RSS articles
Français  |  Nederlands

Bahar Kimyongür, ou l’exception culturelle

posté le 19/06/13 par le olé Mots-clés  répression / contrôle social 

C’en est fini d’aller se faire voir sur la télévision nationale grecque et la the voice populi grogne. Elle veut voir Joséphine ange gardien danser le sirtaki, réclame les Experts Kalampaka et désire que ça fasse Splash dans l’ouzo.

Pendant ce temps, Isabelle Durant se fâche. Elle veut démanteler la troïka européenne pour en faire quelque chose de, je cite, « un peu plus démocratique ». Pas quelque chose de démocratique, hein, juste « un peu plus démocratique ». Pendant ce temps, on vote le Traité budgétaire européen presque en secret et les médias font bien leur boulot : ils n’en parlent pas. Pendant ce temps encore, on discute d’accords transatlantiques de libre-échange. Le projet est sur la table depuis dix ans, mais c’est maintenant qu’on en parle. Un peu. Un tout petit peu. Attention, pas pour fustiger la porte ouverte à Monsanto et consorts, non. Pas non plus pour s’inquiéter de l’attitude des services secrets US dont on sait, depuis bien longtemps également, qu’ils espionnent à tout va. Non. On s’inquiète pour l’exception culturelle.

Qu’est-ce que l’exception culturelle ? Ce n’est pas le fait de protéger les salaires belges, non. Ce n’est pas non plus la sauvegarde de notre modèle de protection sociale, non. Ce n’est pas la sortie de la prohibition, non. Ce n’est pas l’aide à Al Qaeda, ça, tout le monde le fait, comme aider la CIA à travers des prisons secrètes pour cause de neutralité façon suisses idées. Ce n’est pas non plus, Mme Milquet, Ministre de l’Intérieur à l’étranger, le rappelait lors de la tribune ouverte offerte par Face à l’Info ce 16 juin, la capacité à empêcher des « jeunes » d’aller manger du cœur et du foie humains en Syrie s’ils n’ont pas de hasch sur eux.

Non, l’exception culturelle, elle a la gueule à Bahar Kimyongür, arrêté en Espagne pour être extradé chez Erdogan, un pote à Milquet et Onckelinx. La preuve : Bahar est journaliste et, grand fou, il ose informer. Oui, vous avez bien lu, il ose informer ! Salaud ! Et ce n’est pas tout ! L’homme fustige tant le régime de Damas que celui de cannibales. Il ne s’arrête pas là, dénonce le génocide des Alaouites et cela fait même un petit temps que lui s’intéresse aux « jeunes » qui partent se battre dans le jardin de la Maison des Saoud et d’entrepreneurs footballistiques qataris. Pendant ce temps, pas un mot sur les Diables Rouges, pas une ligne sur l’absence de canard dans le Canard WC ! L’homme n’a même rien écrit sur Kim Kadarshian et son intention de manger son placenta… Pire, il s’en prend à nos bon-ne-s journalistes alors que ceux et celles-ci ne font que distiller la haine et inviter à la guerre comme il est de bon ton de le faire aujourd’hui car Le Monde est un journal de référence dans la désinformation utile. S’il en est, l’homme a même compris que derrière l’exception culturelle se cachent des restes de démocratie.

Oui, c’est cela, l’exception culturelle, des restes de démocratie, des reliefs de ce comportement qui consiste à penser un-e à un-e et ensemble la portée de nos actes ainsi que ce qu’ils nous font et font de nous. Quand j’écris des reliefs, il faut bien entendu lire des déchets, des résidus, des immondices, des ordures, des crasses, des saloperies, des cochonneries, ces machins qui nuisent à la compétitivité, comme des personnes au chômage, 15% de pauvres, des arracheurs et arracheuses de pommes de terre OGM, des anarchistes, des personnes de la gauche radicale, des avocat-e-s, des magistrat-e-s, des patron-ne-s qui se refusent à la modération salariale, bref, des musulman-ne-s.

Soyons clair, hein, je ne vous parle pas des 20% de Belges honnêtes qui détiennent 60% du patrimoine, d’actionnaires angéliques qui se remplissent les poches de la sueur, des larmes et du sang de travailleurs et travailleuses, de saint-e-s ministres et parlementaires à vie qui, non, non, ne font pas un boulot comme les autres, de policiers courageux qui protègent des groupuscules comme Nation et matraquent qui attend bêtement dans le métro.

Non, l’exception culturelle, ce sont tous ces salauds et salopes de pauvres, ces enculé-e-s au chômage, ces trous-du-cul d’indépendant-e-s, ces grosses putes de « sans papiers », ces connards et connasses d’avocat-e-s, ces merdeux de « jeunes » délinquant-e-s qui en savent assez que pour être jugé-e-s dès 14 ans mais pas assez que pour avoir le droit de vote, ces sacs à foutre de magistrat-e-s, ces mal-baisé-e-s des services hospitaliers, ces nègres de syndicalistes de terrain, ces bougnoules d’enseignant-e-s, enfin, bref, l’exception culturelle, c’est la démocratie. Qu’on m’excuse pour ce gros mot.

Prenons soin de nous, fermons les prisons de la pensée également et ouvrons le noble fait politique.

Olivier



Tout faire pour que Bahar Kimyongür ne soit pas extradé

Dès ce mercredi 19 juin, à 16 heures 30, donnons-nous rendez-vous devant le ministère des Affaires Etrangères (rue des Petits Carmes, entre la Porte de Namur et le Sablon).

Et exigeons « la libération immédiate de Bahar !



Communiqué du Clea - mercredi 19 juin 2013
Comité pour la Liberté d’Expression et d’Association


posté le  par le olé  Alerter le collectif de modération à propos de la publication de cet article. Imprimer l'article
Commentaires
  • Aucun commentaire

Avertissement

Les commentaires ont pour objectif de compléter l’information donnée dans l’article, argumenter, apporter une interrogation ou un questionnement par rapport au sujet de la contribution. Les avis personnels qui n’apportent rien de plus à l’article pourront être considérés comme discussion de forum ne répondant pas aux objectifs pré-cités.Tout commentaire ne répondant pas à ces objectifs, ou étant contraire aux règles éditoriales sera supprimé définitivement du site.

Lien vers la politique éditoriale du collectif

Les commentaires des articles trop anciens sont fermés, et ceci pour limiter les attaques de spam.