RSS articles
Français  |  Nederlands
Article refusé par les modérateurs
Raison du refus :
non local
Contre les séides de l’Etat, battons-nous pour le site Aliphos de Dunkerque
posté le 25/02/19 par Christian Jean Mots-clés  économie  luttes sociales  répression / contrôle social 

Le site Aliphos de Dunkerque, devait permettre de pérenniser plusieurs centaines d’emplois directs et indirects sur l’ancien site de Total. Ambitieux et écologique, le projet est aujourd’hui néanmoins menacé par l’Etat et le préfet, qui, non contents de rester passifs devant les difficultés du site, menacent le projet par leurs actions.

Nos élus préféraient-ils le pétrole ? La question se pose, tant l’Etat semblent avoir une dent contre l’implantation d’Aliphos à Dunkerque. Certes, l’usine ne tient pas encore toutes ses promesses en termes de production : seulement 40 000 tonnes de phosphates transformés sortent du site chaque année sur les 220 000 prévues. Bâtie sur le site de l’ancienne Raffinerie des Flandres de Total-Mardyck, la nouvelle usine fonctionne pourtant 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7. Ce n’est donc pas faute d’investissement des salariés dans leur nouvel emploi. Mais ce n’est pas non plus dans les aléas du commencement d’un nouveau projet qu’il faut chercher des responsabilités : l’Etat, bien plus prompte aux discours qu’aux actes, n’a de cesse de mettre des bâtons dans les roues du projet Aliphos depuis ses débuts.

Maître du tempo administratif, l’Etat comme les autorités locales se hâtent lentement pour lever les difficultés qui pèsent sur l’activité. Ainsi, le site d’Aliphos produit des phosphates pour l’alimentation animale DCP « Dical+ », chimiquement plus avantageux que les autres phosphates du marché. Mais la compétitivité de ce super phosphate en prend un coup chez Aliphos parce que certaines matières premières doivent être importées d’Allemagne ! Doit-on en déduire que le montage du projet est irrationnel ? Non ! ces matières premières, l’acide chlorhydrique en particulier, devaient en réalité venir de l’usine voisine Inda’Chlor, dont les autorisations d’exploitation tardent à être accordées. Au lieu d’arriver par pipeline sur quelques centaines de mètres, l’acide chlorhydrique arrive par camions sur plusieurs centaines de kilomètres… Les deux projets sont pourtant liés depuis la conception des deux sites, l’un n’allant pas sans l’autre ou presque. Compte tenu de cette difficulté du seul fait de la lenteur de l’administration, le projet Aliphos s’est mis en porte-à-faux sur ses engagements environnementaux. L’écologie est une excuse bien pratique pour l’Etat, avec un préfet qui enfonce le clou et surtout l’usine en décembre dernier en nous mettant à l’amende pour infractions environnementales.

Qu’avons-nous fait pour mériter cet acharnement ? La société Aliphos est une filiale du groupe belge Ecophos créé en 1996 par Mohamed Takhim. Est-ce lui qui s’est attiré les foudres de l’Etat ? Faut-il penser que M. Takhim dérange en haut lieu ? En juin dernier, celui-ci annonçait pourtant son intention de doubler les investissements sur site. Pas sûr qu’il soit aussi motivé aujourd’hui. L’Etat voudrait faire fuir les investisseurs étrangers qu’il ne s’y prendrait pas autrement. Et les questions environnementales ne sont qu’un prétexte, l’Etat et le préfet savent pertinemment que la mise en conformité est affaire de temps et demande de la patience. Depuis sa création, la société n’a cessé de mettre en avant sa préoccupation des questions environnementales, mettant tout en œuvre pour se mettre en conformité avec des règlements abscons, ne tenant aucun compte de la jeunesse et de la fragilité du projet, ainsi que son importance dans le tissu industriel du dunkerquois. Des centaines d’emplois sont en jeu autour d’un projet qui fédère autant ses salariés que ses promoteurs ; plus que des coups de semonce, le projet mérite surtout un coup de main.

Notre usine est un projet pilote qui demande autant d’ajustements que d’indulgence de la part des pouvoirs publics. Les actions néfastes d’un côté et l’inaction de l’autre des différentes administrations auxquelles nous avons affaire mettent en danger des emplois dont la région a cruellement besoin. Méconnaitre la réalité sociale et économique de cette usine est autrement plus grave que la présence temporaire de quelques tonnes d’effluents sans danger sur un ancien site pétrolier.


posté le 25 février 2019  par Christian Jean   Alerter le collectif de modération à propos de la publication de cet article. Imprimer l'article
Commentaires
  • Aucun commentaire

Avertissement

Les commentaires ont pour objectif de compléter l’information donnée dans l’article, argumenter, apporter une interrogation ou un questionnement par rapport au sujet de la contribution. Les avis personnels qui n’apportent rien de plus à l’article pourront être considérés comme discussion de forum ne répondant pas aux objectifs pré-cités.Tout commentaire ne répondant pas à ces objectifs, ou étant contraire aux règles éditoriales sera supprimé définitivement du site.

Lien vers la politique éditoriale du collectif

www.indymedia.org
africa
Ambazonia Canarias estrecho / madiaq Kenya Nigeria South Africa
canada
London, Ontario Maritimes Montreal Ontario Ottawa Quebec Thunder Bay Vancouver Victoria Windsor
east asia
burma Jakarta Japan Korea Manila QC Saint-Petersburg
europe
Abruzzo Alacant Andorra Antwerpen Armenia Athens Austria Barcelona Belarus Belgium belgrade Bristol Brussels Bulgaria Calabria Croatia Cyprus emilia-romagna estrecho / madiaq Euskal Herria Galiza Germany grenoble Hungary Ireland Istanbul Italy La Plana Liege liguria Lille linksunten lombardia London Madrid Malta Marseille Nantes Napoli Netherlands Nice Northern England Norway Nottingham Oost-Vlaanderen Paris/Île-de-France Patras Piemonte Poland Portugal Roma Romania Russia Sardegna Scotland Sverige Switzerland Torun Toscana Toulouse Ukraine United Kingdom Valencia
latin america
Argentina Bolivia Chiapas Chile Chile Sur CMI Brasil CMI Sucre Colombia Ecuador Mexico Peru Puerto Rico Qollasuyu Rosario santiago Tijuana Uruguay Valparaiso Venezuela
oceania
Aotearoa Brisbane burma darwin Jakarta Manila Melbourne Perth QC Sydney
south asia
India Mumbai
united states
Arizona Arkansas Asheville Atlanta Austin Austin Indymedia Baltimore Big Muddy Binghamton Boston Buffalo Charlottesville Chicago Cleveland Colorado Columbus DC Hawaii Houston Hudson Mohawk Kansas City LA Madison Maine Miami Michigan Milwaukee Minneapolis/St. Paul New Hampshire New Jersey New Mexico New Orleans North Carolina North Texas NYC Oklahoma Philadelphia Pittsburgh Portland Richmond Rochester Rogue Valley Saint Louis San Diego San Francisco San Francisco Bay Area Santa Barbara Santa Cruz, CA Sarasota Seattle Tampa Bay Tennessee Urbana-Champaign Vermont Western Mass Worcester
west asia
Armenia Beirut Israel Palestine
process
FBI/Legal Updates Mailing Lists Process & IMC Docs Tech Volunteer
projects
Print Radio Satellite TV Video
regions
United States
topics
Biotech

copyleft Copyleft Indymédia (Independent Média Center). Sauf au cas où un auteur ait formulé un avis contraire, les documents du site sont libres de droits pour la copie, l'impression, l'édition, etc, pour toute publication sur le net ou sur tout autre support, à condition que cette utilisation soit NON COMMERCIALE.

RSS articlesRSS articles |  Site réalisé avec spip 3.2.5 [24404]
Top