RSS artikels
Français  |  Nederlands
maandag 26 april 2021
10u00 - Formation : « Medic tout terrain », près de Bure gepost op  - Agenda - 3 commentaren
10u00 - Formation : « Medic tout terrain » gepost op  - Agenda
17u00 - Rassemblement de soutien à Julian Assange / acte 108 gepost op  - Agenda
donderdag 29 april 2021
zaterdag 1 mei 2021
00u00 - TOU•TE•S AU 1ER MAI FÉMINISTE ET RÉVOLUTIONNAIRE ! gepost op  - Agenda
00u00 - Dans la rue pour le 1er Mai révolutionnaire 2021 ! gepost op  - Agenda
10u00 - Rassemblement musicale contre les extrêmes-droites gepost op  - Agenda
12u00 - nosfuturs.net gepost op  - Agenda

Cycle de conférences: RAW/WAR: Comment la guerre hante les images

gepost op 31/01/17 door l'internet
lieu : ISELP
adresse : Boulevard de Waterloo, 31, Bruxelles
Trefwoorden  art 

Comment la guerre hante les images par Laurent Courtens

Il faut risquer cette hypothèse : la guerre habite l’histoire des images, la guerre a contribué à modifier le mode d’existence des images. Au XXe siècle assurément : industrialisation des équipements militaires, massification de la mort, mécanisation des images, propagandes / contre-propagandes, éclats d’obus jusque dans les toiles.

C’est Dada qui ouvre le bal. Dada, déflagration initiale de l’art du XXe siècle, contre-feu à la marche moderne, virulente charge contre la guerre et ce qui l’a générée. La guerre dès lors s’est invitée dans la substance des images. Images meurtries, bientôt suturées, puis éclatées à nouveau. C’est le mouvement habitant la production artistique de 1916 aux années 1970 environ. Ce sera l’objet d’une première conférence qui lira Dada, la Nouvelle Objectivité, Guernica, Fautrier, Matisse, Rothko, la Figuration Narrative, la mouvance conceptuelle au regard de l’emprise de la guerre et d’un grand désir de paix.

Il faudra ensuite découdre les difficultés de représentation attachées à la guerre et à ses effets, l’usage des images à des fins de propagande, leurs mensonges et leurs vérités. Questions fondant toutes les pratiques documentaires depuis les années 1980.

Un troisième volet abordera l’impact tacite de la guerre sur la production des objets et des images. Les pratiques développées au Liban, de même qu’un réexamen de la documenta 13, serviront de base à la discussion.

Enfin, une quatrième séance abordera la mutation de la guerre en terreur, l’emprise de la peur, les effets de contention et les obsessions sécuritaires, tensions rejouées par les artistes aujourd’hui en vue de les délier.

Laurent Courtens est historien de l’art, critique d’art, curateur, chargé à l’ISELP du centre de la parole.

Mercredis 1er et 15 février + 1er et 15 mars
18h > 19h30
1,25 €* / 2 €** / 5 € la séance (* Article 27, ** Étudiants)
Gratuité : Membres, demandeurs d’emploi, < 18 ans, ICOM, IKT


gepost op  door l'internet  Waarschuw het moderatiecollectief over de publicatie van dit artikel. Artikel afdrukken
Lijst van de documenten die met dit artikel verbonden zijn
wr-lets-be-hones(...).jpg

Commentaren
  • Geen commentaren

Waarschuwing commentaren

Reacties zijn bedoeld om de informatie in het artikel aan te vullen, argumenteren, maak dan een onderzoek of vragen om het onderwerp van de bijdrage. De persoonlijke adviezen dat er niets meer in het artikel niet kan worden beschouwd als een discussieforum niet voldoet aan de pre-cités.Tout commentaar doelstellingen niet voldoen aan deze doelstellingen, of in strijd met het redactionele regels worden definitief verwijderd Site .

Verbinding naar het redactionele beleid van het collectief

Les commentaires des articles trop anciens sont fermés, et ceci pour limiter les attaques de spam.