RSS articles
Français  | 
Les chroniques du KRACHOIR posté le 20/03/19 - Local
Des enfants ? Surtout pas ! posté le 20/03/19 - Local
Avis de tempêtes #15 posté le 18/03/19 - Local
Grève/manif pour le climat - le ps serre les fesses posté le 15/03/19 - Local - 6 commentaires
Anvers : détruire le fascisme en action posté le 14/03/19 - Local
Petit dossier sur l’école posté le 08/03/19 - Local - 5 commentaires
Stop répressions · Appel à manifestation le 15 mars 2019 à Charleroi posté le 08/03/19 - Local - 2 commentaires
Création d’un nouveau blog posté le 05/03/19 - Local - 1 commentaire
INVITATION chaleureuse au Krachoir posté le 05/03/19 - Local - 4 commentaires
Texte distribué aux marches climats posté le 04/03/19 - Local
Tiens, se passerait pas un truc coté marche climat ? posté le 02/03/19 - Local - 2 commentaires

1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7

Belgique : Pourquoi briser des vitrines ?
posté le 03/01/19 par Traduction et adaptation de Crimethinc " Why break window ? " Mots-clés  luttes sociales  réflexion / analyse 

Pour répondre aux médias réactionnaires belges

Depuis le début de la révolte populaire de Londres, d’Athènes ou à Ferguson en août dernier jusqu’aux manifestations à Oakland et Berkeley ou encore de l’actuel mouvement dit des gilets jaunes en fRance et dans le royaume de laideGique, la destruction de biens est au centre d’une nouvelle vague de mobilisations contre les violences policières.

Mais qu’est-ce que le vandalisme à l’encontre des grosses entreprises a à voir avec la protestation contre la brutalité policière ou la vie chère ?

Pourquoi casser ou briser des vitrines ?

Tout d’abord, comme d’autres l’ ont déjà dit, la destruction de biens est une tactique efficace. Depuis le Boston Tea Party jusqu’aux manifestations contre le sommet de l’Organisation Mondiale du Commerce en 1999 à Seattle, la destruction de propriétés privés a été un élément essentiel de nombreuses luttes. Il peut faire pression sur les oppresseur.euse.s ou les punir en portant un coup à leur portefeuille. Il peut mobiliser de potentie.lle.s camarades en démontrant que le pouvoir n’est pas invincibles . Cela peut forcer à parler de problèmes qui autrement seraient ignorés – nous n’aurions certainement pas de débats “nationaux” sur le racisme, les classes sociales et le maintien de l’ordre sans les actes courageux de quelques vandales à Ferguson. Enfin, il traduit un rejet sans compromis de l’ordre dominant, Ouvrant un espace dans lequel les gens peuvent commencer à imaginer les choses autrement .

Les accusations de destruction de propriétés ne font pas bon genre sur un CV ou lors d’une campagne pour le conseil municipal, mais c’est peut-être une plutôt bonne chose. Cela signifie que le vandalisme politique est généralement un acte désintéressé – et même dans le cas contraire, il se doit d’être sa propre récompense. Il y a plus de raisons de se méfier des arrière-pensées des activistes rémunéré.e.s et des politicien.ne.s en herbe que de remettre en question les motivations des vandales. Cela explique peut-être pourquoi les activistes et les politicien.e.s les critiquent.


Les vitrines représentent la ségrégation.

Ce sont des barrières invisibles. Comme tant de choses dans cette société,elles offrent simultanément une vision de ce que devrait être « une bonne vie », tout en y empêchant l’accès. Dans une économie en voie de polarisation, les vitrines défient les pauvres avec des produits qu’iels ne peuvent pas se permettre d’acheter, un statut et une sécurité qu’iels ne pourront jamais atteindre. Pour des millions de personnes, les aliments sains, les médicaments et les autres biens dont iels ont besoin, représentent tout ce qui les sépare de la classe sociale supérieur, un gouffre qu’iels ne franchiront pas au cours d’une vie de dur labeur, un gouffre représenté par un centimètre de verre.

    • Casser une vitrine, c’est contester toutes les frontières qui traversent cette société : noir et blanc, riches et pauvres, inclus et exclus. La plupart d’entre nous sont devenus habitués à toute cette ségrégation, considérant ces inégalités inévitable, comme allant de soi. Briser des vitrine est une façon de briser ce silence, de remettre en question la notion absurde que la construction sociale du droit de propriété est plus importante que les besoins des gens autour de nous.

Selon un argument réactionnaire, les vandales saccageraient « leur propre quartier », mais c’est une façon malhonnête de parler de celleux dont le nom n’apparaît dans aucun document. En effet, lorsque les promo.teurs.trices parlent d’améliorer ces quartiers, ce dont iels parlent signifie l’expulsion de facto de la population actuelle. Le problème à Ferguson et partout ailleurs n’est pas que l’économie ait été interrompue ; le problème est le fonctionnement quotidien de l’économie en elle-même. Dans une société axée sur le profit, plus les pauvres travaillent et paient de loyer, plus iels seront pauvres par rapport à celleux qui profitent de leur travail – c’est comme ça que nait le profit. Il est malhonnête de blâmer ici la victime , comme si davantage de soumission aurait produit un résultat différent. Dans un système pyramidal, il faut que des gens forment la couche la plus basse et, depuis la colonisation des soi-disant Amériques, cela a toujours été synonyme de noir.e.s et de basané.e.s.

Comme d’autres l’ont souligné , la colonisation, la gentrification, l’incarcération de masse et les assassinats par la police sont, toutes, des formes de déplacement et d’effacement. Nous nous sommes habitués à des perturbations aussi incessantes que dramatiques des environnements dans lesquels nous vivons – dans la mesure où ce sont les capitalistes et la police qui en décident, et non les pauvres. Cela normalise une relation d’aliénation avec le paysage urbain, de sorte que des quartiers entiers peuvent être embourgeoisés et remplacés sans que personne ne fronce le sourcil. Il normalise un système social qui ne s’est lui-même imposé sur la terre qu’au cours de ces deux derniers siècles, faisant en sorte que le mode de vie le plus insoutenable jamais pratiqué semble intemporel et éternel. Le vandalisme démontre que la disposition actuelle de l’espace urbain et le système social qui le détermine sont interdépendant et éphémère : il est possible, même avec des ressources limitées, de transformer l’espace selon une logique différente. La gentrification et le vandalisme sont deux formes d’intervention dans le paysage urbain. La différence entre les deux est que la gentrification est une démarche allant du haut vers le bas (NdT : imposée par les classes dirigeantes), tandis que le vandalisme est une démarche allant de bas en haut.

Ce n’est pas un hasard si les vitrines sont ciblées lors de manifestations contre les violences policières. Les entreprises, qu’elles soient des multinationales ou locales, constituent l’assiette fiscale qui finance la police. Sans la police, elles ne pourraient pas accumuler autant de richesses aux dépens des autres. Dans cette situation, protester directement contre la police est une obligation, car la police défend les intérêts des propriétaires d’entreprises et des politicien.ne.s, et non ceux de l’opinion publique. C’est une action encore beaucoup plus direct de cibler les patron.e.s des flics, c’est-à-dire les capitalistes elleux-mêmes. Cela leur coûtera beaucoup d’argent en verres brisées et peut-être qu’iels réflechiront à deux fois au type de flicage qu’iels veulent nous imposer.

“Mais un.e pauvre ouvrier.e va devoir nettoyer cela”, sermonent les réformistes chaque fois qu’iels voient un.e manifestant.e libérer sa colère sur les avenues de riches. Quiconque a occupé un emploi de col bleu (NdT : terme désignant les travailleur.euse.s manuel.le.s) reconnaîtra qu’il s’agit d’une pure connerie. Remplacer des fenêtres ou enlever des graffitis sur une façade n’est pas pire que n’importe quel autre type de travail que l’on doit faire dans cette tranche de salaire – ce n’est pas comme si les travailleur.euse.s en question feraient à la place quelque chose d’agréable et de satisfaisant. Au contraire, le vandalisme crée des emplois, offrant des opportunités de travail supplémentaires aux employé.e.s des services et aux ouvrier.e.s du bâtiment dont le travail ne serait pas nécessaire sans cela. Cela signifie que l’on ne peut pas abolir le capitalisme vitrine par vitrine, mais l’on peut au moins redistribuer un peu de richesse vers les classes plus pauvres. C’est une critique typiquement réformiste de présenter les pauvres comme étant des victimes des tactiques d’affrontement, alors qu’en fait celleux-ci(NdT : les réformistes) craignent pour leur propre statut et confort.

Dans la version plus paranoïaque de cette vision, les réformistes qui supposent que tout le monde est aussi satisfait.e qu’elleux de l’ordre dominant en place, n’hésitent pas à affirmer que seule la police elle-même, déguisée en “casseur.euse.s”, briseraient les vitrines qu’elle était supposée protéger. Comme d’autres théories complotiste, cela attribue tout agissement à un pouvoir néfaste, niant l’existence et les stratégies de celleux qui luttent contre lui.

Tout cela ne veut pas dire que casser une vitrines suffit à changer le monde.

- Pour finaliser cette analyse, le sabotage et les incendie sont la stratégie d’une armée en retraite, de celleux qui savent qu’iels ne tiendront pas un territoire pour longtemps.

- Un mouvement qui serait assez fort pour conserver un territoire qu’il a repris au main de la police n’aurait pas besoin de casser ou de brûler quoi que ce soit, mais seulement de transformer celui-ci.

- D’un autre côté, tant que de telles inégalités persistent, des gens n’ont pas d’autre possibilité pour s’en prendre à elleux que la destruction de biens et d’autres tactiques.

Quiconque désire vraiment ne plus voir de destruction de propriété devrait s’empresser de mettre un terme à l’existence de la propriété privé en elle-même.

A ce moment, la seule raison qui subsisterait de casser des vitrines serait la recherche de sensations fortes.


posté le 3 janvier 2019  par Traduction et adaptation de Crimethinc " Why break window ? "  Alerter le collectif de modération à propos de la publication de cet article. Imprimer l'article
Commentaires
  • Cette analyse d’outre-Atlantique n’a que peu d’intérêt, elle contient quelques bribes de réflexions intéressantes mais n’offre rien de neuf sous l’horizon ! En effet nous ne sommes pas aux Etats-Unis. n’y a-t-il donc rien d’intéressant à analyser dans d’autres pays ?

    ce texte comprend trop de mélanges et rend le discours abscons et inaudible,. quel est le lien avec les GJ ?

    On y parle de gentrification qui est un terme anglo-américain pourtant en français il vaut mieux utiliser embourgeoisement beaucoup plus parlant.

    Le ou les auteur.e.s du textes acceptent qu’il y ait une hiérarchie des classes en utilisant "classe supérieure et inférieure" beuk !
    "Pour des millions de personnes, (...)ce qui les sépare de la classe sociale supérieur, un gouffre qu’iels ne franchiront pas au cours d’une vie de dur labeur, un gouffre représenté par un centimètre de verre."
    euhh faiblard comme réflexion, une vitrine offrirait une barrière réelle entre les classes ?

    Quant à l’idée que ce soient les multinationales qui contribuent au paiement de la police ???

    Près de 40 % des bénéfices des multinationales sont transférés vers des paradis fiscaux. Les entreprises américaines ont, par exemple, réalisé en 2016 plus de profits en Irlande qu’en Chine, au Japon, au Mexique, en Allemagne et en France réunis. Ces ré-allocations de bénéfices conduisent à des minorations substantielles des bases taxables des états.
    Les multinationales profitent du système fiscal international pour organiser leur immunisation quasi-totale à l’impôt sur les bénéfices des sociétés. Le FMI estime globalement la perte de recettes fiscales à 600 milliards $US par an

    "C’est une action encore beaucoup plus direct de cibler les patron.e.s des flics, c’est-à-dire les capitalistes elleux-mêmes. Cela leur coûtera beaucoup d’argent en verres brisées et peut-être qu’iels réflechiront à deux fois au type de flicage qu’iels veulent nous imposer"
    Sérieusement ce type de lien se fait-il dans la tête des entrepreneurs-neses ??? soyons sérieuses !
    quelques verres brisés ne coutent quasi rien , les assurances financées par le preneur d’assurance lui-même rembourseront.

    "Au contraire, le vandalisme crée des emplois, (...), mais l’on peut au moins redistribuer un peu de richesse vers les classes plus pauvres"
    Quel médiocre argumentaire qui repose sur des considérations simplistes, par ailleurs, classer les travailleurs ! inacceptable : les "ouvrier.e.s et les employé.e.s" !! donc l’acceptation d’une classification erronée et permettant des traitements différenciés !
    Ce genre d’argument allant jusqu’à une ’redistribution de richesses’ vers les "classes le plus pauvres" !!! ridicule. Un.e travailleuse.eur correctement rétribué.e ne doit pas être pauvre !

    Petite rectification marginale : un vitrier n’est pas un "ouvrier.e.s du bâtiment".

    Bref s’il s’agissait de justifier de casser des vitrines d’autres arguments seraient bien plus intéressants à développer !

Avertissement

Les commentaires ont pour objectif de compléter l’information donnée dans l’article, argumenter, apporter une interrogation ou un questionnement par rapport au sujet de la contribution. Les avis personnels qui n’apportent rien de plus à l’article pourront être considérés comme discussion de forum ne répondant pas aux objectifs pré-cités.Tout commentaire ne répondant pas à ces objectifs, ou étant contraire aux règles éditoriales sera supprimé définitivement du site.

Lien vers la politique éditoriale du collectif


Saisissez votre commentaire

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

www.indymedia.org
africa
Ambazonia Canarias estrecho / madiaq Kenya Nigeria South Africa
canada
London, Ontario Maritimes Montreal Ontario Ottawa Quebec Thunder Bay Vancouver Victoria Windsor
east asia
burma Jakarta Japan Korea Manila QC Saint-Petersburg
europe
Abruzzo Alacant Andorra Antwerpen Armenia Athens Austria Barcelona Belarus Belgium belgrade Bristol Brussels Bulgaria Calabria Croatia Cyprus emilia-romagna estrecho / madiaq Euskal Herria Galiza Germany grenoble Hungary Ireland Istanbul Italy La Plana Liege liguria Lille linksunten lombardia London Madrid Malta Marseille Nantes Napoli Netherlands Nice Northern England Norway Nottingham Oost-Vlaanderen Paris/Île-de-France Patras Piemonte Poland Portugal Roma Romania Russia Sardegna Scotland Sverige Switzerland Torun Toscana Toulouse Ukraine United Kingdom Valencia
latin america
Argentina Bolivia Chiapas Chile Chile Sur CMI Brasil CMI Sucre Colombia Ecuador Mexico Peru Puerto Rico Qollasuyu Rosario santiago Tijuana Uruguay Valparaiso Venezuela
oceania
Aotearoa Brisbane burma darwin Jakarta Manila Melbourne Perth QC Sydney
south asia
India Mumbai
united states
Arizona Arkansas Asheville Atlanta Austin Austin Indymedia Baltimore Big Muddy Binghamton Boston Buffalo Charlottesville Chicago Cleveland Colorado Columbus DC Hawaii Houston Hudson Mohawk Kansas City LA Madison Maine Miami Michigan Milwaukee Minneapolis/St. Paul New Hampshire New Jersey New Mexico New Orleans North Carolina North Texas NYC Oklahoma Philadelphia Pittsburgh Portland Richmond Rochester Rogue Valley Saint Louis San Diego San Francisco San Francisco Bay Area Santa Barbara Santa Cruz, CA Sarasota Seattle Tampa Bay Tennessee Urbana-Champaign Vermont Western Mass Worcester
west asia
Armenia Beirut Israel Palestine
process
FBI/Legal Updates Mailing Lists Process & IMC Docs Tech Volunteer
projects
Print Radio Satellite TV Video
regions
United States
topics
Biotech

copyleft Copyleft Indymédia (Independent Média Center). Sauf au cas où un auteur ait formulé un avis contraire, les documents du site sont libres de droits pour la copie, l'impression, l'édition, etc, pour toute publication sur le net ou sur tout autre support, à condition que cette utilisation soit NON COMMERCIALE.

RSS articlesRSS articles |  Site réalisé avec spip 3.1.7 [23768]
Top