RSS articles
Français  |  Nederlands

Charleroi : Des associations, syndicalistes et mandataires politiques réclament la libération de Mustapha Awad

posté le 22/11/18 Mots-clés  antifa 

Près de cent personnes ont participé ce samedi 17 novembre au rassemblement de solidarité avec Mustapha Awad, enlevé, torturé et arbitrairement détenu en Israël depuis le 19 juillet.

Elles ont écouté des témoignages de ses proches : An Muylaert, exprimant l’inquiétude et la souffrance de la famille, qui n’a même pas eu un contact téléphonique avec Mustapha depuis quatre mois, et Rana Maher Daibes, membre du groupe de danse dabkeh Raj’een, relatant le travail et l’engagement de l’artiste Mustapha pour le groupe.

Mustapha était venu à deux reprises à Charleroi cette année : Mohamed Moussaoui et Rami Al Banna, membres de la Plate-forme Charleroi-Palestine, ont rappelé qu’ils se trouvaient avec Mustapha devant l’Hôtel de Ville, lorsqu’il y a lu les noms des Palestiniens tombés sous les balles des snipers au mois de mai. Florence Anthonis, responsable national de la JOC, accompagnée de Sophie Loisse, du Centre de jeunes Taboo, a rappelé le soutien de Mustapha et de Raj’een à la soirée de témoignages des jeunes de retour de la Palestine.

Des responsables politiques sont intervenus : Serge Hustache, député PS et président du Collège provincial de Hainaut qui, dès le début août, avait interpellé le ministre des Affaires étrangères Didier Reynders ; prise de paroles également de Eric Hufkens, futur conseiller communal PTB à Charleroi, qui était accompagné de Sophie Merckx, conseillère communale PTB elle aussi.

Paroles dures à propos de la complicité du gouvernement belge de Serge Deruette, professeur à l’université de Mons, qui avait cosigné la carte blanche : Nicaragua – Israël : deux poids, deux mesures ? Les cas d’Amaya Coppens et de Mustapha Awad.

Des syndicalistes étaient également là pour montrer leur soutien à Mustapha, qui travaillait dans une entreprise métallurgique, mais qui, depuis lors, a été licencié. Carlo Briscolini, président de la Centrale générale de la FGTB de Charleroi, a expliqué le soutien de la FGTB qui se concrétisera aussi au niveau financier.

Adeline Baudson, de son côté, s’est exprimée en tant que secrétaire fédérale du MOC et a rappelé son intervention auprès de Reynders depuis le mois de septembre. Pedro Rodriguez, responsable du service diversité de la CSC Charleroi, a fait parvenir un message écrit : « Les autorités belges ne peuvent rester silencieuses par rapport à Mustapha. »

Étaient également présents dans le rassemblement : des membres d’Amnesty, du PAC, de la FUNOC, du CEFOC, du MCP, de PJPO du Brabant wallon, des membres du Comité Free Mustapha de Bruxelles et d’Anvers, des citoyens rencontrés lors de distributions de flyers dans la ville…

De nombreuses personnes sont venues signer la pétition réclamant une intervention de la Belgique pour Mustapha et 200 € ont été récoltés pour les frais judiciaires. C’est clair, à Charleroi, avec les associations, avec les responsables politiques et syndicaux, avec la population, on continue le combat jusqu’à la libération de Mustapha.

Le rassemblement s’est clôturé par une belle performance de quelques membres du groupe Raj’een.

http://www.pourlapalestine.be/charleroi-des-associations-et-responsables-syndicaux-et-politiques-reclament-la-liberation-de-mustapha-awad/


posté le Alerter le collectif de modération à propos de la publication de cet article. Imprimer l'article
Liste des documents liés à la contribution
place-copy.jpg

Commentaires
  • Aucun commentaire

Avertissement

Les commentaires ont pour objectif de compléter l’information donnée dans l’article, argumenter, apporter une interrogation ou un questionnement par rapport au sujet de la contribution. Les avis personnels qui n’apportent rien de plus à l’article pourront être considérés comme discussion de forum ne répondant pas aux objectifs pré-cités.Tout commentaire ne répondant pas à ces objectifs, ou étant contraire aux règles éditoriales sera supprimé définitivement du site.

Lien vers la politique éditoriale du collectif

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)