RSS articles
Français  |  Nederlands
samedi 6 mars 2021
12h00 - [LILLE] APPEL NATIONAL contre les violences policières posté le  - Agenda
dimanche 7 mars 2021
11h00 - Trace ton cercle / Teken je hart posté le  - Agenda
lundi 8 mars 2021
17h00 - Rassemblement de soutien à Julian Assange acte 101 posté le  - Agenda
dimanche 14 mars 2021
11h00 - Trace ton cercle / Teken je hart posté le  - Agenda
dimanche 21 mars 2021
11h00 - Trace ton cercle / Teken je hart posté le  - Agenda
lundi 26 avril 2021
10h00 - Formation : « Medic tout terrain », près de Bure posté le  - Agenda - 3 commentaires

À l’usage des vivants : projection suivie d’un débat et d’un concert

posté le 10/12/19 par À l'usage des vivants
lieu : Nova
adresse : Rue D'Arenberg 3, 1000 Région de Bruxelles-Capitale, Bruxelles
Mots-clés  antifa  antiracisme  art  histoire / archive  luttes sociales  sans-papiers  projection / débat / concert 

À l’usage des vivants (27’) : En 1998, Semira Adamu, jeune femme de 20 ans fuyant le Nigéria, mourait étouffée par les gendarmes qui tentaient de l’expulser, pour la sixième fois, du territoire belge. Vingt ans plus tard, dans un cri de guerre conjugué au féminin, trois femmes racontent, et mettent en lumière la réalité des centres fermés destinés à la détention des personnes migrantes, leur souffrance, les exactions des gardiens et des gendarmes, d’hier et d’aujourd’hui.

Qu’est-ce qu’un centre fermé ? Pourquoi enferme-t-on des étrangers ? Quel est l’impact de cette détention sur les individus ? Comment faire cesser cette politique migratoire inhumaine ?

Autant de questions autour desquelles le MRAX vous propose de discuter.

Avec Pauline Fonsny (réalisatrice de "A l’Usage des vivants"), Selma Benkhelifa (avocate chez Progress Lawyer Network), Nicha Mbuli ( juriste au MRAX) , et un ancien détenu d’un centre fermé.https://nova-cinema.org/prog/2019/175-decembre/rasons-les-centres-fermes/#article-22264

Soirée suivie d’un concert de Hamri : Arrivé d’Algérie en Belgique, en 2002, Abdel Abdelwahab Hakem -passionné de théâtre- rencontre le musicien Philippe Claudel, amateur comme lui de poésie et du guemri (basse percussive). Après plusieurs collaborations - dont le Cabaret Lancinant de l’Ambassade Universelle, ce lieu autogéré par des réfugiés, ouvert en 2000 pour 10 ans dans l’ancienne ambassade de Somalie -, et suite à leur rencontre avec le poète marocain Taha Adnan, le duo décide de mettre en musique des extraits de son recueil en arabe classique, "Je hais l’amour". De cette croisée des chemins est né le projet Hamri, la terre rouge en arabe mais aussi le nom d’un ancien quartier d’Oran.

toutes les informations ici : https://nova-cinema.org/prog/2019/175-decembre/rasons-les-centres-fermes/#article-22264

ENTRÉE LIBRE


posté le  par À l'usage des vivants  Alerter le collectif de modération à propos de la publication de cet article. Imprimer l'article
Commentaires
  • Aucun commentaire

Avertissement

Les commentaires ont pour objectif de compléter l’information donnée dans l’article, argumenter, apporter une interrogation ou un questionnement par rapport au sujet de la contribution. Les avis personnels qui n’apportent rien de plus à l’article pourront être considérés comme discussion de forum ne répondant pas aux objectifs pré-cités.Tout commentaire ne répondant pas à ces objectifs, ou étant contraire aux règles éditoriales sera supprimé définitivement du site.

Lien vers la politique éditoriale du collectif

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)