RSS articles
Français  |  Nederlands

Démontage d’une habitation alternative

posté le 10/06/16 par Larry Kosseck Mots-clés  logement / squats / urbanisme 

Cet article me concerne directement.

Depuis le mois de décembre j’habite dans une yourte, vous savez ses tentes considérées comme des habitations en Mongolie.
Je suis sur un terrain où mes plus proches voisins sont des amis, effectivement nous avons acheté un terrain commun (pour un potager collectif) et ensuite chacun une parcelle.
Je suis donc propriétaire pas seulement d’une yourte, mais d’un terrain de 10 X 13 mètres.
Cette yourte n’est pas une "traditionnelle" Mongol, mais bien une contemporaine, surtout avec les pluies qu’il y a chez nous... et surtout en ce moment !
Elle fait 8 mètres de diamètre pour une superficie de plus ou moins 48 m2, cela fait une habitation confortable pour un homme célibataire ;o)
Mais, voilà suite aux travaux de l’aménagement de nos parkings (la rue étant très étroite), l’arrivée d’une roulotte et d’un camping car, le voisinage c’est inquiété.
L’agent de quartier qui n’avait pas encore vu ma yourte est venu chez moi, ensuite un conseiller communal... vous n’avez pas de permis de bâtir ? Hé, bien, non ! Car pour moi une habitation sans fondation n’en a pas besoin.
Et bien monsieur, nous allons devoir en parlé à l’urbanisme et monsieur le bourgmestre.
Là, dessus je prend les devant. j’écris à l’urbanisme qui me répond qu’effectivement il me faut un permis d’urbanisme. Voir Art. 84. § 1er b. le placement d’une ou plusieurs installations mobiles, telles que roulottes, caravanes, véhicules désaffectés et tentes,...
Par la suite, je vais voir Mr le Bourgmestre. Qui au départ, réticent me dit que je dois démonter, pour finir par accepter si c’est mon atelier. "Vous serez convoqué par l’urbanisme pour régulariser" me dit-il.
Une semaine se passe, pas de convocation mais un courrier d’abord mail et ensuite postale.
Voici son contenu : "Le collège communal de la Ville d’Antoing, réuni en séance du 27 avril 2016, vous demande le démontage de votre yourte sur le terrain concerné dans les 6 mois de la présente. Ce type de construction n’est malheureusement pas régularisable..."

Signé par le Directeur Général et Mr le Bourgmestre !!!

Vous comprendrez ma consternation.

J’essaie de comprendre, en Belgique il y a plusieurs constructeurs de yourtes, que deviennent-elles ? Elles partent pour l’étranger !
Alors, assez étrange on peut demander un permis d’urbanisme pour une tente, ce que la yourte est, cependant se sera refusé. Alors, à quoi sert la demande et à quoi sert le CWATUPE à se sujet ???
Depuis, j’ai consulté de nombreux sites et lu plusieurs articles sur l’habitat léger. J’ai découvert qu’il y a un recensement de 15000 personnes en Belgique. Recensement fait par le rbdl (www.rbdl.be).
Il est évident qu’avec l’austérité existant et les loyers devenant exorbitants, les gens se retrouvent dans des situations précaires.
L’habitat léger n’est-il pas une solution viable pour notre leur bien être ?
Faut-il mettre ces gens les uns sur les autres dans des cubes en bêton ?
Ne serait-ce pas une solution pour les migrants ?
Quel est finalement l’idéal de vie, des personnes qui préfèrent se rapprocher de la Nature, vers une vie plus saine ou leur imposer des logements auxquels ils n’aspirent pas et qu’ils n’ont pas choisi ?
Heureusement, j’avance tout doucement.
J’ai pris contact avec certaines personnes et organismes dont j’ai le soutient.
- Le D.A.L. Tournaisien, droit au logement
- Le rbdl (Réseau Brabant pour le Droit au Logement)
- Le collectif HaLé (droit et défense de l’habitat léger)
- Nicolas Bernard (http://www.usaintlouis.be/sl/100019.html)
- M.W. une échevine
- S.V. un conseiller communal
- Le collectif Mob’Raisien (collectif citoyens de Maubray dont je fais parti)
...
Une pétition est en ligne : http://www.petitions24.net/permettre_de_laisser_une_yourte_sur_son_terrain

Suite à celle-ci, des journalistes de l’Avenir et une journaliste de RTL TVI m’ont contactés.

Le plus long c’est l’attente...

L.K.


posté le  par Larry Kosseck  Alerter le collectif de modération à propos de la publication de cet article. Imprimer l'article
Commentaires
  • 22 juin 2016 14:37, par Chomolung

    Merci pour ce témoignage précis sur ta situation. Il est clair que la réponse de la commune est incohérente ou tout du moins, incomplète. S’il n’est pas possible de régulariser les yourtes, quels sont les arguments ? Est-il également impossible de régulariser les toits plats, si courants dans les maisons modernes ?

    La vraie question derrière ce débat autour de l’habitat alternatif est l’importance que nous choisissons d’accorder à la hiérarchie des règles du vivre-ensemble. Le respect des règles urbanistiques est-il primordial ? Doit-on considérer que la typologie du bâti belge est inaltérable et que cette préoccupation simple surpasse certainement celle, plus compliquée, du droit fondamental d’habiter ?

    La loi est soumise à interprétation mais aucun fonctionnaire communal, régional ou autre ne peut l’incarner. Il faut contourner les personnes de première ligne qui pourraient mettre ton projet en péril. Des dérogations sont toujours possibles.
    Et une masse de dérogations finiront par créer une nouvelle règle.

    Merci de résister publiquement pour tous ceux qui résistent de leur côté.

Avertissement

Les commentaires ont pour objectif de compléter l’information donnée dans l’article, argumenter, apporter une interrogation ou un questionnement par rapport au sujet de la contribution. Les avis personnels qui n’apportent rien de plus à l’article pourront être considérés comme discussion de forum ne répondant pas aux objectifs pré-cités.Tout commentaire ne répondant pas à ces objectifs, ou étant contraire aux règles éditoriales sera supprimé définitivement du site.

Lien vers la politique éditoriale du collectif

Les commentaires des articles trop anciens sont fermés, et ceci pour limiter les attaques de spam.