RSS articles
Français  | 
[Photos] Action contre les frontières posté le 22/06/19 - Local
Tous les jeudis, 18h carré de moscou posté le 10/06/19 - Local - 1 commentaire
Enfilons l’habit noir (attention spoiler de Game of Thrones) posté le 02/06/19 - Local - 2 commentaires
A qui tu parles, camarade bourgeois ? posté le 01/06/19 - Local - 1 commentaire
À nos amis des villes posté le 31/05/19 - Local
DES MÉDIAS SOUS INFLUENCE, EN BELGIQUE AUSSI posté le 31/05/19 - Local - 1 commentaire
Rendu du procès contre 12 anarchistes posté le 29/05/19 - Local
Quelques stratégies futures suite au 26 mai posté le 28/05/19 - Local
Procès contre nos luttes posté le 23/05/19 - Local

1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8

Article refusé par les modérateurs
Raison du refus :
info non-locale
Marxistes et anarchistes masculinistes
posté le 11/06/19 par https://nantes.indymedia.org/articles/45792 Mots-clés  féminisme  genre / sexualité  luttes sociales  répression / contrôle social 

Marxistes et anarchistes masculinistes

Si le discours de la « crise de la masculinité » est généralement associé aux forces conservatrices ou réactionnaires, il se retrouve aussi du côté des progressistes, voire des révolutionnaires. La France est féconde en philosophes marxistes qui s’inquiètent pour l’identité masculine et qui expliquent aux féministes qu’elles ne doivent pas se mobiliser contre le patriarcat (qui n’existerait plus), mais plutôt faire alliance avec les hommes contre le capitalisme.

Alain Badiou est un célèbre philosophe politique et romancier d’allégeance maoïste reconnu internationalement au point qu’une revue savante lui est consacrée, The International Journal of Badiou Studies (Revue internationale d’études sur Badiou). En 2013, il a prononcé à l’École normale supérieure de Paris une conférence intitulée « La féminité [1] ». Il a réussi l’exploit de parler de féminité pendant presque deux heures sans citer une seule femme, préférant évoquer les philosophes Platon et Emmanuel Kant, le psychanalyste Jacques Lacan, les poètes Goethe, Baudelaire, Victor Hugo et Paul Valéry ainsi que le compositeur Giuseppe Verdi. Sous prétexte de s’intéresser aux femmes, le célèbre marxiste poursuivait sa réflexion au sujet de « l’identité aléatoire des fils dans le monde d’aujourd’hui ». Il évoquait avec insistance « une désorientation des fils, peut-être beaucoup plus prononcée pour les fils dans les classes populaires », ce qui se constaterait dans les écoles des quartiers populaires par l’écart « en faveur des filles, un véritable abîme ». Ces jeunes filles, selon le philosophe marxiste, sont des « conquérantes », « elles triomphent » et deviennent juges ou policiers. « [L]e féminisme attardé s’imagine » que le patriarcat est encore bien vivant, mais « ce n’est pas le fond du problème [2] », selon Badiou, qui s’inquiète que les filles se réalisent dans le capitalisme de consommation, sans la moindre réflexion quant à la justice ou à un autre monde possible. En conséquence, l’humanité pourrait « devenir un troupeau d’adolescents stupides dirigé par des femmes carriéristes et habiles », ce qui consisterait à « livrer le monde tel qu’il est à la puissance des femmes », le tout fondé « sur la ruine du nom du père ». Devant pareille catastrophe, le philosophe marxiste évoquait la possibilité pour les femmes d’« exterminer tous les mâles » après avoir engrangé du sperme. Rien de moins.

Alain Badiou n’est pas seul. Jean-Claude Michéa, un philosophe critique du libéralisme qui se prétend anarchiste, a développé une thèse truffée de stéréotypes psychanalytiques sexistes et misogynes pour (ré)affirmer l’importance de l’autorité du père. La mère, selon Michéa, n’est que matière biologique qui n’évoque qu’une « forme de "jouissance" archaïque » et un « collage incestueux ». Pour s’humaniser et « accéder au langage et à la liberté [3] », c’est-à-dire à la culture, le garçon doit s’émanciper de la domination maternelle. C’est d’ailleurs la fonction du père, dit-il, de l’aider dans ce passage du biologique au culturel, du primitif au civilisé [4]. Malheureusement, déplore Michéa, de « féroces figures maternelles [5] » dominent aujourd’hui la société, ce qui favorise le capitalisme parce que les mères élèveraient leurs enfants à devenir des consommateurs. Les mères seraient donc des alliées objectives du capitalisme, même si elles occupent moins de postes dans les hautes instances de la finance et de l’économie, qu’elles sont moins souvent à la tête des grandes fortunes et des firmes multinationales, et qu’elles ont moins d’argent que les hommes.

Enfin, le sociologue Michel Clouscard, autre critique virulent du libéralisme dans une perspective anticapitaliste, reprend lui aussi la thèse d’un féminisme mondain et bourgeois qui aurait transformé les femmes en consommatrices effrénées. Selon ce philosophe, le principal problème du féminisme aujourd’hui est de se mobiliser contre les hommes, plutôt que de lutter avec eux contre le libéralisme [6]. En somme, le féminisme est l’ennemi du socialisme et du communisme.

Fait intéressant, un polémiste réactionnaire tel Éric Zemmour, identifié en France à la droite dure, défend exactement la même thèse : « La propagande consumériste mina la culture traditionnelle du patriarcat ; les publicitaires, sociologues, psychologues s’allièrent aux femmes et aux enfants contre les pères qui contenaient leurs pulsions consommatrices. » Il faut comprendre que les chefs de famille doivent pouvoir contrôler la consommation des femmes. Zemmour insiste aussi sur « [l]e besoin des hommes de dominer - au moins formellement - pour se rassurer sexuellement [7] ».

Chez les intellectuels marxistes ou anarchistes, ce discours jargonneux a l’apparence de l’originalité mais a surtout pour effet de victimiser les hommes et de culpabiliser les féministes et les femmes, y compris les mères. Il s’agit non seulement de miner la légitimité du féminisme, mais d’en détourner les femmes pour canaliser leurs ardeurs militantes vers la lutte anticapitaliste. Une fois de plus, un discours de crise peut provoquer des effets, des mobilisations, même s’il n’y a pas réellement de crise.

Pourtant, c’est surtout aux jeunes hommes floués économiquement d’orienter leur colère vers le patronat et les élites politiques, plutôt que vers les femmes. Ils pourraient ainsi s’engager dans des mouvements sociaux luttant contre le néolibéralisme et l’austérité. Bonne nouvelle pour eux, d’ailleurs : il s’agit en général d’organisations et de réseaux où les hommes sont majoritaires au sommet, soit à la présidence, ou comme porte-parole, ou comme membres des comités exécutifs, ou comme théoriciens adulés. Cela n’empêche pas des syndiqués de remettre en question la légitimité des Comités femmes dans les syndicats, d’exiger leur dissolution ou un changement de mandat qui leur permettrait de les intégrer, quand ils ne réclament pas tout simplement un Comité hommes. Cela n’empêche pas non plus des anticapitalistes de remettre en question les caucus non mixtes des camarades féministes, ou de chercher à les exclure quand elles se mobilisent pour dénoncer des agressions sexuelles perpétrées par des militants. Mais les célèbres philosophes anticapitalistes préfèrent critiquer les féministes et les femmes plutôt que de dénoncer le sexisme dans leur propre mouvement.

FRANCIS DUPUIS-DÉRI

Tiré de LA CRISE DE LA MASCULINITÉ - AUTOPSIE D’UN MYTHE TENACE

2018 - P. 211 - 214.

[1] - Diffusée sur YouTube : https://www.youtube.com/watch?v=WrztvUrUoXI (consulté en février 2018).

[2] - D’ailleurs, il ne s’intéressera pas au féminisme qui ne pense qu’à la femme opprimée. Le philosophe marxiste préfère détailler quatre archétypes de la femme : séductrice, amoureuse, domestique (mère et ménagère) et sainte (vierge sacrée). Dans cette typologie, la femme opprimée a tout simplement disparu !

[3] - « Jean-Claude Michéa répond à dix questions », Gilles Labelle, Éric Martin, Stéphane Vibert (dir.), Les racines de la liberté : Réflexions à partir de l’anarchisme tory, Montréal, Nota Bene, 2014, p. 383. et 388.

[4] - Les propos de Michéa font ici écho au dossier « Les pères d’aujourd’hui », paru dans la revue Argument (vol. 14, n° 1, 2011). Voir aussi Stéphane Kelly, « Friture sur la ligne des générations », Le Devoir, 19 novembre 2013.

[5] - « Jean-Claude Michéa répond à dix questions », op. cit., p. 389.

[6] - Michel Clouscard, Critique du libéralisme libertaire : généalogie de la contre-révolution, Paris, Delga, 2005, p. 216-242.

[7] - Éric Zemmour, Le suicide français, op. cit., p. 31 et p. 33.


posté le 11 juin 2019  par https://nantes.indymedia.org/articles/45792  Alerter le collectif de modération à propos de la publication de cet article. Imprimer l'article
Commentaires
  • Aucun commentaire

Avertissement

Les commentaires ont pour objectif de compléter l’information donnée dans l’article, argumenter, apporter une interrogation ou un questionnement par rapport au sujet de la contribution. Les avis personnels qui n’apportent rien de plus à l’article pourront être considérés comme discussion de forum ne répondant pas aux objectifs pré-cités.Tout commentaire ne répondant pas à ces objectifs, ou étant contraire aux règles éditoriales sera supprimé définitivement du site.

Lien vers la politique éditoriale du collectif

www.indymedia.org
africa
Ambazonia Canarias estrecho / madiaq Kenya Nigeria South Africa
canada
London, Ontario Maritimes Montreal Ontario Ottawa Quebec Thunder Bay Vancouver Victoria Windsor
east asia
burma Jakarta Japan Korea Manila QC Saint-Petersburg
europe
Abruzzo Alacant Andorra Antwerpen Armenia Athens Austria Barcelona Belarus Belgium belgrade Bristol Brussels Bulgaria Calabria Croatia Cyprus emilia-romagna estrecho / madiaq Euskal Herria Galiza Germany grenoble Hungary Ireland Istanbul Italy La Plana Liege liguria Lille linksunten lombardia London Madrid Malta Marseille Nantes Napoli Netherlands Nice Northern England Norway Nottingham Oost-Vlaanderen Paris/Île-de-France Patras Piemonte Poland Portugal Roma Romania Russia Sardegna Scotland Sverige Switzerland Torun Toscana Toulouse Ukraine United Kingdom Valencia
latin america
Argentina Bolivia Chiapas Chile Chile Sur CMI Brasil CMI Sucre Colombia Ecuador Mexico Peru Puerto Rico Qollasuyu Rosario santiago Tijuana Uruguay Valparaiso Venezuela
oceania
Aotearoa Brisbane burma darwin Jakarta Manila Melbourne Perth QC Sydney
south asia
India Mumbai
united states
Arizona Arkansas Asheville Atlanta Austin Austin Indymedia Baltimore Big Muddy Binghamton Boston Buffalo Charlottesville Chicago Cleveland Colorado Columbus DC Hawaii Houston Hudson Mohawk Kansas City LA Madison Maine Miami Michigan Milwaukee Minneapolis/St. Paul New Hampshire New Jersey New Mexico New Orleans North Carolina North Texas NYC Oklahoma Philadelphia Pittsburgh Portland Richmond Rochester Rogue Valley Saint Louis San Diego San Francisco San Francisco Bay Area Santa Barbara Santa Cruz, CA Sarasota Seattle Tampa Bay Tennessee Urbana-Champaign Vermont Western Mass Worcester
west asia
Armenia Beirut Israel Palestine
process
FBI/Legal Updates Mailing Lists Process & IMC Docs Tech Volunteer
projects
Print Radio Satellite TV Video
regions
United States
topics
Biotech

copyleft Copyleft Indymédia (Independent Média Center). Sauf au cas où un auteur ait formulé un avis contraire, les documents du site sont libres de droits pour la copie, l'impression, l'édition, etc, pour toute publication sur le net ou sur tout autre support, à condition que cette utilisation soit NON COMMERCIALE.

RSS articlesRSS articles |  Site réalisé avec spip 3.1.7
Top