RSS articles
Français  |  Nederlands
Un photographe proche de la police gaze des manifestant•e•s
posté le 27/09/20 par Bruxelles Dévie Mots-clés  luttes sociales  répression / contrôle social 

Lors de la manifestation de La santé en lutte du 13 septembre, outre les nombreux cas de violence policière, les forces de l’ordre ont aussi décidé d’armer un photographe et de le laisser s’attaquer au manifestant•e•s. Tout simplement.

En effet, lors de ce rassemblement on a pu apercevoir un photographe se balader derrière les lignes policières et prendre des photos de manifestant·e·s. Jusque là, rien de vraiment anormal, à part peut être une étonnante complicité entre deux métiers qui n’ont rien à voir l’un avec l’autre. Sauf que, plus tard dans la manifestation, le même homme, juste à côté du Commissaire Vandersmissen, utilise une gazeuse sur un manifestant (qui, par ailleurs, était au sol et immobilisé). Ce photographe nommé Philippe Bourget est en fait un habitué des manifestations bruxelloises et est également très proche de la police belge, sur laquelle il a même sorti un livre de photographie il y a quelques années.

Il est effarant de constater la différence de traitement réservé aux journalistes en fonction de leurs opinions politiques ou, tout du moins, du type de lien qu’ils et elles entretiennent avec la police. Ceux et celles qui tentent de documenter les violences policières en manifestation se font matraquer (on se souvient par exemple de l’agression policière subie par ODP news lors de la manifestation BLM à Bruxelles (1)) ; à l’inverse les photographes complaisants reçoivent des gazeuses pour s’attaquer aux manifestant·e·s au côté des policier·ère·s. Pour rappel, la gazeuse est considérée comme une arme prohibée en Belgique.

Cet événement n’est pas sans rappeler la fameuse affaire Benalla en France où, là aussi, une personne sans la moindre accréditation s’était amusé à jouer au maintien de l’ordre de manière violente. Le phénomène Bourget n’est donc pas un cas tellement isolé que ça.
Pour l’instant, le commissaire Vandersmissen a été écarté jusqu’à la fin de l’enquête administrative sur le dossier. Bien que la nouvelle est réjouissante, nous nous devons de rappeler qu’il ne s’agit que de l’arbre qui cache la forêt : la police se permet de plus en plus de choses, et ce n’est pas seulement dû à ce violent Commissaire. Le fait qu’ils se permettent d’aussi gros abus en dit long sur le sentiment d’impunité qui règne dans leurs rangs.


posté le 27 septembre 2020  par Bruxelles Dévie  Alerter le collectif de modération à propos de la publication de cet article. Imprimer l'article
Liste des documents liés à la contribution
vds.jpg

Commentaires
  • oui,
    le flic , commissaire divisionnaire directeur des opérations, est temporairement écarté des fonctions de maintien de l’ordre, le temps qu’une enquête détermine s’il faut une enquête ...
    "Après avoir vu les images, une enquête administrative a été demandée directement au chef de corps par le bourgmestre de Bruxelles. Dans l’attente de cette enquête, le chef de corps a pris une mesure d’ordre : le directeur des interventions sera écarté de sa fonction le temps de l’enquête. Si ce comportement venait à être confirmé par l’enquête, il entraînerait immédiatement une enquête disciplinaire. »

    interpellant que le comportement de ce commissaire pour gérer l’espace public ne semble émouvoir personne sauf du fait qu’il aurait un complice photographe..

    ce photographe est présent à des tas de manifestations et privilégie les gros plans des manifestant.e.s ! c’est probablement bien plus qu’un photographe complaisant...

  • Ce monsieur prend des photos de nous à Liège et à Bruxelles depuis plusieurs mois, probablement plus. Il était présent à toutes les mobilisations de gauche, de Black Lives Matter au piquet de grève AB Inbev.

    Il se fait passer pour un simple journaliste depuis le début (http://bepress.be et https://www.blurb.fr/user/bepress) mais c’est un auxiliaire de police. Il ne prend pas seulement des photos en se plaçant du côté de la police, comme le prétendent un livre et une exposition qu’il a fait l’année dernière, il travaille et intervient avec elle.

    Depuis qu’un journaliste du journal Le Soir l’a fait savoir, l’Association des journalistes professionnels a déclaré qu’il n’était pas photographe de presse ni journaliste comme il le prétend.

    Il s’appelle Philippe Bourguet, c’est un liégeois, a 56 ans, il boite et porte une barbe blanche.

Avertissement

Les commentaires ont pour objectif de compléter l’information donnée dans l’article, argumenter, apporter une interrogation ou un questionnement par rapport au sujet de la contribution. Les avis personnels qui n’apportent rien de plus à l’article pourront être considérés comme discussion de forum ne répondant pas aux objectifs pré-cités.Tout commentaire ne répondant pas à ces objectifs, ou étant contraire aux règles éditoriales sera supprimé définitivement du site.

Lien vers la politique éditoriale du collectif

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)


copyleft Copyleft Indymédia (Independent Média Center). Sauf au cas où un auteur ait formulé un avis contraire, les documents du site sont libres de droits pour la copie, l'impression, l'édition, etc, pour toute publication sur le net ou sur tout autre support, à condition que cette utilisation soit NON COMMERCIALE.

RSS articlesRSS articles |  Site réalisé avec spip 3.2.5
Top