RSS articles
Français  | 
Appel à contributions pour des journaux muraux partout posté le 12/10/18 - Local - 2 commentaires
Le bâteau, occupation récemment expulsée posté le 09/10/18 - Local
Parce que la loi antisquat nous fait peur. posté le 05/10/18 - Local - 1 commentaire
Crash-Birthday ! posté le 02/10/18 - Local - 1 commentaire
Fréquence des contrôles de métro dans le réseau stib à Bruxelles posté le 27/09/18 - Local - 2 commentaires
Campagnes électorales fachos posté le 27/09/18 - Local - 6 commentaires
Le parti “Islam” : on nous prend vraiment pour des con-ne-s … posté le 27/09/18 - Local - 31 commentaires

1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9

À une jeune militante posté le 14/10/18 - Global

1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | ... | 100

Un Nouveau Centre Social est entrain de naitre ! Appel aux dons et aux soutiens !
posté le 12/10/18 par ASBL ACCROCHE Mots-clés  réflexion / analyse  solidarité  alternatives 

https://www.gofundme.com/soutien-nouveau-centre-social (APPEL A CROWFOUNDING ICI !!!)

Un nouveau centre social est en phase de démarrage, mené par l’ASBL ACCROCHE, dans le cadre d’une occupation précaire avec le Foyer du SUD jusqu’en 2020 minimum. Nous sommes un groupe de jeunes dynamique et hyper-actifs caractérisé par son horizontalité maximale et sa capacité à organiser des projets collectifs ; projets, pour (et par) le quartier et des bruxellois-es en général, animé-es par les mêmes envies de partage, de connexion, d’échange, de liberté et de gratuité.

C’est pourquoi nous faisons un appel aux dons dans le but de pouvoir créer une série d’ateliers participatifs allant du sport aux loisirs divers en passant par la musique, l’artisanat, la construction, l’accès aux connaissances et ce, disponibles pour tous et toutes selon une participation libre et consciente. Le prix libre est une façon de faire participer tout le monde selon ses moyens réels et donc sans jamais exclure personne tout en faisant appel à la juste estimation des participant-es pour un service reçus.

N’hésitez pas à nous demander l’entièreté du dossier par email (ou si vous avez des questions, voire envie de nous rejoindre ! ) à laccroche@protonmail.com
Une ASBL émergente = De nouvelle choses à venir ! Bientôt la création d’un site internet (à suivre).

Vous trouverez ici un bon résumé des différents projets ouverts pour le bâtiment. Nous avons besoin de votre soutien qu’il soit financier, moral ou physique. Ensemble nous voulons redonner vie aux communes Forest-St-Gilles en proposant des activités ouvertes qui répondent à des besoin réels d’êtres humains citadinisés !

Préambule

Avant tout chose, nous voudrions attirer l’attention sur l’importance que revête pour nous la dimension collective du projet présenté dans ce dossier. Nous insistons sur le fait qu’un projet d’unetelle envergure, la dynamique impulsée par sa multiplicité et la visibilité de ses activités ne peuvent exister sans ancrage physique dans un lieu tel que celui envisagé. La mise à disposition d’un lieu semblable, où de jeunes artistes ainsi qu’une multitude de projets peuvent se réaliser, est une occasion trop rare à Bruxelles pour être négligée. Nous manquons cruellement de lieux d’expression,de créativité et d’espaces collectifs où nous pouvons nous retrouver pour créer des choses ensemble.

C’est pourquoi il nous semblait essentiel de souligner à quel point l’espace que vous nous proposez d’occuper répond non seulement aux besoins de notre projet collectif, mais répond bien plus encore à une demande plus large exprimée par beaucoup de jeunes : celle de disposer d’espaces d’expression et de création accessibles.Précisons d’emblée aussi la forme du présent dossier. Si la redondance avec laquelle nous avons présenté les divers projets et activités envisagés, et notamment la description systématique des individus porteurs de projet pourrait laisser croire qu’il s’agit d’une multitude de projets individuels séparés, nous voudrions spécifier ici qu’il n’en est rien. Nous sommes tous partie liée et nous formons ensemble un véritable collectif soudé. Le processus de description des diverses parties du dossier répond d’ailleurs d’une conséquence simple et évidente d’organisation collective : nous nous sommes réparti les tâches et avons décidé collectivement de désigner au minimum un référent par atelier que nous voulions proposer, ce qui n’empêche aucunement que nous participions à plusieurs ateliers et que ceux-ci s’entrecroisent, échangent et convergent entre eux. Quant aux projets pour lesquels nous avons jugé superflu de désigner un référent, nous les envisageons d’emblée collectivement.

Introduction au dossier de présentation

Faisant suite aux premiers contacts entre l’ASBL L’accroche et la commune de Forest concernant le projet d’occupation temporaire d’un espace de 2054 m² au 4e étage du bâtiment situé Avenue du Pont de Luttre n°728 à 1190 Forest et en vue d’y organiser des activités socio-culturelles, le dossier ci-présent a pour objectif de décrire de façon précise et détaillée l’ensemble des ateliers et activités proposés par l’ASBL l’accroche dans le cadre d’une convention d’occupation temporaire avec la commune qui est propriétaire des lieux.

Premier espace : Atelier de construction – 174 m²

Toutes les activités liées à la construction en arts ou artisanat générateur de bruits et poussières(vitraux, sculpture, menuiserie et éventuellement soudure). C’est la pièce la plus isolée pour le bruit,les odeurs et les poussières. En faisant l’atelier à cet endroit, les autres activités ne seront pas gênées.De plus, il y a déjà une porte fermée pour stocker le matériel et les outils en sécurité. La pièce est également proche de l’ascenseur, ce qui permet de facilement acheminer les matériels lourds.Aménagement de l’espace. L’espace sera aménagé au moyen de grands établis, de tréteaux et des planches ainsi que plusieurs espaces de rangement séparés par corps de métier. Tel que cité plus haut, nous y travaillerons le bois, le métal et le verre. Il s’agit de permettre à tous les artisans d’entre nous qui ne disposent pas d’un atelier de travailler mais aussi de partager leurs savoir-faire en toute bienveillance et dans le respect du lieu et de chacun. Le matériel provient, d’une part de chacun des artisans mais également de l’ASBL Tournevis. Enfin, nous voulons cet espace libre à tous les membres de l’ASBL et à ceux qui en font la demande préalablement. Nous réfléchissons à la possibilité d’avoir un ou plusieurs responsables de l’espace qui pourraient être présent pour accompagner et sécuriser des personnes non-qualifiées, désireuses d’apprendre.

Deuxième espace : Espace accueil – 430 m²

C’est le premier espace que l’on rencontre en entrant par la seule porte qui donne sur tout le reste de l’étage. L’idée est donc d’en faire un espace public où quiconque qui vient, peut y trouver les informations sur les activités et le fonctionnement du lieu, un petit bar, une bibliothèque, une ludothèque et des fauteuils. Il y aura aussi plusieurs tables et des chaises pour des activités plus larges ou bien des soupers. Si nous faisions des projections de films ou courts-métrages, cela pourrait aussi se faire là. L’intérêt que cet espace soit là est que ce sera le premier espace rencontré par les personnes qui viennent. Tenir le bar permettra d’avoir un œil sur ce qui se passe tout en informant les gens sur les activités et le fonctionnement du lieu. De plus, le bar pourra être connecté à la cloison de l’espace semi-privé, permettant de facilement alimenter les stocks et la caisse. Cette pièce est donc un rectangle, ce qui est plus facile pour faire des cloisons en dur.

LUDOTHEQUE
Mia – Kinésithérapeute
Kinésithérapeute depuis peu, formée à la Haute Ecole Libre de Bruxelles Ilya Prigogine, je me suis orientée d’une part dans la kiné rééducative du périnée des femmes. En effet, j’accorde de l’importance à la santé féminine et de manière plus générale à la discrimination subie par celles-ci dans tous les aspects de la vie. Aussi, j’ai effectué mon stage en psychiatrie à ISA et je postule actuellement à La Ramée. Dès lors, j’ai une sensibilité particulière pour les individus fragilisés. Lors de mon parcours, j’ai souvent eu recours à la méditation mais surtout au jeu afin de reconstruire des rapports et des liens sociocognitifs. En effet, le jeu est essentiel au développement cognitif. Il permet d’accroitre les capacités intra-individuelles, d’augmenter le sentiment d’efficacité personnel et offre des possibilités d’apprentissage divers en brisant les contraintes tel que l’obligation, la peur de l’erreur et la frustration.Le projet La ludothèque sera alimentée par des dons de particuliers et contiendra des jeux divers et variés. Les jeux pourront être utilisés sur place aux heures de permanence, mais il sera également possible de les emprunter. Toutes les 2 semaines, une après-midi jeux aura lieu dans le local. L’objectif de la ludothèque est de créer un espace de rencontre ludique et accessible à tous et toutes. Comme je l’ai expliqué dans ma présentation, le jeu permet de développer les compétences interindividuelles. Les jeux de société sont par définition importants pour le vivre-ensemble, la solidarité et la coopération, le bien-être mais surtout pour le rire, la détente et la joie qu’ils procurent. Un espace de de jeux est dès lors toujours essentiel et à ne jamais négliger.Je propose donc différents type de jeux ; des jeux de plateau dans la veine des Aventuriers du rail ou des Colons de Catanes, mais également des jeux de rapidité comme le Jungle speed ou Dooble. Nous proposerons aussi des jeux de coopération comme Mysterium ou des jeux de rôle tel que le LoupGarou.

BIBLIOTHEQUE
Clio – étudiante en Philologie Romane et didactique du français

J’étudie la grammaire, la linguistique et surtout la littérature. J’accorde énormément d’intérêt à cette dernière. Celle-ci est, en effet, d’abord un médium du rêve et de l’imagination (grâce à la lecture subjective, c’est-à-dire la projection d’un moi ouvert dans une œuvre et le processus d’identification)mais la littérature développe surtout l’esprit critique et la rhétorique (grâce notamment à l’apprentissage d’une lecture objective, lors de laquelle il s’agit d’analyser les vérités d’une œuvre). La littérature est un outil d’apprentissage génial qui donne matière à réfléchir mais qui donne surtout du plaisir. Le projet Mon objectif est d’exporter les savoirs académiques dans d’autres lieux culturels, autre que l’école et les institutions communales afin de se les approprier. Pour ce faire, il s’agit d’établir un corpus de livres spécifiques et d’en constituer une bibliothèque. Elle comportera des ouvrages classiques mais aussi d’autres ouvrages de genres tout à fait hétérogènes : des livres et des romans réalistes, de la fiction, de la science fictions mais surtout des essais ayant trait aux sciences sociales et aux polémiques actuelles ; féminisme, études de genre et des minorités, antispécisme, politiques migratoires, éducation, écologie etc.L’ASBL possède déjà une collection conséquente d’ouvrages qu’elle peut immédiatement mettre à disposition des visiteurs. Cette collection sera complété par l’apport de livres personnes et de dons.Ils seront consultables sur place et les livres pourront être empruntés grâce à un registre tenu. Par ailleurs, j’animerai une séance mensuelle sur un livre élu à propos duquel le public intéressé pourra librement discuter de sorte qu’il en ressort des nouvelles idées et des possibilités de vie proposé par l’œuvre elle-même. Enfin, il s’agit par la même occasion d’explorer les possibilités de l’éloquence et de la rhétorique. Et pourquoi pas à fusionner avec l’atelier théâtre ou d’expression corporelle ?

Activités ponctuelles

Outre les ateliers permanents, nous souhaitons également réserver un espace qui soit disponible à l’organisation d’activités ponctuelles et tournées vers l’extérieur telles que des projections cinématographiques et photographiques, concerts acoustiques, soirées débats et autres petits événements pouvant tenir place dans le respect du lieu, du voisinage et des limites de l’espace disponible. Les membres de l’ASBL se réserveront le droit d’organiser ces activités de façon libre et apériodique, sur leur propre initiative.

Espace de travail
Au sein de l’accueil, nous souhaitons mettre à disposition un espace de travail polyvalent qui soit à la fois collectif et public. Ce lieu central permettra d’avoir un espace de réunion nécessaire au collectif tout comme il restera ouvert au public en dehors des moments de réunion, en proposant un espace de travail calme : mise à disposition de tables vouées à l’étude, à la discussion, au travail de groupe,au bricolage etc. L’organisation de cet espace sera avant tout du ressort du collectif mais sera également pourvu d’une charte d’utilisation destinée aux éventuels usagers extérieurs.

Donnerie-ressourcerie

Nous voudrions également consacrer un espace pour organiser une donnerie-ressourcerie d’objets et matériaux divers issus de la récupération, pouvant servir directement à la création ou pourvoir au besoin éventuels du tout-venant. Une permanence d’ouverture sera tenue afin de pouvoir déposer ou venir récupérer des matériaux à la donnerie-ressourcerie. Nous communiquerons à propos de ce projet au sein de nos réseaux et dans les quartiers alentours afin d’organiser au mieux la récup’ et d’en faire profiter au plus grand nombre. Récupération d’invendus alimentaires, table d’hôte et petit bar Nous avons aussi l’ambition d’organiser un réseau de récupération et de redistribution des invendus alimentaires, étant donné la quantité énorme de gaspillage alimentaire ainsi que la difficulté pour des certaines personnes de se nourrir dignement. À cette fin, nous envisageons de signer plusieurs contrats avec des chaînes de supermarchés, des boulangeries, des petits magasins ou des petits producteurs afin de récupérer la nourriture invendue et organiser au sein de l’espace une distribution certains jours de la semaine à des heures fixes. Un lieu de stockage sera prévu à cet effet.Les invendus seront donc accessibles au public durant les heures de permanences.En outre, nous voudrions organiser des tables d’hôtes hebdomadaires avec ces invendus. Pour cela,soit nous construirons une petite cuisine au sein de l’espace semi privé (cuisinière à gaz, évier,évacuation et raccord au robinet d’eau situé à l’étage), soit nous cuisinerons ailleurs et ramèneront la nourriture. Il s’agirait de proposer un repas à prix libre principalement vegan ou végétarien. Ces repas seront un bon moyen de s’autofinancer mais aussi et surtout de faire découvrir le projet tout
en faisant la promotion de nos activités. Nous pourrions également organiser des petits déjeuner sur le même principe, 1 à 2 fois par semaine entre 7h et 10h du matin par exemple

TROISIEME espace :
Ateliers artistiques, créatifs et informatiques - 315m²Cet espace se situe sur la gauche de l’espace accueil, lorsque l’on rentre par la porte de l’étage. Il sera séparé de l’espace accueil par des cloisons légères. Par cloisons légères nous entendons notamment les armoires des bibliothèques et ludothèque, des cloisons créatives sur roulettes pouvant servir de zone d’affichage. L’idée est de conserver une continuité avec l’espace accueil en évitant donc les cloisons fixes allant du sol au plafond. Cet espace contiendra des ateliers de peinture,photographie, sérigraphie, couture, etc. Les ateliers nécessitant beaucoup de lumière seront placés près des fenêtres. Certains seront séparés par des cloisons mobiles, pour conserver cette idée de modularité et d’ouverture. D’autres seront séparés par des cloisons en durs, permettant de les fermer pour éviter des venues non désirées et ainsi protéger des créations. L’espace contiendra aussi la salle informatique. Cette salle sera dans un espace qui peut être fermé à clefs, toujours dans cette idée de protéger les ordinateurs d’une maladresse pouvant coûter cher.

ATELIER PHOTO

Nous sommes deux jeunes photographes tous deux diplômés de l’ESA Le Septante cinq, travaillant à l’argentique comme au numérique et marqué par une approche documentaire du réel. Travaillant l’image comme le texte, nous cherchons souvent à travers nos travaux à questionner l’humain sur les relations qu’il entretien tant avec son environnement naturel que social. Dernièrement, suite à un voyage en Arménie, nous avons travaillé ensemble au projet d’édition d’un livre d’artiste ; portant notre regard sur les traces encore visibles à l’heure actuelle du tremblement de terre qui dévasta le nord du pays en 1988. Félix a également déjà remporté une résidence à la galerie Contretype pour son travail sur la "jungle" de Calais, réalisé plusieurs séances de studio, que ce soit avec des groupes de motards ou des réfugiés ; ainsi que donné quelques conférences sur son travail photographique. Lié d’une forte amitié, nous travaillons souvent ensemble, même sur nos sujets respectifs, et avons régulièrement émis l’idée de créer un collectif de photographes partageant une sensibilité commune.Pour un aperçu de nos travaux respectifs, voir les liens ci-dessous :
Félix Colardelle - Maxime De Coster

- Le projet A travers la création d’un atelier photo, nous souhaitons tout d’abord répondre au besoin d’un espace de travail commun satisfaisant à certaines exigences professionnelles, accessible au quotidien et potentiellement collectif, c’est-à-dire élargi à l’usage d’autres photographes qui souhaiteraient éventuellement nous rejoindre dans ce projet, dans les limites de l’espace disponible. Dans la mesure du possible encore, nous désirons également pouvoir ouvrir l’atelier photo à un public plus large, cela pourrait se présenter sous diverses formes comme par exemple des ateliers d’initiation au développement et au tirage argentique, des lectures de portfolio, des initiations à la retouche sur Photoshop, des séances de studio, etc.A cette fin nous désirons organiser un espace de travail comprenant : du matériel numérique tel qu’ordinateurs, scanner et imprimante ; des espaces d’accrochage et de visualisation tel que des murs et des tables ; un mini studio avec divers fond et lumières, une petite bibliothèque rassemblant des livres, des publications ou de la documentation en lien avec notre travail photographique. Un labo argentique comprenant : une chambre noire, et un espace pour des agrandisseurs, des cuves et un séchoir.

Selon la répartition de l’espace avec les autres ateliers et dans un premier temps, nous disposerons des tables pour le matériel numérique, des tables de "lecture", mettrons en place un système électrique, un éclairage adéquat et aménageront un mini espace studio. Dans un second temps, nous aménagerons un espace pour un labo argentique : il s’agira de créer une pièce à partir de matériaux
en bois qu’il faudra isoler de la lumière, aménager une arrivée d’eau ainsi qu’un système d’égout pour les cuves et prévoir un espace de séchage pour les tirages. Il n’est pas exclu que l’espace de travail et le labo argentique soient dissociés dans l’espace partagé si les dispositions du lieu s’y prêtent mieux (arrivée d’eau, luminosité etc.)

ATELIER PEINTURE - Louison

Fraîchement diplômée de l’école supérieure des arts Arts2 à Mons en option peinture, je suis également une formation en art-thérapie.Le projet L’atelier de peinture mis en place servira à la fois d’atelier privé, c’est-à-dire à la disposition d’artistes comme moi souhaitant y travailler et y avoir son propre espace de travail mais pourra également servir d’espace de formations.Pour ce faire, l’atelier contiendra chevalets, tables et matériels de peinture. Les formations données seront : D’une part une formation libre, avec une permanence hebdomadaire pour quiconque souhaite se familiariser avec les techniques de peintures. D’autres part, des ateliers de groupes pourront s’y faire(ou dans l’espace d’accueil selon la capacité du lieu) de type : ateliers créatifs pour enfants (à définir, mais pendant les vacances ou le mercredi après-midi) ou encore ateliers d’art-thérapie. Des après-midis dessin y seront également organisés afin de proposer des initiations aux techniques de base du dessin.

Atelier Textile
Camille – Styliste de formation Diplômée en stylisme à l’Institut Francisco Ferrer à Bruxelles,
j’ai ensuite terminé un bachelier en Histoire de l’Art à l’ULB et enfin, je termine actuellement un bachelier en ergothérapie à l’HELB Ilya Prigogine.Le projet Instaurer un atelier collectif travaillant autour du textile qui aura lieu dans la salle d’atelier. L’atelier sera aussi lié à l’ergothérapie. Il comporterait un ensemble de projets de courte ou longue durée tels que la Construction d’un métier à tisser : introduction au tissage, tissage collectif, incorporation de matières variées.La réalisation de Patchworks : association de matières récupérées, retravaillées (peinture sur tissu,broderie,…), réflexion sur son utilisation (décorative ou fonctionnelle).

Des initiations à la couture : les apprentissages se feront en fonction des attentes du groupes. Des ateliers libres durant lesquelles chacun à l’occasion de réaliser un projet personnel avec la promotion de l’entre aide. Et l’apprentissage d’un grand nombre de technique : macramé (bijouterie, ameublement,fonctionnel) , tissage sur carton, broderie,… On imagine pour cela un petit espace autonome avec un peu de matériel à disposition et de la documentation pour les instructions/ marches à suivre. Ces fardes pourront être complétées par tout personne le désirant. En ce qui concerne le matériel, la matière première sera constituée de récup, dons, marchés ou achats en gros (en fonction des besoins et des possibilités financières). Les outils sont (pour la base)déjà en notre possession ; machine à coudre et mercerie de base.

ATELIER ET SALLE INFORMATIQUE , Gabriel

Entamant ma 3ème année de bachelier à l’ESI (enseignement supérieur d’informatique), je m’intéresse au code et au monde des ordinateurs depuis mon adolescence et je sais comme il peut être difficile d’apprendre à programmer en autodidacte. C’est une des raisons qui me pousse à vouloir organiser des ateliers de programmation. J’ai envie de partager et d’échanger mes connaissances ; ainsi que de créer un espace et des moments conviviaux et détendus autour du code et du monde des nouvelles technologies. Le projet Le projet d’atelier numérique se définit en trois axes : le premier est l’Espace Public Numérique (EPN) ;le second est l’apprentissage de la programmation ; et le troisième est l’organisation d’ateliers/discussions autour du numérique. • Le concept d’espace public numérique correspond à celui définit par la Région Wallonne, soit "une structure de proximité ouverte à tous équipée de matériel informatique et connectée à Internet. Un EPN offre de l’accès et de l’apprentissage à l’informatique, à Internet et à la culture numérique sousune forme conviviale, coopérative et responsable." ( www.epndewallonie.be) On souhaite donc offrir un espace où toutes et tous peuvent venir utiliser du matériel informatique tel que des ordinateurs,profiter d’une connexion internet et pourquoi pas imprimer à prix réduit des documents. • En plus de cette fonction d’espace ouvert, des ateliers de programmation pour toutes et tous sont également prévus. Des modules seront mis en place en fonction des attentes et des niveaux de compétences des participant.e.s. Il s’agit de favoriser un développement personnel et/ou professionnel. En effet, la programmation est un exercice mental qui peut apporter beaucoup de plaisir et de satisfaction.

De plus, les compétences ainsi acquises sont prisées sur le marché de l’emploi. J’envisage de créer un ’Dojo’, soit un espace d’apprentissage de la programmation pour les enfants en se joignant à l’asbl CoderDojo Belgium qui se définit comme suit : "CoderDojo Belgium est une association sans but lucratif qui organise des sessions gratuites afin d’apprendre la programmation. aux jeunes de 7 à 18 ans, dans le cadre d’un club. Les Dojos sont conçus sur base volontaire."( www.coderdojobelgium.be). Cela permettrait d’avoir accès à du matériel fourni par l’association etprofiter de leur expérience dans l’enseignement de la programmation à un public jeune. Toutefois,nos ateliers ne seraient pas réservés au moins de 18 ans, loin de là ! • Enfin, des ateliers divers et variés pourraient être organisés, tels que : − des ’Install-party’ : assistance d’utilisateurs pour l’installation de Linux sur leur PC ; − des ’Cryptoparty/cafés vie privée’ : rencontres dédiées à la sécurité des données et aux différents aspects de la vie privée ; − des initiations à d’autres technologies numériques ; − des discussions/rencontres en fonction des demandes de personnes impliquées dans l’atelier numérique du Diamond Boart. Pour toutes questions : gabriel.breton@protonmail.com

Cinquième et sixième espaces : Sport et salle de musique/enregistrement - 344 m²

Cet espace se situera dans le bout du "L" formé par l’étage, tout à gauche de la porte d’entrée. Il y aura donc la salle de sports, pour y faire diverses activités telles que de la danse, yoga, self-défense,théâtre, etc. Le sol sera recouvert de tapis de sport pour éviter les blessures et marquer la frontière.On imagine utiliser des cloisons en accordéons (paravents) pour délimiter la salle de sports du reste de l’étage. L’intérêt d’y faire la salle de sports là-bas est que c’est à l’abri des regards, ce qui est important lors d’activités sportives ou en mixité choisie. C’est loin de l’accueil et permet donc de faire certaines activités comme de la danse en même temps qu’une projection de film dans l’accueil, par exemple. Au fond de la salle de sports, il y aura la salle de musique/enregistrement. L’intérêt d’y faire la salle de musique là-bas est que c’est facilement insonorisable, car il suffit de construire une cloison en dur entre les murs latéraux du bâtiment. Dans cette salle, il y aura tout le matériel nécessaire pour enregistrer et jouer de la musique.

Espace sport
Nous voudrions destiner un espace de plus de 300 m² à toute discipline que l’on pourrait qualifier de sport ou mouvement. Nous aménagerons cet espace avec des tatamis, des sacs de boxe, des poids,des miroirs et tout autre matériel nécessaire, au fur et à mesure. Cet endroit sera un espace disponible pour que des personnes expérimentées puissent y donner des cours afin de partager leur passion et leurs aptitudes. Les cours seront donc entièrement bénévoles comme toutes les activités du centre et serviront uniquement à améliorer le projet intégral du bâtiment. Nous demanderons une participation à prix libre pour chaque activité sportive permettant à tous et toutes de venir participer même si ces derniers n’ont pas de moyens financiers. L’argent récolté par ceux qui donneront une participation sera gardé dans une caisse spécifique à l’activité en question permettant ainsi d’investir dans le matériel requis pour mener à bien l’activité. L’argent récolté au furet à mesure des cours nous permettra d’investir dans des tapis de sol par exemple, qui permettront aux participants d’être plus confortables aux cours suivants. Les besoins matériels et la gestion des finances seront réglés par l’ASBL durant les assemblées et tous les membres qui les composeront.Nous discuterons également lors des assemblés des nouvelles activités qui seront acceptés ou non et veilleront à l’harmonie des horaires de la salle de sport mais également des autres activités du centre. Bien entendu, nous ferons particulièrement attention aux questions de sécurité des participants, ce point sera pour nous une priorité.

Arno – rappeur & musicien

Après avoir fait des études de communication à l’ULB ainsi que sociologie à l’Université Saint Louis j’ai entamé une formation professionnalisante à l’IFAPME. En parallèle, j’écris aussi des textes de rap.Au-delà des clichés qu’on peut s’en faire, le rap sait aussi être sincère, véhiculer des émotions fortes et partager un message intelligent. Le maniement des mots et de la rime en font à mes yeux une véritable poésie. Enfin, le rap, c’est souvent aussi la voix des opprimés que personne ne représente.A travers mes textes, c’est un vécu personnel, des réflexions et une envie de transmettre ces émotions que j’ai envie de partager.

Thomas musicien
Diplômé en Sociologie à l’ULB, je travaille déjà depuis plusieurs années auprès de Radio Campus pour qui j’effectue en partie la programmation, quelques émissions, le site ainsi que certains enregistrements. Passionné de son et de musique, je suis également musicien.Le projet

Ensemble nous avons le projet de construire un studio d’enregistrement de rap à côté de la salle de sport. Pour se faire nous aurons besoin de pas mal de moyens financiers comprenant l’isolation sonore totale de la pièce, les logiciels, les micros, les enceintes et l’ordinateur comprenant une carte son de qualité. Nous allons donc organiser des soirées de rap de soutien avec les personnes impliquées dans le projet dans d’autres lieux de Bruxelles afin de récolter les fonds nécessaires. C’est un projet qui pourra mettre un certain temps avant d’être réalisé car il demande une certaine logistique et préparation contrairement à certaines activités qui pourront démarrer dès l’installation de l’électricité. Le but sera de proposer un espace d’expression pour les jeunes et les moins jeunes en organisant des sessions collectives de rap ainsi que des sessions individuelles pour ceux qui souhaitent enregistrer leur son mais qui n’ont pas les moyens de se payer les frais d’un studio d’enregistrement. Comme les autres activités du centre, nous demanderont une participation libre à celles et ceux qui viennent utiliser l’espace afin d’aider le projet à s’autonomiser.

ET BIEN PLUS ENCORE !

https://www.gofundme.com/soutien-nouveau-centre-social (APPEL A CROWFOUNDING ICI !!!)


posté le 12 octobre 2018  par ASBL ACCROCHE  Alerter le collectif de modération à propos de la publication de cet article. Imprimer l'article
Liste des documents liés à la contribution
capture-3.jpg
accroche.jpg

Commentaires
  • chelou les cv des gens. Vous avez vos papiers sur vous j’espère..............

  • Ceci est un projet ouvert et transparant, n’en déplaise. Il me parait difficile de demander un appel au don sous l’anonymat. Ceci est un extrait du dossier envoyé au foyer du sud. Il ne nous paraissait pas nécessaire d’avoir à créer un autre texte retravaillé pour qu’il plaise à tout lecteur d’indymedia (peut être seul une IA programmée en fonction de toutes les complaintes, critiques des différent-e-s internautes en serait capable). Il n’y a donc pas de double discours. Il ne s’agit pas ici d’idéaliser les personnes mais bien d’expliquer d’où viennent la création des différents projets et aussi à qui s’adresser si l’on est intéressé par l’une ou l’autre chose.
    Enfin merci d’être toujours aussi constructif en jugeant sur les formes sans jamais voir le positif des dynamiques qui se lancent...

  • woaw, ca fait flipper... et en plus, vous demandez du fric ici, sans aucune gene... eeeh be. centre social hum hum pourquoi pas un partenariat avec les centres publics d aide sociale ? ca pue vraiment la merde votre truc. au cas ou ca se ferait, je vous souhaite bris de vitres et cambriolages, a minima...

  • agression maximale imminente, on sait pas trop pourquoi, toujours cette haine et cette connerie qui se déverse, a croire que des flics sont payés pour venir insulter toute initiative. C’est un extrait du dossier officiel, evidemment qu’il est ecrit pour "plaire" aux autorités , on dirais que tu débarque sur terre toi ..Mais serieux etouffez vous dans votre vomi de haine et continuer a rien faire , si ce projet vous plait pas rien n’empeche que vous fassiez autre chose , mais non c’est lus facile de venir menacer les gens anonymement sur indymedia. Pauvre connards

  • Mais ces personnes ne feront rien c’est précisément l’objet de leur frustration :)
    Moi je trouve ça plutôt positif en fait ces réactions. Quand j’ai lu le dossier, rien ne m’a vraiment frappé aux yeux personnellement, mise à part peut être les diplômes mais bon là encore ça montre simplement le parcours et les orientations qui ont conduit à vraiment commencer à faire du social ou du culturel, même si pour moi c’est la face de la même pièce.

    En fait moi je trouve ça génial que le projet soit aussi ouvert et transparent. Il y a une partie de puristes qui ne vont pas aimer parce qu’ils y a des noms ahhaha :D ! Il y en a aussi qui vont détester parce qu’il y a un crowfounding (=Argent=ATTENTION). Ce qui veut dire qu’avec un peu de chances tous les sectaires et chieuses vont peut être, c’est fois ci, s’abstenir et rester chez eux laissant la place à plein d’autres personnes, dans le besoin ou non, participer à nos activités et en proposer d’autres. Ils resteront derrière leur ordi à quiner sur indymedia avec leur derniers potes entre deux prosacs c’est juste parfait et nous on sera Liiiiibre ! C’est génial !

    Maintenant je vais te dire deux choses. Concernant le financement. Comment est ce que tu fais pour faire toute une installation éléctrique, un studio d’enregistrement et une salle de construction sans financement ? Est ce que tu penses franchement que ce que les gens ont mis dans les prix libre de nos différentes activités ces dernières années ont suffit ? Tu penses peut être que faire des appels à chantiers ou à matériels ont suffit à avoir ce dont on avait besoin en matériel et en bras motivés. Ah ah. Nous sommes obligés de multiplier les initiatives si nous voulons pouvoir réaliser toutes ces choses, je ne vois pas ici de problème en fait. Les gens qui ont les moyens peuvent faire un geste et mettre dans le chapeau, pour ensuite jouir de notre temps libre consacrer entièrement à du bénévolat pour que tous et toutes pour apprendre, jouer, construire, libre, écouter, savoir et faire. Si tu y réfléchis vraiment, il n’y a rien de plus anarchiste que cela, nous n’avons pas vendu notre âme. Quant aux menances, je préférerai que l’on me les formule en face, loin de la lâcheté habituel, afin que je sâche quoi en faire sur le moment.
    Cela dit, c’est bien possible aussi que ça soit des trolls d’un autre bord qui s’en donnent à coeur joie. ;)

  • la personne qui a écrit ça : "ca pue vraiment la merde votre truc. au cas ou ca se ferait, je vous souhaite bris de vitres et cambriolages, a minima..." c’est quoi ton problème ?
    Parle parle parle :-) ou viens le faire ;-) mais ça changera pas tes conditions d’existances, ça fera pas avancer tes luttes, ça servira à rien.

    En vrai j’comprend que ce texte/dossier puisse mettre mal à l’aise, moi même qui suit du groupe qui l’a écrit, suis mal à l’aise de le voir en place publique comme ça car il était à destination de personne qui se réunissent en conseil d’administration ... bref pas grave, ça permet de faire jacasser et la dessus notre si beau milieu (cf lettre au milieu militant) est très bon pour cela !

    On essaye ici une autre approche, après des années d’expulsions, de temps et d’énergies perdues dans des lieux condamnés. On chope un batiment et on réussit à avoir un contrat, et grace au fait qu’on se fait pas tej au bout de 3 semaines, on peut commencer à faire des projets sur le long terme. Bah oui ça parait con mais c’est aussi simple que ça : ne plus vivre à court terme et voir systématiquement ce que l’on crée se faire détruire par les expulsions. Vous pensez que font comment les lieux qui tiennent depuis longtemps ? Sans fric ? Sans arrangement avec des proprios ? Y’a malheureusement pas beaucoup d’exemples à BXL de lieux qui tiennent depuis full time sans n’avoir jamais eu un contrat d’occup, ne serait-ce qu’un informel.

    Y’a qu’a prendre Acrata, on est toutes et tous content.e.s que cette bibli existe et pour cela il faut des thunes et un contrat avec un proprio ...
    Bref, si le batiment s’ouvre, on en discutera, des critiques et tout comme des points positifs, pas de soucis ;-)
    Le monde s’enfonce dans les ténèbres et on a besoin de tout type d’initiatives ... Si ça vous plait pas, svp essayez autre chose, l’important c’est qu’on se bouge tant qu’il est encore temps

  • Non mais je rêve ??? Ce texte était destiné à un PROPRIO, c’est du blabla !!! Il n’est pas question de proclamer un représentant par atelier ! Tout ça c’était une manière de mettre nos idées au clair, mais SI ON M’AVAIT DEMANDE MON AVIS AINSI QU’AUX AUTRES COPAINES CONCERNES jamais je n’aurai présenté ça ici !!
    Purée quoi enlevez ça qu’on puisse réellement expliquer le projet !!!!!

  • vous prenez pas trop la tête ...
    au moins les choses sont claires.

    ce qui sera réalisé dans l’espace sera quelque part
    entre ce que vous donnez à lire et ce dont vous rêvez.

    ce qui est certain c’est qu’avec toutes ces occupations précaires, plus ou moins temporaires, acceptées et évacuées au bout du compte,
    la force politique de toutes les occupations s’évapore...

  • c’ki nous énèrvent, c’est les temps qui changent les gens qui se plient qui sympatise avec ceux qui nous déguoutte en faisant patte blanche...

Avertissement

Les commentaires ont pour objectif de compléter l’information donnée dans l’article, argumenter, apporter une interrogation ou un questionnement par rapport au sujet de la contribution. Les avis personnels qui n’apportent rien de plus à l’article pourront être considérés comme discussion de forum ne répondant pas aux objectifs pré-cités.Tout commentaire ne répondant pas à ces objectifs, ou étant contraire aux règles éditoriales sera supprimé définitivement du site.

Lien vers la politique éditoriale du collectif


Saisissez votre commentaire

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

www.indymedia.org
africa
Ambazonia Canarias estrecho / madiaq Kenya Nigeria South Africa
canada
London, Ontario Maritimes Montreal Ontario Ottawa Quebec Thunder Bay Vancouver Victoria Windsor
east asia
burma Jakarta Japan Korea Manila QC Saint-Petersburg
europe
Abruzzo Alacant Andorra Antwerpen Armenia Athens Austria Barcelona Belarus Belgium belgrade Bristol Brussels Bulgaria Calabria Croatia Cyprus emilia-romagna estrecho / madiaq Euskal Herria Galiza Germany grenoble Hungary Ireland Istanbul Italy La Plana Liege liguria Lille linksunten lombardia London Madrid Malta Marseille Nantes Napoli Netherlands Nice Northern England Norway Nottingham Oost-Vlaanderen Paris/Île-de-France Patras Piemonte Poland Portugal Roma Romania Russia Sardegna Scotland Sverige Switzerland Torun Toscana Toulouse Ukraine United Kingdom Valencia
latin america
Argentina Bolivia Chiapas Chile Chile Sur CMI Brasil CMI Sucre Colombia Ecuador Mexico Peru Puerto Rico Qollasuyu Rosario santiago Tijuana Uruguay Valparaiso Venezuela
oceania
Aotearoa Brisbane burma darwin Jakarta Manila Melbourne Perth QC Sydney
south asia
India Mumbai
united states
Arizona Arkansas Asheville Atlanta Austin Austin Indymedia Baltimore Big Muddy Binghamton Boston Buffalo Charlottesville Chicago Cleveland Colorado Columbus DC Hawaii Houston Hudson Mohawk Kansas City LA Madison Maine Miami Michigan Milwaukee Minneapolis/St. Paul New Hampshire New Jersey New Mexico New Orleans North Carolina North Texas NYC Oklahoma Philadelphia Pittsburgh Portland Richmond Rochester Rogue Valley Saint Louis San Diego San Francisco San Francisco Bay Area Santa Barbara Santa Cruz, CA Sarasota Seattle Tampa Bay Tennessee Urbana-Champaign Vermont Western Mass Worcester
west asia
Armenia Beirut Israel Palestine
process
FBI/Legal Updates Mailing Lists Process & IMC Docs Tech Volunteer
projects
Print Radio Satellite TV Video
regions
United States
topics
Biotech

copyleft Copyleft Indymédia (Independent Média Center). Sauf au cas où un auteur ait formulé un avis contraire, les documents du site sont libres de droits pour la copie, l'impression, l'édition, etc, pour toute publication sur le net ou sur tout autre support, à condition que cette utilisation soit NON COMMERCIALE.

RSS articlesRSS articles |  Site réalisé avec spip 3.1.7 [23768]
Top