RSS articles
Français  | 
DROIT DE MANIFESTER - arrestations abusives posté le 15/12/18 - Local
Ennemi du Peuple posté le 14/12/18 - Local
Action anonyme ? posté le 14/12/18 - Local - 1 commentaire
Les Gilets Jaunes, l’économie morale et le pouvoir posté le 13/12/18 - Local - 5 commentaires
Ne filmons pas posté le 13/12/18 - Local
Procès contre des anarchistes en Belgique : la date est fixée. posté le 12/12/18 - Local - 1 commentaire
La pub, on accepte toujours pas posté le 10/12/18 - Local - 1 commentaire
Gilets jaunes : Feluy is burning posté le 10/12/18 - Local
[VIDEO] Ici on trie des êtres humains... posté le 08/12/18 - Local

1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7

Enfance occupée : Ahed Tamimi parle de sa vie en prison et après sa libération
posté le 23/10/18 Mots-clés  antifa 

« Je suis un enfant de l’occupation israélienne. Elle a toujours été là. Mon premier vrai souvenir est celui de l’arrestation de mon père en 2004 et de ma visite en prison. À l’époque, j’avais trois ans. Il a depuis été arrêté à deux reprises. L’année dernière, à l’âge de 16 ans, j’ai également été arrêtée lors d’un raid nocturne pour avoir giflé un soldat qui se tenait dans notre cour. J’ai été condamnée à huit mois dans une prison israélienne.

« La vie derrière les barreaux a été très dure. Les gardes nous réveillaient à 5h30 du matin pour nous compter et à 8h du matin, ils revenaient fouiller les cellules. Nos portes étaient ouvertes à 10h30, pour le petit déjeuner. Ensuite, nous allions dans les autres pièces, où je pouvais parler à mes codétenus. Nous étions environ 25. Nous n’avions pas le droit de sortir et nous nous promenions dans une grande salle pour faire de l’exercice. Avec les autres filles, j’ai essayé de former des groupes d’étude, mais l’administration pénitentiaire ne l’a pas encouragé et a démantelé la classe. A la place, nous lisions des livres et j’ai réussi à passer mes examens de fin d’année en prison. Seule ma famille proche a été autorisée à me rendre visite, des visites limitées à 45 minutes à travers une vitre tous les deux mois.

« Après mon arrestation, je suis devenue le symbole de l’occupation, mais il y a 300 autres enfants dans les prisons israéliennes dont personne ne connaît l’histoire. Nurhan Awwad a été arrêtée à l’âge de 16 ans et condamnée à 13 ans de prison. On dit qu’elle a essayé de tuer un soldat. Nurhan se promenait avec son cousin, qui a été tué sous ses yeux par balle. Les forces de sécurité israéliennes ont également tiré sur Nurhan, qui a dû être hospitalisée. De là, ils l’ont emmenée en prison avec une peine de 13 ans. Elle a 18 ans aujourd’hui. La plus jeune fille en prison est Hadia Arainat. Elle a 16 ans et a déjà fait trois ans de prison ; elle devrait être libérée dans quatre mois. Ils disent qu’elle aussi a essayé de tuer un soldat ; elle se rendait à l’école à Jéricho au moment de son arrestation.

« Depuis que j’ai été libérée le 29 juillet, je suis devenu une porte-parole de la cause palestinienne, ce qui n’est pas facile. Ce rôle entraîne beaucoup de responsabilité et de pression. En parallèle, je suis condamnée à une peine de cinq ans avec sursis ; si je dis quelque chose qu’ils n’aiment pas, je peux être emprisonnée pendant huit mois supplémentaires. Je dois être prudente. Les gens me demandent souvent où je trouve la force et le courage de faire face à l’occupation, mais je vis une situation qui me force à être forte. Bien sûr, c’est également dû à l’influence de mes parents. Ils restent ma plus grande inspiration. Pourtant, je pense que tout le monde dans mon village est comme moi ; je ne suis pas unique. Est-ce que je souhaite parfois pouvoir simplement me laisser aller et ne pas être forte ? Non, sous occupation, vous devez être fort. J’ai toujours défié ma peur et trouvé la force dont j’avais besoin.

« S’il n’y avait pas d’occupation et que la Palestine était un pays normal, je m’installerais à Acre, je vivrais au bord de la mer et j’irais nager. Je ne l’ai fait qu’une fois, même si l’eau n’est qu’à 30 km de chez moi. Il y a quelques années, pendant le ramadan, Israël nous a donné la permission de visiter Jérusalem. Ce jour-là, mon père nous a emmenés, nous les enfants, à la mer. Nous avions peur, bien sûr, parce que c’était illégal - le permis dont nous disposions ne nous permettait de rester à Jérusalem que quelques heures, mais mon père était déterminé.

« Je veux être une fille de 17 ans normale. J’aime les vêtements, j’aime le maquillage. Je me lève le matin, je consulte mon compte Instagram, je déjeune et je marche dans les collines autour du village. Parfois, je vais à Ramallah avec des amis pour jouer au bowling, manger des glaces et aller au restaurant - mais je ne suis pas une adolescente normale. Mes parents ont fait de la prison, tout comme moi, et maintenant mon frère aîné, Waed, est également emprisonné. Si j’étais autorisée à être une adolescente normale vivant dans un pays normal, je ferais du sport. Je voulais devenir joueur de football mais je ne joue pas ici parce que nous n’avons pas le temps. Au lieu de cela, je participe à des manifestations et à des confrontations avec l’armée israélienne depuis que je suis enfant. Beaucoup critiquent cela, mais pourquoi ne pas critiquer l’armée qui se met devant des enfants ? Sous l’occupation, tout est un crime. Les gens ne devraient pas nous accuser ; c’est l’occupation qui a tort.

« Tout ce que nous, les Palestiniens, faisons est en réaction contre l’occupation. Je ne vois aucun signe d’amélioration. Au contraire, les colonies continueront à se développer et il y aura encore plus de postes de contrôle ; c’est ce que je vois dans trois ans en Cisjordanie . Pourtant, nous aspirons toujours à ce qu’un jour nous vivions dans une Palestine libre. Deux États ne se réaliseront jamais. Nous pensions que les accords d’Oslo (signés en 1993 et 1995) constitueraient un pas en avant pour atteindre cet objectif - mais voyez la situation aujourd’hui.

« Maintenant que j’ai terminé mes études secondaires, je veux étudier le droit, mais je ne sais pas où. Je rêve de travailler au niveau international, dans cinq ans, en faisant une sensibilisation de haut niveau pour la Palestine et en prenant la parole devant la Cour pénale internationale à La Haye.

« Je comprends que j’ai ce rôle maintenant, mais je n’ai plus de vie privée. Parfois, j’ai l’impression de me perdre - ma personnalité. Les gens me demandent comment était la vie en prison, mais j’aimerais ne pas avoir à en parler. Je veux juste oublier. »

Le 15 décembre 2017, Ahed Tamimi a été filmée en train de gifler un soldat israélien après que son cousin, âgé de 15 ans, ait été touché à bout portant avec une balle en acier recouverte de caoutchouc. La vidéo de l’incident a fait le tour du monde et Tamimi a été arrêtée quatre jours plus tard chez elle à Nabi Saleh. Elle a été condamnée à huit mois de prison et à une amende, dans le cadre d’un contrat de plaidoyer qui l’a condamnée à plaider coupable d’agression, d’incitation à la haine et d’obstructions aux soldats. Tamimi fut l’une des 1.467 mineurs palestiniens arrêtés par l’armée israélienne en 2017.


posté le 23 octobre 2018 Alerter le collectif de modération à propos de la publication de cet article. Imprimer l'article
Liste des documents liés à la contribution
ahed_tamimi_latu(...).jpg


Commentaires

Les commentaires de la rubrique ont été suspendus.

www.indymedia.org
africa
Ambazonia Canarias estrecho / madiaq Kenya Nigeria South Africa
canada
London, Ontario Maritimes Montreal Ontario Ottawa Quebec Thunder Bay Vancouver Victoria Windsor
east asia
burma Jakarta Japan Korea Manila QC Saint-Petersburg
europe
Abruzzo Alacant Andorra Antwerpen Armenia Athens Austria Barcelona Belarus Belgium belgrade Bristol Brussels Bulgaria Calabria Croatia Cyprus emilia-romagna estrecho / madiaq Euskal Herria Galiza Germany grenoble Hungary Ireland Istanbul Italy La Plana Liege liguria Lille linksunten lombardia London Madrid Malta Marseille Nantes Napoli Netherlands Nice Northern England Norway Nottingham Oost-Vlaanderen Paris/Île-de-France Patras Piemonte Poland Portugal Roma Romania Russia Sardegna Scotland Sverige Switzerland Torun Toscana Toulouse Ukraine United Kingdom Valencia
latin america
Argentina Bolivia Chiapas Chile Chile Sur CMI Brasil CMI Sucre Colombia Ecuador Mexico Peru Puerto Rico Qollasuyu Rosario santiago Tijuana Uruguay Valparaiso Venezuela
oceania
Aotearoa Brisbane burma darwin Jakarta Manila Melbourne Perth QC Sydney
south asia
India Mumbai
united states
Arizona Arkansas Asheville Atlanta Austin Austin Indymedia Baltimore Big Muddy Binghamton Boston Buffalo Charlottesville Chicago Cleveland Colorado Columbus DC Hawaii Houston Hudson Mohawk Kansas City LA Madison Maine Miami Michigan Milwaukee Minneapolis/St. Paul New Hampshire New Jersey New Mexico New Orleans North Carolina North Texas NYC Oklahoma Philadelphia Pittsburgh Portland Richmond Rochester Rogue Valley Saint Louis San Diego San Francisco San Francisco Bay Area Santa Barbara Santa Cruz, CA Sarasota Seattle Tampa Bay Tennessee Urbana-Champaign Vermont Western Mass Worcester
west asia
Armenia Beirut Israel Palestine
process
FBI/Legal Updates Mailing Lists Process & IMC Docs Tech Volunteer
projects
Print Radio Satellite TV Video
regions
United States
topics
Biotech

copyleft Copyleft Indymédia (Independent Média Center). Sauf au cas où un auteur ait formulé un avis contraire, les documents du site sont libres de droits pour la copie, l'impression, l'édition, etc, pour toute publication sur le net ou sur tout autre support, à condition que cette utilisation soit NON COMMERCIALE.

RSS articlesRSS articles |  Site réalisé avec spip 3.1.7 [23768]
Top