RSS articles
Français  | 
Avis de tempêtes #12 posté le 16/12/18 - Local
DROIT DE MANIFESTER - arrestations abusives posté le 15/12/18 - Local
Ennemi du Peuple posté le 14/12/18 - Local
Action anonyme ? posté le 14/12/18 - Local - 1 commentaire
Les Gilets Jaunes, l’économie morale et le pouvoir posté le 13/12/18 - Local - 6 commentaires
Ne filmons pas posté le 13/12/18 - Local
Procès contre des anarchistes en Belgique : la date est fixée. posté le 12/12/18 - Local - 2 commentaires
La pub, on accepte toujours pas posté le 10/12/18 - Local - 1 commentaire
Gilets jaunes : Feluy is burning posté le 10/12/18 - Local
[VIDEO] Ici on trie des êtres humains... posté le 08/12/18 - Local

1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7

Avec les Gilets Jaunes — Aux militant.e.s des luttes pour l’émancipation
posté le 30/11/18 par Un Gilet Jaune Mots-clés  luttes sociales 

à BXL, en fRance et partout ailleurs

Cela fait des années que nous entendons dans nos manifs « Ou alors ça va péter ». Il se peut bien que les Gilets jaunes ramènent enfin l’espoir que cela puisse péter. Et pas seulement sur la plus belle avenue du monde. Et déjà cet acquis : une bien probable mise en sourdine de l’arrogance d’un pouvoir à la solde des classes les plus favorisées. Avant de peut-être prendre congé.

— Avec les Gilets Jaunes —
Aux militant.e.s des luttes pour l’émancipation

***

Tout ce qui bouge n’est pas rouge fut ma première pensée à l’annonce d’un mouvement de Gilets Jaunes (GJ).

Comme d’autres mobilisé.e.s à l’occasion des appels de gauche, j’accordais cette fois-ci peu de crédit à ce début de mouvement « citoyen » dont l’emblème du gilet jaune suffisait à discréditer ce qui allait se produire.

La poursuite des actions des GJ les jours qui ont suivi la journée du 17 novembre 2018 a eu raison de mes présupposés initiaux.

Mes questionnements ont trouvé quelques éléments de réponse lors de rencontres réalisées aux cours de rendez-vous des GJ et de discussions avec quelques « camarades » de gauche sceptiques face à ce mouvement.

Les lignes suivantes exposeront quelques points aveugles de ces derniers depuis mes premiers pas parmi les Gilets jaunes.

  • #1 : Se mobiliser contre une taxe sur l’essence est un prétexte d’automobiliste individualiste

Il m’est rapidement apparu comme une évidence qu’il était question de bien plus que cela. Parler de la goutte d’essence qui a fait déborder le plein de colère me paraît déjà plus proche de ce qui a motivé la mobilisation de militants improvisés.

Lors des rendez-vous des GJ durant lesquels des inconnu.e.s s’abordent pour parler de politique, certaines évidences semblent partagées : l’injustice fiscale, l’accaparement des richesses par quelques un.e.s, l’appauvrissement des classes populaires et la dénonciation d’une élite dirigeante coupée des réalités et besoins du peuple.
Des énoncés tel qu’ont pu en produire les nuits-deboutistes, eux-mêmes précédés d’invariants de gauche.
A quelque chose prêt que cette fois-ci, le discours et les actes prennent corps simultanément.
Une certaine lucidité s’empare de chacun.e.
On parle de ses fins de mois difficiles, de ces salaires qui garantissent à peine la survie. On n’y parle pas seulement de soi.

Il émerge pour certain.e.s un véritable sentiment d’appartenance à cette classe sacrifiée au nom de l’économie. La colère semble d’autant plus profonde que les années de sacrifices ne se comptent même plus. Sacrifices qui n’auront jusqu’à présent pas sorti le pays et encore moins le monde de ses misères.

Aussi une certaine radicalité dans la volonté d’agir s’affirme dès lors qu’il s’agit de ne plus simplement accepter le cours choses. Un sentiment partagé de ne plus rien avoir à perdre face à l’arrogance d’un pouvoir soude ces communautés de lutte ralliées sous un gilet jaune. L’objectivation des conditions de vie matérielle corrélée à la subjectivation d’une condition partagée de sacrifié-e-s par le pouvoir et pour l’économie constituent les prémices d’un combat par et pour une classe.
Retenons aussi de l’histoire que les épisodes révolutionnaires de 1789, 1917, en passant par le récent « Printemps arabe », ont en commun d’avoir eu pour facteurs déclencheurs des revendications liées à la subsistance et la contestation de la légitimité du pouvoir en place.

  • #2 : Où sont les gilets jaunes pendant que nous luttons habituellement ?

Si certain.e.s prennent part à un combat politique pour la première fois, d’autres figurent parmi les habitué.e.s des défilés syndicaux. Hormis une simple vue d’esprit rien ne permet réellement d’établir une ligne infranchissable entre les Gilets jaunes et les autres familiers des mobilisations sociales.

L’orientation de ce mouvement s’inscrit en revanche dans la discontinuité des luttes sociales des années constitutives à l’affaiblissement du syndicalisme de lutte face à l’offensive d’un capitalisme débridé. L’impuissance actuelle des syndicats est un constat partagé par la grande majorité d’entre nous.

Qui des présent.e.s à chaque appel à défiler contre une énième mesure en défaveur des travailleurs.euses, des classes populaires ou des services publics pensent réellement que le gouvernement va nous entendre ? Qui pense sincèrement encore qu’en étant plus nombreu.x.ses à la prochaine manif le gouvernement pliera enfin ?

Pourtant il y a des grèves, des blocages économiques, des solidarités en actes et de la bravoure du côté du cortège de tête. Mais tout cela n’entame en rien la détermination des gouvernements successifs à faire payer à la population la crise structurelle du capitalisme.

Ces moments passent pour de simples « grognes sociales », sous la houlette de syndicats dont les multiples trahisons ont déjà eu raison de leur crédibilité à changer le cours des choses. Pourtant l’engagement de participant.e.s aux luttes émancipatrices parmi les GJ pourrait être décisif si l’offensive en cours devait atteindre un point de basculement.

Les dernières mobilisations contre la loi travail ont rappelé l’intransigeance du pouvoir prompt à étouffer la moindre contestation par son arsenal répressif.

L’intervention des Gilets jaunes, spontanée, décentralisée, organisée à la base et déterminée dans l’action confère une réelle indiscipline au mouvement face à un pouvoir coutumier des tables de négociation avec les « partenaires sociaux ».

Et s’ils.elles étaient malgré tout considéré.e.s comme les grands absents de nos luttes passées, il se peut bien que c’étaient eux.elles que nous attendions.

  • # 3 : Ces Gilets jaunes n’ont pas vraiment de conscience politique

Ce préjugé induirait que la pensée et l’acte politique seraient réservés à quelques un.e.s, plus éclairé.e.s que d’autres. La politique est l’affaire de n’importe qui. Dès lors qu’un individu conteste ses conditions de vie, il se situe déjà dans le politique. Passer à l’action politique à l’occasion de blocages réalisés contre l’État et l’ordre de l’économie, c ’est avoir conscientisé en amont la nécessité de s’opposer à une attaque de plus menée par la classe dirigeante.

Le slogan « Macron démission » suffit à révéler jusqu’où peut conduire la plus noble conscience politique.

Accumuler de la théorie critique ne suffit pas. Si elle peut éclairer l’action, elle n’en est pas l’interrupteur.

  • # 4 : Ils-elles se battent pour leur pouvoir d’achat et ils-elles n’ont rien à carrer de l’écologie

Tenir pour responsable le consommateur du désastre écologique, c’est oublier l’essentiel : la pollution est induite par la production de ce que nous consommons. Et le capitalisme induit de polluer toujours plus.

Le souci de la question écologique est aujourd’hui largement répandu, que l’on soit Gilet jaune ou pas encore.

Au cours des rassemblements des Gilets, le bon sens écologique est manifeste : « qu’ils développent les transports en commun ! », « combien de lignes de train supprimées ? », « ils viennent nous parler d’écologie alors qu’ils n’ont pas interdit le glyphosate ! », « certaines années Total ne paie même pas l’impôt sur les sociétés en France ! ». Refuser le fardeau financier de l’écologie quand on peine déjà à joindre les 2 bouts, relève d’une louable conception de la justice fiscale.
Aussi, si le pouvoir d’achat figure parmi les énoncés, les témoignages laissent entendre qu’il s’agit avant tout de pouvoir vivre dignement et de s’octroyer quelques loisirs. Vivre et ne pas seulement survivre.
Assurément nous sommes loin de désirs consuméristes ou du pouvoir de nuisance de ces riches qui polluent la planète.

  • # 5 : Je ne m’associerai pas à ce mouvement aux relents nationalistes et aux gestes xénophobes, homophobes, sexistes...

Que de tels gestes xénophobes du fait d’une minorité aient lieu, devraient motiver n’importe quel.le anti-fasciste à rejoindre cet espace de composition politique afin de combattre les paroles et les actes les plus détestables. La même motivation devrait animer l’anti-sexisme dans ce moment rendant possible l’écho de nos luttes spécifiques.
Ma participation à ce mouvement devait-elle être remise en cause par la présence du drapeau français et de la Marseillaise, symboles rances de la République, davantage associés aux courants conservateurs qu’à ceux de l’émancipation ?

Lors de l’action de péage gratuit à la Gravelle rassemblant environ 300 personnes, un drapeau français était ponctuellement visible.

Si cela peut en effrayer quelques un.e.s, la victoire de la Coupe du monde 2018 leur a sans doute fait penser à une insurrection de nationalistes.

Et si la Marseillaise a été entonnée à l’occasion de l’opération « péage gratuit » à la Gravelle, le seul tract diffusé ce jour-là était "Le chant des partisans" dédié à Macron.

***

Cela fait des années que nous entendons dans nos manifs « Ou alors ça va péter ». Il se peut bien que les Gilets jaunes ramènent enfin l’espoir que cela puisse péter. Et pas seulement sur la plus belle avenue du monde. Et déjà cet acquis : une bien probable mise en sourdine de l’arrogance d’un pouvoir à la solde des classes les plus favorisées. Avant de peut-être prendre congé.

Un Gilet Jaune


posté le 30 novembre 2018  par Un Gilet Jaune  Alerter le collectif de modération à propos de la publication de cet article. Imprimer l'article
Liste des documents liés à la contribution
gilets-jaunes-bx(...).jpg

Commentaires
  • 2 décembre 19:39

    LA POLICE AVEC NOUS ! ? ! ? ?

    c’est gonflé de dire ça quand les flics en ont pris plein la gueule et nous aussi !

    peut etre que vous préférez macron goupil cohn bendit ou bhl ? ou meme macron ?

    solidarité avec les révoltes, et contre les intellos qui jugent les luttes des AUTRES derrière leurs ordis !

  • 2 décembre 21:05, par VSGCI

    « solidarité avec les révoltes, et contre les intellos qui jugent les luttes des AUTRES derrière leurs ordis ! »

    Refrain connu de la part de certains petits-bourgeois gauchistes, qui attisent tout et n’importe quoi alors qu’on peut se poser la question de savoir s’il y a réellement lutte en l’occurrence.

    « Révolte » ? Chez les Gilets jaunes ? Où ça ? Il n’y a bien qu’à l’extrême-Droite que l’on tient ce genre de propos ! Il n’y a pas de révolte chez les Gilets jaunes, juste un mécontentement suffisamment fort pour que quelques-uns - très peu - cherchent à l’exprimer. Parce qu’en plus, sur une classe ouvrière qui doit raser les vingt millions en France, il y a… 150 000 Gilets jaunes dans tout le pays ! Et une bonne partie des Gilets jaunes n’ont rien à voir avec la classe ouvrière : petits patrons, artisans…

    La révolte, ça passe par la contestation des institutions, des patrons, de l’Etat : là elle est absente, totalement ! « Macron démission », vraiment ? Pour mettre quoi à la place ? Mais la même chose sous une autre forme, monseigneur !

    « Les intellos qui jugent les luttes des AUTRES » ? Non, ceux qui ont compris qu’il n’y a rien à sortir de ce mouvement, rien d’autre que des coups pour les salariés, et heureusement qu’il y a des gens pour réfléchir ! Et comment doit-on qualifier les petits-bourgeois qui nous appellent à participer à un mouvement qui non seulement est une impasse, mais est aussi un piège ? Agent provocateur ?

  • pegida et drapeaux noirs jaunes rouges partout en allemagne

    tu sens bien le parfum libertaire des gilets là ?

  • Le CCI a les mêmes analyses que Macron, Goupil, Cohn-Bendit ou BHL sur les gilets jaunes, ce qui n’a rien d’étonnant puisqu’ils ont la même aversion pour toute lutte autonome qui échappe à leurs intérêts.

    Raison de plus pour soutenir les gilets jaunes contre l’Etat et ses valets.

  • 7 décembre 12:35, par reste chez toi on s’en fout

    On attendait une situation insurectionnelle , elle est là en france, et presque là en belgique. Elle depasse les frontieres et il y a des gilets jaunes jusque dans la bande de gaza ! C’est le moment de joindre nos efforts. que chaque personne qui souhaite vraiment que les choses changent vienne peser de tout son poid dans les offensives de ce mouvement pour qu’il aille dans le sens que nous voulons. Et que les autres continuent a rester derriere leur ordi , ça ne changera rien par rapport à d’habitude. Bonne branlette gérard !

  • Oui, les pauvres, on veut bien les aider, mais de loin. Quand ils sont là, sur leurs barrages ou dans leurs manifs, sous les yeux, ça fait trop vrai, trop réel : c’est chiant, les pauvres !

    Et on les retrouve, les mêmes artistes de la générosité télévisuelle, à l’Elysée, posant avec la bonne Dame Brigitte, pour un anniversaire ou une autre festivité. Là, c’est plus classe !

    Et le Père Romain Goupil, ex-leader lycéen de mai 68, qui soutint la candidature de Coluche à l’élection présidentielle ? Il a bien changé aussi celui-là !

    On le retouve sur LCI apostrophant avec une hargne recuite Eric Drouet, un gilet jaune désigné comme porte-parole : « D’où tu sors, toi ? D’où tu parles ? C’est qui qui t’as élu, toi ? » (Les pauvres, d’emblée, on les tutoie). On remarquera qu’il louait Macron et son mouvement En Marche pour les mêmes raisons qui lui font agresser aujourd’hui ce gilet jaune : « Macron est un rebelle contre le système, mais dans un cadre légal, s’extasiait-il. « C’est quoi ce mouvement en marche ? Tu n’as jamais été légitimé par aucune élection. Tu n’es légitime en rien. C’est ce qu’il explique dans son livre Révolution » Oui, mais là c’est bon. Macron un rebelle ! Ben tiens !

    Goupil et Cohn-Bendit, macronistes, cinquante ans après mai 68. Aujourd’hui « visiteurs du jour » à l’Elysée. D’enfants « chevelus, poètes » les voici « menton rasé, ventre rond » dans les coulisses du pouvoir, tombés en amour devant le Rastignac.

    « La vieillesse est un naufrage. » disait l’autre. Touchés, coulés définitivement pour nous, ils ont bu jusqu’à plus soif la tasse d’un conservatisme et d’un libéralisme des plus inhumains.

    Marre de tous ces pauvres types. Enfoirés, va !

    Solidarité avec les gilets jaunes.

Avertissement

Les commentaires ont pour objectif de compléter l’information donnée dans l’article, argumenter, apporter une interrogation ou un questionnement par rapport au sujet de la contribution. Les avis personnels qui n’apportent rien de plus à l’article pourront être considérés comme discussion de forum ne répondant pas aux objectifs pré-cités.Tout commentaire ne répondant pas à ces objectifs, ou étant contraire aux règles éditoriales sera supprimé définitivement du site.

Lien vers la politique éditoriale du collectif


Saisissez votre commentaire

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

www.indymedia.org
africa
Ambazonia Canarias estrecho / madiaq Kenya Nigeria South Africa
canada
London, Ontario Maritimes Montreal Ontario Ottawa Quebec Thunder Bay Vancouver Victoria Windsor
east asia
burma Jakarta Japan Korea Manila QC Saint-Petersburg
europe
Abruzzo Alacant Andorra Antwerpen Armenia Athens Austria Barcelona Belarus Belgium belgrade Bristol Brussels Bulgaria Calabria Croatia Cyprus emilia-romagna estrecho / madiaq Euskal Herria Galiza Germany grenoble Hungary Ireland Istanbul Italy La Plana Liege liguria Lille linksunten lombardia London Madrid Malta Marseille Nantes Napoli Netherlands Nice Northern England Norway Nottingham Oost-Vlaanderen Paris/Île-de-France Patras Piemonte Poland Portugal Roma Romania Russia Sardegna Scotland Sverige Switzerland Torun Toscana Toulouse Ukraine United Kingdom Valencia
latin america
Argentina Bolivia Chiapas Chile Chile Sur CMI Brasil CMI Sucre Colombia Ecuador Mexico Peru Puerto Rico Qollasuyu Rosario santiago Tijuana Uruguay Valparaiso Venezuela
oceania
Aotearoa Brisbane burma darwin Jakarta Manila Melbourne Perth QC Sydney
south asia
India Mumbai
united states
Arizona Arkansas Asheville Atlanta Austin Austin Indymedia Baltimore Big Muddy Binghamton Boston Buffalo Charlottesville Chicago Cleveland Colorado Columbus DC Hawaii Houston Hudson Mohawk Kansas City LA Madison Maine Miami Michigan Milwaukee Minneapolis/St. Paul New Hampshire New Jersey New Mexico New Orleans North Carolina North Texas NYC Oklahoma Philadelphia Pittsburgh Portland Richmond Rochester Rogue Valley Saint Louis San Diego San Francisco San Francisco Bay Area Santa Barbara Santa Cruz, CA Sarasota Seattle Tampa Bay Tennessee Urbana-Champaign Vermont Western Mass Worcester
west asia
Armenia Beirut Israel Palestine
process
FBI/Legal Updates Mailing Lists Process & IMC Docs Tech Volunteer
projects
Print Radio Satellite TV Video
regions
United States
topics
Biotech

copyleft Copyleft Indymédia (Independent Média Center). Sauf au cas où un auteur ait formulé un avis contraire, les documents du site sont libres de droits pour la copie, l'impression, l'édition, etc, pour toute publication sur le net ou sur tout autre support, à condition que cette utilisation soit NON COMMERCIALE.

RSS articlesRSS articles |  Site réalisé avec spip 3.1.7 [23768]
Top