RSS articles
Français  |  Nederlands

Action de désobéissance civile contre les centres fermés : fermeture symbolique d’un ministère qui viole les droits humains.

posté le 19/06/15 Mots-clés  action  répression / contrôle social  No Border  sans-papiers  solidarité 

À veille de la Journée mondiale des réfugiés, quatre militants se sont enchaînés ce matin vendredi 19 juin 2015, peu avant 08h00, à un bidon rempli de béton placé devant le cabinet du Secrétaire d’État à l’Asile et à la Migration, Theo Francken, situé rue de la Loi, à Bruxelles, pour exiger la fermeture des centres fermés. La vingtaine de manifestants présents dénonce une criminalisation et stigmatisation croissante des migrants, alimentant un climat de peur et de rejet à leur encontre. L’action est menée à l’initiative de la Ligue des droits de l’Homme (LDH) et du Mouvement contre le racisme, l’antisémitisme et la xénophobie (MRAX).

La police, appelé par 2 militaires stationnés au coin à côté, est arrivé 15 minutes après l’installation.
Ils ont directement exigé la carte d’identité de tous les personnes présentent à ce moment là.
Freddy Roosemont, le directeur de l’office d’étranger était aussi sur place car il avait un rendez-vous le matin avec Theo Francken, apparamment pour une réunion importante.
Le personnel du cabinet de Theo Francken voulaient absolument passé pour pouvoir aller travailler, ce qui n’était pas possible bien-sûr et alors ils sont resté à l’action tout près de leurs amis flics pour savoir combien de temps ça allait duré.

Au début la police a essayé de mettre la pression, a ben oui vds était le chef. Ils ont encerclé le groupe afin qu’ils n’ étaient pas visible, mais au moment que le media était sur place avec leur caméra pour filmer, les flics sont aller se cacher un peu plus loin. Il y avait plusieurs gens qui tractaient un peu plus loin afin de pouvoir passer le message de l’action aux gens.

A plusieurs reprises les flics sont venu voire comment les gens étaient enchainé au tonneau rempli de béton. A plusieurs reprises ils ont menacé que dans 5 minutes ils allaient dégagé tout le monde.
Vers 9h30 le samba est arrivé pour se joindre à l’action, la police n’a pas voulu les faire jouer , après l’ intervention de la ligue ils ont les laissé jouer. Mais un peu plus tard les personnes de samba étaient aussi obligé de donner leur carte identité.

Finalement Theo Francken, qui était entretemps arrivé au centre fermé 127bis ! a pu joindre le bourgemestre Mr Mahy pour passer l’ordre officiel pour terminer l’action. Le temps limite était 12h30. Les manifestants voulaient rester jusqu’à 17h pour empecher le cabinet au minimum une journée de ne pas pouvoir faire leur sale boulot. Vers 12h30 les manifestants ont négocié de quand-même partir s’il y avait sur écrit qu’ils n’allaient pas envoyé les amendes SAC de 250€ aux manifestants. Une voiture spéciale est venu pour enlever le tonneau de béton après que les manifestants enchainé étaient sorti.

Texte du tracte

Une société qui enferme l’autre parce qu’il est sans papiers est une société malade

Nous ne sommes pas des criminels !
Nous ne sommes pas des animaux !

Voici ce que crient les détenus à travers des barreaux des centres fermés.

Les centres fermés sont des prisons qui cachent leur nom.
Il est anormal et indigne de mettre en prison une personne parce qu’elle n’a pas le bon cachet sur le bon papier.

Etre sans papier n’est pas un acte criminel !

A cette extrême violence sur les esprits et les corps des femmes, des hommes et parfois des enfants migrants, nous oppossons cette protestation non-violente mais radicale.

Il est grand temps que cesse cette politique d’exclusion de l’autre par l’enfermement.

STOP AUX CENTRES FERMES

pour en savoir plus sur les centres fermés :
http://www.liguedh.behttp://www.mrax.be # stopcentresfermes


posté le Alerter le collectif de modération à propos de la publication de cet article. Imprimer l'article
Liste des documents liés à la contribution
une.png
deux.png
trois.png
quatre.png

Avertissement

Les commentaires ont pour objectif de compléter l’information donnée dans l’article, argumenter, apporter une interrogation ou un questionnement par rapport au sujet de la contribution. Les avis personnels qui n’apportent rien de plus à l’article pourront être considérés comme discussion de forum ne répondant pas aux objectifs pré-cités.Tout commentaire ne répondant pas à ces objectifs, ou étant contraire aux règles éditoriales sera supprimé définitivement du site.

Lien vers la politique éditoriale du collectif

Les commentaires des articles trop anciens sont fermés, et ceci pour limiter les attaques de spam.