RSS articles
Français  |  Nederlands

Entretien donné par des membres de Tekoşîna Anarşîst (unité militaire anarchiste combattant au Rojava)

posté le 06/08/20 Mots-clés  alternatives  féminisme  luttes sociales  solidarité 

Entretien donné par des membres de Tekoşîna Anarşîst (une unité militaire anarchiste combattant au Rojava) à la Fédération anarchiste urugyaienne et relayé par le site anarchistworldwide


Depuis l’Amérique latine, nous suivons avec attention et intérêt particulier ce qui se passe au Rojava et en Syrie. Tout d’abord, pourriez-vous expliquer la formation du bataillon de camarades libertaires et leurs liens avec la résistance kurde ?

Depuis le début de la révolution du Rojava, en particulier suite à la résistance à Kobanê en 2015, des volontaires internationaux sont venus affronter Daech (ISIS) et défendre la révolution. Dans les premières années, la plupart des volontaires internationaux sont venus en coordination avec YPG et YPJ, les milices d’autodéfense kurdes. Compte tenu du caractère anti-étatique du projet politique du Rojava, les anarchistes de différents continents se sont joints à la lutte pour la défense de la révolution, arrivant souvent de manière disparate et désorganisée. En 2015, en plus des internationalistes des YPG et YPJ, l’IFB (Bataillon international de la liberté) a été organisé, réunissant militants internationaux et organisations révolutionnaires turques dans une organisation commune.
Têkoşîna Anarşîst (Lutte anarchiste) a été créée fin 2017 après la libération de Raqqa. Nous cherchons non seulement à participer à la lutte contre Daech, mais à apprendre du mouvement de liberté du Kurdistan tout en construisant des ponts avec les mouvements libertaires du monde entier. En tant qu’anarchistes, nous voyons l’importance de prendre les armes contre le despotisme théocratique de l’État islamique, mais aussi contre l’oppression fasciste de l’État turc, de l’État syrien, des différentes puissances impérialistes et de la myriade de groupes fondamentalistes islamiques qui combattent en Syrie. La réalité de la guerre est très complexe, et parfois elle nous plonge dans une mer de contradictions sur notre rôle ici. Les conflits interethniques et interreligieux convergent avec une guerre par procuration des pouvoirs régionaux et géopolitiques, où les influences impérialistes et coloniales rythment un Moyen-Orient baigné de sang et de pétrole. Mais la résistance kurde est un exemple emblématique d’organisation révolutionnaire et le projet social et politique du Rojava est certainement inspirant. Après quelques années de travail ici, nous avons vu les bons côtés et aussi les mauvais côtés de la révolution, et notre engagement avec elle est basé sur un cadre d’internationalisme et de solidarité critique.

La mise en œuvre du confédéralisme démocratique, une société apatride basée sur la libération des femmes, l’écologie et la démocratie directe, est un exemple pour ceux d’entre nous qui croient en un monde sans capitalisme et sans patriarcat. C’est ce qui nous a conduit au Rojava, mais que faire maintenant ? Un grand nombre d’internationalistes qui viennent au Rojava participent à la défense de la révolution pendant quelques mois puis reviennent chez eux pour retrouver leurs vies antérieures. Est-ce ce que nous voulons ? Est-ce notre idée de solidarité internationaliste ? Non, nous voulons autre chose. Pour mieux comprendre ce que nous recherchons, nous avons étudié l’histoire de l’internationalisme, mais au lieu de regarder la structure centralisée de la troisième internationale, nous avons choisi de nous inspirer de la lutte anticoloniale de la Conférence tricontinentale. Des révolutionnaires comme Almícar Cabral de Guinée-Bissau, Ben Barka du Maroc ou Che Guevara d’Argentine, se sont réunis pour, selon les mots de Franz Fanon « se tenir aux côtés des misérables de la terre pour créer un monde d’êtres humains ». Leurs perspectives sur la solidarité internationale étaient très claires : « Il ne s’agit pas de souhaiter le succès aux attaqués, mais de courir sa propre chance ; les accompagnant à la mort ou à la victoire ». Ils parlaient de créer 2, 3, de nombreux Vietnams, nous parlons de créer 2, 3, de nombreux Rojavas, de nombreux Barbachas, de nombreux Chiapas.

Tekoşîna Anarşîst n’est pas seulement un groupe anarchiste en Syrie ou au Kurdistan, notre existence est conditionnée par la lutte et le processus révolutionnaire du Rojava. L’oppression subie par le peuple kurde est un autre exemple de la dynamique coloniale subie par les peuples autochtones, des peuples aux cultures et aux racines ancestrales qui sont menacés par l’hégémonie capitaliste. En tant qu’internationalistes, il est également de notre devoir d’étudier et de comprendre la manière dont les puissances impériales exercent leur oppression sur les pays du Sud. Nous avons lutté contre l’oppression chez nous et maintenant nous continuons la lutte ici. Nous sommes venus au Rojava pour répondre à l’appel à la solidarité internationale, et notre priorité est donc de comprendre les besoins du peuple et la dynamique du mouvement révolutionnaire local.

Quelles sont les principales différences entre TA et le PKK et ses groupes armés ?

Le PKK est un parti révolutionnaire créé en réponse à l’oppression subie par le peuple kurde. Tekoşîna Anarşîst est un collectif créé pour soutenir et apprendre de la révolution du Rojava. Cette réalité engendre un grand nombre de différences par rapport à la taille de l’organisation, aux objectifs, aux dynamiques internes, aux projections futures, aux tactiques et aux stratégies.

Le PKK a été fondé il y a plus de 40 ans en tant que mouvement de libération nationale avec une vision internationaliste, formant un mouvement anti-colonial au Moyen-Orient. À travers sa lutte pour la libération nationale, le PKK, qui a commencé avec une orientation marxiste-léniniste-maoïste, a évalué ses réalisations et ses lacunes. Abdullah Öcalan a proposé un nouveau paradigme, nourri de perspectives libertaires, se positionnant contre le modèle de l’État-nation, le patriarcat et l’écocide produit par le capitalisme et le système techno-industriel. Au lieu de cela, le nouveau paradigme crée des modèles de démocratie directe, avec les communes et les coopératives comme base sociale. Il donne la priorité à la libération des femmes comme base de la transformation sociale à travers les femmes s’organisant de manière autonome. Il s’engage dans une perspective écologique et une reconnexion avec la nature.

Ses perspectives sur la violence diffèrent également de celles de ses origines maoïstes, où la violence révolutionnaire était conçue comme un objectif en soi. Le changement de paradigme, largement motivé par le mouvement des femmes kurdes, a recentré l’analyse autour du concept de légitime défense. Les dynamiques patriarcales et coloniales des États, qui fondent leur existence sur la domination par la guerre, le génocide et l’esclavage, se sont toujours heurtées à la résistance de ceux qu’ils cherchent à soumettre. Les sociétés qui ont vécu une vie libre ne peuvent accepter la domination des systèmes centralisés, et c’est pourquoi chaque société, chaque être vivant, doit assurer ses systèmes d’autodéfense.

En tant qu’anarchistes, en tant que révolutionnaires, nous sommes d’accord avec cette vision politique et sociale. L’écologie, le féminisme, le communautarisme ou le confédéralisme ne sont pas inconnus de l’anarchisme, bien au contraire. Au Rojava, nous avons dû nous défendre avec tous les moyens à notre disposition contre le despotisme théocratique de l’Etat islamique et l’invasion de l’Etat fasciste turc. En temps de guerre, nous avons combattu côte à côte avec les YPG, les YPJ, les guérilleros du PKK, les membres d’autres partis révolutionnaires turcs, d’autres internationalistes d’idéologies différentes, les Kurdes, les Arabes, les Assyriens. Quand l’ennemi tire, quand les bombes tombent, celui de notre côté de la tranchée est un camarade, un "heval", et les différences idéologiques ne pèsent pas autant que la passion de défendre la révolution, la passion de construire une société libre. Mais il y a certainement des différences idéologiques qui, quand les balles et les mortiers ne pleuvent pas, conduisent à des débats et à des réflexions qui influencent notre façon de penser la révolution et de comprendre l’anarchisme. Les divergences dont Marx et Bakounine, parmi tant d’autres, ont discuté lors des congrès de la première internationale ouvrière sont encore aujourd’hui une source de conflit. Mais c’est précisément ce conflit qui nous aide à réfléchir, à apprendre, à continuer à grandir.

En réponse à la question, les principales différences que nous avons constatées sont, d’une part, d’ordre organisationnel et, d’autre part, idéologiques. Au niveau organisationnel, nous accordons la priorité à la décentralisation et à la répartition des tâches, des responsabilités et du leadership, en évitant délibérément la création d’un comité central ou d’une institution autoritaire. Nous savons que les structures militaires sont toujours conditionnées par une organisation hiérarchique et une chaîne de commandement et, à certains égards, nous avons dû adapter notre structure aux besoins militaires. Mais contrairement aux autres forces, nous accordons une attention particulière au fonctionnement de manière inclusive et horizontale, en encourageant la rotation des responsabilités et le leadership. L’apprentissage collectif, la confiance et l’entraide, mais surtout le désir d’une vie libre, sont à la base de notre travail et de notre projet politique.

Au niveau idéologique, les différences peuvent être plus complexes. Le plus pertinent est peut-être notre ferme soutien aux luttes LGBT +, qui dans le mouvement de libération kurde n’ont pas un soutien aussi déterminé. Il y a cependant un courant dans le mouvement des femmes kurdes et en jineolojî en particulier, avec qui nous partageons un point de vue sur ces questions. Eux-mêmes s’interrogent et réfléchissent sur l’apparent essentialisme de ce mouvement, ouvrant la porte à une compréhension plus étendue de la femme plus proche des théories queer, bien qu’encore minoritaires. Aussi le pragmatisme de ce mouvement conduit parfois à des contradictions idéologiques, en particulier dans les aspects liés à la propriété. Au Rojava, il existe des initiatives communautaires et des incitations à la propriété collective, mais la propriété privée reste la norme dans la société, sans trop d’efforts pour changer cette réalité. Au sein des mouvements révolutionnaires, la propriété est largement collective et la vie communautaire a une orientation socialiste claire, mais il est parfois difficile pour ces idées d’atteindre la majorité de la population.

Pour apporter une perspective plus large, si nous pensons non seulement à notre organisation mais à l’anarchisme plus largement, nous voyons de grandes contradictions avec la tendance individualiste des mouvements anti-autoritaires au cours des dernières décennies. Têkoşîna Anarşîst s’engage dans une lutte collective qui transcende la logique individuelle et la pensée libérale, en accord avec les valeurs de l’anarchisme social, mais sans cesser de réfléchir sur le rôle de l’individu dans la société. Nous sommes bien conscients qu’avec des ordres imposés du haut vers le bas, sans respecter les décisions collectives ni écouter les voix des minorités, la contrainte est imposée à l’individu. À son tour, lorsque l’individu n’agit pas conformément aux objectifs communs d’un mouvement, il délégitime l’organisation et la lutte collective. Un autre débat important entre l’anarchisme traditionnel et les idées du confédéralisme démocratique est l’approche à la société et la relation avec le positivisme et le rationalisme. L’anarchisme a souvent vu la science et la raison, résignées par la soi-disant « illumination », comme le seul moyen de parvenir à une société libre. Dans le nouveau paradigme, cette prémisse est remise en question, avec une attention particulière à d’autres manières de comprendre le monde et la société qui échappent à la pensée coloniale européenne, en particulier en regardant la mithologie et les connaissances ancestrales. Ces perspectives sont importantes lorsqu’il s’agit d’apprendre des mouvements indigènes, de repenser notre relation avec la nature, avec la civilisation et avec la vie elle-même. qui ont été résignés par la soi-disant « illumination », comme le seul moyen de parvenir à une société libre. Dans le nouveau paradigme, cette prémisse est remise en question, avec une attention particulière à d’autres manières de comprendre le monde et la société qui échappent à la pensée coloniale européenne, en particulier en regardant la mithologie et les connaissances ancestrales. Ces perspectives sont importantes lorsqu’il s’agit d’apprendre des mouvements indigènes, de repenser notre relation avec la nature, avec la civilisation et avec la vie elle-même. qui ont été résignés par la soi-disant « illumination », comme le seul moyen de parvenir à une société libre. Dans le nouveau paradigme, cette prémisse est remise en question, avec une attention particulière à d’autres manières de comprendre le monde et la société qui échappent à la pensée coloniale européenne, en particulier en regardant la mithologie et les connaissances ancestrales. Ces perspectives sont importantes lorsqu’il s’agit d’apprendre des mouvements indigènes, de repenser notre relation avec la nature, avec la civilisation et avec la vie elle-même.

L’évaluation de ces idées, des similitudes et des différences que nous avons trouvées avec nos mouvements et la réalité du Rojava, nous ont conduit à prioriser deux objectifs. Premièrement, le développement de personnalités militantes, travaillant à déconstruire l’influence patriarcale et capitaliste que nous avons intériorisée. Deuxièmement, la nécessité de s’entendre sur des normes organisationnelles fondées sur l’engagement et la responsabilité, conformément à notre volonté de révolutionnaire mais aussi aux besoins de notre organisation. Et même si ces objectifs sont développés d’une manière différente du PKK, les méthodes que nous apprenons ici nous sont d’une grande aide. La pratique du tekmil, plateforme, critique et autocritique, nous guide dans notre croissance et notre développement en tant que révolutionnaires.

Comment analysez-vous le processus de construction du confédéralisme démocratique ? Quelle est votre participation à cette construction ?

La construction du confédéralisme démocratique est certes plus visible au Rojava, mais elle ne peut être déconnectée du reste du Kurdistan. Ces dernières années, les idées de ce paradigme politique ont été mises en pratique à grande échelle au Rojava, mais il faut aussi prendre en compte d’autres territoires comme le camp de Mexmûr ou la zone plus récemment autonome d’Şengal à Başûr (Kurdistan irakien). Il y a aussi des développements politiques à Rojhilat (Kurdistan iranien), mais surtout à Bakûr, à l’intérieur des frontières de l’Etat turc. Il faut prendre en compte les quatre parties dans lesquelles le Kurdistan est aujourd’hui divisé pour comprendre pourquoi le mouvement kurde est orienté vers une solution anti-étatique.

Lors de l’analyse de sa construction, il est essentiel de se référer au travail idéologique d’Abdullah Öcalan et à son « Manifeste pour une société démocratique ». Contrairement à d’autres propositions politiques, le confédéralisme démocratique ne se limite pas à décrire une société utopique sans oppression, mais ouvre un dialogue de questions-réponses sur la manière de transformer la société et de réaliser cette utopie. Comment nous voulons vivre, comment nous voulons communiquer et comment nous voulons nous battre sont des questions importantes dans la construction d’une société révolutionnaire. Les réponses données par Öcalan ne sont pas facilement résumées en quelques paragraphes, mais il est important de comprendre certains des concepts qu’il identifie. Cette modernité démocratique, comme nous l’avons mentionné, repose sur la libération des femmes, l’écologie et la démocratie sans l’État.

Cette progression idéologique montre des similitudes avec d’autres processus révolutionnaires tels que le mouvement zapatiste, un mouvement insurgé dans les montagnes du sud du Mexique. Les deux mouvements sont nés dans un cadre maoïste mais sont réorientés vers le socialisme libertaire, tous deux ont grandi et ont trouvé refuge dans les montagnes, tous deux sont héritiers d’un peuple aux origines anciennes, tous deux ont un fort mouvement de femmes autonomes, les deux sont un exemple pour les mouvements anticapitalistes du monde entier. Le confédéralisme démocratique n’est pas une nouvelle idéologie, c’est une manière de comprendre la société et la civilisation qui nous inspire à nous développer en tant que mouvements révolutionnaires, à nous engager envers nos idées et à avancer avec détermination vers une société plus juste.

En mettant ces idées en pratique au Rojava, le processus a été largement influencé par la guerre en Syrie. À son tour, c’est la guerre qui a rendu la révolution possible, permettant la transformation sociale radicale nécessaire pour jeter les bases de tels développements politiques. En 2012, les YPG / YPJ, alors milices populaires mal armées, ont expulsé les soldats et les bureaucrates de l’Etat syrien avec à peine quelques balles tirées. Cela a été suivi par des combats acharnés contre des groupes islamistes comme al-Nosra et plus tard Daech. Après avoir brisé le siège de Daech à Kobanê en 2015, les YPG / YPJ se sont élargis pour diriger la coalition militaire des Forces démocratiques syriennes (FDS). Au moment où Raqqa a été libérée en 2017, les FDS étaient devenues une force militaire régulière, entraînée et équipée à un niveau semi-professionnel.

Ces développements militaires ont été accompagnés d’un processus de transformation sociale basé sur les idées du confédéralisme démocratique, avec la création de communes, coopératives, centres de femmes, comités de justice, académies, programmes scolaires en kurde, centres culturels, etc. Institutions sociales comme TEV -DEM (Tevgera Civaka Demokratîk - Mouvement pour une société démocratique), avec le PYD (Partiya Yekineyen Democratic - Democratic Unity Party) et d’autres partis politiques, se sont réunis pour créer l’Administration autonome, initialement organisée dans 3 cantons (Efrîn, Kobanê, Cizîre). Nous voyons l’objectif clair de gérer le territoire sur la base d’une organisation locale, basée sur un modèle municipal, sans rechercher la centralisation d’un système étatique.

Aucune révolution n’est un processus facile, et malgré les critiques que nous pouvons avoir sur certaines décisions, le processus que traverse le Rojava au cours de ces 8 années de révolution est admirable. Encore une fois, il est difficile de tout résumer en quelques paragraphes, mais parmi les étapes les plus importantes, nous voulons mentionner l’évolution de la situation que vivent les femmes et le rôle que joue le YPJ dans ce processus. Les femmes en Syrie, comme les femmes du monde entier, souffrent de la violence et de l’oppression des systèmes patriarcaux, mais à partir de 2014, elles ont été particulièrement menacées par le despotisme théocratique de l’État islamique. Daech est sans aucun doute un exemple plus brutal et sanglant de patriarcat, avec des milliers de femmes capturées et vendues comme esclaves sexuelles. Dans les mots de la combattante YPJ Amara de Kobane « Nos points de vue philosophiques nous ont fait prendre conscience du fait que nous ne pouvons vivre qu’en résistant », donnant des perspectives sur les raisons pour lesquelles de nombreuses femmes choisissent de prendre les armes pour se libérer d’une telle menace, pourquoi elles choisissent légitime défense et action directe contre ce qui menace leur vie. Après les victoires militaires contre Daech, l’énorme courage et le sacrifice que les femmes ont apporté à la révolution ont été prouvés sans aucun doute. Le mouvement kurde dit qu’aucune société ne peut être libre si les femmes ne sont pas libres, et au Rojava ce slogan devient le cœur du processus révolutionnaire.

Notre implication dans tout ce processus est relativement modeste, car nous ne travaillons que depuis trois ans au Rojava. Au début, le plus important était de comprendre la réalité locale, la langue et la culture kurdes, le projet politique et le fonctionnement des organisations et des structures. Cela a entraîné des contradictions idéologiques avec de nouvelles méthodes d’organisation. Malgré nos similitudes idéologiques et les références d’Öcalan à différents penseurs anarchistes, comme Bakounine, Kropotkine ou Foucault, l’anarchisme reste une grande inconnue pour le mouvement kurde. Dans le troisième volume du « manifeste pour une civilisation démocratique », Öcalan réfléchit sur l’importance de l’anarchisme comme allié clé dans le développement de la modernité démocratique, partageant ses critiques et ses perspectives pour les mouvements anarchistes. Dans le domaine idéologique, notre travail s’est concentré sur la réflexion sur ces idées et ces contradictions, leur traduction et les rendre plus accessibles à un large public. Nous avons également passé du temps à débattre et à partager nos idées entre nous, car nous sommes un groupe international d’anarchistes de divers pays, souvent avec des perspectives et des antécédents différents. Ce travail nous a permis de mieux comprendre les mouvements libertaires dans différentes parties du monde et comment les mettre en contexte avec le processus révolutionnaire que nous traversons.

Dans le domaine pratique, notre travail s’est concentré sur la défense de la révolution. Après avoir participé à différentes campagnes militaires contre l’État islamique, nous avons poussé à développer nos capacités en tant que médecins de combat, car les soins de santé dans les premières minutes peuvent être cruciaux pour la survie. Tekoşîna Anarşîst a travaillé comme équipe médicale de combat dans la campagne de Baghouz, le dernier bastion de l’État islamique, et a depuis été notre tâche principale chaque fois qu’il y a eu un front actif au Rojava. Travailler en équipe médicale de combat, c’est aussi pouvoir former de nouveaux membres dans ces disciplines, c’est pourquoi nous avons déployé beaucoup d’efforts pour compiler ce que nous avons appris à partager avec les nouveaux camarades venus rejoindre la révolution.

Comment analysez-vous la situation actuelle du conflit en Syrie et quelles perspectives envisagez-vous ?

Aujourd’hui, en juillet 2020, la guerre se poursuit en Syrie. Nous avons célébré récemment le huitième anniversaire de la révolution, en nous souvenant du 19 juillet 2012 lorsque l’autonomie a été déclarée dans la ville de Kobanê. L’État islamique a été vaincu après la bataille de Baghouz en 2019, mais il existe encore des cellules et des groupes opérationnels qui continuent de mener des attaques. Beaucoup de ses anciens membres ont également rejoint les groupes islamistes soutenus par la Turquie, qui occupent le canton d’Efrîn depuis début 2018. Cela fait moins d’un an que la Turquie et ses mercenaires islamistes ont occupé les villes et villages le long de la frontière entre les villes de Tel Abyad et Serêkaniyê.

La population fuyant ces conflits se retrouve dans des camps de réfugiés, tels que les camps de Şehba d’où a fui Efrîn, ou le camp de Waşokanî où la population de Serêkaniyê s’est réfugiée contre les bombes turques. Le camp d’al-Hol est également difficile à gérer, où sont détenus des dizaines de milliers de femmes et d’enfants ayant vécu sous le califat islamique. Cela inclut certaines femmes qui maintiennent leurs idées fondamentalistes islamiques, organisant souvent des émeutes et des déclarations de soutien à Daech, attaquant les forces de sécurité du camp et également d’autres femmes, poignardant, jetant de l’acide ou incendiant des tentes. Les prisons spéciales pour les combattants de Daech ajoutent aux difficultés rencontrées par l’Administration autonome pour stabiliser la région, qui a besoin d’un tribunal international pour trouver des solutions et traduire les membres de Daech en justice. Mais la communauté internationale ne semble pas très intéressée à soutenir ce type de processus judiciaire, et peu de pays ont rapatrié les combattants internationaux partis rejoindre les rangs de l’État islamique. Dans ces prisons aussi, il y a souvent des émeutes et des tentatives d’évasion.
Les camps de réfugiés sont également des foyers d’urgences sanitaires, avec des flambées de salmonelles ou d’autres maladies, comme la leishmaniose dans les camps de Şehba. Jusqu’à présent, Rojava n’a pas souffert d’un frein supplémentaire du COVID-19, mais son auto-administration avait travaillé à des préparatifs pour prévenir les risques futurs. Notre travail sur les questions de santé nous a également permis d’apprendre et de soutenir dans ces domaines et de mieux comprendre la situation, ainsi que de collaborer au développement de formations et de préparations pour des mesures préventives au cas où la pandémie commencerait à se propager ici. L’hôpital de Serêkaniyê - maintenant occupé par la Turquie et ses mandataires - était le seul équipé pour effectuer des tests PCR, et on sait que la Turquie y envoie un grand nombre de personnes infectées par le COVID-19. A Efrîn l’épidémie se propage, étant donné le lien direct de l’armée turque avec les groupes islamistes occupant la région, peut-être dans une tentative de l’administration Erdogan de propager le virus au Rojava. Dans les régions de la Syrie encore sous le contrôle du régime syrien, le virus s’est propagé, nous ne savons donc pas combien de temps le Rojava sera à l’abri des effets de la pandémie.

La situation militaire n’est pas non plus facile. D’une part, Erdogan continue de menacer l’occupation de la région, avec un risque particulier pour Tal Rifaat et les camps de Şehba, ainsi que Manbij et Kobanê. Comme nous l’avons vu avec d’autres opérations, il ne s’agit pas de savoir si la Turquie attaquera à nouveau, mais quand elle le fera. Récemment, Erdogan a annoncé une nouvelle opération à Başûr, au Kurdistan irakien, qui a débuté avec plus de 80 bombardements de l’armée de l’air turque. Parmi les cibles figuraient le camp de Mexmûr, un hôpital à Şengal, des positions de guérilla et des villages civils dans les montagnes limitrophes de la Turquie et de l’Iran, où le PKK a ses bases. Fin juin, un drone a bombardé un village près de Kobanê, où se tenait une réunion du Kongreya Star (le mouvement des femmes du Rojava), tuant 4 femmes, dont le chef de la région de Kobanê.

La dérive autoritaire de l’État turc au cours des dernières décennies s’est accompagnée d’une purge des commandants militaires, en particulier après la prétendue tentative de coup d’État de 2016, ainsi que de lourds investissements dans les dépenses militaires. Erdogan a récemment acquis une deuxième cargaison de systèmes antiaériens S-400 de la Russie, tout en concluant un accord pour acquérir des missiles Patriot des États-Unis. On le voit s’armer jusqu’aux dents, cherchant à maintenir sa position au sein de l’OTAN tout en s’appuyant sur un pacte avec la Russie, tentant de réorganiser l’échiquier géopolitique du Moyen-Orient en évoquant un passé impérial ottoman. Ces rêves expansionnistes, le récit habituel du fascisme, ont toujours besoin d’un ennemi interne à blâmer. En 1915, le monde a été témoin du génocide arménien sur lequel l’Etat turc a été fondé, où non seulement les Arméniens et les autres minorités chrétiennes ont été massacrés et forcés de quitter leurs maisons, mais un exemple a été donné qui sera plus tard mentionné dans la perpétration de l’holocauste (« Après tout, qui parle aujourd’hui de l’anéantissement des Arméniens ? », a déclaré Hitler , envahissant la Pologne). Aujourd’hui, c’est la population kurde qui souffre de ces politiques génocidaires, et il ne fait aucun doute que le Rojava est dans le viseur de la Turquie.

La situation économique au Rojava est également très complexe, avec d’énormes difficultés à venir. La livre syrienne est tombée à des niveaux historiquement bas, ces derniers mois, elle a perdu plus de 300% de sa valeur sur le marché intérieur. À cela, il faut ajouter les nouvelles sanctions contre la Syrie imposées par l’administration Trump, une forme de guerre économique qui, bien qu’elle soit dirigée contre le gouvernement d’al-Assad, a un effet profond sur toute la Syrie. Trump a promis que l’administration autonome du nord et de l’est de la Syrie serait exemptée de ces sanctions, mais jusqu’à présent, cette promesse ne s’est pas concrétisée, et elles doivent s’ajouter à l’embargo que le Rojava subit depuis le début de la révolution. En termes de ressources, le Rojava ne possède en abondance que du blé et de l’huile, qui souffrent de troubles économiques. La crise du COVID-19 a provoqué une baisse du prix du pétrole brut, ce qui a eu un impact énorme sur les revenus de l’administration autonome. De plus, les sanctions évoquées contre le gouvernement d’Assad rendent difficile la vente du pétrole, qui a besoin des raffineries des zones sous contrôle de l’Etat syrien pour pouvoir le traiter. En ce qui concerne le blé, l’Administration autonome a décidé de commencer la récolte plus tôt pour éviter ce qui s’est passé l’année dernière, lorsque des groupes insurgés ont brûlé de vastes étendues de terres cultivées. L’avancement de la récolte a permis de garantir que le blé n’est pas brûlé, mais en même temps, il a été récolté encore vert et le prix auquel il peut être vendu est plus bas. En outre, du blé a été volé dans des silos dans la zone occupée par la Turquie, comme les silos importants de Tel Abyad. ce qui a eu un impact énorme sur les revenus de l’administration autonome. De plus, les sanctions évoquées contre le gouvernement d’Assad rendent difficile la vente du pétrole, qui a besoin des raffineries des zones sous contrôle de l’Etat syrien pour pouvoir le traiter.
Un dernier point que nous voulons mentionner est également lié aux effets mondiaux de la pandémie, et est la fermeture des frontières qui a limité la mobilité des internationalistes. Au cours des 4 derniers mois, aucun internationaliste n’a pu entrer ou sortir du Rojava, cela limite le nombre de nouvelles personnes qui souhaitent se rendre au Rojava mais qui n’ont aucun moyen de le faire.

Avec tout cela, il est difficile de prévoir ce qui va se passer. La situation est très instable, il y a tellement de variables et tellement d’intérêts en jeu que les choses changent rapidement d’un jour à l’autre. Sans aucun doute, la plus grande menace est une nouvelle invasion de l’État turc, probablement à Kobanê, car c’est leur résistance contre Daech qui a captivé l’attention internationale. Le pouvoir symbolique de cette ville est très important, et c’est pourquoi l’État turc veut l’occuper, car il sait qu’il sera très difficile de maintenir la foi en la révolution sans la ville qui a réussi à briser l’avancée de Daech. Il est possible qu’Ain Issa et Manbij soient attaqués en premier, car ce sont des villes voisines et essentielles pour fournir un soutien logistique au cas où Kobanê serait à nouveau assiégé. Pour lancer une telle attaque, Erdogan sait qu’il a besoin d’un feu vert des puissances internationales et régionales. La guerre d’influence entre la Russie et les États-Unis au Moyen-Orient peut jouer un rôle important, et selon la façon dont l’équilibre des pouvoirs et les objectifs des deux puissances impérialistes changent, les effets se feront sentir, non seulement en Syrie, mais à travers le Moyen-Orient et le monde. Au cours des derniers mois, nous avons assisté à un retrait régulier des troupes américaines de Syrie, bien que jamais définitif, car l’une de ses priorités reste d’empêcher d’autres puissances de gagner de l’influence, en particulier la Russie et l’Iran. Poutine s’empresse de combler ce vide, renforçant son hégémonie sur le sol syrien et assurant son accès à la mer Méditerranée.

D’autres puissances régionales peuvent également influencer l’avenir de la Syrie, comme l’État d’Israël, qui continue de maintenir son occupation du plateau du Golan, et de mener des attaques et des bombardements contre différentes cibles sur le sol syrien. La présence de l’Iran en Syrie n’est pas un secret, en fait, la plupart des attaques d’Israël sont généralement contre des cibles du Hezbollah ou d’autres forces proches du régime théocratique iranien. Le gouvernement sioniste de Netanyahu profite de l’hostilité de l’Iran avec les États-Unis pour attaquer en toute impunité et affaiblir ainsi les puissances qui entourent Israël. L’Etat égyptien menace désormais d’intervenir dans le conflit en Libye pour arrêter la propagation de l’influence turque. Pour le moment, l’Égypte est exclue du conseil d’administration syrien, mais le gouvernement d’al-Sissi voit Erdogan comme une menace, compte tenu de sa rhétorique néo-ottomaniste et de sa forte relation avec les Frères musulmans.

Un autre scénario possible dans un proche avenir est une attaque à grande échelle de l’État turc sur Qandil au Kurdistan irakien, où se trouvent les bases du PKK. Erdogan assiège depuis des années les montagnes, le cœur du mouvement insurgé kurde et espère avoir le soutien de l’OTAN et de son réseau médiatique et technologique pour mener à bien une telle opération. Mais pour assiéger les montagnes, Erdogan a besoin de la collaboration non seulement de l’État irakien, mais aussi de l’Iran, puisque Qandil est à la frontière entre eux. Ce serait une opération très coûteuse et étant donné la situation économique instable de la Turquie et ses nombreux fronts, il n’est pas très clair si Erdogan sera en mesure de lancer une campagne à grande échelle. Une telle attaque serait très provocante dans toutes les régions du Kurdistan et le Rojava révolutionnaire ne resterait pas les bras croisés face à cette agression.

En tout, Rojava est un petit joueur dans un jeu de pouvoirs plein de ressentiment et de conflits. Sa brève histoire a toujours été menacée par la guerre et le conflit qui l’entourent, car son existence même remet en question les plans et les agendas des puissances qui combattent en Syrie. Malgré les alliances tactiques, il est clair qu’aucun État n’a intérêt à permettre à ce projet révolutionnaire de prospérer et de s’étendre. Maintenant que le califat de Daech a été vaincu, d’autres forces et puissances continuent de harceler le Rojava, principalement par l’intermédiaire de l’État turc et de ses mandataires. Le Rojava existe grâce à l’engagement et aux efforts collectifs de milliers de militants, et nous devons toujours garder à l’esprit que, sans leur sacrifice, rien de ce que nous vivons ici aujourd’hui ne serait possible. Les attaques que nous avons subies ont entraîné des pertes douloureuses, et nous avons dû avancer et reconstruire les ruines que la guerre a laissées derrière. En tant que militants, ces expériences nous ont obligés à apprécier le besoin fondamental de légitime défense et à apprécier la vie et les moments de bonheur avec plus de gratitude que jamais auparavant.

À ce jour, le Rojava reste un modèle inspirant pour les mouvements révolutionnaires du monde entier, un espace de débat et de pratique politique démontrant qu’un autre monde est possible. Le Rojava n’est pas une société anarchiste, mais c’est une société où les anarchistes du monde entier peuvent nourrir nos idées par la praxis. Nous ne pouvons pas permettre que cette lueur d’espoir s’éteigne, et même s’il s’agit d’une lutte, nous continuerons de construire, de défendre et de développer le monde dans lequel nous rêvons de vivre. Les attaques à venir provoqueront encore plus de douleur et de destruction, mais nous ne le sommes pas. peur des ruines parce que nous portons un nouveau monde dans nos cœurs.

Tekoşîna Anarşîst

Juillet 2020


posté le Alerter le collectif de modération à propos de la publication de cet article. Imprimer l'article
Liste des documents liés à la contribution
machin.jpg


Commentaires

Les commentaires de la rubrique ont été suspendus.