RSS articles
Français  | 
Local
Communique des Afghans posté le 16/09/14 - Local
Le potager des tanneurs a été détruit posté le 15/09/14 - Local
Soutenez le collectif krasnyi
posté le 12/09/14 - Local
URGENT TOUS à Calais demain 7 septembre posté le 06/09/14 - Local
Marches - Farid Bamouhammad en grève de la faim et de la soif posté le 06/09/14 - Local - 1 commentaire
Les liésons dangereuses posté le 04/09/14 - Local
Petits tours au CRA de Vincennes posté le 01/09/14 - Local
Free Nikos Maziotis
posté le 30/08/14 - Local
NO BORDER – PROCES – 3ème partie posté le 29/08/14 - Local
A propos du mouvement de solidarité avec la Palestine et du Hamas. posté le 27/08/14 - Local - 18 commentaires
Ca saigne à Liège Airport comme à Gaza !
posté le 27/08/14 - Local
Appel antifa posté le 26/08/14 - Local
Quartiers Verts 2014 : appel à projets d'habitants et d'association posté le 26/08/14 - Local - 1 commentaire
We want YOU !
posté le 26/08/14 - Local

1 | 2 | 3 | 4 | 5

EUX ET NOUS I.- Les (dé)raisons d’en haut.
posté le 17/02/13  par Sub Marcos Mots-clés  antimilitarisme  réflexion / analyse  Mexique  Peuples indigènes 


EUX ET NOUS


I.- Les (dé)raisons d’en haut.

Janvier 2013.

Ainsi parlent ceux d’en haut :

« Nous sommes ceux qui commandons. Nous sommes plus puissants, bien que nous soyons moins nombreux. Nous n’avons rien à faire de ce que tu peux bien dire-penser-faire, du moment que tu restes muet, sourd, immobile.

Nous pouvons imposer comme gouvernement des gens moyennement intelligents (bien qu’ils soient de nos jours très difficiles à trouver dans la classe politique), mais nous en avons choisi un qui ne peut même pas faire semblant de savoir de quoi il retourne.

Pourquoi ? Parce que nous pouvons le faire.

Nous pouvons utiliser l’appareil policier et militaire pour poursuivre et emprisonner de vrais délinquants, mais ces criminels sont une partie vitale d’entre nous. En revanche, nous avons choisi de te poursuivre, de te frapper, de t’arrêter, de te torturer, de t’emprisonner, de t’assassiner.

Pourquoi ? Parce que nous pouvons le faire.

Innocent ou coupable ? Et qui donc se soucie que tu sois l’un ou l’autre ? La justice est une putain de plus sur notre carnet d’adresses et, crois-nous, ce n’est pas la plus chère.

Et même si tu copies au pied de la lettre le modèle que nous t’imposons, même si tu ne fais rien, même si tu es innocent, nous t’écraserons.

Et si tu persistes à demander pourquoi nous le faisons, nous te répondons : parce que nous pouvons le faire.

C’est cela, avoir le Pouvoir. On parle beaucoup d’argent, de richesses et de ces choses-là. Mais, crois-nous, ce qui est le plus excitant, c’est ce sentiment de pouvoir décider sur la vie, la liberté ou les biens de n’importe qui. Non, le pouvoir, ce n’est pas l’argent, c’est ce que tu peux obtenir grâce à lui. Le Pouvoir, ce n’est pas seulement l’exercer impunément, c’est aussi et surtout le faire irrationnellement. Parce qu’avoir le Pouvoir, c’est faire et défaire sans avoir d’autre raison que la possession du Pouvoir.

Et peu importe qui apparaît en première ligne et nous cache. Ces histoires de droite et de gauche, ce n’est que des références pour que le chauffeur gare la voiture. La machine fonctionne toute seule. Nous n’avons même pas besoin d’ordonner qu’on punisse l’insolence de nous défier. Des gouvernements grands, moyens et petits, de tout le spectre politique, additionnés d’intellectuels, d’artistes, de journalistes, de politiciens, de hiérarques religieux, se disputent le privilège de nous être agréables.

Alors va te faire foutre, nique ta mère, pourris, crève, perds tes illusions, rends-toi.

Pour le reste du monde, tu n’existes pas, tu n’es personne.

Oui, nous avons semé la haine, le cynisme, la rancœur, le désespoir, le rien-à-cirer théorique et pratique, le conformisme du « moindre mal », la peur faite résignation.

Et, malgré tout, nous craignons que cela se transforme en rage organisée, rebelle, sans prix.

Car le chaos que nous imposons, nous le contrôlons, nous l’administrons, nous le dosons, nous l’alimentons. Nos « forces de l’ordre » sont nos forces pour imposer notre chaos.

Mais le kaos qui vient d’en bas…

Ah, celui-là… nous ne comprenons même pas ce qu’ils disent, qui ils sont, combien ils coûtent.

Et puis, ils sont si grossiers de ne plus mendier, ne plus attendre, ne plus demander, ne plus supplier, mais d’exercer leur liberté. A-t-on déjà vu pareille obscénité !

C’est ça, le vrai danger. Des gens qui regardent de l’autre côté, qui s’échappent du moule, ou le brisent, ou l’ignorent.

Tu sais ce qui nous a donné un très bon résultat ? Ce mythe de l’unité à tout prix. N’avoir à s’entendre qu’avec le chef, le dirigeant, le leader, le caudillo ou quel que soit le nom qu’on lui donne. Contrôler, administrer, contenir, acheter une personne est plus facile qu’en acheter beaucoup. Oui, et moins cher, aussi. Ça et les révoltes individuelles. Elles sont émouvantes d’inutilité.

En revanche, ce qui est vraiment un danger, un chaos véritable, c’est que n’importe qui devienne collectif, groupe, bande, race, organisation, et pour son propre compte apprenne à dire « oui » et à dire « non », et qu’ils se mettent d’accord entre eux. Parce que le « non » nous vise, nous qui commandons. Et le « oui »… pfff !... ça, c’est une calamité, imagine un peu que chacun construise son propre destin, et décide quoi être et quoi faire. Cela reviendrait à signaler que c’est de nous qu’on peut se passer, que c’est nous qui sommes de trop, nous qui gênons, nous qui ne servons à rien, nous qui devons être emprisonnés, nous qui devons disparaître.

Oui, un vrai cauchemar. Mais cette fois il est pour nous. Tu imagines comme ce monde serait de mauvais goût ? Plein d’indiens, de noirs, de café-au-lait, de jaunes, de rouges, de rastas, de tatouages, de piercings, de rivets, de punks, de gothiques, de chol@s, de skas, de porteurs de ce drapeau avec un « A », tellement sans nation pour pouvoir l’acheter, de jeunes de femmes, de putes hommes et femmes, d’enfants, de vieillards, de pachucos, de chauffeurs, de paysans, d’ouvriers, de popus, de prolos, de pauvres, d’anonymes, de… d’autres. Sans le moindre espace privilégié pour nous, « the beautiful people »… les « gens bien », pour que tu comprennes… parce qu’on voit depuis une lieue que tu n’as pas fait tes études à Harvard.

Oui, ce jour-là, ce serait la nuit pour nous… Oui, tout péterait. Qu’est-ce qu’on pourrait bien faire ?

Mmh… Nous n’avions pas pensé à ça. Nous avons pensé, planifié et mis en œuvre ce qu’il fallait pour empêcher que cela arrive, mais… non, nous n’y avions pas pensé.

Bon, dans un cas comme celui-là, eh bien… mmh… je ne sais pas… peut-être que nous chercherions des coupables et puis, je ne sais pas, chercher… un plan « B ». Bien sûr qu’à ce moment-là, tout serait inutile. Je crois qu’alors nous nous souviendrions de la phrase de ce maudit juif rouge… non, pas Marx… Einstein, Albert Einstein. Il me semble que c’est lui qui a dit : « La théorie, c’est quand on sait tout et que rien ne fonctionne. La pratique, c’est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi. Dans ce cas-ci, nous avons combiné la théorie et la pratique : rien ne fonctionne… et personne ne sait pourquoi ».

Non, tu as raison, ça ne nous arracherait même pas un sourire. Le sens de l’humour a toujours été un patrimoine inexpropriable. Dommage, non ?

Bon, c’est sur, nous sommes en temps de crise.

Dis-moi, tu ne vas pas prendre de photos ? Non, c’est juste pour nous arranger un peu, mettre quelque chose de plus présentable. Nan, ce petit modèle, on s’en est déjà servi dans « Hola »… Ah, mais qu’est-ce que je te raconte, on voit bien que tu n’es jamais allé plus loin que les BD de cowboys.

Ah, nous sommes impatients de raconter à nos ami-e-s qu’est venu nous interviewer quelqu’un de si… si… si autre. Ça va les enchanter. Et nous, ça va nous donner un air tellement cosmopolite…

Non, bien sûr que nous n’avons pas peur de toi. Quant à cette prophétie… bah, il s’agit seulement de superstitions si… si autochtones… Oui, tellement de Région 4… hahaha… quelle bonne blague, on la note pour quand on verra les ami-e-s.

Quoi ?... Ce n’est pas une prophétie ?

Oh, c’est une promesse…

(…) (Titutata-tatatata, le son du smartphone)

Allô, la police ? Oui, c’est pour signaler que quelqu’un est venu nous voir. Nous avons pensé que c’était un journaliste ou quelque chose comme ça. Il avait l’air si… si… si autre, oui. Non, il ne nous a rien fait. Non, il n’a rien emporté non plus. En fait, en sortant du club pour aller voir nos ami-e-s, nous avons vu qu’ils ont peint quelque chose sur le portail d’entrée au jardin. Non, les gardiens ne se sont rendu compte de rien. Bien sûr que non, les fantômes n’existent pas ! C’est peint comme ça, bon, avec beaucoup de couleurs… Non, nous n’avons vu aucun pot de peinture à proximité. Bon, nous vous disions que c’est peint avec beaucoup de couleurs, très coloré, très popu, très autre, rien à voir avec les galeries où… Quoi ? Non, nous ne voulons pas que vous envoyiez une voiture de patrouille. Oui, nous le savons. Mais nous vous appelons pour voir si vous pouvez enquêter sur ce que veut dire ce qui est peint. Nous ne savons pas si c’est un mot de passe, ou une de ces langues bizarres que parlent les gens d’en bas. Oui, c’est un seul mot, mais nous ne savons pas pourquoi il nous cause des frissons. Il dit :

MARICHIWEU ! »

(à suivre)

Depuis n’importe où, dans n’importe lequel des mondes.

Sup Marcos

Planète Terre

Janvier 2013.

Traduit par el Viejo.


Écoute et regarde les vidéos qui accompagnent ce texte :

a.- Pachuco

“Pachuco“, avec La Maldita Vecindad y los Hijos del 5to Patio. Video ora sí que como quien dice una perspectiva “desde abajo”, en medio del slam, pues. Moraleja ; no grabes mientras estés en el brincolín. ¿Y qué pex, Maldita ?, no sean ídem y hagan acuerdo, o qué, ¿van a dejar a la raza a la merced de yustinbibereadas y demás ? Sale pues, un abrazo desde acá del Solin, porque ustedes sí entendieron que las comunidades son el mero mero Kalimán.


b.- “Más por tu dinero”. (Plus pour ton argent)

“Más por tu dinero“. Scénario et réalisation de Yordi Capó. Guadalajara, Mexique, Août 2003.


c.- “De ratones y gatos”. (De souris et de chats)

Dessins animés basés sur des paroles de Thomas C. Douglas (1904-1986)

http://enlacezapatista.ezln.org.mx/2013/01/20/ellos-y-nosotros-i-las-sin-razones-de-arriba/


posté le 17 février 2013  par Sub Marcos 
Commentaires
  • Aucun commentaire

Avertissement commentaires

Les commentaires ont pour objectif de compléter l’information donnée dans l’article, argumenter, apporter une interrogation ou un questionnement par rapport au sujet de la contribution. Tout commentaire ne répondant pas à ces objectifs, ou étant contraire aux règles éditoriales sera supprimé définitivement du site.

Lien vers la politique éditoriale du collectif


Saisissez votre commentaire

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

www.indymedia.org
africa
Ambazonia Canarias estrecho / madiaq Kenya Nigeria South Africa
canada
London, Ontario Maritimes Montreal Ontario Ottawa Quebec Thunder Bay Vancouver Victoria Windsor
east asia
burma Jakarta Japan Korea Manila QC Saint-Petersburg
europe
Abruzzo Alacant Andorra Antwerpen Armenia Athens Austria Barcelona Belarus Belgium belgrade Bristol Brussels Bulgaria Calabria Croatia Cyprus emilia-romagna estrecho / madiaq Euskal Herria Galiza Germany grenoble Hungary Ireland Istanbul Italy La Plana Liege liguria Lille linksunten lombardia London Madrid Malta Marseille Nantes Napoli Netherlands Nice Northern England Norway Nottingham Oost-Vlaanderen Paris/Île-de-France Patras Piemonte Poland Portugal Roma Romania Russia Sardegna Scotland Sverige Switzerland Torun Toscana Toulouse Ukraine United Kingdom Valencia
latin america
Argentina Bolivia Chiapas Chile Chile Sur CMI Brasil CMI Sucre Colombia Ecuador Mexico Peru Puerto Rico Qollasuyu Rosario santiago Tijuana Uruguay Valparaiso Venezuela
oceania
Aotearoa Brisbane burma darwin Jakarta Manila Melbourne Perth QC Sydney
south asia
India Mumbai
united states
Arizona Arkansas Asheville Atlanta Austin Austin Indymedia Baltimore Big Muddy Binghamton Boston Buffalo Charlottesville Chicago Cleveland Colorado Columbus DC Hawaii Houston Hudson Mohawk Kansas City LA Madison Maine Miami Michigan Milwaukee Minneapolis/St. Paul New Hampshire New Jersey New Mexico New Orleans North Carolina North Texas NYC Oklahoma Philadelphia Pittsburgh Portland Richmond Rochester Rogue Valley Saint Louis San Diego San Francisco San Francisco Bay Area Santa Barbara Santa Cruz, CA Sarasota Seattle Tampa Bay Tennessee Urbana-Champaign Vermont Western Mass Worcester
west asia
Armenia Beirut Israel Palestine
process
FBI/Legal Updates Mailing Lists Process & IMC Docs Tech Volunteer
projects
Print Radio Satellite TV Video
regions
United States
topics
Biotech

copyleft Copyleft Indymédia (Independent Média Center). Sauf au cas où un auteur ait formulé un avis contraire, les documents du site sont libres de droits pour la copie, l'impression, l'édition, etc, pour toute publication sur le net ou sur tout autre support, à condition que cette utilisation soit NON COMMERCIALE.

RSS articlesRSS articles |  Site réalisé avec spip 3.0.16 [21266]