RSS articles
Français  | 
Infos à propos de l’ancien policier infiltré Mark Kennedy posté le 13/07/18 - Local - 9 commentaires
Inculpé.es de trafic d’êtres humains ! posté le 28/06/18 - Local
Des vigiles au Barlok posté le 27/06/18 - Local - 21 commentaires
Commune inhospitalière de Saint-Gilles posté le 27/06/18 - Local
Policiers coupables - verdict posté le 22/06/18 - Local
MAWDA, ASSASSINAT D’ÉTAT posté le 20/06/18 - Local
ÉVASIONS CENTRES FERMÉS posté le 19/06/18 - Local - 1 commentaire
Saint-Gilles contre les migrants posté le 14/06/18 - Local - 3 commentaires

1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9

Coloniser - Exterminer
posté le 02/01/18 par Nedjma Abdelfettah Lalmi Mots-clés  antifa  Peuples indigènes  solidarité 

A propos du livre d’Olivier Le Cour Grandmaison, "Coloniser. Exterminer. Sur la guerre et l’État colonial".

Quand un politologue déboule dans le champ de l’histoire, qui plus est dans celui de l’histoire coloniale d’autant plus « délicate » qu’elle concerne ce morceau de « nous-mêmes » qu’a été l’Algérie pour la France ; que ce politologue s’est armé d’une volonté toute « barbare » d’en découdre avec les frontières disciplinaires et chronologiques ; eh bien, l’intrusion peut causer des désordres certes, mais dans le cas de Coloniser. Exterminer, ces désordres sont pour l’essentiel plutôt salutaires à notre sens.

Tant pis, si on peut estimer inconvenant, irrespectueux de la part de Le Cour Grandmaison de faire si peu cas des spécialistes et de leur préférer la compagnie de Foucault, Koselleck, Elias, Paxton et autres auteurs dont le terrain a été ou est l’Europe, ou ce qu’on appelle l’Occident. Le fait est que ça lui permet de mener une analyse de la colonisation et du colonialisme outillée différemment et de relier l’histoire coloniale à l’histoire du monde dont elle est en général amputée : celui des puissances coloniales européennes où est né cet insatiable mouvement d’expansion.

Certes, Le Cour Grandmaison n’est ni le premier, ni le seul à tenter de reconstituer certaines parties de l’écheveau de relations entre les centres des empires et leurs dépendances, ces dernières années. Mais son audace est de chercher à mettre des passerelles là où la rigidité des découpages entre spécialités, entre aires géographiques et culturelles ou entre époques d’une part, la rigidité de positionnements politiques obstinés et frileux d’autre part, refuseraient d’en admettre la simple évocation ou le principe de la mise en débat : ainsi en est-il, par exemple, des passerelles entre « violences » coloniales, « violences » sociopolitiques européennes et « violences » totalitaires nazies, que le livre s’emploie à re-constituer.

Consacré essentiellement à la conquête et à la colonisation de l’Algérie, axé surtout sur le xixe siècle, comme lieu et âge des origines, Coloniser. Exterminer, restitue l’histoire de ce grand laboratoire que l’auteur regarde comme un exceptionnel « champ d’expériences », au sens de R. Koselleck, où sont conçues ou systématisées des techniques relativement inédites de guerre, de répression et d’administration fondées, justifiées et légitimées par un corps de représentations du vaincu, de l’« indigène », de l’« Arabe » féroce. Cet ennemi traité en ennemi « non conventionnel », dont l’inévitable et plutôt prévisible résistance à la dépossession est perçue comme une preuve de sa « barbarie » ou de sa « mal-civilisation », autorise l’installation de la « guerre totale », du « tout est permis », de l’« état d’exception permanent » : sous la forme de razzias, d’enfumades, d’incitations aux mutilations collectives, d’usage des corps morts ou vifs dans des marchés incroyables (vente d’oreilles considérées comme trophées, usage des squelettes dans l’industrie du sucre à Marseille…), d’une systématisation des exécutions sommaires, des internements administratifs, d’une installation permanente de juridictions d’exception…

Le laboratoire, loin de s’adonner à des expérimentations secrètes, est le lieu et l’objet de débats publics. Non seulement peu de réprobations s’expriment, mais l’Algérie devient assez vite et reste un tremplin exceptionnel pour de brillantes carrières politiques ou militaires. La question même de l’« extermination » des « indigènes », ou au moins de leur « refoulement » vers le Sahara, et de leur remplacement par une « main-d’œuvre » noire ou chinoise garantissant la réussite de la colonisation, est débattue publiquement. « Biopolitique » sous la forme de « thanatopolitique » ou de bouleversement de la « carte raciale » en Algérie sont l’objet de plans ou de projets, dont les auteurs, à l’exemple du républicain et même féministe docteur Bodichon, de triste mémoire, sont loin d’être des marginaux sans audience, comme le montre l’auteur avec insistance. L’exemple américain est là pour conforter le « darwinisme ambiant » qui regarde comme inéluctable l’extinction agie ou naturelle des « races inférieures » lorsqu’elles rentrent en contact avec « les races supérieures ».

Le livre de Le Cour Grandmaison vient rappeler les effets désastreux de la conquête, pour les colonisés, soulignant par exemple la dépopulation qui frappe l’Algérie, où les pertes tournent autour du million entre 1830 et 1872 ; la désurbanisation, relevant les instructions données dans le sens de la destruction systématique des villes et villages qui pouvaient servir de points d’appui à la résistance… Cependant, il montre aussi le mouvement d’importation et d’exportation de toutes les pratiques répressives vers les autres colonies, mais aussi vers la métropole. Bien entendu, il revient sur le rôle joué par les grands hommes de la « Coloniale » contre la « Sociale », par les grands noms de l’armée d’Afrique (Bugeaud, Cavaignac, Saint-Arnaud, Bedeau, Négrier et autres) dans les répressions de 1848 ou de la Commune contre « les Bédouins de la métropole » racisés à leur tour. Il rappelle, pour une période plus tardive, la circulation avec les idées et les techniques, celle des hommes qui les créent ou les mettent en œuvre, à l’exemple de Marcel Peyrouton et de Joseph Barthélémy, dont il montre le rôle central dans la politique antijuive de Vichy.

Il soutient enfin que des violences comme celles du 8 mai 1945 ou celles de la guerre d’indépendance algérienne ne sont pas à classer au rang d’« embardées liées au contexte particulier de la guerre », mais comme les effets d’une continuité dans la « brutalisation » de la lutte contre ceux qui doivent rester des « assujettis permanents ».

Mais s’il souligne la continuité entre monarchie, républiques et empire, les faits lui imposent de s’arrêter plus longuement sur une IIIe République, qui non seulement assume totalement la poursuite de la course à l’empire en rivalité avec la « race anglo-saxonne », mais donne naissance à un système régi par un « racisme d’État » ; puis plus brièvement sur une IVe et une Ve République qui reprennent à leur compte « la guerre totale » jusqu’au bout.

Les longues pages où sont analysés les perceptions et les discours des Tocqueville, Beaumont, Hugo, Lamartine, Marx, Engels et bien d’autres, malgré les préventions de ceux qui sont vus comme des « philanthropes » naïfs, nous aident à mieux comprendre la banalité pour ces grands esprits de la nécessité de coloniser, de procéder à l’« écoulement » des « classes dangereuses » et d’acquérir un « Lebensraum » suffisant en en acceptant le prix, celui de la disparition des « races inférieures », condition nécessaire au progrès de ceux qui ont su acquérir des instruments plus performants de domination de la nature.

En ces temps de confusion extrême où, sous peine d’être désigné comme responsable des désordres dans les banlieues et bahuts, l’historien est officiellement sommé d’instruire sa société sur l’« œuvre positive » anciennement dénommée « œuvre civilisatrice » de la France dans les colonies, sans que le besoin de s’interroger sur les opinions de ceux qui en ont « subi » les bienfaits soit ressenti, un livre tel que Coloniser. Exterminer a le mérite de rafraîchir les mémoires. On en sort à la fois mal à l’aise et libéré. Les « douleurs » des colonisés, considérées au mieux comme des « excès » d’un système « complexe », acquièrent le statut d’objets respectables.

http://journals.openedition.org/etudesafricaines/5799


posté le 2 janvier 2018  par Nedjma Abdelfettah Lalmi  Alerter le collectif de modération à propos de la publication de cet article. Imprimer l'article
Liste des documents liés à la contribution
4160vvaqmnl._sx3(...).jpg


Commentaires

Les commentaires de la rubrique ont été suspendus.

www.indymedia.org
africa
Ambazonia Canarias estrecho / madiaq Kenya Nigeria South Africa
canada
London, Ontario Maritimes Montreal Ontario Ottawa Quebec Thunder Bay Vancouver Victoria Windsor
east asia
burma Jakarta Japan Korea Manila QC Saint-Petersburg
europe
Abruzzo Alacant Andorra Antwerpen Armenia Athens Austria Barcelona Belarus Belgium belgrade Bristol Brussels Bulgaria Calabria Croatia Cyprus emilia-romagna estrecho / madiaq Euskal Herria Galiza Germany grenoble Hungary Ireland Istanbul Italy La Plana Liege liguria Lille linksunten lombardia London Madrid Malta Marseille Nantes Napoli Netherlands Nice Northern England Norway Nottingham Oost-Vlaanderen Paris/Île-de-France Patras Piemonte Poland Portugal Roma Romania Russia Sardegna Scotland Sverige Switzerland Torun Toscana Toulouse Ukraine United Kingdom Valencia
latin america
Argentina Bolivia Chiapas Chile Chile Sur CMI Brasil CMI Sucre Colombia Ecuador Mexico Peru Puerto Rico Qollasuyu Rosario santiago Tijuana Uruguay Valparaiso Venezuela
oceania
Aotearoa Brisbane burma darwin Jakarta Manila Melbourne Perth QC Sydney
south asia
India Mumbai
united states
Arizona Arkansas Asheville Atlanta Austin Austin Indymedia Baltimore Big Muddy Binghamton Boston Buffalo Charlottesville Chicago Cleveland Colorado Columbus DC Hawaii Houston Hudson Mohawk Kansas City LA Madison Maine Miami Michigan Milwaukee Minneapolis/St. Paul New Hampshire New Jersey New Mexico New Orleans North Carolina North Texas NYC Oklahoma Philadelphia Pittsburgh Portland Richmond Rochester Rogue Valley Saint Louis San Diego San Francisco San Francisco Bay Area Santa Barbara Santa Cruz, CA Sarasota Seattle Tampa Bay Tennessee Urbana-Champaign Vermont Western Mass Worcester
west asia
Armenia Beirut Israel Palestine
process
FBI/Legal Updates Mailing Lists Process & IMC Docs Tech Volunteer
projects
Print Radio Satellite TV Video
regions
United States
topics
Biotech

copyleft Copyleft Indymédia (Independent Média Center). Sauf au cas où un auteur ait formulé un avis contraire, les documents du site sont libres de droits pour la copie, l'impression, l'édition, etc, pour toute publication sur le net ou sur tout autre support, à condition que cette utilisation soit NON COMMERCIALE.

RSS articlesRSS articles |  Site réalisé avec spip 3.1.7 [23768]
Top