RSS articles
Français  |  Nederlands

1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10

Cet article n'a pas encore été modéré par le collectif Indymédia Bruxsel.
Raison de la mise en attente :

Et si on tapait un peu sur la médecine et ses hooligans politiques ?

posté le 19/01/22 par Ciao ! Mots-clés  antifa  antiracisme  féminisme  santé / médecine 

Taper sur Raoult, Casasnovas, Fouché & Co c’est bien mais ça laisse peinards ces milliers de professionnels de la santé littéralement incompétents qui bousillent des milliers de vies chaque année (erreurs médicales, de diagnostic, etc.) et qui sont peu ou jamais inquiétés par leurs pratiques. Des "erreurs" genrées puisque plus de femmes les subissent que les hommes. Mais qui ça étonne encore que la médecine ne soit pas immunisée contre le patriarcat ?

Et me lâchez pas "La médecine tue des vies mais elle en sauve combien ?" On est pas des jouets. La life, les souffrances et les douleurs des gens ne sont pas des tableaux comparatifs sur Excel.

(Bon à vrai dire les souffrances des fachos j’en ai strictement rien à foutre mais c’est un autre débat.)

Taper sur la médecine tradi c’est plus risqué que taper sur ses poignées d’"égarés"’. C’est trop brûlant, cela remettrait trop de choses en cause, comme par exemple le système d’enseignement qui forme les futurs médecins. Mais ça, c’est encore plus chaud-bouillant, c’est faire le jeu des écoles Steiner, des alternatives new-age et gnagnagna comme disent les statôlatres républicains qui croient encore qu’une Constitution puisse empêcher des coups d’État fascistes. Je caricature un peu mais pas tant que ça.

Encore dernièrement, je revoyais une médecin pour des soucis de santé. Je lui disais que le dernier scanner remontait à 3 ans, que les douleurs étaient de plus en plus fréquentes et que je souhaitais en repasser un. Elle me répondait "Ce n’est pas nécessaire vous savez." Pas dans mon assiette, je n’avais vraiment pas la force d’insister. Sortie de son cabinet pas plus avancée qu’avant d’y entrer, mais avec une maltraitance tout de même (cette brute a failli me déboîter une articulation), je m’disais qu’elle faisait peut-être passer des scanners à la tête du client, ce qui n’aurait pas été une première en médecine. Que si j’avais été riche ou avait eu une fonction importante dans la société, du genre ministre, elle m’aurait même fait passer un IRM en prime. Mais en pensant cela, j’avais peur de faire le jeu de l’extrême droite conspi comme me diraient des chasseurs de complotistes subventionnés, quand bien même je leur collerais sous les yeux des études sur les inégalités d’accès aux soins, sur le racisme systémique dans le champ médical, etc. Un champ qui est très situé à gauche comme chacune sait, progressiste et révolutionnaire même, complètement exempt des dynamiques sociales oppressives à l’oeuvre. Un ptit nuage paisible quoi. #ironie

Si c’est un gros tabou à gauche que taper sur la médecine, c’est aussi un gros tabou que taper sur ce qui la forme : l’Education Nationale. Ce qui peut se comprendre puisqu’un grand nombre de militants de gauche sont profs ou éducs. De même que taper la psychiatrie, encore un champ de la médecine, tiens donc... Quand on prend la critique de systèmes oppressifs pour des attaques personnelles j’ai envie de dire "Tant mieux !" Parce qu’un système ségrégatif et oppressif comme l’EN n’existe que parce que chaque individu le fait tourner comme il est pour un salaire, comme chaque travailleur fait tourner une usine pour un salaire, comme chaque blouse blanche en psychiatrie fait tourner l’hôpital, le CMP pour un salaire. Parce que c’est nécessaire et sain que chaque individu qui reproduit un système de domination soit blessé par la critique. J’insiste sur "pour un salaire" car si le job des profs/éducs/blouses blanches était aussi altruiste et désintéressé qu’ils le prétendent, ça se saurait. Dans cette société horrible, certaines personnes feraient n’importe quoi pour de l’argent, y compris du mal, beaucoup de mal. Je voulais faire une analogie mais un vieux interne stalinien en HP le disait mieux que moi : "Le système des kapos en psychiatrie, on connaît." Etre d’accord avec un stalinien, moi, considérez ça comme un miracle !...

Miraculeux sera aussi ce jour où les grocervos du scepticisme, du rationalisme, de la zététique commenceront à taper là où ça fait mal. Car leurs critiques superficielles des dérives sectaires, des charlatans en médecine, sur le business de ces derniers et leurs remèdes frauduleux c’est l’équivalent de la critique du capitalisme en mode José Bové ou Attac. Ca vise ce qui dépasse pour que la base reste inchangée, notamment l’État. C’est un combat périphérique. Un combat en vogue chez les fascistes qu’ils dénoncent, avec lesquels ils discutent et ont plus d’une affinité idéologique commune.

Et le business de la médecine tradi infiniment plus gigantesque et à propos duquel ces hooligans aux grocervos ne discutent jamais, on en parle ?

Une autre fois peut-être...

Ciao !

NB : Ce texte est sans copyright, il peut être approprié, retravaillé, envoyé aux vichystes de l’Ordre des Médecins sans citer sa source. A bas la propriété, le pouvoir des médecins et des profs ! Anarchy !


posté le  par Ciao !  Alerter le collectif de modération à propos de la publication de cet article. Imprimer l'article