RSS articles
Français  |  Nederlands

Belgique : Celles et ceux qui nous gouvernent

posté le 14/10/20 par Bruxelles Dévie Mots-clés  antifa 

Il y a une petite quinzaine de jours, on entendait une « grande nouvelle » : la Belgique est enfin pourvue d’un gouvernement. Il s’agit d’une large coalition alliant ce qui est encore appelé la “gauche modérée” à la droite, qui regroupe les PS et SPA (partis socialistes), ecolo et groen (partis écologistes), l’Open VLD et le MR (partis libéraux) et enfin le CD&V (parti libéral catholique). Avant de nous lancer dans une analyse de l’accord de gouvernement, nous avons décidé de vous présenter les personnes qui le composent. C’est un tour d’horizon non-exhaustif, n’hésitez pas à rajouter des infos dans les commentaires !

Notre Premier Ministre, Alexander De Croo (Open VLD), est le fils d’un ancien ministre (Herman De Croo). Dans la famille, ils sont bourgmestres de Brakel depuis 5 générations. A la base, il n’avait pas spécialement envie de se lancer en politique, comme le dit sa mère « Alexander a voulu faire plaisir [à son père], mais il n’avait aucune ambition politique ». Il a finalement pris goût au pouvoir et a géré toute sa carrière dans le but de se faire une renommée. Il est dépeint comme un politicien ayant une confiance presqu’aveugle en le privé ; il a par exemple tenté de privatiser la poste lorsqu’il était ministre, ce qui aurait pénalisé les employé·e·s, déjà en souffrance actuellement.

Sophie Wilmès (MR), Vice-première Ministre et Ministre des affaires étrangères, est la fille de Philippe Wilmès, qui a été membre de plusieurs cabinets ministériels (groupe de collaborateur·trice·s d’un·e ministre) et administrateur de sociétés publiques et privées. Sophie Wilmès a notamment décidé de grosses coupes dans le budget de la santé lorsqu’elle était Ministre du budget. Elle a aussi géré la pandémie d’une main de fer, en oubliant les plus démuni·e·s (sans-papiers, sans-abris, travailleur·se·s précaires, …).

Franck Vandenbroucke (SPA), Vice-Premier Ministre et Ministre de la santé et des affaires sociales, est un ancien politicien qui reprend du service. Durant sa première carrière, il a notamment été poussé à démissionner pour son implication dans l’affaire Agusta, une affaire de corruption. Il a reconnu avoir « découvert » 6 millions de francs belges dans les comptes de son parti (dont il était président). Il aurait ensuite demandé à quelqu’un de brûler les billets. Aucune preuve n’atteste que cela a été fait.

Vincent Van Quickenborne (Open VLD), Ministre de la justice, est connu pour avoir fait passer en force une réforme antisociale des pensions en 2011. En tant que Bourgmestre de Courtrai, il a déclaré vouloir que des firmes de surveillance privées s’occupe en partie de la sécurité dans le centre de la ville. Récemment, après le scandale des chars antisémites du Carnaval d’Alost, Van Quickenborne a tweeté « Le lobby juif fait des heures supplémentaires ». Les termes « lobby juif » restent en travers de la gorge : nous avons donc un Ministre de la justice qui fait des déclarations antisémites.

David Clarinval (MR), Ministre de l’agriculture et des indépendants, a assuré la vice-présidence de la commission climat il y a quelques années. Il a été à l’origine d’une série d’auditions sur le réchauffement climatique, où il a notamment invité deux climato-sceptiques reconnus (M. Marko et M. Godefridi). Il se déclare ouvertement pro nucléaire.
Mathieu Michel (MR), Secrétaire d’Etat au numérique, est le fils de Louis Michel (ancien ministre) et le frère de Charles. Il n’a pas d’expérience au niveau fédéral ; il a été président du conseil provincial du Brabant Wallon pendant 8 ans. Il apparaît clairement que son nom a beaucoup joué dans sa nomination.

Vincent Van Peteghem (CD&V), est Vice-Premier Ministre et Ministre des finances. Il est le fils de l’ancien Bourgmestre de De Pinte.

On note donc que de nombreux·se·s membres du gouvernement ont une famille très liée à la politique. A l’heure actuelle, c’est comme cela que nos élites se reproduisent et gardent le pouvoir : il ne s’agit plus de devenir Roi parce qu’on est le fils du Roi ; il s’agit simplement de faire de la politique et de profiter de son nom de famille pour être rapidement élu à un poste de pouvoir. Par ailleurs, la plupart de nos ministres sont issu·e·s de famille (très) aisées, il y a donc de fortes chances que les politiques continuent à être en déconnexion quasi-totale avec la vie des gens précaires.
En plus de cela, notre gouvernement excelle dans le cumul des mandats (et donc dans le cumul des revenus). Pour prendre un exemple, Pierre-Yves Dermagne (PS) est bourgmestre et ministre en même-temps, au même titre que Vincent Van Quickenborne (Open VLD) et David Clarinval (MR).

Pour finir sur une note un peu plus positive, on notera tout de même que Petra de Sutter (Groen) est la première Ministre transgenre d’Europe.


posté le  par Bruxelles Dévie  Alerter le collectif de modération à propos de la publication de cet article. Imprimer l'article
Commentaires

Avertissement

Les commentaires ont pour objectif de compléter l’information donnée dans l’article, argumenter, apporter une interrogation ou un questionnement par rapport au sujet de la contribution. Les avis personnels qui n’apportent rien de plus à l’article pourront être considérés comme discussion de forum ne répondant pas aux objectifs pré-cités.Tout commentaire ne répondant pas à ces objectifs, ou étant contraire aux règles éditoriales sera supprimé définitivement du site.

Lien vers la politique éditoriale du collectif

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)