RSS articles
Français  |  Nederlands

1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10

Fertilité naturelle et reproduction forcée

posté le 28/05/17 par Paola Tabet Mots-clés  féminisme  genre / sexualité  répression / contrôle social 

Paola Tabet

Fertilité naturelle et reproduction forcée

Publié in L’ARRAISONNEMENT DES FEMMES.Essais en anthropologie des sexes
réunis par Nicole-Claude Mathieu (1985)

La reproduction humaine et la fécondité féminine sont souvent invoquées en ethnologie lorsqu’il s’agit d’expliquer, voire de justifier, l’état de subordination des femmes, les inégalités entre les sexes. La façon dont on utilise la fécondité et la reproduction est à la fois simple et significative : en dernière analyse, la position subordonnée des femmes serait due à des « contraintes biologiques, naturelles » pesant sur elles, c’est-à-dire à leur « rôle » dans la procréation. La littérature ethnologique parle couramment aussi de la « fonction » reproductive des femmes comme si cette « fonction » était une donnée d’évidence première, constante dans l’espace et constante dans le temps depuis des milliers d’années.

Une présentation aussi figée et a-problématique de la reproduction (on la rencontre notamment dans les développements sur les rapports entre hommes et femmes), le peu d’intérêt théorique accordé en ethnologie aux concepts permettant de penser la procréation, la place assignée aux faits qui concernent celle-ci (ces fourre-tout descriptifs que sont les « cycles de vie », dont les données émiettées et aléatoires rappellent les vieux ouvrages de folklore), tout concourt à faire apparaître la procréation comme un événement biologique, en quelque sorte extérieur aux rapports sociaux. La société y participerait presque a posteriori, en réintégrant dans le social ces manifestations spontanées du naturel, par le moyen des rituels. En somme, la pensée ethnologique, en renvoyant la reproduction à la nature, d’un côté peut fonder sur celle-ci, de manière plus ou moins complexe et sophistiquée, la domination masculine, et de l’autre aboutit à voiler le caractère historique et social des rapports de reproduction.

Je me propose d’examiner ici la reproduction comme terrain de base des rapports sociaux de sexe.(...)

LIRE LA SUITE DU TEXTE : PDF


posté le  par Paola Tabet  Alerter le collectif de modération à propos de la publication de cet article. Imprimer l'article

Commentaires

Les commentaires de la rubrique ont été suspendus.