RSS articles
Français  |  Nederlands

Du désir de procréer : des cultures plus naturalistes que la Nature ?

posté le 28/04/17 par Priscille Touraille Mots-clés  féminisme  genre / sexualité  réflexion / analyse 

Contrairement à ce qu’affirment certains discours ordinaires dans les sociétés occidentales, le désir de procréer que les humains sont censés manifester est tout sauf naturel. Dans le sens suivant : on ne le retrouve pas dans la Nature. Pour désirer des enfants, il faut d’abord avoir conscience que la gestation est la conséquence d’un certain type d’acte sexuel. Cet article confronte un point aveugle des études genre à quelques-unes des théories des sciences de la vie. Il rappelle que la conscience du lien entre sexualité et production d’enfants est une spécificité humaine. Les catégories mâle/femelle conçues ici comme une obligation sémantique à procréer, semblent effacer le poids singulier de cette conscience. Les discours ordinaires qui postulent l’existence d’une volonté à procréer chez tous les êtres vivants seraient ainsi un effet du genre.

LIRE L’ARTICLE : https://www.cairn.info/revue-nouvelles-questions-feministes-2011-1-page-52.htm


posté le  par Priscille Touraille  Alerter le collectif de modération à propos de la publication de cet article. Imprimer l'article

Commentaires

Les commentaires de la rubrique ont été suspendus.