RSS articles
Français  |  Nederlands
vendredi 26 février 2021
15h00 - Rassemblement Une Seule Solution : La Régularisation ! posté le  - Agenda
dimanche 28 février 2021
11h00 - Trace ton cercle / Teken je hart posté le  - Agenda - 1 commentaire
13h30 - Balade technopolice : cartographions la surveillance ! posté le  - Agenda
lundi 1er mars 2021
17h00 - Rassemblement de soutien à Julian Assange acte 100 posté le  - Agenda
samedi 6 mars 2021
12h00 - [LILLE] APPEL NATIONAL contre les violences policières posté le  - Agenda
lundi 8 mars 2021
lundi 26 avril 2021
10h00 - Formation : « Medic tout terrain », près de Bure posté le  - Agenda - 2 commentaires

ANNULÉ - Les secrets en démocratie : nécessité ou obstacle démocratique ?

posté le 12/03/20
lieu : ULB - Auditoire K.1.105
adresse : Avenue Paul Héger, Bruxelles
Mots-clés  répression / contrôle social 

Le mercredi 29 janvier 2020, un collectif d’intellectuels (Carta Academica) a remis un Academic Honoris Causa aux lanceurs d’alerte Julian Assange, Chelsea Manning, Sarah Harisson et Edward Snowden pour leur défense du droit de savoir.

Selon l’article 10 de la Convention européenne des droits de l’homme, les citoyens ont « la liberté de recevoir ou de communiquer des informations ou des idées sans qu’il puisse y avoir ingérence d’autorités publiques et sans considération de frontière ».

Ce droit de savoir n’est pourtant pas absolu et se heurte inévitablement à d’autres intérêts comme les secrets d’État ou des affaires. L’arbitrage entre ces intérêts contradictoires n’est pas simple, les débats au sein de plusieurs pays membres de l’Union européenne en témoignent.

Aussi, que ce soit sur le plan du droit, de la philosophie politique ou de la morale, une interrogation demeure : Quelle place accorder à ces préoccupations contradictoires ?
D’un côté, les secrets ont-ils encore un sens, une légitimité ou sont-ils, au contraire, les reliquats d’une époque révolue ?
De l’autre, la défense de l’intérêt général suffit-il à abolir la fin du secret ? Cette posture ne permet-elle pas d’affaiblir drastiquement les intérêts de l’État ou de l’entreprise au profit d’une notion floue et vague ?

Les organisateurs du Printemps de la Justice vous proposent d’en discuter le lundi 16 mars 2020 à l’ ULB - Université libre de Bruxelles lors d’un débat contradictoire en présence de :

EDWY PLENEL, journaliste et directeur de Médiapart
Annemie Schaus, Professeure, avocate et membre du collectif Carta Academica
Pascal Pétry, administrateur adjoint à la sûreté de l’Etat.


posté le Alerter le collectif de modération à propos de la publication de cet article. Imprimer l'article
Liste des documents liés à la contribution
demo.jpg

Commentaires

Avertissement

Les commentaires ont pour objectif de compléter l’information donnée dans l’article, argumenter, apporter une interrogation ou un questionnement par rapport au sujet de la contribution. Les avis personnels qui n’apportent rien de plus à l’article pourront être considérés comme discussion de forum ne répondant pas aux objectifs pré-cités.Tout commentaire ne répondant pas à ces objectifs, ou étant contraire aux règles éditoriales sera supprimé définitivement du site.

Lien vers la politique éditoriale du collectif

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)