RSS articles
Français  |  Nederlands

ASILE ET MIGRATION : PLAN D’ACTION DE LA COMMISSION EUROPEENNE

posté le 19/05/15 par René Mots-clés  répression / contrôle social  économie  sans-papiers 

Attention préparez un baquet à côté de vous avant de lire ! Impressionnant ce qu’ils ont osé remettre sur la table ! Tout un menu concocté à destination du capital et des "employeurs".

"Cet plan d’action regroupe les différentes étapes que l’Union européenne devrait prendre à présent et dans les prochaines années, afin de planifier une approche cohérente et globale pour récolter les bénéfices et relever les défis découlant de la migration."

C’est ainsi qu’introduit la CE son plan d’action en matière d’asile et d’immigration pour les années à venir qu’elle a adopté mercredi 13 mai 2015 à Bruxelles.

texte intégral : http://ec.europa.eu/dgs/home-affairs/what-we-do/policies/european-agenda-migration/background-information/docs/communication_on_the_european_agenda_on_migration_en.pdf

Entre autres voici ce qui a été prévu :

La Commission européenne envisage que les employeurs puissent piocher dans une base de données de candidats préalablement repérés et sélectionnés en fonction d’un certain nombre de critères (diplôme, activité, revenus, etc.) comme cela se fait déjà en Nouvelle-Zélande, en Australie et au Canada.
La Commission européenne estime qu’il s’agit là de signes d’ouverture et indique qu’elle se veut intraitable à l’égard des étrangers en situation irrégulière. Les décisions d’expulsion doivent être plus rigoureusement mises en œuvre, estime-t-elle, regrettant que « seules 39,2 % » d’entre elles aient été exécutées en 2013. En matière de retours forcés, Frontex pourrait voir ses pouvoirs accrus. Le renforcement des contrôles aux frontières extérieures est considéré comme un enjeu central. En matière de fichage des personnes, une nouvelle technique biométrique est évoquée : la reconnaissance faciale, visant à contourner les tentatives d’effacement des empreintes par les migrants ne souhaitant pas s’installer dans le premier pays où ils ont mis les pieds. La mise en œuvre de « frontières intelligentes », selon le jargon européen, serait relancée. Elle consiste à faciliter la circulation des étrangers triés sur le volet tout en bloquant les “indésirables”. L’ensemble des dispositifs de surveillance (Eurosur, Eurodac, Système d’information Schengen) serait mis à contribution pour « enregistrer et ficher tous les passages de frontières des personnes originaires de pays tiers ». La limitation des « flux » jugés illégaux doit avoir lieu le plus en amont possible, estime la Commission européenne. Le projet, déjà pratiqué, est d’informer les migrants sur les dangers du parcours pour décourager ceux qui ne fuiraient pas des violences ou la guerre. Des officiers de liaisons seraient déployés dans les pays d’origine et de transit pour assurer le dialogue entre les parties. Un centre de ressource serait installé à Agadez au Niger.
(...)
source : http://www.mediapart.fr/journal/international/130515/quotas-visas-bruxelles-veut-reformer-sa-politique-d-asile-et-d-immigration?page_article=


posté le  par René  Alerter le collectif de modération à propos de la publication de cet article. Imprimer l'article
Commentaires
  • Aucun commentaire

Avertissement

Les commentaires ont pour objectif de compléter l’information donnée dans l’article, argumenter, apporter une interrogation ou un questionnement par rapport au sujet de la contribution. Les avis personnels qui n’apportent rien de plus à l’article pourront être considérés comme discussion de forum ne répondant pas aux objectifs pré-cités.Tout commentaire ne répondant pas à ces objectifs, ou étant contraire aux règles éditoriales sera supprimé définitivement du site.

Lien vers la politique éditoriale du collectif

Les commentaires des articles trop anciens sont fermés, et ceci pour limiter les attaques de spam.