RSS articles
Français  |  Nederlands

Cinq jours à Calais

posté le 19/09/13 Mots-clés  action  No Border  sans-papiers  solidarité  Calais 

Cinq jours à Calais

Depuis la rentrée les autorités Calaisiennes ont décidé, disent ils « de nettoyer la ville de ses migrants » . Les squats et jungles sont détruites et les contrôles au faciès partout dans la ville sont systématiques.
La tension parmi les migrants est forte.
Ils sont plusieurs centaines : Soudanais, Somaliens, Syriens, Érythréens, Congolais, Palestiniens, Afghans, Égyptiens.....On les voit partout dans la ville à la recherche d’un endroit ou ils pourraient se poser quelques heures, une nuit .
Un squat « légal » Noborder essaye d’absorber en héberge certains d’entre eux, essayant de donner priorité au plus vulnérables (femmes, enfants, blessés) et aux activistes

Pour plus de détails : http://vibrations0migratoires.wordpress.com/



Lundi 10/09 :

Nous visitons un bâtiment énorme et magnifique, abandonné depuis plusieurs années, lieu public appartenant à l’Office Public de l’Habitat (OPH). Les Noborders tentent de mener une procédure permettant d’en faire potentiellement un squat durable.
Deux activistes sont là depuis 2 jours, attendant la visite du propriétaire des lieux, et de huissiers pour constater que les lieux sont bel et bien habités .
Pendant notre présence dans les lieux l’OPH accompagné par la police viennent constater l’occupation et l’occupant leur remet les documents et photos prouvant la domiciliation d’un d’eux dans ce bâtiment.




Mardi 11/09 :

Nous sommes quelques uns devant ce même bâtiment pour soutenir les occupants et documenter les hypothétiques passages de la police, voire une expulsion du lieu. Va et vient de la police et visite de l’huissier pour « constater l’occupation ».




A 15 heures réunion de certaines associations de terrain, qui sont prêtes à apporter un soutien politique, juridique et logistique « si le squat tient ».
Proposition d’organiser une « nuit de veille » inter associatif le 27 septembre pour protester contre les harassement continuel des migrants dans la rue, dans les squats, dans les terrains, dans les parcs, dans les jungles.



Mercredi 11/09 :

A nouveau tour de garde devant le nouveau squat.
Attaque à 15 heures en force du bâtiment : Police nationale, Police aux frontières, OPH. Plus de 10 véhicules de police bloquent la rue. Nous sommes repoussés aux deux extrémités de la rue avec violence, certains policiers sortant leur matraque et bombe lacrymo. La police défonce la porte avec un bélier, les deux occupants se font arrêter violemment.




A 18 heures nous nous rendons au lieu de distribution de repas par Salam où une centaine de migrants vont prendre leur unique repas de la journée.




Après la distribution nous allons avec certains migrants au commissariat réclamer la libération de nos amis : sono, tambour et cris de solidarité pendant une heure.




A 21 heures nos deux amis sont libérés avec un rappel à la loi pour refus de prélèvement d’ADN.
Ils sont en outre accusés de rébellion, et de dégradation volontaire aggravée. Et pourquoi ? Pour avoir changé le barillet de serrure après s’être domicilié dans le bâtiment (!).



Jeudi 12/09 :

Expulsion et destruction à 7 heures du matin d’une jungle de Soudanais avec une vingtaine d’arrestations. Les tentes sont détruites et tout le matériel, y compris pour certains leurs affaires personnelles amenées à la décharge.




Manifestation dans l’après-midi devant le centre de rétention de Coquelle pour soutenir quatre Soudanais arrêtés la semaine précédente.




Puis nous sommes allés à la décharge avec Médecin du Monde pour récupérer les sacs de couchage, tentes et effet personnels confisqués lors de la démolition de la jungle au matin. Tout était jeté dans un container où d’autres affaires croupissaient, à moitié moisies. Ce qui ne rentrait pas dedans était jeté autour du container. Remise de ces dizaines de sac de couchage, couvertures et reste de tentes aux Soudanais qui sont à la recherche de nouveaux endroits pour passer les nuits.




Vendredi 13/09 :

A nouveau visite de migrants à la recherche d’ endroits où ils pourraient se poser. Arrivée d’une dizaine, arrêtés le jour précédent. Trois sont maintenus en détention au CRA de Coquelles et Lesquin.

Et cerise sur le gâteau ce 14/09 suite à une rixe récente où un jeune syrien a été blessé : « Pour l’adjoint Philippe Mignonet, les passeurs sont les seuls responsables de cette situation, « car lors des démantèlements, ils veulent leur part du gâteau et profitent de la misère humaine ». Face aux tensions grandissantes, l’élu a demandé à la préfecture de renforcer le nombre de patrouilles - y compris les fouilles de migrants - dans Calais, en particulier aux abords du lieu de distribution des repas. »

Retour à Bruxelles la tête dans le cul

Appel à tous à aller à Calais un jour, 10 jours ou quelques mois

NOBORDER


posté le Alerter le collectif de modération à propos de la publication de cet article. Imprimer l'article
Liste des documents liés à la contribution
dsc_7446.jpg
dsc_7477.jpg
dsc_7482.jpg
p1050115.jpg
dsc_7509.jpg
dsc_7517.jpg
dsc_7528.jpg
liajsc.jpg

Commentaires
  • Aucun commentaire

Avertissement

Les commentaires ont pour objectif de compléter l’information donnée dans l’article, argumenter, apporter une interrogation ou un questionnement par rapport au sujet de la contribution. Les avis personnels qui n’apportent rien de plus à l’article pourront être considérés comme discussion de forum ne répondant pas aux objectifs pré-cités.Tout commentaire ne répondant pas à ces objectifs, ou étant contraire aux règles éditoriales sera supprimé définitivement du site.

Lien vers la politique éditoriale du collectif

Les commentaires des articles trop anciens sont fermés, et ceci pour limiter les attaques de spam.