RSS articles
Français  |  Nederlands

1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10

Bahar libéré ? Non, décision reportée !

posté le 02/12/13 par le CLEA Mots-clés  répression / contrôle social 

Ce lundi matin, la Justice de Brescia a choisi de reporter sa décision quant à la libération de Bahar Kimyongür. Depuis 12 jours, le journaliste belge vie un véritable cauchemar : il est incarcéré en Italie, en raison de ses convictions. Cette situation, inadmissible pour toute personne soucieuse de la liberté d’expression, va donc perdurer.

Au cours de l’audience qui s’est tenue aujourd’hui, le juge a considéré qu’il avait besoin d’informations complémentaires et d’un délai supplémentaire pour prendre une décision. L’avocat de Kimyongür lui a donc transmis de nouvelles pièces. D’après Maître Federico Romoli, la décision de maintien en détention ou de remise en liberté de son client (le juge ne statue pas, à ce stade, sur la question de l’extradition) devrait être prise endéans les 5 jours ; donc au plus tard, ce vendredi 6 décembre.

Bahar Kimyongür n’a commis aucun crime, aucun délit ; son tort : critiquer le gouvernement en place à Ankara et dénoncer les cas de torture dans les geôles turques.

Le CLEA appelle donc tous les
démocrates à poursuivre leurs mobilisations pour que Bahar soit libéré dans les plus brefs délais, pour qu’il ne soit pas remis entre les mains des bourreaux dont il dénonce courageusement les crimes et afin qu’il puisse s’exprimer, critiquer l’État turc et tout Étant menaçant la paix ou violant les droits de l’Homme, partout où il le jugera nécessaire. Comme l’a rappelé ce dimanche son avocat italien, Bahar Kimyongür est un activiste pour la paix et les droits de l’Homme qui travaille pour l’ONG suisse “International Institute for Peace, Justice and Human Rights”.

L’État belge doit désormais prendre toute la mesure de la situation, comprendre que l’ « affaire Kimyongür » met notre démocratie à l’épreuve et agir concrètement pour protéger notre compatriote.

Le combat continue...

Le Comité pour la liberté d’expression et d’association
www.leclea.be

[150 personnes manifestent devant l’Amabassade d’Italie pour la libération de Bahar - dimanche 01/12/13]
[Notre dossier sur le thème]


posté le  par le CLEA  Alerter le collectif de modération à propos de la publication de cet article. Imprimer l'article
Commentaires
  • 3 décembre 2013 15:54, par le CLEA

    Communiqué du CLEA

    Ce mardi 3 décembre, le juge italien Enzo Platé a ordonné l’assignation à résidence de Bahar Kimyongür... Le ressortissant belge devra donc rester en Italie le temps que la Cour d’Appel de Bergame se prononce sur la demande d’extradition turque.

    Bahar Kimyongür n’est plus en prison, le pire est pour le moment évité.

    Depuis 13 jours, en effet, le citoyen belge était maintenu en prison, en raison de ses convictions.

    La décision du tribunal traduit, en partie, la revendication portée par les avocats du « prévenu » et les citoyens mobilisés en Belgique et en Italie : rien ne justifie une incarcération prolongée de notre compatriote.

    Pour autant, dans cette affaire, rien n’est réglé.

    Bahar Kimyongür est confronté aujourd’hui à une situation réellement problématique.

    En exil forcé, il va devoir rester assigné à résidence –pour un temps indéterminé– dans la ville de Marina di Massa. L’État turc disposant de 40 jours (depuis le 21 novembre où Bahar a été interpellé) pour transmettre ses « arguments » à l’Italie, notre ami se verra dans l’interdiction de se déplacer, de quitter la ville toscane, au minimum 27 jours supplémentaires.

    Banni de son propre pays, comment fera-t-il pour travailler, pour s’occuper de ses enfants qui vivent et sont scolarisés en Belgique ? Cette décision est d’autant plus scandaleuse que Bahar Kimyongür s’est toujours présenté devant les tribunaux, en Belgique ou à l’étranger, quand l’État turc l’y a fait convoquer.
    Étant donné que le dossier turc est vide et que le ressortissant belge donne toutes les garanties quant à sa présence aux audiences en Italie, le CLEA continue à exiger la libération immédiate de Kimyongür et son retour en Belgique.

    Autant le répéter : Bahar se trouve confronté à une situation d’un cynisme absolu. L’Italie entamera, dans les semaines à venir, l’examen de la demande d’extradition formulée par la Turquie –des semaines qui risquent de s’éterniser…

    Il est donc nécessaire de poursuivre les mobilisations pour empêcher que le citoyen belge ne soit remis entre les mains des bourreaux turcs, pour qu’il retrouve au plus vite sa liberté de mouvement et son droit à la libre parole.

Avertissement

Les commentaires ont pour objectif de compléter l’information donnée dans l’article, argumenter, apporter une interrogation ou un questionnement par rapport au sujet de la contribution. Les avis personnels qui n’apportent rien de plus à l’article pourront être considérés comme discussion de forum ne répondant pas aux objectifs pré-cités.Tout commentaire ne répondant pas à ces objectifs, ou étant contraire aux règles éditoriales sera supprimé définitivement du site.

Lien vers la politique éditoriale du collectif

Les commentaires des articles trop anciens sont fermés, et ceci pour limiter les attaques de spam.