RSS articles
Français  |  Nederlands

Gueule de bois électorale. (Texte écrit avant le rassemblement contre MLP)

posté le 02/06/14 par clio Mots-clés  réflexion / analyse 

C’est une sacré gueule de bois que je ne digère pas, d’ailleurs je crois que c’est pour ça que j’ai besoin de boire encore tellement elle est sévère.

Si je ne crois absolument pas que les élections puissent supprimer le capitalisme et les différentes formes de domination, je ne crois pas non plus que les résultats électoraux n’ont aucune incidence. Ils en ont.

Et les résultats sont gerbants.

Si certain-e-s se félicitent de l’arrivée du PTB, non le “go” n’est pas d’application puisque les élu-e-s sont tous du PTB ce qui avait été délibérément organisé pour arriver à ce résultat, le prix à payer est fort lourd.

Regardons les résultats, la gauche gouvernementale perd, Ecolo particulièrement, et la droite se renforce également en terme de sièges. L’arrivée du PTB ne change absolument rien vis à vis du renforcement de la droite et une perte de la gauche gouvernementale.

A Liège, si on totalise les votes de tous les partis d’extrême droite ensemble, on arrive au résultat de 11,49%.

Et les programmes n’avaient rien de folichon, la plupart des propositions n’étaient que du fiscalisme, de l’emploisme. Peu de points basés sur le travail, les cotisations sociales, bref sur le socialisme.
Même dans le fiscalisme, il n’y eut que peu de radicalité. Quid d’une taxation sur la mécanisation des moyens de production pour la sécurité sociale ? Quid des taxations sur les revenus du capital ? Quid des taxations sur les revenus du logement ? Quid de l’annulation des dettes de ménage ?

Face à cet échec, je ne vois que d’un côté une joie déplacée tellement la situation est grave, de l’autre côté une déresponsabilisation sur le vote électronique (qui est une véritable sâleté certes) ou sur les abstentionnistes. (Alors que l’utilisation des résultats de l’abstention pour expliquer le résultat du Front National français est faux. Et je le cite en trois sources à la fin de cette gueulante.)

Loin de se remettre en question, elle cherche des coupables qui permettrait, selon elle, de se dédouaner, elle utilise ce mépris paternaliste, ce moralisme culpabilisateur envers ceux et celles qui n’ont pas été voté ; cette gauche qui ne met pas réellement en question le refus de plus en plus marqué et vaste pour le système représentatif. Pas un seul pour exprimer un manque de légitimité de ce système vu le rejet massif qu’il reçoit.
Bref, je ne me perdrais pas trop sur l’abstentionnisme car je risque d’être virulent tellement je suis déçu de la réaction de certains et certaines.

Pour les européennes, le tribut également aussi est très lourd. Les partis d’extrêmes droites augmentent, des partis qui ne sont pas considérés comme d’extrême droite mais ayant des politiques proches, voir similaire augmentent également (je pense particulièrement au parti de Viktor Orban, une des grandes forces dans le groupe parlementaire réunissant les centristes chrétiens, mais également la NVA qui augmente en nombre de siège grâce également au passage de nombreux transfuges du VB dans ses rangs.)

Non, l’heure n’est pas à la joie. Loin de là, ces législations vont être dures et je n’ai jamais cru dans la stratégie du pire, ni que l’augmentation de la précarité est véritablement un moteur qui tient pour le mouvement social. (4)

Ce dernier a bien du travail devant lui, il est vraiment temps d’analyser ce qu’il s’est déroulé, de travailler à des stratégies face aux changements qui sont présents et prendre les dispositions pour agir. Car c’est du mouvement social qu’arrivera les changements, la réappropriation collective de nos autonomies et la suppression des forces d’exploitations et d’oppressions.

Déjà aujourd’hui, je serais au rassemblement contre Marine Lepen, tout en n’oubliant pas que mon ennemie est le capitalisme et les dominations, quels que soient ses visages.

Source 1 :http://www.monde-diplomatique.fr/2014/05/BRACONNIER/50381
Source 2 : http://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2014/05/26/peut-on-relativiser-le-score-du-fn_4426060_4355770.html
Source 3 : https://www.facebook.com/photo.php?fbid=569880969794573&set=pcb.569881079794562&type=1&theater
Source 4 : http://fr.myeurop.info/2014/04/10/societe-civile-hongroise-vaincue-orban-13613


posté le  par clio  Alerter le collectif de modération à propos de la publication de cet article. Imprimer l'article
Commentaires
  • 2 juin 2014 10:41

    La montée de l’extrême droite prêtte à plusieurs pièges difficiles à éviter en même temps :

    - L’opposer au système de la démocratie en place et aux partis dits "de gouvernement", laver la légitimité du système dans le bain de son indignation, se ruer sur l’épouvantail, réélire Chirac.

    - Mépriser ceux qui ont voté pour les partis d’extrême droite au nom de préjugés de classes ou d’un certain racisme de l’intelligence sans analyser dans quel piège ils sont eux-mêmes tombés pour des raisons souvent diverses et de classes ; participer donc à l’amplification des divisions qui neutralisent la lutte au nom de l’antiracisme et mépriser l’expression des gens au nom de la défense de la démocratie.

    - Se contenter du combat contre cette représentation politicienne de l’extrême droite facile à combattre, puisque relativement innofensive au sein d’institutions qui l’instrumentalisent et font mine de la condamner, pour nourrir sa bonne conscience antifasciste en négligeant des luttes plus complexes où les idées fascistes sont tout autant en jeu, manifester avec la bénédiction des bourgmestres verreux.

    - Sous-estimer l’importance de la montée de ces partis d’extrême droite sous pretexte qu’ils ne seraient que les instruments du capital. L’illusion même qu’ils génèrent ne peut malheureusement pas être négligée et a des effets graves, profonds et peut-être irreversibles sur l’ensemble du champ politique.

    - Plaquer sur l’éléction de ces partis le filtre historique de l’apocalypse national de 1940 dont la démocratie pourrait sortir régénérée au terme d’une lutte héroïque, se fantasmer en maquisard du futur plutôt que de regarder le réél.

    Liste ouverte... dont on ne saurait certes tirer une ligne de conduite impeccable et flatteuse mais au moins peut-être s’inspirer pour une forme de prudence personnelle face à ce qui vient.

  • 16 juin 2014 12:55, par Vieux Sympathisant de la Gauche communiste internationaliste

    « - Sous-estimer l’importance de la montée de ces partis d’extrême droite sous prétexte qu’ils ne seraient que les instruments du capital. L’illusion même qu’ils génèrent ne peut malheureusement pas être négligée et a des effets graves, profonds et peut-être irreversibles sur l’ensemble du champ politique. »

    Par rapport à cette affirmation de 10h41, j’aimerais savoir de quoi il parle ; l’illusion générée par l’extrême-Droite ne peut que se dissiper, cette fraction du Capital n’ayant de toute façon aucunement vocation à se retrouver au pouvoir : elle n’a pas de programme viable pour la bourgeoisie ! Par conséquent, son rôle n’est que de récupérer les mécontents en les faisant voter, ce qui est la base de l’illusion démocratique, et son rôle s’arrête là.

    Alors quels sont les « effets graves, profonds et peut-être irréversibles sur l’ensemble du champ politique » dont il nous parle, je ne vois pas bien. Que des vieux staliniens votent pour l’extrême-Droite, par exemple ? La belle affaire ! Comme si les staliniens avaient jamais été autre chose que des contre-révolutionnaires fieffés…

Avertissement

Les commentaires ont pour objectif de compléter l’information donnée dans l’article, argumenter, apporter une interrogation ou un questionnement par rapport au sujet de la contribution. Les avis personnels qui n’apportent rien de plus à l’article pourront être considérés comme discussion de forum ne répondant pas aux objectifs pré-cités.Tout commentaire ne répondant pas à ces objectifs, ou étant contraire aux règles éditoriales sera supprimé définitivement du site.

Lien vers la politique éditoriale du collectif

Les commentaires des articles trop anciens sont fermés, et ceci pour limiter les attaques de spam.