RSS articles
Français  | 
Mawda ou l’art de l’enfumage posté le 20/05/18 - Local
Vidéo de l’Action "feu les prisons" posté le 19/05/18 - Local
Une fillette meurt à la frontière posté le 18/05/18 - Local - 2 commentaires
Une justice prédictive, par algorithmes posté le 17/05/18 - Local
Les hébergeur.se.s, leurs invité.es et les politiques 10/05/2018. posté le 10/05/18 - Local - 1 commentaire
Et au pire ratons ! – Appel à squatter l’ULB. posté le 09/05/18 - Local - 1 commentaire
Theo Francken à la VUB posté le 05/05/18 - Local - 1 commentaire

1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10

Venezuela : Face à la faim et à la tragédie vécue par les Vénézuéliens, nous exigeons la mobilisation et la protestation populaire (*)
posté le 20/01/18 par Opposition de Gauche en Lutte Mots-clés  luttes sociales 

La situation du pays est absolument désastreuse et une recrudescence sociale majeure se profile à l’horizon, déjà visible dans la récente vague de pillages et de troubles. Au cours des quatre dernières années, l’économie s’est contractée d’environ 40 % et, depuis l’an dernier, nous avons été confrontés à une hyperinflation brutale. Les perspectives pour cette année sont encore pires qu’en 2017. Cela a plongé dans la misère des millions de personnes des secteurs ouvriers et populaires. Les salaires sont complètement détruits, le salaire minimum est d’environ 5 dollars par mois. La faim touche des millions de personnes, et il est courant de voir de nombreuses personnes errer dans les rues à la recherche de nourriture dans les poubelles. Même des organisations comme la FAO, qui avait salué la politique alimentaire officielle, fondée sur la fiction du boom pétrolier, diffusent aujourd’hui des rapports faisant état de la croissance rapide de la faim et de la malnutrition. Toute cette image dramatique est celle qui a suscité des protestations en décembre pour les promesses tricheuses de distribution de sacs de vivres, de cuisses et de bons de Noël, et qui dans les premiers jours de cette année a été la promotion de nombreux pillages et manifestations populaires dans les États de Bolívar, Zulia, Anzoátegui, District de la capitale, Portuguesa, Trujillo, Miranda, Nueva Esparta, Guárico, Guárico. Les ouvriers du ciment et de l’électricité à Anzoátegui, les ouvriers du métro de Caracas, les pétroliers de Petrocedeño et d’autres secteurs de la classe ouvrière commencent aussi à se mobiliser, à faire des grèves de bras tombés et d’autres actions de lutte. La situation est explosive.

La catastrophe s’aggrave, les taux de mortalité maternelle et infantile ont atteint des niveaux sans précédent depuis les années 1960 et même dans certains indicateurs des années 1930. Les épidémies de diphtérie, de paludisme, de tuberculose, de rougeole et d’autres maladies éradiquées depuis des décennies, punissent les secteurs les plus modestes. Les hôpitaux et les centres de santé ne disposent pas du budget ou des ressources nécessaires pour faire face à la catastrophe. Le gouvernement camoufle criminellement tous ces chiffres, nie les dimensions de la crise, parle même de "victoires" dans le secteur de la santé et d’un service national inexistant de santé publique. Dans le domaine de l’éducation, la dégradation se développe rapidement. Les services publics sont dans une situation désastreuse, affectant l’accès au gaz domestique, à l’électricité, aux transports et à l’eau pour des millions de Vénézuéliens.

Toute cette crise a été générée par un gouvernement indolent qui a pillé des milliards de dollars de revenus pétroliers pendant plus d’une décennie, dont Hugo Chávez a été le chef de l’État, au milieu duquel s’est produite la plus grande fuite de capitaux et les plus hauts niveaux de corruption de notre histoire. La corruption a été systématiquement traitée comme un moyen de forger des alliances et de renforcer la loyauté politique au sein du gouvernement. Et face à la chute des prix du pétrole, un paquet beaucoup plus terrible est appliqué que ceux appliqués par les gouvernements anti populaires de la période précédente au chavisme.

Les importations de médicaments et de denrées alimentaires ont été considérablement réduites, donnant la priorité au paiement d’une dette extérieure frauduleuse. Le vice-président Tarek El Aissami, lors d’une réunion avec les détenteurs d’obligations à la fin octobre de l’année dernière, a réaffirmé sa volonté de continuer à rembourser la dette extérieure et a admis que le gouvernement avait payé plus de 73 milliards de dollars en 36 mois. Maduro a même créé un nouveau mécanisme de distraction et d’endettement à travers le soi-disant cryptomonnée "Petro", essayant de générer un boom avec des prétentions de panacée, qui donne un coup de grâce à notre signe monétaire. Et, avec la création apparente d’un nouveau taux de change officiel, ils cherchent aussi à donner un coup de main aux envois de fonds envoyés par les migrants vénézuéliens à leurs familles. Pendant ce temps, avec l’allocation de dollars à 10 bolívars par l’État, la rente pétrolière est pillée et alimente l’accumulation de capital dans les secteurs émergents (la soi-disant bolibourgeoisie) et les secteurs traditionnels de la bourgeoisie.

Le gouvernement a perdu la base sociale dont il jouissait depuis de nombreuses années. Le mécontentement populaire est généralisé, comme l’expriment le vote de 2015 et des centaines de protestations populaires depuis lors. La réponse du gouvernement a été de fuir en avant, en imposant un changement autoritaire dans le fonctionnement du régime politique avec l’imposition d’une Assemblée nationale constituante illégitime et frauduleuse qui avance dans la restriction des droits démocratiques, comme en témoigne la soi-disant "Loi contre la haine", tout en approfondissant la capitulation avec l’approbation d’une loi pour réglementer le pillage de l’Arc Minier de l’Orénoque et une loi sur la protection des investissements étrangers. Le gouvernement a créé des instruments pervers de contrôle politique, comme la "carte de pays" et la distribution de nourriture par le biais des CLAP, avec l’objectif exprès de mettre à genoux, d’humilier et de dominer la population, comme le recommandent les conseillers cubains. Un autre changement dans le régime a été l’octroi de plus de quotas de pouvoir à la coupole militaire, sur laquel il y a des indications de participation dans les entreprises louches, qui, outre les ressources associées aux questions militaires et la contrebande d’essence et de denrées alimentaires à travers les frontières, administre maintenant PDVSA, a une chaîne de télévision, une société minière et pétrolière (Camimpeg), et est à la tête des principaux ministères, ainsi que le ministère des Affaires étrangères.

Pour l’unité d’action des travailleurs et des larges secteurs populaires, pour la construction d’une opposition de gauche

Le modèle économique, politique et social de chavisme n’est ni socialiste, ni anti-impérialiste, ni de gauche, comme le prétend faussement la propagande officielle et certains secteurs de la société vénézuélienne croient, mais il représente la dégénérescence corporatiste à des niveaux jamais vus auparavant du capitalisme semi-colonial et extractiviste, basé sur le pillage de notre principale ressource, le pétrole, par des multinationales étrangères. Modèle aujourd’hui exprimé en entreprises mixtes entre l’état des entreprises nord-américaines, chinoises, russes, européennes, japonaises, iraniennes et d’autres pays. De son côté, l’opposition patronale et réactionnaire regroupée dans la MUD est profondément anti-populaire, électorale et pro-impérialiste, et soutient ouvertement les menaces et les propositions d’intervention militaire étrangère dans le pays. Au lieu d’accompagner avec constance les protestations populaires contre la faim comme celles de l’année dernière, ils ont joué à fond, les laissant à leur propre sort, agissant comme de véritables transfuges dont le seul but est de prospérer et de partager avec les dirigeants au pouvoir de l’État des quotas de pouvoir et de rente pétrolière. Aujourd’hui, ils misent sur la pression et l’ingérence étrangère, dans le cadre de leurs négociations de conciliation avec le gouvernement, dans des conférences comme celles qui ont lieu en la République Dominicaine. Sa direction politique, engagé uniquement dans l’intérêt des capitaux nationaux et étrangers, est en fait un obstacle pour des secteurs populaires et ouvriers puissent se joindre aux protestations pour vaincre le gouvernement dans la rue. Bien que beaucoup de ses porte-paroles s’abstiennent de parler ouvertement, le programme de la MUD face à la crise implique des privatisations, des libéralisations et la continuité de la capitulation chaviste aux transnationales, à l’extractivisme et au clientélisme.

Les organisations et activistes de gauche qui s’opposent au gouvernement et rejettent la MUD et à d’autres secteurs de l’opposition patronale, qui sont prés uniquement et exclusivement des gens qui vivent de leur travail, qui revendiquent le droit à la protestation populaire et rejettent la criminalisation et la persécution de ceux qui combattent, affirment : ceux qui protestent ne sont pas des terroristes ! Nous défendons la nécessité pour les travailleurs et les autres secteurs populaires de se mobiliser pour faire échec à l’ajustement économique et défendre leurs droits, qui sont systématiquement bafoués. Nous dénonçons les mécanismes répressifs tels que l’OLHP, qui institutionnalise les exécutions extrajudiciaires, ainsi que les groupes armés dits collectifs para-étatiques qui servent à répandre la terreur et les assassinats dans les villes populaires du pays. Nous défendons le droit de grève dans les entreprises publiques et privées, ainsi que le droit à l’autonomie syndicale et à l’organisation populaire. La lutte sociale est aujourd’hui une défense de la survie même.

Nous réclamons un programme alternatif face à la crise, dont les éléments comprennent la dénonciation du paiement de la dette extérieure, une dette odieuse dont les paiements sont imputés aux travailleurs sous forme de réduction des importations, de réduction de la sécurité sociale et des salaires, ce qui se traduit par plus de misère et de faim. Nous exigeons que nous cessions de payer la dette et que nous investissions ces ressources dans le redressement de la production nationale et l’industrialisation, le rétablissement des importations de denrées alimentaires et de médicaments tant qu’elles ne se produisent pas dans le pays, l’augmentation du salaire minimum réel pour couvrir le panier de base, la réalisation d’une réforme agraire, la réalisation d’une réforme fiscale progressive et le redressement des entreprises de base. Nous exigeons la nationalisation de l’industrie pétrolière, sans entreprises mixtes ni sociétés transnationales, afin que nous puissions disposer de ces énormes ressources qui sont actuellement pillées pour réaliser la transformation socio-économique du Venezuela. Nous dénonçons les accords de livraison des zones économiques spéciales et de l’Arc Minier d’Orinoco et demandons la résiliation de ces contrats. Et, en plus, donner un virage de 180 degrés à l’extractivisme qui a plongé le pays dans la monoproduction et le retard. Nous pensons qu’il est essentiel de rapatrier les capitaux qui ont échappé à la fête de la corruption de ces dernières années, des capitaux qui sont allés dans les paradis fiscaux comme l’Andorre, ainsi que de confisquer les comptes et les actifs des entreprises qui ont surfacturé des millions de dollars en importations.

Les organisations et les activistes qui souscrivent à cette déclaration lancent un appel pour coordonner les efforts à tous les syndicats, la communauté, les étudiants, les paysans, le mouvement des femmes, les écologistes, la défense des droits de la communauté homosexuelle, les défenseurs des animaux non-humains et tous les secteurs populaires engagés à promouvoir une solution populaire et ouvrière à la crise. Nous appelons même les secteurs des forces armées qui sont mécontents de l’effondrement du pays et qui ne veulent pas continuer à jouer un rôle répressif et à se tacher les mains avec le sang du peuple, à rejoindre les rangs des plus humbles de notre société qui protestent aujourd’hui. Notre appel urgent est d’aller de l’avant ensemble dans des actions concrètes pour confronter de façon autonome les politiques du gouvernement, tout en menant une discussion démocratique qui respecte la diversité des secteurs qui composent l’opposition de gauche. C’est le sens de la coordination que nous mettons en place.

Opposition de Gauche en Lutte

Les organisations politiques et syndicales, les activistes et les combattants sociaux :

José Bodas, secrétaire général de la Fédération unie des travailleurs pétroliers du Venezuela (Futpv)
Thony Navas, Président de Sirtrasalud Capital District
Marco García, Secrétaire aux Relations et à la Propagande de SinatraUCV
Antonio Espinoza, professeur d’université, secrétaire aux finances de Fapicuv
Orlando Chirino, coordinateur national du courant de classe, unitaire, révolutionnaire et autonome (C-cura)
Jairo Montaña, agent de santé, délégué syndical
Oscar Linares, agent de santé, délégué syndical
Humberto Decarli, avocat spécialisé en droit du travail
Armando Guerra, ancien directeur du syndicat Hidrocapital
Edgard Blanco, enseignant retraité
Wilfredo Espinoza, retraité Cantv
Miguel Angel Hernández, Secrétaire général du Partido Socialismo y Libertad (PSL)
Leonardo Arantes, Unité socialiste des travailleurs (UST)
Alberto Borregales, Rupture, Troisième voie
Jesús Contreras, drapeau rouge Caracas
Nayib Maita, économiste
Ricardo Virgüez, ingénieur
Hernán Acosta, militant social et politique
Omar Vasquez Heredia, politologue, professeur d’université
Miguel Angel Martín, étudiant universitaire
Luis Villafañe, étudiant universitaire
Jesús Moises Ruiz, étudiant universitaire
Manuel Malavé, étudiant universitaire
Julia Cidras, économiste

(*) Publié le 19 janvier 2018 dans :

http://laclase.info/content/ante-el-hambre-y-la-tragedia-que-vivimos-los-venezolanos-reivindicamos-la-movilizacion-y-la-protesta-popular/


posté le 20 janvier 2018  par Opposition de Gauche en Lutte  Alerter le collectif de modération à propos de la publication de cet article. Imprimer l'article

Commentaires

Les commentaires de la rubrique ont été suspendus.

www.indymedia.org
africa
Ambazonia Canarias estrecho / madiaq Kenya Nigeria South Africa
canada
London, Ontario Maritimes Montreal Ontario Ottawa Quebec Thunder Bay Vancouver Victoria Windsor
east asia
burma Jakarta Japan Korea Manila QC Saint-Petersburg
europe
Abruzzo Alacant Andorra Antwerpen Armenia Athens Austria Barcelona Belarus Belgium belgrade Bristol Brussels Bulgaria Calabria Croatia Cyprus emilia-romagna estrecho / madiaq Euskal Herria Galiza Germany grenoble Hungary Ireland Istanbul Italy La Plana Liege liguria Lille linksunten lombardia London Madrid Malta Marseille Nantes Napoli Netherlands Nice Northern England Norway Nottingham Oost-Vlaanderen Paris/Île-de-France Patras Piemonte Poland Portugal Roma Romania Russia Sardegna Scotland Sverige Switzerland Torun Toscana Toulouse Ukraine United Kingdom Valencia
latin america
Argentina Bolivia Chiapas Chile Chile Sur CMI Brasil CMI Sucre Colombia Ecuador Mexico Peru Puerto Rico Qollasuyu Rosario santiago Tijuana Uruguay Valparaiso Venezuela
oceania
Aotearoa Brisbane burma darwin Jakarta Manila Melbourne Perth QC Sydney
south asia
India Mumbai
united states
Arizona Arkansas Asheville Atlanta Austin Austin Indymedia Baltimore Big Muddy Binghamton Boston Buffalo Charlottesville Chicago Cleveland Colorado Columbus DC Hawaii Houston Hudson Mohawk Kansas City LA Madison Maine Miami Michigan Milwaukee Minneapolis/St. Paul New Hampshire New Jersey New Mexico New Orleans North Carolina North Texas NYC Oklahoma Philadelphia Pittsburgh Portland Richmond Rochester Rogue Valley Saint Louis San Diego San Francisco San Francisco Bay Area Santa Barbara Santa Cruz, CA Sarasota Seattle Tampa Bay Tennessee Urbana-Champaign Vermont Western Mass Worcester
west asia
Armenia Beirut Israel Palestine
process
FBI/Legal Updates Mailing Lists Process & IMC Docs Tech Volunteer
projects
Print Radio Satellite TV Video
regions
United States
topics
Biotech

copyleft Copyleft Indymédia (Independent Média Center). Sauf au cas où un auteur ait formulé un avis contraire, les documents du site sont libres de droits pour la copie, l'impression, l'édition, etc, pour toute publication sur le net ou sur tout autre support, à condition que cette utilisation soit NON COMMERCIALE.

RSS articlesRSS articles |  Site réalisé avec spip 3.1.7 [23768]
Top