RSS articles
Français  |  Nederlands

Attaque à la frite de Charles Michel par les LilithS !

posté le 22/12/14 par LilithS Mots-clés  action  luttes sociales  économie  Namur  féminisme 

Ce lundi 22 décembre 2014, en cette période de dindes amaigries, les LilithS ont chassé à coup de frites Charles Michel, premier ministre du Royaume de Belgique.

Celui-ci tenait une conférence privée, où il exposait son programme politique et économique devant un parterre de grands patrons et de financiers wallons. Trois LilithS lui ont lancé des frites au visage et l’ont aspergé de mayonnaise en criant “DEHORS L’AUSTERITÉ ! MICHEL DÉGAGE !”

Sur leurs tee-shirts étaient inscrits les slogans suivants : “Quel social sur vos frites ?”, “Michel Dégage !”.

Le modèle social est détruit au nom d’une compétitivité absurde qui laisse le bien-être de la population à la porte des ministères. Au peuple belge on ne laisse que les frites sauce austérité. C’est pourquoi nous jetons à leur visage le symbole d’une Belgique qu’ils démantèlent.

La Belgique se portait mieux sans gouvernement. Michel dégage !

Nous avons pu lire le communiqué du cercle Wallon annonçant cet évènement, En voici un extrait scandaleux :
Le premier [ministre] défendra deux jours après un 15 decembre animé son programme de gouvernement. Si de nombreuses mesures projetées sont bien accueillies par le monde économique, elles génèrent une inquiétude populaire entretenue par des préjugés qui peinent à masquer les véritables intérêts de ceux qui les distillent.

Ces phrases nous donnent la mesure du mépris avec lequel les élites considèrent les revendications du peuple : une journée nationale de grève devient une journée “animée”, la population, un pantin manipulable.

Cette “inquiétude populaire” comme vous dites, c’est la colère d’une population qui voit son avenir bafoué au nom de mesures qui peinent à masquer les interêts de quelques uns, les votres ! Le peuple descend dans la rue avec sa conscience politique, et vous pouvez la craindre car nos idées sont aiguisées.

Nous ne tolèrons pas vos coupes budgétaires, votre politique d’immigration, votre criminalisation des pauvres, votre société sécuritaire. Nous voulons nous attaquer à ce qui gangrene réellement nos sociétés : la speculation, la déregulation de l’économie, l’évasion fiscale. La prétendue fraude doit changer de camp, elle n’est certainement pas sociale !

Ce gouvernement fascisant ne laisse au peuple d’autres choix que de déployer ses multiples outils : de la grève à l’action directe, des assemblées populaires aux débats démocratiques, nous ne vous laisserons pas nous précipiter dans la misère !

Nous sommes multiples.
Nous surgirons de l’espace public dans vos sphères de pouvoir chaque fois que cela sera nécessaire.

LilithS

Facebook : https://www.facebook.com/LilithSrevolution
Tumblr : http://lilithsrevolution.tumblr.com/
Twitter : https://twitter.com/lilithsrevolt

Nederlands :

Op maandag 22 december 2014, om 12u15, in deze periode van magere kalkoenen, hebben de Liliths, een groep van Belgische activistische vrouwen, Charles Michel, de premier van het koninkrijk België, verjaagd met een salvo frieten. Deze hield een privé-conferentie alwaar hij zijn politiek en economisch programma uiteenzette voor een publiek van bedrijfsleiders en Waalse investeerders. De Liliths hebben hem frieten in het gezicht gegooid en besproeid met mayonaise terwijl ze “ DEHORS L’AUSTERITE ! MICHEL DEGAGE” riepen. Op hun t-shirts stonden volgende slogans : "Michel, dégage !" en "Quel social sur vos frites ?"

Het sociale model wordt vernietigd in naam van een absurde competiviteit die het welzijn van de bevolking overlaat aan ministeries. Het Belgische volk krijgt enkel nog frieten met karigheidsaus voorgeschoteld. Daarom gooien we ze een symbool van een België dat ze ontmantelen, in het gezicht.

België was beter af zonder regering. Rot op Michel !

We hebben het communiqué van le Cercle Wallon dat deze bijeenkomst aankondigt kunnen lezen. Hieronder een onthullend fragment :

“De premier zal 2 dagen na een geanimeerde 15 december zijn regeerprogramma verdedigen. Zelfs als verscheidene voorziene maatregelen gunstig onthaald worden door de economische wereld, brengen ze ook een algemene ongerustheid voort, gevoed door vooroordelen die met moeite de werkelijke motieven kunnen verbergen van diegenen die deze bedenken.”

Deze zinnen geven de mate van misprijzen aan waarmee de elite de grieven van het volk beschouwt : een dag van nationale staking wordt een “geanimeerde” dag, het volk, een gemakkelijk te beïnvloeden marionet.

Deze voornoemde algemene ongerustheid bij de bevolking is de woede van een bevolking die zijn toekomst verraden ziet door maatregelen die nauwelijks de belangen verhullen van enkelen. Het volk komt op straat met haar politiek bewustzijn en het zou moeten gevreesd worden want haar ongenoegen is reeël.

Wij aanvaarden de budgetaire bezuinigingen niet , noch de asielpolitiek, de bestraffing van de armen of de politiestaat. Wij willen aanvallen wat werkelijk aan onze samenleving vreet : financiële speculatie, economische deregulering, belastingsontduiking.

De werkelijke fraude is niet sociaal, maar fiscaal !

De marsrichting van deze regering richting totalitarisme laat het volk geen andere keuze dan haar arsenaal aan middelen in stelling brengen : van staken tot directe actie, van volksvergaderingen tot democratische debatten. We zullen ons niet in de miserie laten duwen.

LilithS

Facebook : https://www.facebook.com/LilithSrevolution
Tumblr : http://lilithsrevolution.tumblr.com/
Twitter : https://twitter.com/lilithsrevolt

English :

This monday December 22th 2014 at 1pm, the Belgian feminist activist group LilithS celebrated this season of impoverished goodwill by offering flying french fries to prime minister of Belgium Charles Michel.

Michel was speaking at a private conference, presenting his political and economic program to a roomful of Wallon business leaders and financiers, when he was interrupted by three LilithS yelling "OUT WITH AUSTERITY ! MICHEL, GET OUT !" while throwing handfuls of french fries and spraying the prime minister with mayonnaise.

The activists wore t-shirts bearing the slogans "Michel, get out !" and "Which social on your fries ?" (a play on words that replaces the word "sauce" with "social" in the classic french fry vendor phrase.)

The Belgian social model is being destroyed in the name of market competitiveness, an absurd race to nowhere which leaves the population eating dust... or french fries, with austerity on the side. This is why we, LilithS, have chosen to throw this symbol of Belgium in the faces of those who would see the country dismantled.

Belgium would be better off with no government at all. Michel, get out !

We were able to read the press release announcing this event issued by the "cercle Wallon", the private club which hosted the event. Here is a particularly scandalous passage :
"The prime minister will be defending his program two days after a lively December 15th. Although many of the measures he puts forth are welcomed by the economic community, they generate popular concern, maintained by prejudices that barely mask the interests of those who distill them."

The sentences above give us an idea of the contempt in which the elites hold the demands of the people : a national strike is described as a "lively" day, and the population is made out to be little more than a puppet.

This "popular concern", as they call it, is in fact anger ; the anger of a population watching its future trampled by measures which "barely mask the interests of those who" support them ! The people have taken to the streets with a sharpened political conscience, so you’d better watch out.

We will not tolerate your budgetary cuts, your immigration policies, your criminalization of poverty, your surveillance society ! We will attack the truly gangrenous elements in our society : real estate speculation, market deregulation, fiscal evasion. The supposed fraud in the social system does not compare to the real thing.

This fascistic government has left the people with no choice other than collective resistance : whether by strike or direct action, by popular assembly or democratic debate, we will not allow ourselves to be plunged into misery !

We are many. We will bring the public outcry into the private domain of power, whenever necessary.

LilithS

Facebook : https://www.facebook.com/LilithSrevolution
Tumblr : http://lilithsrevolution.tumblr.com/
Twitter : https://twitter.com/lilithsrevolt


posté le  par LilithS  Alerter le collectif de modération à propos de la publication de cet article. Imprimer l'article
Liste des documents liés à la contribution
1842152628_b9743(...).jpg
10881634_7559441(...).png
2065867210_b9743(...).jpg
2115856686_b9743(...).jpg

Commentaires
  • Tout simplement génial, de l’engagement, du courage et des idées pour protéger les plus faibles.
    Il n’y a que les dames qui peuvent réaliser ce genre d’action.
    Philippe.

  • 23 décembre 2014 17:48, par EMMA GLODMANN

    "Le modèle social est détruit au nom d’une compétitivité absurde" comme le dit le communiqué !? Mais qu’on le détruise une fois pour toute ce "modèle social" à la belge basé sur l’infecte paix sociale, ainsi que sur la concertation entre patronat et syndicats pour mieux entuber les prolos... Quelle pleurnicherie digne de petites bourgeoises qui se veulent (qui sont veules !!!) proches "des pauvres" !!! En plus, le porc Michel rigole tellement sur les photos qu’il semble évident qu’il voit le profit politique à faire sur cette manoeuvre absurde. Société du spectacle bourgeois, quand tu nous tiens !!!

Avertissement

Les commentaires ont pour objectif de compléter l’information donnée dans l’article, argumenter, apporter une interrogation ou un questionnement par rapport au sujet de la contribution. Les avis personnels qui n’apportent rien de plus à l’article pourront être considérés comme discussion de forum ne répondant pas aux objectifs pré-cités.Tout commentaire ne répondant pas à ces objectifs, ou étant contraire aux règles éditoriales sera supprimé définitivement du site.

Lien vers la politique éditoriale du collectif

Les commentaires des articles trop anciens sont fermés, et ceci pour limiter les attaques de spam.