RSS articles
Français  |  Nederlands

Déclaration sur le blocage du sommet européen du 19 décembre

posté le 12/12/13 Mots-clés  action  luttes sociales  économie  luttes environnementales  D19-20 

Le blocage du sommet européen est maintenu à partir de 7h00
Karel De Gucht et Herman Van Rompuyl n’ont pas daignés répondre à notre demande d’entrevue le 19 décembre. L’agenda d’Elio Di Rupo ne lui permet pas de nous rencontrer le 19 décembre.

Voici la démocratie actuelle, ces messieurs sont trop occupés ou ne veulent pas écouter la population !
Le sommet doit débuter début d’après-midi, le blocage de celui-ci est maintenu à partir de 7h00.
A partir de 13h : BBQ au cinquantenaire !

Le 19 dès 7h nous occuperons de façon non-violente une série de carrefours stratégiques en vue d’empêcher la tenue du sommet européen du 19 et 20 décembre.

  • Bd du Botanique/rue Royale (logistique CGSP)
  • rue Arenberg/Bd de l’Impératrice (logistique MIG-EMB)
  • av des Arts/rue Belliard (logistique CNE)
  • av d’Auderghem/rue Belliard (logistique FUGEA – Constituante)
  • av Livingstone (logistique CGSP)

http://www.d19-20.be/


posté le Alerter le collectif de modération à propos de la publication de cet article. Imprimer l'article
Commentaires
  • Je me souviens d’une manif qui a réuni tout les syndicats européen ou les délégués syndicaux appelaient a laissé faire un massacre d’une partie des manifestants (qui ne devait pas avoir la bonne couleur), parce que les policiers sont des travailleurs comme les autres.....
    Devant une telle solidarité avec les force répressive je ne voit pas pourquoi il faudrait participer a un "blocage" avec des syndicats.
    Je préfère laisser les politiques "faire" leurs devoir, de tout façon le capitalisme
    ne peut que s’effondré ; une croissance infini sur notre planète est simplement impossible.
    Syndicats collabos ? les faits me l’ont démontré, je rendrai ma carte du syndicat bientôt....

  • "Je préfère laisser les politiques "faire" leurs devoir, de tout façon le capitalisme
    ne peut que s’effondré ; une croissance infini sur notre planète est simplement impossible."

    vive le nihilisme de salon :) la théorie du capitalisme qui s’effondre tout seul c’est plutot confortable pour ceux ou celles qui ne comprennent rien au capital et du même coup préfère rester devant leur ecran en attendant la crise finale :) ce qui leur échappent c’est la logique mm du capital qui comme l’histoire nous le demontre trouvera toujours le moyen de croître en se restructurant après les crises entre autre... Les syndicats collabos mais les bobo ecolos objecteurs de croissance aussi car avec eux pas la peine de lutter seulement s’isoler confortablement dans son potager bio et en attendant...

  • 17 décembre 2013 06:56, par souvenir réponse commentaire : 14h40

    Ce n’est pas dans mon salon, ni dans mon jardin (je ne dispose de ni l’un ni l’autre), ni devant un écran d’ordinateur que je suis arrivée a cette observation, mais dans l’action et sur le terrain.

    - Laisser faire la police se sont des travailleur comme les autres....Les délégués syndicaux non pas arrêter, de crié cela dans leurs gueule-o-phones..
    Et les manifestant qui n’avait pas la bonne couleur se sont fait massacré, sans que un seul syndicaliste ne bouge, de vrai axillaire des force répressives qui travailles pour le capital.
    - Et ont devrai prendre des risques avec des organisations de ce type ? Non et je peux affirmer qu’une partie de la jeunesse, et une partie des activistes l’ont bien compris, et observé. Vous m’avez bien fait rigolé avec votre description : bobo-écolo-objecteur de croissance et je vous en remercie.

  • 17 décembre 2013 09:05, par futurA

    Trop facile de généraliser..
    - Un syndicaliste a gueulé que les flics étaient des travailleurs comme les autres, donc évidemment, tous les syndicalistes sont des € !§§@ :-(((
    C’est d’une logique implacable...

    - C’est arrivé une fois et donc ça va se reproduire, et oui bien sur, parce que comme on l’a dit, tous les syndicalistes sont des € !§§@ :-(((
    Ne jamais laisser de seconde chance. Ne jamais remettre en contexte. Ne jamais imaginer que cela puisse se passer autrement.
    NON, non et non ! C’est une question d’orgueil ! (ce truc tellement pathétiquement mâle)

    Et oui je préfère faire un coup de gueule sur indymedia, à la façon d’un troll (et les gars, entre nous, les syndicalistes c’est des € !§§@ :-(((, hein ? N’allez pas vous battre avec eux contre le Traité transatlantique, et contre le TSCG, de toutes façon c’est perdu d’avance).

    Oui un agent provocateur n’aurait pas laissé de commentaire différent. A celui-là, offrons lui une balle, il est déjà perdu...

  • Le problème des syndicats qui par leur inertie paralysent toutes les luttes en Belgique va bien au-delà du cas (exemplaire) du syndicaliste collabo (et bourré) de la porte de Hal auquel on fait ici référence.
    Il faut agir pour aller au-delà de cette impasse où mène l’action syndicale européenne (coalition apolitique de tout et n’importe quoi c’est-à-dire de droite) et belge en particulier (les premiers à s’assoir étant toujours chez nous).
    Autre question est de savoir ce qu’on entend par "agir". Parce que le plus souvent cela signifie "faire semblant". Nous sommes face à des gens qui font semblant de diriger des démocraties. Nous devrions prendre garde à ne pas faire semblant de les contester.

  • 18 décembre 2013 18:19, par Vieux Sympathisant de la Gauche communiste internationaliste

    « c’est la logique mm du capital qui comme l’histoire nous le demontre trouvera toujours le moyen de croître en se restructurant après les crises entre autre »

    J’aimerais savoir où l’histoire démontre ça ! Le fonctionnement du capitalisme est connu, depuis longtemps, et il est clair qu’il est essentiellement basé sur des contradictions qui à terme ne peuvent effectivement qu’entraîner son effondrement. Du reste, il suffit de regarder les choses au niveau global : la croissance, c’est peut-être valable de façon biaisée en Chine, et encore ! Pour le reste de la planète, où est-elle ? Il y aurait donc des pays prospères, où la bourgeoisie assure le plein emploi et la croissance des salaires ? Vite, un nom, que j’émigre dès demain !

    La seconde question est celle des syndicats : dès 1905, Rosa Luxemburg écrivait qu’il était inévitable que les syndicats se transforment en chambres d’enregistrement de la politique de la bourgeoisie, parce qu’il était alors de moins en moins possible d’obtenir quoi que ce soit de durable de la bourgeoisie. Mais les syndicats continuent de nous dire que la négociation paie !

    Aujourd’hui, les syndicats sont indispensables, c’est certain, mais à la bourgeoisie et à l’État, qui les financent d’ailleurs grassement partout dans le monde ! Tout simplement parce qu’ils sont les meilleurs garants que la lutte de classe ne débordera pas. N’importe qui est allé dans une lutte dont les participants tenaient réellement les rênes sait que les syndicats s’opposent par tous les moyens à ce qu’elle s’étende ! Ce n’est pas un hasard : c’est le SYNDICALISME en général qui n’est plus valide : le capitalisme n’a plus rien à offrir, il n’y a pas d’autre alternative que son renversement, et ça n’a jamais été le rôle des syndicats de renverser l’État.

    C’est pourquoi toute organisation basée sur la défense immédiate, économique, des exploités ne peut que se retrouver dans le camp de la bourgeoisie tant qu’elle ne prend pas en charge l’aspect POLITIQUE des luttes. Cela condamne irrémédiablement TOUS les syndicats, indépendamment de l’honnêteté de leurs participants et de la conscience qu’ils ont de ce qu’ils font. Du reste, partout dans le monde les syndicats « trahissent » la lutte : il faudrait peut-être en tirer quelques leçons…

Avertissement

Les commentaires ont pour objectif de compléter l’information donnée dans l’article, argumenter, apporter une interrogation ou un questionnement par rapport au sujet de la contribution. Les avis personnels qui n’apportent rien de plus à l’article pourront être considérés comme discussion de forum ne répondant pas aux objectifs pré-cités.Tout commentaire ne répondant pas à ces objectifs, ou étant contraire aux règles éditoriales sera supprimé définitivement du site.

Lien vers la politique éditoriale du collectif

Les commentaires des articles trop anciens sont fermés, et ceci pour limiter les attaques de spam.