RSS articles
Français  |  Nederlands
dimanche 28 février 2021
11h00 - Trace ton cercle / Teken je hart posté le  - Agenda - 1 commentaire
13h30 - Balade technopolice : cartographions la surveillance ! posté le  - Agenda
lundi 1er mars 2021
17h00 - Rassemblement de soutien à Julian Assange acte 100 posté le  - Agenda
mercredi 3 mars 2021
18h30 - Dettes coloniales, réparations et reconnaissances posté le  - Agenda
samedi 6 mars 2021
12h00 - [LILLE] APPEL NATIONAL contre les violences policières posté le  - Agenda
lundi 8 mars 2021
lundi 26 avril 2021
10h00 - Formation : « Medic tout terrain », près de Bure posté le  - Agenda - 3 commentaires

Anti-SABAM Street rave ♪ ♫ ♬ ♪ ♫ ♬

posté le 24/05/16
lieu : Brussel
Mots-clés  action  répression / contrôle social  projection / débat / concert 

♪ ♫ ♬ ♪ ♫ ♬ ♪ ♫ ♬ ♪ ♫ ♬ ♪ ♫ ♬ ♪ ♫ ♬

ANTI-SABAM STREET RAVE (25.06.16 - 15H)

♪ ♫ ♬ ♪ ♫ ♬ ♪ ♫ ♬ ♪ ♫ ♬ ♪ ♫ ♬ ♪ ♫ ♬

Le 25 juin une ‘street rave’ contre la Sabam est organisée à Bruxelles. Des gens de toutes sortes danseront dans les rues pour exprimer leur mécontentement par rapport aux pratiques injustes et souvent absurdes de l’association des droits d’auteur. Sur l’événement Facebook déjà 10.000 personnes se disent interessé à cet évènement pour soutenir cette action. Une liste signée est établie par un nombre croissant d’organisations.

SABAM pourrait être mieux !

░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░

Au printemps 2011 le programme de télévision ludique Neveneffecten dénonce les pratiques de la Sabam dans une émission télévisée qui a fait fureur. Quatre ans plus tard, il semble n’y avoir pas beaucoup de changements dans la façon dont la Sabam se fait partout de l’argent. Au contraire, ils semblent toujours aller plus loin dans l’absurdité. Récemment on parle d’une chasse qui viseraient les internautes et les sites web personnalisés dans lequels sont intégrés une vidéo Youtube, pour les obliger à payer des droits. Alors même que cela est à l’encontre d’un arrêt de la Cour Européenne de Justice datant de 2014. Les crèches paient des sommes énormes chaque année parce que les bébés écoutent aussi de la musique ! Une station de radio bruxelloise ne peut plus diffuser sa propre antenne dans sa propre cuisine, car, même pour cela, il y a des droits à payer. SABAM veut de l’argent. De préférence, autant que possible, et la façon de l’obtenir est dépourvue de pertinence. Tout ceci alors que l’organisation a normalement pour objectif de protéger les artistes et leurs droits d’auteurs. Ça pourrait être mieux !

Si les petits et grands organisateurs de fêtes non commerciales, les petits artistes et le milieu socio-culturel ne voient pas vraiment une nécessité à la défense de leurs droits d’auteurs, c’est qu’une alternative est nécessaire ! La logique très commerciale de la SABAM va à l’encontre de celle du monde socio-culturel qui a pour but de former un contrepoids dans une société de consommation et de commercialisation excessive. C’est justement ceux qui cherchent à offrir des possibilités et des chances à des talents naissants qui sont les premiers à être punis.

Nous notons qu’une inscription à la ‘coopérative’ Sabam ne conduit pas nécessairement à un versement de droits d’auteur. Les recouvrements généreux que SABAM rassemblent sont calculés et distribués d’une façon ambiguë et peu claire. Comme si vous payiez chaque année un montant pour vous assurer et que finalement l’assurance n’intervenait pas en cas d’accident.

En tant qu’artiste, ne pas vous inscrire à la Sabam est à peine une option. Cependant, pour les petits artistes l’inscription est coûteuse, et, en fin de compte, rapporte moins qu’elle ne coûte. De cette façon, la SABAM atteint le contraire de son objectif déclaré. C’est comme si un citoyen pauvre devait payer un impôt minimum qui était supérieur au versement qu’il reçoit du CPAS.

Si en tant qu’organisateur vous jouez ou programmez de la musique qui n’est pas inscrite à la Sabam, c’est à vous de le prouver, et en attendant cette preuve on vous oblige à avancer la somme de l’amende supposée.

À l’inverse, à chaque occasion où la Sabam vous envoie une facture, ce devrait être à eux de prouver pourquoi vous avez à payer. Sinon, c’est comme si vous payiez une amende pour excès de vitesse avant même de rentrer dans votre voiture.

Nous demandons donc un débat ouvert avec la SABAM pour mettre un terme au dépouillement des petits artistes et des initiatives non-commerciales. Nous demandons un débat sur la transparence dans l’organisation, ses procédures et ses finances. Nous demandons plus de possibilités pour les petites initiatives et artistes, pour jouer et écouter de la musique sans taux minimal.

STREETRAVE

░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░

Le 25 Juin, une ‘street rave’ défilera dans les rues de la capitale. Plusieurs fanfares, installations sonores et musiciens déguisés en inspecteurs de droits d’auteur défileront pour accuser les procédés et les pratiques injustes de la Sabam en partageant leurs actes et créations musicales.

Si vous voulez participer à cette parade avec votre fanfare, votre camion sonore ou votre scène mobile, contactez l’organisation à l’adresse suivante : sabamstreetrave@gmail.com

Si vous souhaitez soutenir cette action il est possible de faire partie d’une liste de soutien que vous pouvez trouver sur notre page Facebook. Pour faire partie de cette liste ou partager le nom de votre organisation sur le mur de l’évènement Facebook.

PRATIQUE ░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░

LOCATION : BRUSSELS
START : 25.06.16 - 15:00
FREE - FREE - FREE


posté le Alerter le collectif de modération à propos de la publication de cet article. Imprimer l'article
Commentaires
  • Aucun commentaire

Avertissement

Les commentaires ont pour objectif de compléter l’information donnée dans l’article, argumenter, apporter une interrogation ou un questionnement par rapport au sujet de la contribution. Les avis personnels qui n’apportent rien de plus à l’article pourront être considérés comme discussion de forum ne répondant pas aux objectifs pré-cités.Tout commentaire ne répondant pas à ces objectifs, ou étant contraire aux règles éditoriales sera supprimé définitivement du site.

Lien vers la politique éditoriale du collectif

Les commentaires des articles trop anciens sont fermés, et ceci pour limiter les attaques de spam.