RSS articles
Français  |  Nederlands

Arbres ravagés à Haren : Prison ou intérêt public ?

posté le 25/02/15 par Comité de Haren Mots-clés  répression / contrôle social  luttes environnementales  ZAD du Keelbeek 

communiqué du Comité de Haren

Arbres ravagés à Haren : Prison ou intérêt public ?

Des arbres ravagés, des sentiers et un parc public emprisonné. Cela se passe à Haren sans permis ni communication. Le comité de Haren dénonce ce mépris du bien public.

Jeudi 19 février, sur le terrain du Keelbeek à Haren, des bulldozers se mettent à l’œuvre. Sur la zone verte où est prévue la construction de la plus grande prison de Belgique, des travaux ont commencé pour clôturer la moitié de cette surface de nature de 18ha.

Le comité s’interroge sur cette action de la Régie des Bâtiments et du consortium Cafasso.

Ces travaux ont débuté alors qu’aucun permis pour un chantier n’a jamais été délivré et que l’enquête publique n’a même pas encore commencé.

En outre, malgré les nombreuses interrogations qu’il soulève et les multiples contre arguments qui le remettent en cause, jusqu’à présent ce projet de mégaprison n’a pas donné lieu aux débats de société nécessaires.

Il retourne du sens de la responsabilité morale de poser enfin les véritables questions, relevant des choix de politique carcérale, de l’usage des terres non bétonnées en ville et des biens communs, du respect des processus démocratiques et des conditions du financement d’un projet d’une telle ampleur.

Par ailleurs, ces clôtures enferment un parc et un large espace de nature à présent inaccessibles pour promeneurs et habitants des trois communes limitrophes, Haren, Diegem et Machelen.

Enfin, ces travaux ont déjà fait des dégâts à l’environnement, injustifiés et inacceptables. Le comité rappelle que pour couper un arbre de haute tige un permis est nécessaire, or aucun n’a été délivré.

Tout porte à se poser une nouvelle fois cette question : l’intérêt du privé prime-t-il sur l’intérêt général ?

Le comité de Haren renforce sa vigilance et confirme sa volonté de forcer largement le débat autour de ce projet de mégaprison.

De la part du : Comité de Haren / comité van Haren - info[arobase]1130haren.be - http://1130haren.be
Personnes de contact : Laurent Moulin - 0499 03 09 01 - moulinlolo[arobase]yahoo.com / Raf Knops – 0479 50 51 08 - rkbxl[arobase]hotmail.com


posté le  par Comité de Haren  Alerter le collectif de modération à propos de la publication de cet article. Imprimer l'article
Commentaires
  • 26 février 2015 03:12, par comité van Haren

    Verwoeste bomen in Haren :
    Gevangenis of volksbelang ?

    Verwoeste bomen, paden en een gevangen genomen openbaar park.... Dit is wat plaatsgrijpt in Haren zonder vergunning of communicatie. Het comité van Haren klaagt dit misprijzen voor het openbare goed aan.

    Op donderdag 19 februari zetten de bulldozers zich in gang op het terrein van de Keelbeek. In deze groene zone, waar de bouw van de grootste gevangenis van België wordt gepland, startten de werken om de helft van deze 18ha grote oppervlakte natuur te omheinen.

    Het comité stelt zich vragen bij deze actie van de Regie der Gebouwen en van het consortium Cafasso.

    Deze werken startten vooraleer enige vergunning voor een werf werd afgeleverd en tevens voor de aanvang van het openbaar onderzoek.

    Daarenboven, en ondanks de talrijke vragen die het project voor de mega-gevangenis oproept en de talrijke tegenargumenten die het ook ernstig in vraag stellen, heeft het project geen aanleiding gegeven tot de noodzakelijke maatschappelijk debatten.

    Het vloeit voort uit de essentie van morele verantwoordelijkheid dat de échte vragen gesteld worden, over gevangenisbeleid, over het betonneren van vruchtbare gronden in de stad en van de gemene goederen, over het respect voor de democratische processen en over de condities van de financiering van projecten van een dergelijke grootte.

    Bovendien, sluit deze omheining een park en een grote oppervlakt natuur af, die hierdoor ontoegankelijk worden voor wandelaars en bewoners van de 3 aangrenzende gemeenten, Haren, Diegem en Machelen.

    Tenslotte, hebben deze werken al onverantwoorde en onaanvaardbare schade aangericht aan de omgeving, Het comité herinnert eraan dat om hoogstammige bomen te vellen een vergunning noodzakelijk is. Deze werd echter niet afgeleverd.

    Dit alles leidt opnieuw tot de vraag : primeert het privé-belang op het algemeen belang ?

    Het comité van Haren versterkt haar waakzaamheid en bevestigt haar bereidheid om het debat rond dit project van de mega-gevangenis te provoceren (of af te dwingen).

Avertissement

Les commentaires ont pour objectif de compléter l’information donnée dans l’article, argumenter, apporter une interrogation ou un questionnement par rapport au sujet de la contribution. Les avis personnels qui n’apportent rien de plus à l’article pourront être considérés comme discussion de forum ne répondant pas aux objectifs pré-cités.Tout commentaire ne répondant pas à ces objectifs, ou étant contraire aux règles éditoriales sera supprimé définitivement du site.

Lien vers la politique éditoriale du collectif

Les commentaires des articles trop anciens sont fermés, et ceci pour limiter les attaques de spam.