dimanche 17 juin 2018 15:00
lieu : Gare du Nord 1000 Bruxelles

Marche solidaire : Salut à toi ! Hallo jij !

17 juin 2018, 15h Gare du Nord
Marche solidaire : Salut à toi ! Hallo jij !

Pourquoi marcher ?

Parce qu’il est impossible de faire comme si le déplacement de l’homme était une anomalie et l’immobilité une règle. Comme si les frontières et les politiques migratoires étaient des données et non des constructions. Comme si les migrants étaient les responsables des modifications sociales, économiques et sécuritaires du paysage européen et des États-Nations. Comme si les camps et les parcs qui mettent en marge de la société des populations entières ne les forçaient pas à vivre dans l’assistance, la clandestinité ou des formes modernisées d’esclavage. Comme si cette tendance à « illégaliser » les migrants ne revenait pas à les sanctionner d’être des non-Européens et à les considérer comme des êtres inférieurs, des personnes de deuxième classe dont la vie aurait moins d’importance qu’une autre. Parce qu’il impossible non plus de faire comme si la question de la migration n’était pas sciemment rendue plus complexe qu’elle ne l’est pour justifier les replis nationalistes et la « racialisation » des hommes. C’est bien contre ce danger d’une rechute possible du repli identitaire et de notre phobie d’ouvrir les bras pour accueillir « l’autre », l’étranger, qu’il faut lutter, et non contre la migration. Celle-ci est liée à la condition humaine et tant que la terre tournera, elle ne pourra ni s’arrêter ni être arrêtée.

Comment marcher ?

Activement, parce que la marche est bonne pour la circulation sanguine, qu’elle réduit les risques d’hypertension et aère notre esprit. Pratiquée en groupe, elle remue les certitudes et délie les langues.

Allègrement et joyeusement, à travers la danse, le chant, la musique, autour d’échanges de perspectives et d’expériences, autour de ce qui nous rassemble plutôt que ce qui nous sépare. Voir les origines et l’identité de chacun non comme une source de division mais comme une source d’inspiration. Une nouvelle façon d’appréhender le monde et de « rencontrer celui qui, après avoir enduré le pire des voyages, tente simplement de continuer à vivre sa vie ».

Le secteur culturel uni pour les migrants

Cette balade fraternelle viendra conclure nos saisons respectives et permettra de faire un premier bilan sur cette année riche en engagements intenses. En ce sens, nous souhaitons marquer l’engagement du secteur culturel dans son ensemble et réaffirmer notre volonté de promouvoir et de défendre ensemble un projet de société progressiste et respectueux des droits humains.

Nous souhaitions que cette journée soit parrainée et marrainée par des figures du secteur culturel belge. Dès lors, nous avons fait appel à la bonne volonté de certains afin de nous rejoindre et de chapeauter cet évènement. Pie Tshibanda, Anne Coesens et Olivier Masset-Depasse ont répondu présents à cet appel. Nous comptons sur eux pour porter notre démarche.

Pie Tshibanda est un penseur, écrivain et conteur congolais qui a été menacé et contraint de quitter le Congo pour obtenir l’asile politique en Belgique.
Olivier Masset-Depasse est le réalisateur du film Illégal dans lequel une femme russe, jouée par Anne Coesens, vit à Bruxelles et se voit refuser l’asile. Suite à un contrôle dans les transports en communs, elle se voit arrêter et emmener dans le centre fermé de Zaventem.

Leur soutien vient justifier l’unité entre les acteurs culturels face à la question de l’accueil des migrants. Appartenant à l’univers du cinéma, de la littérature ou du spectacle vivant, que l’on soit artiste ou non, nous revendiquons une autre politique d’accueil.

Les festivités seront lancées depuis la Gare du Nord à 15h, animée par une fanfare Gwana et les Clowns sans frontières. La marche se dirigera ensuite vers le Petit-Château, le KVS, la Place de Brouckère, pour finir avec une scène musicale sur la Place de la Monnaie dès 17h.

Au programme

Des artistes qui portent pour étendard, celui de la diversité, qu’elle soit musicale ou culturelle.
Avec :
Clowns et magiciens Sans frontieres
Remork & Karkaba
Serigne Thiam
Saouta
Nawaris
Nisia
Baminla Zion-jah
Vinylio Rebetiko Blues
Roda de Choro de Brusselas
Gnawa transe
Florian jubin, Rachel Sassi et Fyl Sangdor

35 acteurs culturels s’engagent pour une autre politique migratoire :
Le 140, Alter Brussels, Alternatives Théâtrales, L’Ancre Charleroi, Atelier 210, Les Baladins du Miroir, Balsamine Théâtre, La Bellone, Le boson, Les Brigittines – Playhouse for Movement, Centre Culturel Action-Sud, Centre Culturel de Thuin, Choux de Bruxelles Artist Collectives, La Cité Miroir, Equipe Culture et Démocratie, Escale du Nord, Kaaitheater, De Kriekelaar GC vzw , KVS, Magic Land Théâtre, Maison de la création, Mars – Mons Arts de la Scène, MetX Movingmusic, Midis de la poésie, Passa Portabookshop, Les Riches-Claires, Rideau de Bruxelles, Théâtre des 4 mains, Centro Galego de Bruxelas ASBL La Tentation, Théâtre La montagne magique, Théâtre Océan Nord, Théâtre Varia, Théâtre de la Vie, Union des artistes – UDA et La Vénerie, Centre culturel de Watermael-Boitsfort.

Avec : CNCD 11.11.11, Ciré, Plateforme citoyenne de soutien aux réfugiés, Oxfam solidarité, ULB-Coopération, Association des Centres culturels, Aires Libres, Coordination des Sans-Papiers, DoucheLUX, la ligue des familles, Amitié sans frontières, Mouvement ouvrier chrétien, Bruxelles Laïque, Centre Librex, Tout Autre Chose / Hart Boven Hard – Bruxelles et Clowns sans frontières – Belgique.


publié le 4 juin 2018

copyleft Copyleft Indymédia (Independent Média Center). Sauf au cas où un auteur ait formulé un avis contraire, les documents du site sont libres de droits pour la copie, l'impression, l'édition, etc, pour toute publication sur le net ou sur tout autre support, à condition que cette utilisation soit NON COMMERCIALE.
Top