RSS artikels
Français  |  Nederlands

Grabuges à l'université - -

gepost op 17/10/13 door chavanne 872 Trefwoorden  répression / contrôle social  économie  histoire / archive 

Bureau Etudiants Administrateurs
<ulb.bea@gmail.com> 16 October 2013 14:37
Reply-To: ulb.bea@gmail.com
To: Etudiants ULB
Reply | Reply to all | Forward | Print | Delete | Show original
Chers étudiants,

Vous aurez sans doute échos via la presse des événements graves qui se sont déroulés ce lundi 14 octobre en rapport avec la réforme de la gouvernance. Nous tenons à vous informer de manière objective des faits et de l’attitude de vos représentants au Conseil d’Administration.

1) Un Conseil d’Administration doit se tenir le lundi 14 octobre à 16h30 et statuer sur la réforme de la gouvernance. Les jours précédents, plusieurs groupes d’étudiants affirment vouloir bloquer la salle du CA. Ce blocage n’est pas soutenu par le Bureau des Étudiants Administrateurs qui veut parlementer en séance, notre position ayant été clairement déclarée auparavant.

2) Le jour du CA, certains (pas TOUS) sont informés par sms que le CA aura lieu à 16h et que le lieu de la réunion est modifié étant donné le blocage de la salle.

3) Apprenant la nouvelle, les bloqueurs se rendent sur l’avenue Franklin Roosevelt et bloquent un bus à destination du nouveau lieu de séance du CA.
Trois étudiants administrateurs étaient montés dans le bus mais à l’arrivée des bloqueurs sont descendus.
Certains administrateurs montent dans le bus qui démarre alors que les bloqueurs sont toujours devant mais il s’arrête finalement sans provoquer d’accident.
Les personnes montées descendent.

4) Un deuxième bus arrive, certaines personnes montent dedans. Les bloqueurs se mettent devant le second bus malgré l’arrivée de la police.

La tension monte et des violences sont commises entre les bloqueurs et les forces de la police.

Aucun EA n’est remonté dans un bus et nous avons demandé aux administrateurs qui s’y trouvaient d’en descendre afin d’arrêter les violences.

5) Certaines personnes descendent du deuxième bus avant que celui ne puisse partir vers le nouveau lieu de tenue du CA, étant donné que les bloqueurs ont été dégagés par la force.

6) Les administrateurs sont prévenus séparément par différents moyens (sms, appels, de vive voix) que le CA se tient dans le centre ville, dans des locaux de la Ville de Bruxelles. Les étudiants administrateurs sont invités à s’y rendre en taxi. Ceux-ci refusent et s’entretiennent entre eux, 2 des leurs arrivant en retard n’ayant pas été prévenus des changements de lieu et d’horaire.

7) Après un débat houleux, les étudiants administrateurs décident de ne pas se rendre au CA au vu de la tournure des événements. Ils demandent à ce que le CA soit reporté. Les autorités disent que cela est impossible et qu’il faut absolument rejoindre le centre ville.

8) Après une concertation avec les représentants du PATGS, les étudiants administrateurs refusent une nouvelle fois de rejoindre le CA. Les autorités admettent qu’il est possible de le postposer mais à une date précédant le 18 octobre afin que les élections puissent avoir lieu en décembre. Nous acceptons que le CA soit reporté à une date précédant le 18 octobre.

9) Nous rejoignons les bloqueurs et leur exposons notre position et attitude. Celles-ci ne sont pas les mêmes, nous rejoignons nos locaux après avoir été hués par les bloqueurs.

10) En réunion de comité extraordinaire:
- Nous refusons que le CA soit avancé à la date du mardi proposée par les autorités et demandons à ce qu’il se tienne le jeudi soir. Cette demande est acceptée.
- Nous répondons par téléphone à des journalistes et élaborons un communiqué de presse résumant nos positions.
- Nous demandons aux autorités académiques de se positionner contre les violences policières.
- Vu l’heure tardive et la fatigue mutuelle, nous levons la séance vers 20h30.

Nous considérons qu’en tant qu’administrateurs de l’ULB, nous avons pris une responsabilité énorme en refusant de rejoindre le Conseil d’Administration qui se tenait au centre-ville. Ceci afin de protester d’une part contre la mascarade orchestrée par les autorités académiques afin que le CA ait lieu et d’autre part contre les violences policières qui se sont déroulées sous nos yeux.
En tant que représentants étudiants, nous considérons avoir défendu les intérêts de l’ensemble des étudiants de l’ULB tandis qu’un groupe minoritaire non démocratiquement élu et non représentatif a empêché le Conseil d’Administration, organe démocratiquement élu, de se tenir.

Merci de s’informer sur cette réforme et ses enjeux et de nous apporter tout commentaire à cette situation.
Pour plus d’informations: bea.ulb.ac.be et notre page facebook

Le Bureau des Étudiants Administrateurs (BEA)

https://www.facebook.com/BEA.ULB
http://bea.ulb.ac.be/

================
Ce mail à la communauté a été autorisé dans le cadre d’un accord relatif à la diffusion d’une "newsletter" aux étudiants conclu entre les autorités de l’Université et le Bureau des étudiants administrateurs.

Tout mail envoyé à l’ensemble de la communauté universitaire doit avoir un caractère institutionnel et nécessite l’accord des autorités de l’Université. La demande doit être adressée à Monique Tavernier, le Secrétaire de l’Université.


gepost op  door chavanne 872  Waarschuw het moderatiecollectief over de publicatie van dit artikel. Artikel afdrukken
Commentaren
  • 17 oktober 2013 19:31, door cbelga

    Bruxelles: des syndicalistes bloquent l’entrée du rectorat de l’ULB

    Rédaction en ligne - http://www.lacapitale.be/836139/

    Une cinquantaine de personnes, selon les organisateurs, bloquent l’entrée du rectorat de l’Université Libre de Bruxelles (ULB) mercredi, de son ouverture jusqu’à sa fermeture, à l’appel de la CGSP et de la CNE pour les employés, indique Olivier Cornelis, président de la section CGSP pour le personnel administratif de l’ULB. Une délégation étudiante s’est jointe aux syndicats.

    Les syndicalistes ont intercepté une note sur les intentions de réforme des ressources humaines. Ils considèrent les propositions faites comme une atteinte aux droits des travailleurs. Ainsi, ils relèvent l’allongement de la période d’essai de 6 mois à une année académique ou le report de l’acquisition définitive du nouveau barème en cas de promotion après une année d’exercice.

    Le diagnostic effectué sur le fonctionnement de l’ULB a permis d’aboutir à la réforme de la gouvernance et à l’identification de problèmes dans la gestion des ressources humaines.

    «La note en cause ne fait partie que d’un travail préparatoire, assure Nicolas Dassonville, porte-parole à l’ULB. La réforme des ressources humaines est loin d’arriver devant le conseil d’administration. (...) Si les syndicats condamnent les violences policières, tout comme l’ULB, ils n’ont pas souhaité se joindre à la réunion des étudiants de l’USE (Union syndicale étudiante) concernant la réforme de la gouvernance».

    Cette discussion avec une délégation étudiante est prévue mercredi à 16h. L’USE a dénoncé des violences policières, lundi, alors qu’ils empêchaient les membres du CA de partir en bus pour tenir leur assemblée hors des murs de l’université.

  • 17 oktober 2013 19:34, door les gouvernants

    ULB-Autorités
    <ulb-autorites@ulb.ac.be> 15 October 2013 00:15
    Reply-To: ulb-autorites@ulb.ac.be
    To: Communauté ULB <nobody@ulb.ac.be>

    Chèr(e) membre de la Communauté universitaire,

    Comme vous le savez, notre Université a entamé en mars 2012 une importante réflexion sur sa gouvernance.

    Ce processus a démarré par un diagnostic de notre institution mettant en lumière les causes des problèmes structurels qui affectent l’Université dans la réalisation de ses missions.

    Fort de ce diagnostic, le Conseil d’administration, à travers l’ensemble des corps, a alors pu travailler à un projet de réforme permettant de résoudre un à un les problèmes identifiés.

    A chaque étape de ce processus, tout membre de la Communauté universitaire a pu avoir accès, en ligne, à la totalité des documents.

    Chacun a également été invité à donner son avis lors de rencontres organisées sur chaque campus et par mail.

    Au terme de ces multiples consultations, le projet de réforme a été approuvé à une très large majorité par le Conseil d’administration du 17 juin dernier.

    Ce lundi 14 octobre, après une nouvelle série de séances d’information à destination de l’ensemble de la Communauté universitaire, qui ont été tenues du 13 au 25 septembre sur les 4 campus, le Conseil d’administration était invité à se prononcer sur la révision des statuts indispensable à la concrétisation de la réforme.

    Une action de blocage, organisée par une cinquantaine d’étudiants non administrateurs, a empêché le Conseil d’administration de se réunir en son lieu habituel et ce malgré toutes les tentatives de négociation.

    Pour permettre la tenue du débat démocratique entre les représentants de tous les corps, nous avons alors tenté d’organiser le transport des administrateurs vers un lieu plus serein.

    Les bus affrétés à cet effet se sont vus bloqués par une poignée de manifestants qui entravaient ainsi la circulation sur l’avenue Roosevelt et provoquèrent l’intervention de la police.

    Nous regrettons vivement qu’une minorité agissante ait pu ainsi empêcher le travail démocratique et prendre en otage toute l’institution à travers son CA.

    Nous condamnons les violences qui ont empêché la tenue d’un débat démocratique auquel les étudiants administrateurs eux-mêmes désiraient prendre part.

    Dans un souci d’apaisement, nous avons décidé de reporter la séance du Conseil d’administration dans les jours à venir.

    Tout au long de ce processus, nous n’avons eu de cesse de consulter toutes les représentations des corps puis la Communauté universitaire dans son ensemble. Celle-ci a d’ailleurs répondu massivement, prouvant ainsi son attachement à l’institution et sa volonté de changement.

    Nous nous efforcerons donc de ne pas trahir la confiance et l’espoir qu’une très large majorité de la Communauté universitaire a placés dans cette réforme.

    Alain DELCHAMBRE
    Président du Conseil d’administration

    Didier VIVIERS
    Recteur

    Martin CASIER
    Vice-Président du Conseil d’administration

    Tout mail envoyé à l’ensemble de la communauté universitaire doit avoir un caractère institutionnel et nécessite l’accord des autorités de l’Université. La demande doit être adressée à Madame Monique Tavernier, secrétaire de l’Université.

  • 17 oktober 2013 22:44, door K

    Prise d’Otage (Mots.Vni): Mots langue de bois, n’appelant plus du tout un chat un chat mais plutôt les chiens de garde du Novlangue à la rescousse afin de redéfinir une situation selon ce qu’elle n’est pas.

    Il est à déplorer que le sieur Delchambre et ses comparses usent d’un tel langage, et à définir ce que vaut la place d’un étudiant "administrateur" et un autre euh, le mot m’échappe... on dit étudiant non-administrateur ou terroriste? Parce qu’il s’agit d’une prise d’otage là !

Waarschuwing commentaren

Reacties zijn bedoeld om de informatie in het artikel aan te vullen, argumenteren, maak dan een onderzoek of vragen om het onderwerp van de bijdrage. De persoonlijke adviezen dat er niets meer in het artikel niet kan worden beschouwd als een discussieforum niet voldoet aan de pre-cités.Tout commentaar doelstellingen niet voldoen aan deze doelstellingen, of in strijd met het redactionele regels worden definitief verwijderd Site .

Verbinding naar het redactionele beleid van het collectief

Les commentaires des articles trop anciens sont fermés, et ceci pour limiter les attaques de spam.