RSS articles
Français  |  Nederlands

BDS Belgium contre l’Etat raciste

posté le 15/08/16 Mots-clés  répression / contrôle social  solidarité  antifa 

Qu’est-ce que BDS Belgium ?

BDS Belgium est une plateforme belge d’associations souscrivant à l’appel BDS (Boycott Désinvestissement Sanctions)

Cette plate-forme se réunit en assemblée générale deux fois par an. Elle est gérée par un comité de pilotage tout au long de l’année.

BDS Belgium a pour mission de promouvoir en Belgique le Boycott, le DésinvestisssementDésinvestissement et les Sanctions à l’encontre de l’Éétat d’Israël tant que ce dernier ne respectera pas les droits du peuple palestinien.

Cette plateforme se réunit en assemblée générale deux fois par an. Elle est gérée par un comité de pilotage tout au long de l’année.

BDS Belgium diffuse une news-letter à laquelle vous pouvez vous inscrire.

La plateforme encourage et assistent les organisations adhérentes à menner des actions BDS à leur niveau et dans leur envoironnement. Une fois par an, elle organise une action nationale à laquelle elle invite toutes les organisations membres à participer.

Nous invitons votre association à adhérer à notre plateforme en remplissant le formulaire en ligne, un membre du comité prendra contact avec vous dans les prochains jours !

BDS Belgium ?
BDS Belgium is een platform van Belgische organisaties die de BDS (Boycot, Desinvestering en Sancties) oproep hebben onderschreven.

BDS Belgium heeft als missie Boycot, Desinvestering en Sancties tegen de staat Israël te promoten zolang deze de rechten van het Palestijnse volk niet respecteert.

Dit platform komt twee keer per jaar samen tijdens de algemene vergadering. Doorheen het jaar wordt het platform ondersteund door een stuurgroep.

BDS Belgium verspreidt een nieuwsbrief waarop u zich kan inschrijven.

Het platform ondersteunt en promoot het organiseren van BDS-acties door haar leden, naar hun eigen mogelijkheden en binnen hun eigen actiedomein.

Eén keer per jaar organiseert het platform een nationale actie waar alle organisaties aan kunnen deelnemen..

Wij nodigen ook uw organisatie uit zich aan te sluiten bij het platform door het formulier online in te vullen. Een lid van de stuurgroep zal dan in de eerstvolgende dagen contact met u opnemen.

http://bds-campaign.be/nl/content/bds-belgium


posté le Alerter le collectif de modération à propos de la publication de cet article. Imprimer l'article
Commentaires
  • nik tous les "états" (même la palestine )

  • "Etat " (au singulier ou au pluriel) est le nom du problème structurel actuel

  • Appel urgent à la solidarité internationale : Free Bilal Kayed !

    Bilal Kayed va entrer dans son 60e jour (1) de grève de la faim. À l’entame de son troisième mois sans s’alimenter, pieds et poings entravés sur un lit, sous la surveillance constante de gardiens de prison à l’hôpital de Barzilai, la dernière agression qu’il a subie est venue de l’occupation israélienne : une convocation au tribunal émanant de la Cour suprème israélienne et ce, avec un délai de deux mois, alors qu’il souffre déjà d’une dégradation sévère de son état de santé, avec des douleurs à la clef, un état de faiblesse permanent et un teint de plus en plus jaune. On l’a même menacé de lui imposer un traitement de force au cas où il perdrait à nouveau conscience.

    Bilal Kayed, prisonnier palestinien, est détenu sans accusation ni procès. Le 13 juin 2016, il a fini de purger une peine de 14 ans et 5 mois dans les prisons israéliennes. Alors que sa famille l’attendait à un check-point israélien pour son retour à son village d’Asira al-Shamaliya, on lui a notifié en lieu et place six mois de détention administrative (sans accusation ni procès), une peine renouvelable à l’infini, et ce, sur base d’un « dossier secret » – et on l’a enfermé en détention solitaire, alors qu’il venait d’y passer les neuf derniers mois. Kayed, qui avait été arrêté en emprisonné en 2001 pour implication dans le Front populaire (de gauche) de libération de la Palestine et dans la résistance palestinienne lors de la Deuxième Intifada, a entamé une grève de la faim le 15 juin dernier.

    Depuis lors, il n’a consommé aucune nourriture. Il a souhaité poursuivre sa grève pour la liberté en dépit de toutes les conséquences qu’il allait subir. En même temps, lui et ses 7 000 compagnons de détention palestiniens – dont 750 en détention administrative – ont affirmé que son combat n’avait rien d’individuel. L’affaire de Kayed risque de constituer un précédent qui aura un impact sur tous les prisonniers palestiniens – le menace d’une détention reconduite à l’infini après l’expiration d’une peine de prison. C’est également une tentative de supprimer les dissensions et toute forme d’organisation à l’intérieur même des prisons israéliennes ; Kayed était un dirigeant élu des prisonniers qui assurait une coordination entre les diverses factions palestiniennes afin d’organiser des grèves de la faim et d’autres actions parmi les détenus.

    Plus d’une centaine de camarades de Kayed au sein du FPLP et des centaines d’autres prisonniers palestiniens ont rallié des grèves de la faim et autres formes collectives de protestation pour sa liberté et, parmi eux, Ahmad Sa’adat, secrétaire général du FPLP. Le Mouvement des prisonniers palestiniens a diffusé une déclaration commune mettant l’accent sur l’importance de sa grève. Plus de 150 organisations palestiniennes et internationales ont signé un appel réclamant sa libération. Et, dans les rues de Palestine et d’ailleurs dans le monde, la voix populaire se fait entendre de plus en plus : dans les villes, villages et camps de réfugiés de la Palestine occupée ainsi que dans toutes les zones, à Haïfa, Ashkelon, Umm al-Fahm, Naplouse, Dheisheh, Bethléem, dans les camps d’Aïda et de Qalandiya, à Jérusalem, Ramallah, Jénine, Tulkarem, Qalqilya, Gaza, Khan Younis et bien d’autres endroits encore ; et dans les villes et localités du monde entier, comme New York, Vancouver, Montréal, Johannesburg, Belfast, Dublin, Beyrouth, Le Caire, Rabat, Bruxelles, Berlin, Amsterdam, Paris, Toulouse, La Haye, Göteborg, Vienne, Copenhague, Malmö, Caracas, Sao Paulo, Naples, Sydney, Milan, Londres, Manchester et bien d’autres encore, l’appel se propage pour la liberté de Bilal Kayed et de ses camarades palestiniens emprisonnés.

    Le Comité national pour le boycott a publié un appel afin d’intensifier et de durcir le boycott de G4S ; puisque Bilal Kayed entre dans sa 60e journée de grève de la faim, il est plus que temps d’amplifier le boycott d’Israël ainsi que la campagne contre G4S. À cette occasion, ce vendredi 12 août à New York City, des protestataires défileront et se rassembleront devant tous les bureaux de G4S l’un après l’autre. Cette accélération de la campagne contre G4S tombe juste au moment où le mouvement Black Lives Matter insiste, dans sa plate-forme historique, pour que tout le monde « organise des campagnes contre G4S et les autres firmes privées opérant dans des prisons partout dans le monde et tirant profit de l’asservissement de notre communauté, que ce soit aux États-Unis, en Palestine, au Brésil et ailleurs ».

    Au Liban, le Parti communiste libanais marchera jusqu’aux frontières de la Palestine en guise de soutien des prisonniers en grève. Dans la prison de Lannemezan, Georges Abdallah refuse de se sustenter après 32 années passées dans les geôles françaises. En Irlande, la patrie de tant de prisonniers du colonialisme et où existe un lourd héritage de grèves de la faim, les protestations se multiplient de jour en jour, y compris de la part des détenus républicains irlandais. À Dublin, Copenhague, Sydney, Derry City, Vienne, Berlin, New York City et dans toute la Palestine occupée, les gens s’apprêtent à descendre dans les rues pour la liberté.

    Dans un même temps, les voix officielles du monde restent silencieuses : tant les importantes organisations des droits de l’homme que les gouvernements et les organes des Nations unies. En ces instants de grande urgence, nous demandons à toutes les personnes dotées d’une conscience, aux organisations palestiniennes et aux organisations de solidarité avec la Palestine ainsi qu’aux mouvements en faveur de la justice sociale d’intensifier le combat pour la liberté de Bilal Kayed. La notification d’une convocation au tribunal dans les deux mois est une déclaration ouverte du désir d’Israël d’assassiner Bilal Kayed et de réprimer le mouvement des prisonniers. Au moment où Bilal Kayed entame sa 60e journée de grève de la faim (1), transformons cette période du 12 au 20 août en des journées d’action pour la libération de Bilal et celle de la Palestine !

    Nous demandons instamment à toutes les personnes qui soutiennent les prisonniers palestiniens et le peuple palestinien ainsi que leur lutte pour la justice et la liberté, d’intensifier leurs protestations, leur mobilisation et leur combat pour la liberté afin de faire face à ces menaces contre la vie même de Bilal Kayed et de soutenir son combat urgent pour la liberté.

    http://www.pourlapalestine.be/appel-urgent-a-la-solidarite-internationale-free-bilal-kayed/

  • BDS est régulièrement cité pour ses dérapages dieudonnistes, soraliens, antisémites ...

  • 19 août 2016 05:48

    ***Commentaires

    Les commentaires sont soumis aux mêmes règles que les articles.
    Pour des raisons de lisibilité générale, des contenus d’article kilométriques postés en commentaires ne seront pas accepté. Vous pouvez néanmoins indiquer le lien.
    Si l’enfilade de commentaire tourne en discussion de forum, alors le collectif a de bonnes raisons de croire que l’article en question est un troll, et donc supprimer l’article.

    Texte approuvé par le collectif le 20 juin 2016.

  • Les antiracistes/antisionistes ont d’autres références :

    LES PUBS INDÉCENTES D’ISRAËL DANS LE JOURNAL “LE MONDE”
    https://www.bdsfrance.org/les-pubs-indecentes-disrael/

    Le journal Le Monde publie en ce mois de juillet une série de publicités vantant le tourisme en Israël. Nous avons souhaité rétablir la réalité de cet Etat colonial.

    DES DIZAINES DE MEMBRES DU PARLEMENT EUROPÉEN APPELLENT L’UE À SOUTENIR LE DROIT DE BOYCOTTER

    Plus de 30 membres du parlement ont appelé la Haute Représentante de l’UE, Federica Mogherini, à prendre des mesures assurant la liberté d’expression pour le mouvement à direction palestinienne pour la justice et l’égalité Boycott, Désinvestissement et Sanctions (BDS) et à reconnaître Omar Barghouti, un cofondateur du mouvement BDS, comme un défenseur des droits humains.

    Alors que les opinions des signataires sont diverses sur le mouvement BDS, ils ont exprimé leur inquiétude à propos des « tentatives croissantes de faire taire et de réprimer les partisans du BDS » et appelé l’UE à « garantir qu’elle n’introduira pas de mesures visant à limiter la liberté d’expression concernant le Moyen Orient et le BDS ».

    Ayant échoué à masquer le soutien croissant et l’impact du mouvement BDS dans l’ensemble de la société civile, Israël a lancé une campagne anti-démocratique sans précédent pour faire taire la parole palestinienne et mettre le soutien au BDS hors la loi.

    Les attaques provoquées par Israël contre le mouvement BDS opèrent par des pressions sur les gouvernements, les législateurs et les responsables pour combattre les activités BDS par des mesures répressives qui représentent une menace aux libertés civiles et politiques en général.

    Les 32 parlementaires signataires ont exprimé leur inquiétude concernant les attaques ciblées, par Israël, de militants soutenant les droits palestiniens par le BDS et appelé l’UE à « reconnaître en Omar Barghouti un défenseur des droits humains et accorder, à lui et aux autres défenseurs des droits humains Palestiniens, Israéliens et internationaux, protection et assistance appropriées. […]

    https://www.bdsfrance.org/des-dizaines-de-membres-du-parlement-europeen-appellent-lue-a-soutenir-le-droit-de-boycotter/

  • ***Commentaires

    Les commentaires sont soumis aux mêmes règles que les articles.
    Pour des raisons de lisibilité générale, des contenus d’article kilométriques postés en commentaires ne seront pas accepté. Vous pouvez néanmoins indiquer le lien.
    Si l’enfilade de commentaire tourne en discussion de forum, alors le collectif a de bonnes raisons de croire que l’article en question est un troll, et donc supprimer l’article.

    Texte approuvé par le collectif le 20 juin 2016.

  • BDS est régulièrement cité pour ses dérapages

    - dieudonnistes,
    - soraliens,
    - antisémites ...

  • Ses détracteurs emploient les mêmes qualificatifs que l’extrême droite, il manque juste illuminati, reptiliens et vipères lubriques, mais ça ne saurait tarder.

    Les racistes partisans de l’apartheid et des nettoyages ethniques feraient mieux de surveiller les dérives dans leurs propres rangs question négationnisme et pédophilie. Voir :

    https://bxl.indymedia.org/spip.php?article11792

  • 22 août 2016 22:07

    1 – Le boycott représente une prise de position, c’est un acte de dénonciation politique qui se poursuivra jusqu’à ce qu’Israël s’engage clairement dans le respect du droit international, la fin de l’occupation et de la colonisation.

    2- Cette campagne de Boycott de l’Etat d’Israël en tant qu’occupant et colonisateur, comme celle du Boycott de l’Afrique du Sud de l’Apartheid, n’est pas une fin en soi, destinée à discriminer une population. Elle constitue un outil de pression sur nos gouvernements pour qu’ils appliquent des sanctions et un levier sur le gouvernement israélien, qui servira à imposer la seule issue pour cette région : l’application du droit international et le respect des droits des Palestiniens.

    3- Notre action est éthique, citoyenne et politique.

    Elle s’inscrit dans notre combat permanent contre toute forme de racisme.

    Elle ne vise pas des personnes ou des groupes en raison de leur origine ou de leur religion juive, ni leurs entreprises ou leurs produits.

    Nous faisons une différence évidente entre un produit israélien que nous boycottons, et un produit casher produit par une entreprise non israélienne que nous ne boycottons pas.

    Ce boycott ne vise pas la société israélienne ni les individus qui la composent, en tant que tels, il vise la politique coloniale d’occupation israélienne et ses partisans.

    4 – Nous nous engageons

    À refuser d’acheter ou de consommer les produits et les services de l’économie israélienne ;

    À refuser de participer à toute action culturelle sportive… promue en France par des institutions officielles israéliennes ;

    À informer les partenaires commerciaux ou institutionnels des raisons de notre boycott ;

    À mener des campagnes d’information et de sensibilisation du public sur les raisons du boycott, et sur les entreprises françaises qui participent à l’occupation et à la colonisation israélienne ;

    À mener des actions d’information auprès des entreprises et comités d’entreprise français sur les produits israéliens et les raisons de cesser leur distribution.

    5 – Notre action est non violente et respecte les personnes et les biens.

  • Une manifestation contre la présence du Beitar de Jérusalem et de ses supporters qui se vantent publiquement d’être « les plus racistes » de leur pays aura lieu jeudi 25 août à 17 heures, Place de l’Hôtel de Ville à Saint-Etienne.

    Nous invitons tous les citoyens indignés par le maintien, dans les compétitions internationales, de ce club de football qui entretient et encourage la violence anti-arabe et anti-musulmane, avec le soutien des dirigeants israéliens Netanyahou et Lieberman, à participer nombreux à cette mobilisation.

    Pointe avancée de l’apartheid israélien, le Beitar de Jérusalem a des antécédents innombrables de violences racistes au nom d’une prétendue « suprématie juive ». Pourtant, ces messieurs de l’UEFA ont jusqu’à présent garanti l’impunité du Beitar, qui doit jouer jeudi contre les « Verts » au stade Geoffroy-Guichard de Saint-Etienne.

  • BDS est régulièrement cité (même par la presse de Gogoche style Libération ou par des groupes politique ((anar, u-g, communiste, trosk, d’extrême gauche)) pour ses dérapages

    - dieudonnistes,
    - soraliens,
    - antisémites ...

  • nik tous les "états" (même la palestine )

  • BDS est régulièrement cité pour ses dérapages

    - dieudonnistes,
    - soraliens,
    - antisémites ...

  • BDS est régulièrement cité pour ses dérapages

    - antisémites (non non pas antisioniste... )
    - dieudonnistes (ses membres font des quenelles ou assure des services d’ordre),
    - soraliens (meeting commun),

  • 5 septembre 2016 11:15

    Les tentatives d’intimidation de Manuel Valls concernant l’appel au boycott de l’occupant israélien, et ses affirmations mensongères assimilant antisionisme et antisémitisme n’ont fait qu’élargir le cercle des personnes approuvant, dans toute la France, la campagne BDS.

    http://www.europalestine.com/spip.php?article11753

  • 5 septembre 2016 11:17

    BDS : victoire de la liberté d’expression à Toulouse

    Le tribunal de Toulouse, statuant en référé, a fait échec lundi à une tentative de la mairie d’interdire un meeting de soutien aux 4 militants de la campagne BDS appelés à comparaître devant la justice le 30 juin prochain.

    La mairie avait dans un premier temps accepté le prêt d’une salle pour la tenue du meeting de solidarité mardi 31 mai.

    Mais vendredi, à la veille du week-end donc, et avec l’arrière-pensée maligne que les organisateurs n’auraient plus le temps de se retourner, la mairie faisait volte-face et décidait d’interdire la réunion.

    Qu’à cela ne tienne ! Nos camarades ont aussitôt fait un recours, pour que le tribunal statue en référé, compte-tenu de l’urgence. Et ce dernier leur a donné raison lundi, en jugeant que le maire de Toulouse, Jean-Luc Moudenc, avait porté "une atteinte grave et manifestement illégale à la liberté fondamentale de réunion".

    Nous invitons tous nos adhérents et sympathisants de la région toulousaine à participer nombreux à ce rendez-vous militant, étape importante de la mobilisation en défense des militants poursuivis par un parquet aux ordres du lobby israélien en France.

    Le meeting a lieu mardi 31 mai à 20h30, Salle Osète (6 rue du Lieutenant-Colonel Pélissier, M° Capitole), avec la participation, notamment, de Mohamed Khatib, responsable d’une association palestinienne de défense des prisonniers, et Eric Hazan, écrivain, responsable de la maison d’édition La Fabrique.

    Voici, enfin, des extraits de l’ordonnance du tribunal condamnant la mairie :

    ... Considérant qu’il résulte de ce qui précède qu’en prenant la décision attaquée, le maire de Toulouse a porté, dans l’exercice de ses pouvoirs, une atteinte grave et manifestement illégale à la liberté fondamentale de réunion ; que, par suite, il y a lieu d’ordonner la suspension de l’exécution de la décision du maire de Toulouse en date du 26 mai 2016 portant refus de mise à disposition d’une salle communale à l’Association Attac Toulouse en vue d’y tenir une réunion publique le 31 mai 2016 ; qu’il y a également lieu d’enjoindre au maire de Toulouse de permettre la tenue de la réunion publique du 31 mai 2016 de 20h00 à 23h30 dans la salle Osète, objet de la demande de mise à disposition, ou dans une salle équivalente ;

    ... Considérant qu’il y a lieu, dans les circonstances de l’espèce, de mettre à la charge de la commune de Toulouse la somme demandée de 1 500 euros à verser à l’Association Attac Toulouse sur le fondement de l’article L. 761-1 du code de justice administrative ;

    ORDONNE :

    Article 1er : L’exécution de la décision du 26 mai 2016 du maire de Toulouse refusant de mettre à disposition de l’Association Attac Toulouse une salle communale est suspendue.

    Article 2 : Il est enjoint au maire de Toulouse de mettre à disposition de l’Association Attac Toulouse la salle Osète ou une autre salle équivalente le mardi 31 mai 2016 de 20h00 à 23h30.

    Article 3 : La présente ordonnance est exécutoire immédiatement en application des dispositions du deuxième alinéa de l’article R. 522-13 du code de justice administrative.

    Article 4 : La commune de Toulouse versera à l’Association Attac Toulouse la somme de 1 500 euros sur le fondement de l’article L. 761-1 du code de justice administrative.

    Article 5 : La présente ordonnance sera notifiée à l’Association Attac Toulouse et au maire de Toulouse.

    Copie en sera adressée pour information au préfet de la Haute-Garonne. Fait à Toulouse le 30 mai 2016.

    http://www.europalestine.com/spip.php?article11919

  • Coup dur pour les fachos

    Le ministre de la Justice du Portugal a annoncé qu’il se retirait d’un projet financé par l’UE commun avec le ministère israélien de la Sécurité publique, la Police nationale israélienne et l’université Bar Ilan d’Israël. Le projet LAW TRAIN, dont l’objectif est d’unifier les méthodologies d’interrogatoire de la police, a suscité une controverse au Portugal en raison d’une opposition qui s’est fortement manifestée contre la participation d’Israël dans le programme de recherche Horizon 2020 de l’UE, et contre les violations des droits humains commis par les entités israéliennes qui y participent. Le gouvernement portugais a fait l’objet d’une forte pression de la part d’organisations de la société civile pour qu’il mette un terme à cette coopération avec Israël. Des partis politiques ont dénoncé au parlement la torture que pratique régulièrement la police israélienne et le rôle du ministère de la Sécurité publique dans la détention illégale des milliers de prisonniers politiques palestiniens dans les prisons israéliennes.

  • 13 septembre 2016 07:42

    BDS est régulièrement cité pour ses dérapages

    - antisémites (non non pas antisioniste... )
    - dieudonnistes (ses membres font des quenelles ou assure des services d’ordre),
    - soraliens (meeting commun),

Avertissement

Les commentaires ont pour objectif de compléter l’information donnée dans l’article, argumenter, apporter une interrogation ou un questionnement par rapport au sujet de la contribution. Les avis personnels qui n’apportent rien de plus à l’article pourront être considérés comme discussion de forum ne répondant pas aux objectifs pré-cités.Tout commentaire ne répondant pas à ces objectifs, ou étant contraire aux règles éditoriales sera supprimé définitivement du site.

Lien vers la politique éditoriale du collectif

Les commentaires des articles trop anciens sont fermés, et ceci pour limiter les attaques de spam.