RSS articles
Français  |  Nederlands

Congolese mama’s opgesloten in het centrum 127bis in Steenokkerzeel ! - Des mamies congolaises au centre fermé 127 bis !

posté le 22/11/14 Mots-clés  répression / contrôle social  No Border  sans-papiers 

[FR plus bas]

Menselijk : nee – Rechtvaardig : nee – Efficiënt : Ja – Het is Francken !

Ze zijn op dit moment 4 vrouwen tussen 60 en 70 jaar opgesloten in het 127bis sinds,voor sommigen meer dan twee maanden.

De politie kwam ze halen in hun huis. Ze werden geboeid voor hun familie en de buren en werden in een cachot in het politie bureau gedurende soms 24 uren opgesloten. Ze moesten een papier ondertekenen, alhoewel sommigen geen Frans of Nederlands kenden. Een van haar moest de brief ondertekenen zonder de mogelijkheid om de tekst te lezen, omdat de politie haar bril in beslag had genomen ! Het papier in kwestie getuigde dat zij hun toestemming gaven om te worden meegenomen naar een detentiecentrum en vervolgens gedeporteerd.

Ze kwamen in België enkele jaren geleden om te leven naast hun kinderen of echtgenoten, sommigen van Belgische nationaliteit . Hun families willen dat ze naast hen wonen en willen voor hen zorgen.

Gezinshereniging is niet voor iedereen : na een aantal juridische procedures, hebben ze een bevel het grondgebied te verlaten van Vreemdelingendienst gekregen : Verspreiden van gezinnen is hier geen enkele probleem.

Een dame van 65, blind, heeft een verzoek tot regularisatie 9ter (op medische gronden) ingediend.Die werd geweigerd wegens een identificatie probleem ! Ondanks dit, wordt ze bedreigd met uitzetting in de komende dagen MET haar identificatie probleem !

Ze vertellen ons :
“Ze pikten me bij mijn dochter op. Ze handboeiden me en brachten mij in een politiecombi voor de ogen van de familie en alle buren. Schaamte. ”
“Ik bleef 24 uren in de cachot van het politiecommissariaat en ik werd de hele nacht door beledigd”
“Ze weigerden me mijn medicatie te geven dat ik om de 4 uren moet nemen”
“Ze namen mijn bril af”
“Dit is de eerste keer in mijn leven dat ik opgesloten word”

In het gesloten centrum 127bis zijn ze verlamd van angst en schrik. Ze willen niet praten over de omstandigheden van hun detentie. Zodra we hen daarover vragen, wenden zij hun hoofd.

Het is onmogelijk om een getuigenis te krijgen :
“Ik wil niet dat ze mij op internet terugvinden. Ik wil anoniem blijven anders krijg ik problemen in de DRC, het is noodzakelijk dat ik anoniem blijf”

Ze willen daar niet blijven en vragen om te worden vrijgelaten of gedeporteerd. Ze zijn moe van het zijn in de gevangenis.
“Geen dag meer hier, het is marteling”
“Ik wil niet opgesloten blijven, ik heb nog nooit in de gevangenis gezeten”
“We zijn allemaal erg geschrokken”

En ze zouden niet durven asiel vragen, ook al hebben ze een goede reden om dat te doen :
“Als ik asiel aanvraag, blijf ik hier opgesloten. België zal onze asiel weigeren zoals voor de meeste congolezen. Ze zullen mij dan tenslotte terug naar Congo sturen en daar geraak ik in de gevangenis of wordt ik misschien zelfs vermoord omdat ik hier asiel aangevraagd heb.”

http://www.gettingthevoiceout.org/

[FR]

Humain : non – Juste : non – Efficace : oui – C’est du Francken !

Elles sont actuellement 4 femmes de 60 à 70 ans enfermées au 127 bis, certaines depuis plus de 2 mois.

La police est venue les chercher chez elles. Elles ont été menottées devant leurs familles et les voisins et mises au cachot au commissariat de police pendant parfois 24 heures. Elles ont dû signer un papier, alors que certaines ne savent pas lire le français ou le néerlandais. L’une d’elle a signé sans avoir pu lire le texte car la police lui avait confisqué ses lunettes ! Le papier en question attestait qu’elles donnaient leur accord pour être emmenées au centre fermé puis expulsées.

Elles sont arrivées en Belgique il y a plusieurs années pour rejoindre leurs enfants ou leurs maris, certains de nationalité belge. Leurs familles voulaient qu’elles puissent vivre à côté d’eux pour pouvoir s’occuper d’elles.

Après plusieurs démarches juridiques, certaines ont reçu un Ordre de quitter le territoire de la part de l’Office des Étrangers : le regroupement familial n’est pas pour tout le monde. Et tant pis si des familles sont dispersées.

Une dame de 65 ans, aveugle, a fait une demande de régularisation 9ter (sur base médicale), qui a été refusée suite à un problème d’identification ! Malgré cela, elle est menacée d’expulsion dans les jours qui viennent, AVEC son problème d’identification ! Par ailleurs, depuis son enfermement elle ne reçoit plus les gouttes occulaires dont elle a besoin.

Elles nous disent :
« Ils sont venus me chercher chez ma fille. Ils m’ont menottée et amenée dans un combi de police devant la famille et tous les voisins. C’était la honte. »
« Je suis restée 24 heures au cachot et je me suis faite insulter toute la nuit »
« Ils ont refusé de me donner les médicaments que je dois prendre toutes les 4 heures »
« Ils m’ont confisqué mes lunettes »
« C’est la première fois de ma vie que je suis arrêtée »

Au 127bis elles sont médusées et gagnées par la peur. Elles ne veulent pas nous parler des conditions de détention. Dès qu’on leur pose la question, elles tournent la tête.

Il est impossible d’avoir une interview par téléphone :
« Je ne veux pas qu’on me retrouve sur internet, je veux rester anonyme sinon j’aurai des problèmes en RDC, il faut que je reste anonyme »

Elles ne veulent plus rester là et demandent à être libérées ou expulsées. Elles n’en peuvent plus d’être en prisons.
« Pas un jour de plus ici, c’est de la torture »
« Je veux pas rester enfermée, j’ai jamais été en prison »
« Nous sommes toutes très choquées »

Et elles n’oseraient pas demander l’asile, même si elles ont de bonnes raisons de le faire :
« Si je demande l’asile, je resterai enfermée ici. Ensuite la Belgique refusera, comme pour la plupart des Congolais(es), et me renverra au Congo où je serai emprisonnée et peut-être tuée parce que j’ai demandé l’asile”.


posté le Alerter le collectif de modération à propos de la publication de cet article. Imprimer l'article
Commentaires

Avertissement

Les commentaires ont pour objectif de compléter l’information donnée dans l’article, argumenter, apporter une interrogation ou un questionnement par rapport au sujet de la contribution. Les avis personnels qui n’apportent rien de plus à l’article pourront être considérés comme discussion de forum ne répondant pas aux objectifs pré-cités.Tout commentaire ne répondant pas à ces objectifs, ou étant contraire aux règles éditoriales sera supprimé définitivement du site.

Lien vers la politique éditoriale du collectif

Les commentaires des articles trop anciens sont fermés, et ceci pour limiter les attaques de spam.