RSS articles
Français  |  Nederlands

Acrata - Activités en juin 2016

posté le 08/06/16 Mots-clés  antimilitarisme 

Jeudi 23 juin – 19h30 - Discussion
Quels sont les mécanismes du pouvoir, et comment nous pouvons nous organiser contre elle ?

Dans cette discussion, je veux essayer de mieux comprendre ce qui est le pouvoir, par quels mécanismes il apparaît encore et encore, et comment nous pouvons nous organiser afin d’éviter cela.
Un mécanisme général est l’évolution de la coordination à l’apparition d’un contrôleur, dans lequel il existe un système supérieur, qui a ses propres buts. Cela peut par exemple être une organisation qui ne sert plus nos objectifs, mais devient une fin en soi et maintenir elle-même, ou une idée fixe que contrôle toi, au lieu de toi qui contrôle tes idées. C’est contre cela que que Stirner s’agite. Il peut aussi être la société, qui a sa propre vie, une mentalité différente de celle des individus qui la composent, comme Victor Serge écrit.
Nous en tant que anarchistes, ne voulons pas être comme un objet passif emporté par le cours des événements, nous voulons avoir le contrôle sur nos vies. Donc, nous voulons avoir un impact sur le monde qui nous entoure, n’est-ce pas ? Mais quelle est exactement la différence entre l’influence et le pouvoir, à l’exception d’une différence dans le succès ? Comment sommes-nous différents que des forces qui veulent déterminer le monde pour nous ? Qu’est-ce que nous voulons dire exactement avec le pouvoir et la domination ? Avec quels rapports au monde avons-nous des problèmes, et quels rapports nous proposons ? Qu’est-ce que signifie le pouvoir dans ce monde changeant où le pouvoir est plus nécessaire centralisée ?
J’approfondirai des méthodes de coordination anarchistes, et leur possible généralisation en des concepts généraux de système. Quel est le lien entre les idées anarchistes comme l’auto-organisation, l’action directe, la propagande par le fait, l’organisation informelle, la diversité des tactiques, l’insurrection, la révolution, la cohérence de la pensée et de l’action, et des concepts tels que stigmergie, retour positive, l’effet papillon, la variation et sélection ? Et ce serait tout dire ?
Je puise entre autres de l’inspiration de la théorie du système. Il y a un texte qui explique plusieurs des concepts ci-dessus qui se trouve Acrata. Vous pouvez lire le texte en préparation pour le débat, pour mieux comprendre quelques idées. Le texte et la discussion sont en anglais (ou en néerlandais s’il semble que tout le monde comprend).

Mardi 28 juin – 19h30 – Discussion
Sans loi ni travail – Sur le conflit en cours en France

Des compagnons de Paris viennent discuter sur l’accentuation du conflit social en France.

« Quand on cesse de se battre pour la survie de la société qui est en train de nous détruire, il ne reste que la pure négativité pour alimenter la révolte. Finies les revendications, justement. Fini le dialogue. Fini le consensus. Finie la politique. Mais que cette négativité soit inévitablement condamnée à l’éphémère, à se consumer en quelques heures, quelques jours ou quelques semaines, que cette négativité ne puisse pas être autre chose qu’un carburant temporaire, à être manipulé avec prudence et seulement quand on ne peut pas faire autrement, avant de revenir à l’officiel : voilà ce que serait la pire des résignations. La récréation peut uniquement être sans fin si la cloche est mise hors d’usage, et si en même temps le soi-disant imaginaire n’est pas récupéré par le mensonge sociétal... »

Jeudi 30 juin – 19h30 – Discussion
La question de l’insurrection

Ces dernières années encore, plusieurs éruptions sociales ont porté la révolte jusqu’à un point où les perspectives se renversent et où il semble que tout devient possible. (Prenons novembre 2005 en France ou décembre 2008 en Grèce par exemple) Dans ces moments-là, la question n’est plus de comment maintenir en vie la révolte - elle est diffuse et va en s’intensifiant - mais de comment précipiter le bouleversement amorcé du monde autoritaire, en étendue et en profondeur. Sachant que le pouvoir n’est pas un ennemi qui nous fait face... Sachant que la subversion des rapports établis ne cadre pas avec le mythe du "Grand Soir"... Que pourrait faire un groupe de personnes résolues dans une telle situation ?
Il n’y a pas à faire le schéma de ce que devrait être le processus insurrectionnel. Plutôt à envisager, dans le contexte particulier où nous sommes, les conditions déterminantes de son déclenchement. Pour s’y préparer ; pour ne pas se trouver confus et désarmés face l’imprévu d’une explosion de rage qui pourrait bien détoner tôt ou tard sous nos pieds.

Proposition d’un texte à lire avant la discussion :
La révolte incendiaire de novembre 2005 en France et l’hypothèse
insurrectionnelle (A Corps Perdu, 2010)
Cette brochure, accompagnée d’autres écrits sur le même sujet, est
disponible au local.


NEDERLANDS -----

Donderdag 23 juni – 19u30 – Discussie
Wat zijn de mechanismen achter macht, en hoe kunnen we ons ertegen organiseren ?

Met deze discussie wil ik proberen beter te begrijpen wat macht is, door welke mechanismen het steeds opnieuw verschijnt, en hoe we ons kunnen organiseren om dit te kunnen vermijden.
Een algemeen mechanisme is de evolutie van coördinatie naar het verschijnen van een controller, waarbij er een hoger systeem ontstaat die zijn eigen doelen heeft. Dit kan bv een organisatie zijn die niet meer onze doelen dient, maar doel op zich wordt en zichzelf in stand houdt, of een idee fixe die jou controlleert, ipv jij die je ideeën controlleert. Dit is waar Stirner tegen tekeer gaat. Dat kan ook gaan over de maatschappij, die een eigen leven, mentaliteit heeft, verschillend van de individuen waaruit het bestaat, zoals Victor Serge neerpent.
We willen als anarchisten niet zomaar als een passief object meegesleept worden door de gang van zaken, we willen controle hebben over ons leven. Dus we willen een invloed hebben op de wereld rondom ons, right ? Maar wat is juist het verschil tussen invloed en macht, behalve een verschil in succes ? Hoe verschillen we juist van krachten die de wereld voor ons willen bepalen ? Wat bedoelen we dus juist met macht en dominantie ? Met welke relatie tegenover de wereld hebben we problemen, en welke stellen we voor ? Wat betekent macht in deze veranderende wereld, waarbij macht niet langer noodzakelijk centraal is ?
Ik leg enkele anarchistische methoden van coördinatie uit, en generaliseer ze naar algemene systeemconcepten. Wat is de link tussen anarchistische ideeën als zelf-organisatie, directe actie, propaganda van de daad, informele organisatie, diversity of tactics, opstand, revolutie, coherentie van denken en doen, en concepten als stigmergie, positieve feedback, the butterfly effect, variatie en selectie ? En wat wil dat allemaal zeggen ?
Ik haal ondermeer inspiratie haal uit systeemtheorie. Er is in het lokaal een tekst beschikbaar die verschillende van bovenstaande concepten uitlegt. Je kan de tekst lezen als voorbereiding op de discussie, om een aantal ideeën al beter te begrijpen. De tekst en de discussie is in het Engels ( of in het Nederlands als blijkt dat iedereen dat begrijpt).

Dinsdag 28 juni – 19u30 – Discussie
Zonder werk noch wet – Over het sociale conflict in Frankrijk

Kameraden uit Parijs komen discussiëren over de verheviging van het sociale conflict in Frankrijk.

« Wanneer je ophoudt te vechten voor het overleven van de maatschappij die ons aan het kapotmaken is, blijft er alleen nog maar de pure negativiteit over om de revolte te voeden. Gedaan met eisen, inderdaad. Gedaan met dialoog. Gedaan met consensus. Gedaan met politiek. Maar dat deze negativiteit onvermijdelijkerwijze veroordeeld zou zijn tot een voorbijgaand fenomeen, consumeerbaar in enkele uurtjes, enkele dagen of enkele weken, dat deze negativiteit niets meer zou zijn dan een tijdelijke brandstof die omzichtig moet gebruikt worden en alleen maar wanneer het echt niet anders meer kan, om dan terug naar het officiële te gaan : dat zou werkelijk de ergste der berustingen zijn. De speeltijd kan alleen maar eindeloos zijn als de bel buiten werking gesteld wordt, en als tegelijkertijd de zogenaamde verbeelding niet gerecupereerd wordt door de maatschappelijke leugen. »

Donderdag 30 juni – 19u30 – Discussie
De kwestie van opstand

Nog in de laatste jaren hebben meerdere sociale uitbarstingen de revolte tot op een punt gebracht waar de perspectieven omgegooid worden en waar alles mogelijk lijkt. (Denk maar aan november 2005 in Frankrijk of aan december 2008 in Griekenland). Tijdens zulke momenten is de vraag niet langer hoe de revolte levende te houden – ze is wijdverspreid en verhevigt – maar hoe de aangevatte omverwerping van de autoritaire wereld te versnellen, zowel in de breedte als in de diepte. Wetende dat de macht geen vijand is die pal tegenover ons staat… Wetende dat de subversie van de gevestigde verhoudingen niet overeenstemt met de mythe van de ’Grote Avond’… Wat zou een groep vastbesliste mensen kunnen doen in zulke situatie ?
Het gaat er niet om een schema op te stellen over wat het insurrectionele proces zou moeten zijn, maar eerder om ons voor te stellen, in de context waarin we ons bevinden, wat de bepalende omstandigheden voor de ontketening ervan zouden zijn. Om ons er op voor te bereiden ; om niet verward en ontwapend komen te staan tegenover het onverwachte van een woedeuitbarsting die vroeg of laat onder onze voeten zou kunnen ontploffen.

Voorstelletje om een tekst te lezen voor de discussie :
De brandende revolte van november 2005 in Frankrijk en de insurrectionele hypothese. (A Corps Perdu, nummer 3, 2010). Deze tekst en andere schrijfsel over hetzelfde onderwerp zijn beschikbaar in het lokaal.


posté le Alerter le collectif de modération à propos de la publication de cet article. Imprimer l'article
Liste des documents liés à la contribution
programme_acrata(...).pdf

Commentaires
  • Aucun commentaire

Avertissement

Les commentaires ont pour objectif de compléter l’information donnée dans l’article, argumenter, apporter une interrogation ou un questionnement par rapport au sujet de la contribution. Les avis personnels qui n’apportent rien de plus à l’article pourront être considérés comme discussion de forum ne répondant pas aux objectifs pré-cités.Tout commentaire ne répondant pas à ces objectifs, ou étant contraire aux règles éditoriales sera supprimé définitivement du site.

Lien vers la politique éditoriale du collectif

Les commentaires des articles trop anciens sont fermés, et ceci pour limiter les attaques de spam.