RSS articles
Français  |  Nederlands

1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10

Cet article n'a pas encore été modéré par le collectif Indymédia Bruxsel.
Raison de la mise en attente :

Bakounine : La révolte de la vie contre le gouvernement de la science

posté le 24/01/22 par PEREIRA, Irène. Mots-clés  alternatives  économie  histoire / archive  luttes sociales  répression / contrôle social  santé / médecine 

H.Arvon a publié, il y a quarante ans, un choix de textes accompagné d’une présentation de la pensée de Bakounine intitulé Bakounine ou la vie contre la science [1]. Malgré le titre de l’ouvrage, le thème, pourtant récurrent chez Bakounine, d’une critique du gouvernement par la science, n’est pas véritablement traité. A notre connaissance, d’ailleurs, il n’existe aucune étude qui ait été consacrée à la conception de la science que développe Bakounine.

Ce que nous allons essayer de montrer dans cette courte étude est que le discours de Bakounine sur la science est l’un des fondements philosophiques de son opposition à Marx. Pour cela, nous nous sommes appuyés sur les textes de Bakounine écrits entre 1867 et 1873 [2], sachant que la période de la controverse avec Marx au sein de la première Internationale se situe entre 1871 et 1872.

Le problème général dans lequel se situe la réflexion de Bakounine est celui de la tension entre compétence et démocratie. L’originalité de Bakounine tient à ce que, contrairement à beaucoup d’auteurs de son époque et particulièrement Marx et Comte, Bakounine refuse tout gouvernement par la science au nom de l’idée que la science ne peut rendre compte de l’individuel. Néanmoins, sa critique de la logique hégélienne et du positivisme d’A.Comte, si elle se fait, comme chez Nietzsche, au nom d’une philosophie vitaliste, ne prend pas les accents d’un discours opposé à la science.

Le discours de Bakounine semble être pris dans une tension qu’il essaye de résoudre. D’une part la science constitue un moyen d’émancipation du peuple, en particulier contre la religion. Mais d’autre part, le fait que le peuple n’ait pas accès, au moins pour l’instant à cette science, semble conduire à un gouvernement par « l’aristocratie de l’intelligence ». Le problème que se pose Bakounine semble donc être le suivant : comment peut-on maintenir à la science son rôle d’émancipation de l’humanité tout en empêchant qu’elle se transforme en instrument d’oppression aux mains d’une minorité ?

Bakounine semble donc anticiper des thèmes liés au bio-pouvoir, à l’utilisation du savoir comme pouvoir [3], mais aussi une critique de la technocratie, mais sans que jamais cela ne prenne chez lui, contrairement à certains auteurs contemporains, les accents d’un discours anti-science. En ce sens, la réflexion de Bakounine semble à la fois héritière des Lumières tout en faisant une critique de la croyance en une émancipation politique par un gouvernement de savants.

[...]

Bakounine : La révolte de la vie contre le gouvernement de la science


posté le  par PEREIRA, Irène.  Alerter le collectif de modération à propos de la publication de cet article. Imprimer l'article