardeaux (Adjointe au maire Villeneuve saint Georges), Boualem Benkhelouf (Adjoint au maire d’Aubervilliers), Mohamed BEN YAKHLEF (conseiller municipal de Villeneuve Saint Georges), Alima Boumediène (Avocate), Monique Brioudes (militante associative), Fethi Chouder (Adjoint au maire d’Aubervilliers), Pierre Cours-Salies (Sociologue, Ensemble !), Christine Delphy (sociologue, féministe), Mireille Fanon Mendès-France (Fondation Frantz Fanon), François Gèze (éditeur), Alain Gresh (journaliste), Michelle Guerci (journaliste), Georges Gumpel (UJFP), Malika Hamidi (Sociologue),Pierre Khalfa (économiste), Olivier Le Cour-Grandmaison (universitaire), Monique Lellouche (militante antiraciste), Didier Lestrade, Nathalie Levallois (militante antiraciste FI), M’Baïreh Lisette (PIR), Philippe Marlière (Politiste), Gus Massiah (économiste), Madjid Messaouden, Zakia Meziani (Identités Plurielles), Sylvie Nony (chercheuse, militante associative), Ali Rahni (CMF), Jocelyne Rajnchapel-Messai (UJFP), Catherine Samary (économiste altermondialiste), Maximilien Sanchez (conseiller municipal de Gentilly.militant altermondialiste), Olivier Serpe (Le temps des cerises – Clermont Ferrand), Michèle Sibony (militante UJFP), Maboula Soumahoro (Black History Month), Catherine Stern, Françoise Vergès (politologue, militante féministe antiraciste), Héla Yousfi (universitaire), Louis Weber (éditeur),

    Encore un provocateur infiltré !

    Et qui a propagé ces fausses informations ? Comme par hasard la confusionniste Ornella Guyet, complice de Caroline Fourest et islamophobe déclarée :

    http://www.confusionnisme.info/index.php/2015/03/03/assez-de-participation-et-spiritualite-musulmanes-dans-nos-luttes/

  • Comment déjouer les manipulations d’un cyberactiviste néo-con

    Au vu de l’ensemble de ces données, il apparaît indubitable que vous pouvez faire votre deuil de toute tentative de communication idéale avec un néotroll. Par conséquent évitez de perdre trop de temps dans vos explications. Cet adepte de la pensée unique n’a pas l’intention d’écouter autre chose que les idées conformément admises même si vos réponses sont parfaitement argumentées.

    Rappel : Selon wikipedia, en argot Internet, un troll caractérise ce qui vise à générer des polémiques. Il peut s’agir d’un message (par exemple sur un forum), d’un débat conflictuel dans son ensemble, ou de la personne qui en est à l’origine. Ainsi, « troller », c’est créer artificiellement une controverse qui focalise l’attention aux dépens des échanges et de l’équilibre habituel de la communauté”.

    Le NéoTroll : un parasite néo-con qui tente de brouiller toute remise en question de la doctrine ultra-libérale et coloniale.

    Cependant, un nombre de critères supplémentaires tels que ses sources, son réseau, sa narration bien distinctive et surtout ses thèmes de prédilection et sa vision géopolitique, permettent de distinguer une variante particulière de troll sur les réseaux sociaux, forums et fils de commentaires d’articles d’actualité.

    Quand la zizanie s’empare d’un forum…

    Si vous êtes féru de débats contradictoires en lien direct avec l’actualité politique, il vous est probablement arrivé de participer à quelques discussions sur les réseaux sociaux et les forums. Alors vous avez pu mesurer à quel point il était devenu difficile de pouvoir dialoguer cordialement. Vous vous êtes peut-être rappelé qu’initialement, dans les années 2000, les forums avaient été conçus pour échanger des idées sur des thèmes déterminés au préalable sous la forme de listes de “topics” administrés par des “modérateurs”… mais qu’aujourd’hui ces mêmes forums étaient devenus le plus souvent des zones de railleries où se diffusent de manière péremptoire des accusations infondées contre une personne ou un groupe de personnes. Et une fois injuriés, les individus ciblés n’ont que très peu de pouvoir de rétorsion à opposer à leurs détracteurs car il se trouve qu’ils sont déjà fustigés dans de nombreux médias, toujours lorsque leurs idées sont plus ou moins éloignées des préjugés officiels.

    Puis cet état de fait vous a le cas échéant amené à vous poser les questions suivantes : “Qui sont ces militants qui s’expriment avec autant de véhémence sans jamais daigner répondre à une question précise ?” “Sont-ils vraiment de bonne foi ?” “Pourquoi usent-ils de sophismes qui peuvent se résumer à ces quelques mots : “le bien c’est nous, le mal c’est vous » ? Et si vous observez les sujets abordés, ”Quel intérêt ont-ils à relayer sur internet les campagnes de diabolisation instrumentalisées de toutes pièces par les gardiens du néo-libéralisme ?” ou encore “Comment se fait-il qu’ils développent autant d’arguments en adoptant des comportements qui manquent totalement de logique ?”

    Pour essayer d’apporter quelques réponses à ces questions, nous avons tenté de décrypter et lister les différentes attitudes qui indiquent dans un fil de discussion la présence d’un ou plusieurs trolls de cette espèce particulière, dont nous allons montrer qu’en fait, elle appartient à la nébuleuse néo-cons. Pour la commodité de la démonstration, nous les appellerons tout simplement les “néotrolls”.

    Les caractéristiques du “néotroll”

    Manipulateur sans vergogne  : Dans son système, la mauvaise foi est une prérogative, aussi pour parvenir à ses fins le néotroll a recours à de multiples stratégies. Par exemple, il fixe l’attention sur un mot dérisoire afin d’éviter de répondre à une question embarrassante. Ou encore, quand ils lui sont défavorables, il n’hésite pas à banaliser les sujets sensibles. Ayant pour objectif de pervertir le débat, chacun de ses commentaires est une nouvelle occasion de vociférer.

    Harceleur impénitent : Sa technique bien choisie de type trolling est délibérément narquoise. Son but ? Provoquer chez l’interlocuteur une réaction émotionnelle et ainsi le disqualifier en isolant un mot ou une petite phrase que ce truqueur arrive toujours à caricaturer.

    Adversaire déloyal : En géopolitique, bien qu’il s’en défende, le néotroll est constamment aligné sur le positionnement “atlantiste”. Il approuve la totalité des guerres impérialistes dont l’agenda récent fut défini par les faucons de l’administration de George Bush, cette stratégie belliqueuse qui sera par la suite totalement entérinée par la grande majorité des libéraux occidentaux.

    Ainsi, même à l’issue d’une opération militaire israélienne de grande envergure telle que l’Opération Plomb Durci (“Cast Lead”) entre Noël 2008 et l’investiture d’Obama le 20 janvier 2009, le néotroll fini toujours par vous dire que les torts sont partagés dans le conflit israélo-palestinien. Le HAMAS est alors le grand méchant loup de service que le néotroll utilise pour appuyer son raisonnement biaisé. Nous retrouvons cette méthode ( “on ne négocie pas avec …” ) qui bien sûr a pour but de maintenir le statu quo, dans les discours de George Bush et de Benjamin Netanyahu. Du reste, cette rhétorique est utilisée par la totalité des théoriciens néoconservateurs :

    “Pourquoi Israël ne doit jamais négocier avec le Hamas” (Mohamed Sifaoui).

    « On ne peut pas reconnaître un Etat palestinien avec le Hamas aux commandes« (BHL).

    “Propalestinisme, endoctrinement islamiste et judéophobie en France” (Pierre-André Taguieff).

    Bluffeur invétéré : A l’instar de ses illustres modèles que sont BHL, Fourest, Taguieff, Sifaoui, Finkielkraut, Kouchner etc., et même quand il n’a pas une seule carte majeure dans les mains, le néotroll ne se démonte pas. Pour l’essentiel, son bluff s’appuie sur l’utilisation d’arguments – épouvantails. Par exemple “confusionnistes”, “rouges bruns”, “conspirationnistes”. Ces petits mots bien connotés lui permettent de jeter l’anathème sans jamais avoir à s’expliquer, provoquant ainsi la clôture définitive des échanges.

    Néocon/néocorbeau : Il recherche constamment le contrôle du débat par la culpabilité.

    Aussi, afin de multiplier les coups bas, le néotroll a souvent recours à des documents anonymes et non sourcés. Polémique, médisance, pures rumeurs et accusations violentes sont les ingrédients redondants de sa propagande. Sa rhétorique bien rodée finit toujours par atteindre le point Godwin. [Le point Godwin est le principe tiré de la règle qui porte le même nom dite “loi de Godwin ». Cette idée fut conceptualisée en 1990 par l’avocat Mike Godwin. Selon lui « Plus une discussion en ligne dure longtemps, plus la probabilité d’y trouver une comparaison impliquant les nazis ou Hitler est probable ». Godwin pense que l’omniprésence de ces comparaisons a pour conséquence de banaliser l’Holocauste]. Dès lors la diabolisation atteint son point culminant et l’offensé se voit reprocher par une méthode d’extrapolation généralisée des sympathies pour le fascisme. Un martelage en boucle qui se traduit par des affirmations du style : » Il emploie les mêmes mots que l’extrême droite”. Ou encore : “Savez vous qu’il était présent à une manifestation où nous avons pu également dénombrer quelques membre du FN ? C’est bien la preuve qu’il en fait partie !” Cette emphase usée et abusée ne varie jamais d’un iota.

    Indigné sélectif : Le néotroll comme nous venons de le voir s’est donc spécialisé dans le commérage, les amalgames et les procès d’intention. Ceci étant, il est moins loquace voir même carrément muet quand il s’agit d’aborder certains sujets sensibles qui pourtant si l’on en croit ses prétentions devraient concentrer toute son énergie. Par exemple, il ne dit jamais un mot sur les liens entre les gouvernements occidentaux et le nouveau pouvoir d’Ukraine qui utilise des groupe para-militaires ouvertement néonazis. De plus si notre néotroll se montre toujours très généreux en affirmations quand il s’agit d’associer la lutte contre l’impérialisme à un acte d’allégeance à Milosevic, Kadhafi ou à présent Assad, il reste très avare en informations sur les partenariats économiques et militaires qui unissent les différents pays membres de l’OTAN aux pétromonarchies héréditaires du Golfe qui comme nous le savons sont des « modèles démocratiques ». Arabie saoudite : un jeune de 21 ans risque la décapitation

    Tolérant seulement pour lui même : Le néotroll a la fâcheuse habitude d’amalgamer ses contradicteurs avec des personnalités stigmatisées au préalable par les grands médias. Entre autres nous retrouvons Poutine, Arafat, Chavez, Ahmadinejad que le néotroll fusionne, point Godwin oblige, à Hitler, puis suivent dans ses déclinaisons, dans cet ordre ou un autre, Le Pen, Staline, Hamas, Hezbollah, PCF, Bricmont, CGT, Chouard, Mélenchon, Lordon, Dieudonné, Meyssan, Todd, Sapir et Onfray depuis quelques temps, etc.

    Voici par exemple un “message de néotroll type” posté sur le forum d’un site ordurier « Les morbacks véners » , prétendument à gauche mais formellement spécialisé dans l’insulte, la menace et les amalgames. Un militant néocon se fait appeler « nomore ». Le 27 mars 2014 à 10:52, en réponse au message d’un autre participant à ce forum, « nomore » écrit :

    “Vu la réaction de « Red Star » nous avons probablement affaire là, à un de ces débris stalinoïdes genre PRCF-Mpep-Cgt bas du front du nord-CNR 2.0-Comite Valmy qui sont aussi de grands admirateurs de démagogue-Natio-productiviste Mélenchon et de son « Front de Gauche » et de temps à autres des grands amis des « constituants » regroupés autour du duo de « Gauche Alter » des Chouard-Lordon . Un « Front de gauche » un PCF et un « Mouvement pour la paix » que ça n’a pas gêné le 29 août 2014 dernier de « Manifester contre l’intervention militaire en Syrie » place des innocents à paris aux coté des pires chabihas Bacharistes de l’ambassade de Syrie en France, des fachos de la « dissidence », de la négationniste Ginette Skandrani , du « Cercle des Volontaires » et de divers autres soraliens et fracassés du bulbe conspirationnistes. (…)”

    Nous vous épargnons le reste du message, qui n’apporte vraiment rien de plus.

    Bref, « nomore » nous propose une “ratatouille façon Maître Taguieff” qui consiste à salir un maximum de gens qui n’ont rien à voir les uns avec les autres en les réunissant dans un minimum d’espace. Dès lors, « exigeant pour les autres, indulgent pour moi-même » pourrait être la devise du néotroll, qui lui n’est jamais très regardant sur la qualité de ses propres sources. Rappelons que Conspiracywatch et Confusionnisme.info sont les deux sites principaux auxquels s’abreuve l’ensemble de la nébuleuse néocon/néotroll. La source principale Conspiracywatch, est animée par Rudy Reichstadt, ce dernier fait la jonction entre la droite néocon islamophobe et la pensée ultra-libérale. En bref, Monsieur Reichstadt est toujours “du côté du fric et des bombes”. La source secondaire Confusionnisme.info est animée par Ornella Guyet qui en complément de ses annonces putrides, distille jusqu’à plus soif les rapports douteux de Monsieur Reichstadt. Au final, les deux sites, sous couvert de lutte contre le « conspirationnisme », relaient de façon permanente la propagande guerrière occidentale sur internet et dans les médias. A cela se rajoute une multitude de sites aussi primaires qu’anecdotiques qui pour obtenir un semblant de véracité rééditent les pseudo-analyses des deux sites pilotes.

    Néocon /néomanichéen : En 2001 George Bush dans un discours post 11-Septembre empreint de religiosité promettait une vengeance « du bien contre le mal ». De la doctrine Bush, le néotroll a surtout conservé la violence et le manichéisme. Dans la narration néotroll le diable qui était constamment sous-entendu dans les sermons de Bush, est remplacé par les termes « fachos” , “conspi”, ou encore “rouge brun « . Et nous avons vu plus haut dans le billet comment ces labels étaient attribués. Cependant la toxicité de ces expressions vient du fait que répétées en boucle elles ont fini par déboucher sur des formules toutes faites qui se suffisent à elles-mêmes. Pour exemple : « Pas de quartiers pour les fachos« – “Conspis hors de nos villes » s’écriait l’égérie de la nébuleuse néotroll Ornella Guyet. Ces deux exemples d’affirmations péremptoires, qui de surcroît encouragent le lynchage, illustrent parfaitement le manichéisme néotroll.

    Résumons ! Semblable à une toxine hautement pathogène, le neotroll diffuse sa malveillance principalement sur les forums consacrés aux questions de macroéconomie et de politique internationale. Le néotroll est dépourvu de sens moral. La calomnie est son principal attribut. Il est au service d’une stratégie perverse qui justifie la guerre au nom des droits de l’homme. Il martèle sans cesse les mêmes inepties tirées de sources plus que douteuses. Son indignation est paradoxale. Convaincu de son bon droit, il peut aller jusqu’à préconiser la violence.

    Se défendre en connaissance de cause

    A présent que nous avons repéré le “militant néocon catégorie troll”, la question est de savoir comment lutter efficacement contre lui ?

    1. Pour éviter qu’il ne dévore toute votre énergie, ne prenez pas plus de cinq minutes à lui répondre.

    2. Pour aller plus vite utilisez la presse de masse qui bien que l’information y soit diluée, représente quand on prend le temps de varier les sources une très bonne base de données. Exemple : Un jour dans Haaretz un autre dans le Telegraph le surlendemain avec le New York Times, et ainsi de suite… vous pouvez même de cette façon descendre jusqu’à L’Express c’est vous dire !

    3. Très succinctement vous pouvez aussi rappeler à notre néotroll qu’inconsciemment ou pas il est constamment dans la roue des “chiens de garde” du néocolonialisme qui, sous couvert de bons sentiments, nous ont vendu les campagnes militaires (entreprises de spoliation )d’Afghanistan, d’Irak, de Libye, de Syrie et toutes celles d’Afrique, dont aujourd’hui nous mesurons pleinement les conséquences sur les peuples .

    4. Quand il s’agit de faire la promotion d’une guerre, les néocons français n’hésitent pas pour les culpabiliser, à amalgamer les militants pacifistes à l’épouvantail FN. En 2002, Pascal Bruckner, André Glucksmann et Romain Goupil écrivaient : « Force est de constater que l’antiaméricanisme n’est pas un accident de l’actualité ou la simple réticence face à l’administration de Washington, mais le credo d’une politique qui soude les uns avec les autres, en dépit de leurs divergences, le Front national et les Verts, les socialistes et les conservateurs, les communistes, les souverainistes… A droite comme à gauche, ils sont rares ceux qui n’ont pas cédé à ce « nationalisme des imbéciles » qui est toujours un symptôme de ressentiment et de déclin. » Bien entendu, le néotroll n’a rien oublié de cette méthode. Pour lui comme pour Bruckner et ses camarades, le FN est un monstre utile qui leur permet de faire oublier leur propre monstruosité. Dès lors, pour éviter les discutions sans fin, vous pouvez simplement signifier au néotroll que Marine Le Pen est contre le cannibalisme, et que ce n’est pas pour autant que vous n’allez pas devenir anthropophage…

    5. Inutile de spéculer sur les raisons de ses agissements. Peu importe de savoir si le néotroll défend des intérêts camouflés, ou si son implication est seulement intéressée, ou bien encore si il s’agit d’un psychorigide verrouillé ad vitam æternam sur des idées reçues … si vous abordez ce type de questions avec lui vous le conforterez dans son rôle de merle moqueur. Retenons simplement que le néotroll n’a pas son pareil pour semer la discorde dans les milieux du cybermilitantisme.

    Conclusion

    Au vu de l’ensemble de ces données, il apparaît indubitable que vous pouvez faire votre deuil de toute tentative de communication idéale avec un néotroll. Par conséquent évitez de perdre trop de temps dans vos explications. Cet adepte de la pensée unique n’a pas l’intention d’écouter autre chose que les idées conformément admises même si vos réponses sont parfaitement argumentées. Ne perdez jamais de vue que le néotroll est un destructeur qui se moque éperdument du sens et du non-sens. Avec lui le vivre ensemble est tout simplement impossible à envisager. Son “jusqu’au-boutisme” ne tolère rien d’autre qu’une lutte sans règle de conduite dont il doit sortir gagnant coûte que coûte et cela par n’importe quel moyen. En somme, nous pouvons résumer la situation en quelques mots : le néotroll se situe toujours au niveau le plus archaïque des échanges, l’avant dernier palier, celui qui précède de très peu les crachats, les jets de pierre et le lynchage.

    https://blogs.mediapart.fr/pizzicalaluna/blog/190116/comment-dejouer-les-manipulations-d-un-cyberactiviste-neo-con

  • Encore un article d’extrême droite conspirationniste
    http://bruxelles.indymedia.org/spip.php?article16366 sous prétexte de nationalisme palestinien

     :

    Qu’est que le cercle des volontaires ?

    Le Cercle des Volontaires est un media d’extrême droite fondé en 2012, qui réunit une concentration de conspirationnistes. Ce cercle essaie aussi de recruter dans les milieux altermondialistes, en s’infiltrant dans les mouvements sociaux, et en reprenant leurs articles. Sur le site du Cercle des Volontaires, on peut constater ce mélange des genres, à la lecture de différents textes émanant pour certains de la gauche citoyenniste, côtoyant des textes de personnalités d’extrême droite. Certaines personnes ou médias arrivent encore à se faire piéger par ces ambivalences.

    http://lahorde.samizdat.net/2014/12/02/petit-rappel-sur-ce-quest-le-cercle-des-volontaires/

    Depuis le début de l’année (2011), un mouvement d’extrême droite basé à Paris et qui est en plein développement s’infiltre dans les mouvements sociaux, filmant et interviewant des militants pour alimenter sa webTV, très active. Issu du mouvement des Indignés (déjà connu pour sa complaisance avec l’extrême droite et les conspirationnistes [1]), Le Cercle des Volontaires – c’est son nom – s’est par exemple rendu avant les vacances sur une manifestation de soutien aux étudiants québécois.

    https://blogs.mediapart.fr/frachon23/blog/110912/alerte-antifasciste-le-cercle-des-volontaires

  • Une alliance impossible

    Ce mouvement réactionnaire et obscurantiste, comme tous les mouvements de l’islam politique, ne cesse de répéter le slogan creux « l’islam est la solution » comme réponse aux questions concrètes dans le domaine social et politique, et d’exiger un retour pur et simple au passé pour appliquer la « Charia » et les lois du « véritable islam », celui de l’époque du prophète ! Ce courant politique, ayant profité antérieurement de la faiblesse de la gauche et de la montée des mouvements de même filiation idéologico-politique depuis que les Ayatollah se sont emparés du pouvoir en Iran, est devenu la plus grande force organisée au Maroc. De toute évidence, tous les mouvements islamistes réactionnaires comme celui de « Justice et bienfaisance » rejettent la laïcité et la séparation entre religion et politique et s’opposent à l’égalité des droits et à la liberté d’expression. Les membres de PSM n’ont aucun intérêt à dévoiler leur projet politique, et ont la capacité de cacher leurs vraies idées en pratiquant une certaine dissimulation reposant sur la « taqiya ».

    C’est hallucinant de voir des organisations comme le NPA, le PCF, Ensemble, Les antifas du Capab fréquenter des associations réactionnaires comme PSM et l’UOIF ! Ces deux associations ne peuvent en aucun cas être des partenaires d’organisations de gauche.

    S’il est juste de mener la bataille contre le racisme et contre TOUTES les oppressions, il ne faut la mener qu’avec des partenaires ayant une certaine crédibilité, et non avec des organisations réactionnaires et obscurantiste comme PSM et l’UOIF !

  • 9 décembre, journée de la laïcité. 10 décembre, journée contre l’islamophobie. Quel rapport entre les deux ? Dans un État laïque, aucun. Mais la « nouvelle laïcité » est obsédée par l’islam ; elle n’est donc pas laïque. Ceux qui n’ont que le mot laïcité à la bouche, mais qui n’ont que l’islam en tête, ne doivent plus être qualifiés de « laïcards » ; en réalité, ce sont de faux dévots de la laïcité.

    • Samedi 9 décembre, en France, c’était la journée de la laïcité. Dimanche 10 décembre, c’est la journée contre l’islamophobie. Quel rapport entre les deux ? En principe, aucun : la laïcité, c’est la séparation des Églises et de l’État : la condition de la liberté religieuse, c’est la neutralité de l’État. Par principe, si celui-ci est laïque, il ne saurait être islamophobe – pas plus qu’islamophile, d’ailleurs.

    En principe, donc ; mais en pratique, quand on invoque la laïcité aujourd’hui en France, c’est d’ordinaire pour parler d’islam. Gageons que ce sera le cas, par exemple, lundi 11 décembre, lors de la journée sur la laïcité organisée par l’ESPE de Paris ; et qu’il sera fort peu question de l’Église catholique. Pourtant, nul ne peut croire que l’islam soit religion d’État en France – sauf à prendre pour la réalité les fantasmes de Michel Houellebecq et de l’extrême droite. Mais qu’importe la réalité, pour ceux qui veulent croire que la laïcité se loge dans les supérettes halal et les burkinis de femmes sur les plages ?

    Catholaïcité

    En revanche, en France, on ne discute pas du financement public d’écoles catholiques mis en place depuis la loi Debré en 1959. Ou plutôt, on n’en débat plus depuis la reculade du pouvoir socialiste en 1984 face à la mobilisation massive du lobby de l’école libre. C’est seulement quand la République a cédé devant l’Église catholique que la rhétorique républicaine s’est retournée contre l’islam, à partir de la première affaire du voile en 1989. Les deux fronts doivent pourtant être pensés ensemble : si Nicolas Sarkozy communiait avec Benoît XVI dans une même « laïcité positive », c’était pour mieux réserver à l’islam ce que j’ai qualifié de « laïcité négative ».

    La rhétorique laïque n’a donc plus rien à voir avec l’universalisme de la laïcité. Par exemple, ceux qui dénoncent les prières de rue oublient les militants anti-mariage pour tous de Civitas agenouillés devant un tableau de la Sainte famille à l’entrée du Sénat en 2013 : ils songent uniquement aux musulmans qui, faute de lieux de culte suffisamment grands, débordent dans la rue à l’heure de la prière. De même, si la loi de 2010 contre la dissimulation du visage dans l’espace public n’est pas censée concerner la religion, mais seulement la sécurité, chacun sait qu’elle vise en fait le voile intégral de femmes musulmanes. La preuve ? nul n’a même imaginé de l’invoquer à propos des Hommen, ces militants catholiques mobilisés contre la loi Taubira ; ils manifestaient pourtant avec un masque sur le visage.

    Nouvelle laïcité ?

    Depuis 1989, on n’est pas seulement passé du catholicisme à l’islam, soit d’une religion majoritaire, historiquement liée à l’État, à une religion minoritaire, qui bénéficie très peu des financements de l’État : sur les 17% d’élèves scolarisés dans des écoles privées sous contrat, 2 millions sont inscrits dans les 8000 écoles catholiques, contre 2000 pour les trois écoles musulmanes…

    Dans le discours sur la laïcité, on a aussi basculé de l’État à la société. C’est un renversement, de la laïcité comme liberté des individus face à l’État à la sécularisation comme injonction de l’État aux individus. Le glissement de sens du mot « public » en est le signe : hier encore, il renvoyait à l’État – en particulier s’agissant de l’école publique. Aujourd’hui, il s’étend à l’espace public, qu’il s’agit de neutraliser, soit une manière de cantonner l’expression religieuse à la sphère privée.

    Bref, la « nouvelle laïcité » préconisée par François Baroin en 2003, loin de prolonger une histoire républicaine, est radicalement nouvelle ; les juristes Stéphanie Hennette Vauchez et Vincent Valentin l’ont démontré à propos de l’affaire de la crèche Baby-Loup, elle n’a pas grand-chose à voir avec la loi de 1905. Comme le dit sans ambages l’historien de la laïcité Jean Baubérot, c’est une « laïcité falsifiée ». En fait, la « nouvelle laïcité » n’est pas laïque, bien au contraire. C’est une forme de religion qui prétend imposer sa croyance à toute la société.

    C’est pourquoi il me paraît important de ne plus accepter les distinctions médiatiques entre « deux conceptions de la laïcité », l’une exigeante ou stricte, l’autre laxiste ou tolérante. Aujourd’hui, ceux qui n’ont que ce mot à la bouche, mais qui n’ont que l’islam en tête, ne doivent plus être qualifiés de « laïcards » ; en réalité, ce sont de faux dévots de la laïcité. Ne faisons pas le cadeau à ces Tartuffe de les prendre pour des laïcs, et moins encore de leur abandonner la laïcité : c’est en son nom qu’il faut les combattre.

    Islamophobie : le mot et la chose

    La bataille politique est d’abord une bataille de mots : ceux qu’on refuse, et ceux qu’on choisit. Car nommer les choses, c’est leur donner un sens ; et ceux qui définissent le lexique politique sont ceux qui définissent le monde dans lequel nous vivons. C’est pourquoi il est important de revendiquer la liberté de nommer – par exemple, d’organiser une journée contre l’islamophobie. Pour ma part, c’est précisément parce que certains voudraient bannir ce terme que je tiens à l’employer.

    Pour l’État, il sera sans doute difficile d’interdire le mot islamophobie, même si rien ne paraît plus impossible depuis que le ministre de l’Éducation veut censurer tout un vocabulaire antiraciste, à commencer par la notion de « racisme d’État ». En revanche, les offensives se multiplient contre celles et ceux qui prennent la parole « pour les musulmans ». Or nombreux sont ceux qui se laissent ébranler par l’argument des faux dévots de la laïcité : en démocratie, on a le droit de critiquer toute religion. Mieux : dans une société laïque, le blasphème est un droit ! Et c’est vrai.

    Cependant, en France aujourd’hui, dénoncer l’islam, c’est aussi une manière de s’en prendre aux musulmans. Ou plutôt, c’est faire référence à un groupe social défini moins par la religion que par l’origine – voire par l’apparence : un président de la République n’avait-il pas évoqué des « Français d’apparence musulmane » ? Bref, il y a bien une racialisation de la référence religieuse. Car la question raciale ne suppose pas des « races » différentes, mais des traitements différents qui racialisent des groupes sociaux, c’est-à-dire qui les stigmatisent et les assignent à des places subalternes, en fonction de leur origine, de leur apparence, mais aussi de leur religion, réelle ou supposée. Une comparaison nous aide à le comprendre : dans l’antijudaïsme, nous avons appris à entendre l’antisémitisme. De même, l’islamophobie va et vient entre deux registres – religieux et racial.

    Racisme anti-musulmans

    Ceux qui refusent le terme « islamophobie » veulent lui substituer l’expression : « racisme anti-musulmans ». Et si on les prenait au mot ? Non pas pour leur céder le choix du vocabulaire, mais pour analyser le double jeu de l’islamophobie et du racisme anti-musulmans, comme on le fait de l’antijudaïsme et de l’antisémitisme. La bataille du vocabulaire est essentielle. Il ne faut donc pas laisser interdire des mots ; il ne faut pas davantage se faire imposer un lexique. Toutefois, il ne faudrait pas non plus renoncer à parler, en même temps que d’islamophobie, de racisme anti-musulmans – même si les faux dévots de la laïcité l’utilisent pour faire obstacle à la lutte contre l’islamophobie en détournant l’attention de la chose vers le mot. Car qui peut nier qu’un racisme vise aujourd’hui en France les musulmans, réels ou supposés, et que la rhétorique laïque en est un instrument privilégié quand elle est définie par l’obsession de l’islam ?

    http://www.oclibertaire.lautre.net/spip.php?article2012

Avertissement commentaires

Les commentaires ont pour objectif de compléter l’information donnée dans l’article, argumenter, apporter une interrogation ou un questionnement par rapport au sujet de la contribution. Les avis personnels qui n’apportent rien de plus à l’article pourront être considérés comme discussion de forum ne répondant pas aux objectifs pré-cités.Tout commentaire ne répondant pas à ces objectifs, ou étant contraire aux règles éditoriales sera supprimé définitivement du site.

Lien vers la politique éditoriale du collectif


Saisissez votre commentaire

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

www.indymedia.org
africa
Ambazonia Canarias estrecho / madiaq Kenya Nigeria South Africa
canada
London, Ontario Maritimes Montreal Ontario Ottawa Quebec Thunder Bay Vancouver Victoria Windsor
east asia
burma Jakarta Japan Korea Manila QC Saint-Petersburg
europe
Abruzzo Alacant Andorra Antwerpen Armenia Athens Austria Barcelona Belarus Belgium belgrade Bristol Brussels Bulgaria Calabria Croatia Cyprus emilia-romagna estrecho / madiaq Euskal Herria Galiza Germany grenoble Hungary Ireland Istanbul Italy La Plana Liege liguria Lille linksunten lombardia London Madrid Malta Marseille Nantes Napoli Netherlands Nice Northern England Norway Nottingham Oost-Vlaanderen Paris/Île-de-France Patras Piemonte Poland Portugal Roma Romania Russia Sardegna Scotland Sverige Switzerland Torun Toscana Toulouse Ukraine United Kingdom Valencia
latin america
Argentina Bolivia Chiapas Chile Chile Sur CMI Brasil CMI Sucre Colombia Ecuador Mexico Peru Puerto Rico Qollasuyu Rosario santiago Tijuana Uruguay Valparaiso Venezuela
oceania
Aotearoa Brisbane burma darwin Jakarta Manila Melbourne Perth QC Sydney
south asia
India Mumbai
united states
Arizona Arkansas Asheville Atlanta Austin Austin Indymedia Baltimore Big Muddy Binghamton Boston Buffalo Charlottesville Chicago Cleveland Colorado Columbus DC Hawaii Houston Hudson Mohawk Kansas City LA Madison Maine Miami Michigan Milwaukee Minneapolis/St. Paul New Hampshire New Jersey New Mexico New Orleans North Carolina North Texas NYC Oklahoma Philadelphia Pittsburgh Portland Richmond Rochester Rogue Valley Saint Louis San Diego San Francisco San Francisco Bay Area Santa Barbara Santa Cruz, CA Sarasota Seattle Tampa Bay Tennessee Urbana-Champaign Vermont Western Mass Worcester
west asia
Armenia Beirut Israel Palestine
process
FBI/Legal Updates Mailing Lists Process & IMC Docs Tech Volunteer
projects
Print Radio Satellite TV Video
regions
United States
topics
Biotech

copyleft Copyleft Indymédia (Independent Média Center). Sauf au cas où un auteur ait formulé un avis contraire, les documents du site sont libres de droits pour la copie, l'impression, l'édition, etc, pour toute publication sur le net ou sur tout autre support, à condition que cette utilisation soit NON COMMERCIALE.

RSS articlesRSS articles |  Site réalisé avec spip 3.1.3 [23214]
Top