RSS articles
Français  | 
Infos à propos de l’ancien policier infiltré Mark Kennedy posté le 13/07/18 - Local - 5 commentaires
Inculpé.es de trafic d’êtres humains ! posté le 28/06/18 - Local
Des vigiles au Barlok posté le 27/06/18 - Local - 21 commentaires
Commune inhospitalière de Saint-Gilles posté le 27/06/18 - Local
Policiers coupables - verdict posté le 22/06/18 - Local
MAWDA, ASSASSINAT D’ÉTAT posté le 20/06/18 - Local
ÉVASIONS CENTRES FERMÉS posté le 19/06/18 - Local - 1 commentaire

1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9

A bas la Patrie
posté le 07/07/18 Mots-clés  antimilitarisme 

A propos du néo-patriotisme dʼHervé qui a soulevé lʼindignation patriotique des socialistes bien pensants, notre camarade Boucher de Perthes (1), mort il y a près de cinquante ans, nous a envoyé un article sur la question. Nous croyons inutile dʼy rien ajouter.

— — — — —

A bas la Patrie

Pourquoi y a-t-il-tant de nations en Europe, quand il nʼy a quʼune race dʼhommes ? Notre association européenne, son contrat social, son entente cordiale de gouvernement à gouvernement ou de peuple à peuple, enfin sa représentation nationale là où il y en a une, ou sa camarilla là où il nʼy en a pas, représentent au naturel une troupe de roquets qui se battent devant une écuelle de soupe, tandis que quelque gros dogue la mange en se détournant de temps en temps pour pincer les roquets, afin de les encourager à se mieux mordre.

Or, peuple de tous les pays, si vous manquez du nécessaire, si vous êtes parfois souffreteux et affamés, si, au lieu dʼavancer vous êtes en voie rétrograde, cʼest, pardonnez-moi lʼexpression, que vous êtes encore plus stupides que vous nʼêtes pauvres. Je vous le demande à vous-mêmes : ne faut-il pas que cela soit, pour que vous consentiez à employer vos bras, ces bras dont vous devriez fertiliser la terre, pour vivre et faire vivre les autres, à empêcher ces autres de fertiliser cette terre, de vivre et de vous aider à vivre, et ceci parce quʼils ont un autre nom que vous ou parlent une autre langue, ou seulement parce quʼils portent, au bout dʼun bâton, un chiffon dʼune autre couleur que celui que vous portez vous-mêmes ? Mais, en conscience, sont-ce là des raisons ? Leur sang nʼest-il pas rouge comme le nôtre ? Leur coeur est-il fait autrement, et ne bat-il pas de même ? Vos besoins et vos souffrances ne sont-ils pas semblables ? Enfin, dʼhommes quʼils étaient comme vous, ne sont-ils pas comme vous devenus de misérables brutes, pauvres roquets pelés, rogneux, galeux, battus, pillés, mordus par des dogues semblables à ceux qui vous mordent ? Enfin, la nation, puisque vous vous nommez également ainsi, nʼest-elle pas, comme chez nous, divisée en une minorité qui mange et une majorité qui crève ?

Puisque vous souffrez du même mal, il est à croire que pour guérir il vous faudra le même traitement ; et il serait curieux de voir quʼaprès vous être battus devant la soupe, vous vous battiez aussi devant le remède : or, ce remède est simple et facile.

— Sans doute, allez-vous me dire, puisque nous sommes ici dix mille contre un, rien de plus simple que de nous armer, de nous lever tous ensemble, dʼattaquer les dogues, de les tuer et de nous partager leur peaux pour en faire des fourrures.

— Vous nʼy êtes pas, honnêtes roquets, car ce que vous avez envie de faire aujourdʼhui, vous lʼavez fait vingt fois, dont six au moins à ma connaissance, et la chose faite, vous nʼen êtes pas moins restés roquets, plus affamés, plus laids, plus bêtes, plus galeux que jamais. Seulement les dogues étaient changés : au lieu dʼêtre blancs ils étaient rouges ; au lieu dʼavoir deux crocs à chaque mâchoire, ils en avaient quatre ; au lieu de se contenter de manger votre soupe, ils voulaient encore vous mettre dedans pour rendre le bouillon meilleur ; et il en sera toujours ainsi tant que vous ferez comme vous avez fait, cʼest-à-dire tant que vous en viendrez aux armes parce quʼil y en aura toujours qui, après les avoir prises, ne voudront plus les quitter, et qui sʼen serviront pour se faire dogues à leur tour.

— Alors, direz-vous, nous leur ferons comme aux autres.

— Bien, mais la chose faite, ce sera à recommencer ; et toujours ainsi, de façon que vous y passerez tous, les uns après les autres, et que définitivement il ne restera plus que vos os pour expliquer la chose. Vous voyez donc bien que le moyen nʼest pas bon.

Je vais vous en indiquer un meilleur et beaucoup moins dangereux : jʼajouterai même quʼil est immanquable. Or, ce moyen consiste non pas à faire, mais à cesser de faire.

Vous avez vu que les dogues, en les réunissant tous, ne formaient pas numériquement la dix-millième partie des roquets, et que cʼétait seulement parce que les roquets se battaient entre eux que les dogues étaient les maîtres : or, comment les dogues font-ils battre les roquets ? Autrefois, en leur mettant à lʼépaule une lance et un bouclier, ou un arc et des flèches : aujourdʼhui, en leur offrant un fusil et sa baïonnette. Eh ! bien, vous nʼavez quʼune chose à faire, cʼest de vous croiser les pattes ; et ni pour or, ni pour argent, ni par promesses, ni par menaces, de ne toucher ni à ce fusil ni à sa baïonnette.

Là-dessus, on vous enverra les gendarmes ; laissez venir les gendarmes. On vous mènera en prison, laissez-vous mener en prison. On vous conduira devant le juge ; laissez-vous conduire devant le juge. On vous condamnera à joindre un régiment. Là on voudra vous faire faire lʼexercice, et pour faire lʼexercice on vous représentera ce même fusil.

Ici, attention : rappelez-vous que cʼest pour tirer sur un homme quʼon vous le met à la main, et pour tirer sur un homme qui ne vous a pas fait de mal, qui ne veut pas vous en faire, qui, comme vous, ne demande quʼà travailler tranquillement et quʼà vivre de son travail, à un homme quʼon a contraint, comme on vous contraint vous-mêmes, à sacrifier son repos, son temps et son sang à la défense d ʼintérêts qui ne sont pas les siens et de principes quʼil ne saurait comprendre, parce quʼils ne sont fondés ni sur le bon sens ni sur le bon droit ; ou bien encore au maintien dʼun contrat quʼil nʼa pas fait et quʼil ne consentirait jamais à faire, parce quʼil ne le sauve ni de lʼoppression ni de la faim. Ne touchez donc pas plus à ce fusil que sʼil était de fer rouge.

Sur ce refus, on vous traitera dʼinsoumis, de réfractaire, de lâche, de sans-cœur ; nʼen touchez pas plus au fusil. On vous montrera lʼétranger envahissant la patrie : laissez lʼétranger envahir la patrie. On vous le montrera renversant le trône ou le fauteuil présidentiel. Tout cela ne vous regarde pas le moins du monde. Ne vous ai-je pas dit que vous nʼavez pas de patrie là où vous nʼavez pas de pain ! Si lʼétranger vous en apporte, il nʼest pas lʼétranger, il est votre père nourricier. Sʼil ne vous en apporte pas, il ne peut vous en prendre, puisque vous nʼen avez pas. Encore une fois, ne touchez pas au fusil et laissez-les dire.

Mais ils crieront, ils tempêteront ! Laissez-les crier, laissez-les tempêter : ça ne durera pas toujours. Ça ne durera même pas du tout, pour peu que votre exemple gagne et que pas un de vous ne touche à leur damnée ferraille. Ceci nʼest pas difficile, honnêtes roquets, et pourtant je ne vous en demande pas davantage. Mais ce peu, je vous le recommande expressément, car là gisent tout le secret de la chose et le remède à tous vos maux : remède héroïque, remède infaillible, et dont le résultat serait immédiat si tous les soldats de France, tous les soldats dʼEurope, tous les soldats du monde, bref, tous les mannequins, tous les imbéciles, tous les ânes bâtés dʼun uniforme, que les dogues font sauter et cabrioler pour leur agrément, voulaient, non pas précisément jeter leurs armes au nez de leurs officiers, il faut être poli tout âne quʼon est, mais les déposer gracieusement à leurs pieds en leur disant : « Je quitte les lauriers pour les choux, et je vais planter les miens ; faites-en autant des vôtres, ou battez-vous entre vous, messieurs les capitaines, si cela vous agrée. Adieu, je vous cède ma part de gloire : dès ce jour, elle sera bien vôtre, vous la récolterez entre vous, et lʼhistoire des héros ne sera plus écrite sur la peau des peuples. La lance aux chevaliers, le soc aux ouvriers : mais que la lance ne touche au soc, ou bien le soc brisera la lance et le bras qui la porte. »

BOUCHER DE PERTHES.

lʼanarchie n°8, jeudi 1er juin 1905.

(1) Boucher de Perthes (1788-1868), naturaliste français. Le passage est extrait de Hommes et choses, tome III.


posté le 7 juillet 2018 Alerter le collectif de modération à propos de la publication de cet article. Imprimer l'article

Commentaires

Les commentaires de la rubrique ont été suspendus.

www.indymedia.org
africa
Ambazonia Canarias estrecho / madiaq Kenya Nigeria South Africa
canada
London, Ontario Maritimes Montreal Ontario Ottawa Quebec Thunder Bay Vancouver Victoria Windsor
east asia
burma Jakarta Japan Korea Manila QC Saint-Petersburg
europe
Abruzzo Alacant Andorra Antwerpen Armenia Athens Austria Barcelona Belarus Belgium belgrade Bristol Brussels Bulgaria Calabria Croatia Cyprus emilia-romagna estrecho / madiaq Euskal Herria Galiza Germany grenoble Hungary Ireland Istanbul Italy La Plana Liege liguria Lille linksunten lombardia London Madrid Malta Marseille Nantes Napoli Netherlands Nice Northern England Norway Nottingham Oost-Vlaanderen Paris/Île-de-France Patras Piemonte Poland Portugal Roma Romania Russia Sardegna Scotland Sverige Switzerland Torun Toscana Toulouse Ukraine United Kingdom Valencia
latin america
Argentina Bolivia Chiapas Chile Chile Sur CMI Brasil CMI Sucre Colombia Ecuador Mexico Peru Puerto Rico Qollasuyu Rosario santiago Tijuana Uruguay Valparaiso Venezuela
oceania
Aotearoa Brisbane burma darwin Jakarta Manila Melbourne Perth QC Sydney
south asia
India Mumbai
united states
Arizona Arkansas Asheville Atlanta Austin Austin Indymedia Baltimore Big Muddy Binghamton Boston Buffalo Charlottesville Chicago Cleveland Colorado Columbus DC Hawaii Houston Hudson Mohawk Kansas City LA Madison Maine Miami Michigan Milwaukee Minneapolis/St. Paul New Hampshire New Jersey New Mexico New Orleans North Carolina North Texas NYC Oklahoma Philadelphia Pittsburgh Portland Richmond Rochester Rogue Valley Saint Louis San Diego San Francisco San Francisco Bay Area Santa Barbara Santa Cruz, CA Sarasota Seattle Tampa Bay Tennessee Urbana-Champaign Vermont Western Mass Worcester
west asia
Armenia Beirut Israel Palestine
process
FBI/Legal Updates Mailing Lists Process & IMC Docs Tech Volunteer
projects
Print Radio Satellite TV Video
regions
United States
topics
Biotech

copyleft Copyleft Indymédia (Independent Média Center). Sauf au cas où un auteur ait formulé un avis contraire, les documents du site sont libres de droits pour la copie, l'impression, l'édition, etc, pour toute publication sur le net ou sur tout autre support, à condition que cette utilisation soit NON COMMERCIALE.

RSS articlesRSS articles |  Site réalisé avec spip 3.1.7 [23768]
Top