RSS articles
Français  |  Nederlands
Unprecedented wave of repression in Tweebosbuurt, Rotterdam. posté le 28/01/20 - Appels internationaux
Appel pour Gaza : Allez à Gaza et criez « plus jamais ça » posté le 25/01/20 - Appels internationaux
SIGNÉ POUR LA LIBERTÉ DIGITALE posté le 21/01/20 - Appels internationaux

1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | ... | 16

Récapitulatif de la Free party du nouvel an 2020 en Belgique Emblematik- Prototek- 013- Absurd- Osw- Boerenkinkels
posté le 08/01/20 par Emblematik sound system Mots-clés  alternatives  art  répression / contrôle social 

La free a commencé aux alentours de 23h, la police était présente tôt avec une dizaine de policiers, accompagnés de deux chiens d’attaque (des malinois, dont les muselières seront enlevées à un moment donné, on ne sait pourquoi). Le commissaire est arrivé et a demandé de quitter les lieux en débranchant de manière sauvage la génératrice. Le public déjà présent s’est alors rapproché des policiers en les huant pour faire pression. Les organisateurs ont clairement fait reculer la foule pour essayer de trouver un terrain d’entente avec les forces de l’ordre pour que tout se passe bien et négocier de rester jusqu’au lendemain 8h du matin, heure à laquelle nous aurions coupés le son, rangé et nettoyé le site, ce que nous faisons à chaque fois que cela se passe de manière civilisée avec les autorités. La police a alors décidé d’enlever les muselières aux chiens et de nous virer par la manière forte. Cela ne fut pas du goût du public présent, bien décidé à ce que la fête de nouvel an aie lieu : on n’arrête pas un peuple qui danse ! Du coup, la foule s’est avancée, en lançant quelques pétards et en criant fort !
Il n’y avait ni milice armée ni Nunchaku ! Comme évoqué aux JT de RTL et RTBF et dans les journaux notamment l’Avenir du Luxembourg.
Il y avait juste une foule qui avait en tête sans doute pour beaucoup d’entre nous, les images de la répression hyper violente du nouvel an à vilvoorde il y a 3 ou 4 ans.
Et pour les Nunchaku, ils ont sûrement dû confondre avec des bolaces (sic) .
La police est donc partie le soir du 31 décembre. À noter que dehors, la police a gazé plusieurs personnes complètement pacifistes. Selon cette dernière, des gens les auraient caillassée. Nous n’en savons rien étant à l’intérieur et en tant que porteur de free party, nous décourageons toute violence. Des personnes qui étaient à l’extérieur n’ont rien vu de cela, alors vérité ou intox médiatique ? Nous recoupons encore les témoignages pour y voir clair…
Par la suite, la soirée s’est déroulée sans aucun accident pour les participants. Elle s’est terminée le 2 janvier aux alentours de 6h du matin, heure à laquelle le son a été coupé et où le rangement et le nettoyage du site ont commencé. La majorité des participants était parti et il ne restait plus que "nous" (les sound systems, et quelques fêtards)
La police fédérale est alors arrivée. Les agents nous ont mis dans une pièce sans explication et ont fouillé les véhicules sans témoins de perquisition, pendant qu’à l’extérieur ils dégageaient, à coup de matraque sur les camions, les derniers fêtards.

Ensuite, nous avons a été emmenés au poste de police d’Arlon et placés à 6 par cellules, sachant que la cellule fait 5m²… Tout le temps de la détention, nous avons reçu 3 verres d’eau (voir rien du tout) par cellule… Aussi, personne ne nous a cité nos droits… Finalement, nous avons été relâché 10h plus tard et 30h pour 7 autres camarade. Tout ceci sans avoir reçu d’explications !
Pendant ce temps, nos chiens ont été placés à la SPA et un rapport de maltraitance a été rédigé contre nous. Il y a également eu une perquisition à domicile, ce qui a permis à la Police de saisir du matériel sonore en plus de celui employé le soir du nouvel an.

A l’heure actuelle, le 08 janvier 2020, une cagnotte est ouverte (BE35 3770 7908 4137 ) en soutien (frais de justice, pertes financières...) et un cabinet d’avocat nous défend. Car 5 véhicules, la génératrice en location, notre petite monnaie, le matériel visuel et sonore sont toujours sous saisie et nous sommes sans nouvelles. La police d’Arlon refuse de répondre à nos questions relatives à cette affaire. Un plainte contre les forces de l’ordre va être déposée pour les vices de procédure et les conditions de détention ayant eu lieu.


posté le 8 janvier 2020  par Emblematik sound system   Alerter le collectif de modération à propos de la publication de cet article. Imprimer l'article
Commentaires
  • Aucun commentaire

Avertissement

Les commentaires ont pour objectif de compléter l’information donnée dans l’article, argumenter, apporter une interrogation ou un questionnement par rapport au sujet de la contribution. Les avis personnels qui n’apportent rien de plus à l’article pourront être considérés comme discussion de forum ne répondant pas aux objectifs pré-cités.Tout commentaire ne répondant pas à ces objectifs, ou étant contraire aux règles éditoriales sera supprimé définitivement du site.

Lien vers la politique éditoriale du collectif

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)


copyleft Copyleft Indymédia (Independent Média Center). Sauf au cas où un auteur ait formulé un avis contraire, les documents du site sont libres de droits pour la copie, l'impression, l'édition, etc, pour toute publication sur le net ou sur tout autre support, à condition que cette utilisation soit NON COMMERCIALE.

RSS articlesRSS articles |  Site réalisé avec spip 3.2.5 [24404]
Top