RSS articles
Français  |  Nederlands

Annulation d’une série de dispositifs des méthodes particulières de recherche

trouvé dans la presse :

L’action intentée par la Ligue des droits de l’homme et de la Liga voor Mensenrechten contre la loi du 25 décembre 2016 sur les "méthodes particulières de recherche" a été partiellement suivie.

Les procureurs du Royaume ont grincé des dents à la lecture de l’arrêt du Conseil constitutionnel prononcé ce jeudi (6/12/18). Celui-ci a annulé une série de dispositifs de la loi du 25 décembre 2016 régissant les "méthodes particulières de recherches", dont les recherches informatiques. Dans son arrêt, la Cour annule la possibilité offerte aux policiers et procureurs, depuis cette loi portée par le ministre de la Justice Koen Geens, d’aller ouvrir des applications dans les GSM saisis sur des suspects. Dorénavant, ces actes ne pourront être menés que via l’accord du juge d’instruction. Ce qui risque de considérablement alourdir les enquêtes.

Très concrètement, depuis décembre 2016, un policier pouvait, sur simple accord du parquet, aller naviguer sur le compte Facebook, l’appli bancaire ou le fil WhatsApp d’un suspect, à la recherche d’informations susceptibles de faire avancer son enquête. Cela lui est maintenant interdit, sauf accord du juge d’instruction, et sauf si le policier ne fait que naviguer sur ces applications déjà ouvertes, sans avoir le droit de cliquer. La méthode était, de source judiciaire, particulièrement utile et utilisée par les magistrats du parquet et son annulation va considérablement changer leur travail.

L’action devant la Cour constitutionnelle a été portée par la Ligue des droits de l’homme et son pendant néerlandophone, la Liga voor Mensenrechten, qui demandaient l’annulation pure et simple du texte de loi. Pour Me David Ribant, à l’origine du recours, "la Cour a jugé qu’il n’y avait pas de garantie suffisante pour la sécurité des personnes". La loi avait été décidée dans un contexte de diminution des pouvoirs du juge d’instruction au profit du parquet, volonté du ministre de la Justice alors que le sujet de la suppression du juge est toujours sur la table.

Par ailleurs, la Cour constitutionnelle a annulé les dispositifs de tout le texte sur les méthodes particulières de recherche, en ce qui concerne les avocats et les médecins, professions soumises au secret professionnel.

Julien Balboni, Journaliste


posté le  par L  Alerter le collectif de modération à propos de la publication de cet article. Imprimer l'article
Commentaires
  • Aucun commentaire

Avertissement

Les commentaires ont pour objectif de compléter l’information donnée dans l’article, argumenter, apporter une interrogation ou un questionnement par rapport au sujet de la contribution. Les avis personnels qui n’apportent rien de plus à l’article pourront être considérés comme discussion de forum ne répondant pas aux objectifs pré-cités.Tout commentaire ne répondant pas à ces objectifs, ou étant contraire aux règles éditoriales sera supprimé définitivement du site.

Lien vers la politique éditoriale du collectif

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)