RSS articles
Français  |  Nederlands
lundi 1er mars 2021
17h00 - Rassemblement de soutien à Julian Assange acte 100 posté le  - Agenda
mardi 2 mars 2021
20h00 - Apéro-débat en ligne | Prison : le travail à la peine posté le  - Agenda
mercredi 3 mars 2021
18h30 - Dettes coloniales, réparations et reconnaissances posté le  - Agenda
samedi 6 mars 2021
12h00 - [LILLE] APPEL NATIONAL contre les violences policières posté le  - Agenda
lundi 8 mars 2021
lundi 26 avril 2021
10h00 - Formation : « Medic tout terrain », près de Bure posté le  - Agenda - 3 commentaires

Cycle de conférences : RAW/WAR : Comment la guerre hante les images

posté le 31/01/17 par l'internet
lieu : ISELP
adresse : Boulevard de Waterloo, 31, Bruxelles
Mots-clés  art 

Comment la guerre hante les images par Laurent Courtens

Il faut risquer cette hypothèse : la guerre habite l’histoire des images, la guerre a contribué à modifier le mode d’existence des images. Au XXe siècle assurément : industrialisation des équipements militaires, massification de la mort, mécanisation des images, propagandes / contre-propagandes, éclats d’obus jusque dans les toiles.

C’est Dada qui ouvre le bal. Dada, déflagration initiale de l’art du XXe siècle, contre-feu à la marche moderne, virulente charge contre la guerre et ce qui l’a générée. La guerre dès lors s’est invitée dans la substance des images. Images meurtries, bientôt suturées, puis éclatées à nouveau. C’est le mouvement habitant la production artistique de 1916 aux années 1970 environ. Ce sera l’objet d’une première conférence qui lira Dada, la Nouvelle Objectivité, Guernica, Fautrier, Matisse, Rothko, la Figuration Narrative, la mouvance conceptuelle au regard de l’emprise de la guerre et d’un grand désir de paix.

Il faudra ensuite découdre les difficultés de représentation attachées à la guerre et à ses effets, l’usage des images à des fins de propagande, leurs mensonges et leurs vérités. Questions fondant toutes les pratiques documentaires depuis les années 1980.

Un troisième volet abordera l’impact tacite de la guerre sur la production des objets et des images. Les pratiques développées au Liban, de même qu’un réexamen de la documenta 13, serviront de base à la discussion.

Enfin, une quatrième séance abordera la mutation de la guerre en terreur, l’emprise de la peur, les effets de contention et les obsessions sécuritaires, tensions rejouées par les artistes aujourd’hui en vue de les délier.

Laurent Courtens est historien de l’art, critique d’art, curateur, chargé à l’ISELP du centre de la parole.

Mercredis 1er et 15 février + 1er et 15 mars
18h > 19h30
1,25 €* / 2 €** / 5 € la séance (* Article 27, ** Étudiants)
Gratuité : Membres, demandeurs d’emploi, < 18 ans, ICOM, IKT


posté le  par l'internet  Alerter le collectif de modération à propos de la publication de cet article. Imprimer l'article
Liste des documents liés à la contribution
wr-lets-be-hones(...).jpg

Commentaires
  • Aucun commentaire

Avertissement

Les commentaires ont pour objectif de compléter l’information donnée dans l’article, argumenter, apporter une interrogation ou un questionnement par rapport au sujet de la contribution. Les avis personnels qui n’apportent rien de plus à l’article pourront être considérés comme discussion de forum ne répondant pas aux objectifs pré-cités.Tout commentaire ne répondant pas à ces objectifs, ou étant contraire aux règles éditoriales sera supprimé définitivement du site.

Lien vers la politique éditoriale du collectif

Les commentaires des articles trop anciens sont fermés, et ceci pour limiter les attaques de spam.