RSS articles
Français  |  Nederlands

Acrimed et Alain Finkielkraut font cause commune contre l’« ivresse du pouvoir médiatique »

posté le 10/05/17 Mots-clés  antifa  solidarité 

Le 18 avril dernier sur France Culture, Guillaume Erner, animateur de la matinale, accueillait Alain Finkielkraut, de France Culture (mais aussi, entre autres, de l’Académie française, de Causeur, du Figaro, de BFM TV et d’I-télé), pour faire entendre les « dernières réflexions avant le vote » d’« une voix importante du champ intellectuel et culturel français ». L’occasion était trop belle pour nous de saluer le combat et l’audace du théoricien de « la défaite de la pensée ».
Si vous aussi, comme Alain Finkielkraut, pensez que « nous vivons un grand moment d’arrogance médiatique » et qu’il faut « arrêter de toute urgence cette ivresse du pouvoir médiatique »…

Si vous aussi, comme Alain Finkielkraut, en avez assez de voir les mêmes intellectuels médiatiques monopoliser les studios de radio et les plateaux de télévision [1]…

Si vous aussi, comme Alain Finkielkraut, n’avez qu’un mot à dire à toute l’éditocratie réunie…

… Alors n’attendez plus pour nous soutenir ! Car hormis notre magazine trimestriel, Médiacritique(s), et nos fabuleux produits derivés en vente dans notre fabuleuse boutique en ligne, tout est gratuit sur notre site, dans nos débats et nos manifestations publiques. Pour poursuivre notre action, nous avons donc besoin non seulement de phares de la pensée comme Alain Finkielkraut, mais aussi d’euros et… d’adhérentes et d’adhérents ! C’est à ce prix que nous pourrons continuer à intervenir pour faire de la question des médias la question politique qu’elle doit être et transformer l’ordre médiatique existant.

Alors, si comme Alain Finkielkraut vous voulez répliquer à tous ces arrogants omniprésents, rien de plus simple : adhérez ou faites un don à Acrimed !


posté le Alerter le collectif de modération à propos de la publication de cet article. Imprimer l'article

Commentaires

Les commentaires de la rubrique ont été suspendus.