RSS articles
Français  |  Nederlands
mardi 2 mars 2021
20h00 - Apéro-débat en ligne | Prison : le travail à la peine posté le  - Agenda
mercredi 3 mars 2021
18h30 - Dettes coloniales, réparations et reconnaissances posté le  - Agenda
samedi 6 mars 2021
12h00 - [LILLE] APPEL NATIONAL contre les violences policières posté le  - Agenda
lundi 8 mars 2021
17h00 - Rassemblement de soutien à Julian Assange acte 101 posté le  - Agenda
lundi 26 avril 2021
10h00 - Formation : « Medic tout terrain », près de Bure posté le  - Agenda - 3 commentaires

Defensoría Popular : Conférence sur la lutte sociale au Chili et les outils de défense des militants

posté le 22/11/14
lieu : Pianofabriek
adresse : 35 rue du Fort, Saint-Gilles
Mots-clés  répression / contrôle social  solidarité  antifa  projection / débat / concert 

La Defensoría Popular est un collectif créé dans les années 2008 par un groupe de travailleurs (avocats, procureurs et étudiants) dans le but de défendre les Droits Humains, un outil pour défendre les militants engagés dans les luttes sociales.

Ce collectif travaille pour défendre pénalement les personnes, les travailleurs, les organisations syndicales ou estudiantines engagées dans les luttes sociales au Chili. Luttes sociales qui sont réprimées avec violence par l’État chilien qui s’appuie pour criminaliser les militants sociaux sur des lois et un système hérités d’une dictature qui fut condamnée mondialement.
La Defensoría Popular définit comme militant social tout individu ou toute collectivité sociale ou politique qui exerce son droit de manifester, de revendiquer la modification des politiques publiques par les autorités administratives.

Depuis sa formation, le collectif Defensoría Popular est présent dans la rue, dans chaque manifestation et dans les tribunaux où l’État détourne le Droit, utilise l’organe judiciaire pour réprimer la lutte sociale et condamner des militants.

Defensoría Popular dénonce l’utilisation de la « loi antiterroriste » et a démontré l’utilisation de montages policiers dans des procès contre des militants étudiants, syndicaux, sociaux et les Mapuche. Le collectif s’est illustré dans le célèbre procès « Caso bombas », il a pu démontrer la violation des droits de la défense, dévoiler les nombreux montages policiers à l’encontre de militants qui furent arrêtés arbitrairement, séquestrés et déclarés coupables par l’État chilien avant que les tribunaux ne disposent des « pièces à conviction ».

Afin de pouvoir continuer d’agir, ce collectif de défense populaire a besoin d’un soutien matériel, économique et politique. Deux de ses membres, avocats, effectuent une tournée en Europe pour présenter son action, nouer des contacts, pour forcer les médias à rompre le silence.

La conférence organisée au Pianofabriek, ce vendredi 28, permettra de découvrir ce collectif, de démonter des mécanismes que les autorités mettent en place lors de mouvements sociaux pour les réprimer. Sujet d’actualité brûlante dans cette période où des mouvements sociaux se dressent en Belgique pour revendiquer le maintien des acquis sociaux tandis que l’État met en place des moyens de répression, veut limiter le droit de grève en imposant un service minimum, offre aux policiers une surprotection et criminalise les activistes.

Organisé par Fewla Lutte Mapuche

Vendredi 28 novembre 2014

Pianofabriek Culturencentrum (Rue du Fort, 35, 1060 Saint-Gilles)


posté le Alerter le collectif de modération à propos de la publication de cet article. Imprimer l'article
Liste des documents liés à la contribution
banner_denuncia.(...).png

Commentaires
  • Aucun commentaire

Avertissement

Les commentaires ont pour objectif de compléter l’information donnée dans l’article, argumenter, apporter une interrogation ou un questionnement par rapport au sujet de la contribution. Les avis personnels qui n’apportent rien de plus à l’article pourront être considérés comme discussion de forum ne répondant pas aux objectifs pré-cités.Tout commentaire ne répondant pas à ces objectifs, ou étant contraire aux règles éditoriales sera supprimé définitivement du site.

Lien vers la politique éditoriale du collectif

Les commentaires des articles trop anciens sont fermés, et ceci pour limiter les attaques de spam.