RSS articles
Français  |  Nederlands

“Inch’Allah”, ou l’islamophobie cachée derrière une "enquête"

posté le 25/11/18 Mots-clés  antifa  médias 

Dans un Hexagone où l’islam détient la palme des controverses passionnelles depuis plus de dix ans, exacerbées par le traitement sensationnaliste que lui réserve le microcosme médiatique sous influence, il paraît difficile de croire que son analyse puisse être totalement objective et échapper au prisme d’anecdotes tendancieuses, voire anxiogènes, même quand deux grands reporters du Monde assurent du contraire…

Gérard Davet et Fabrice Lhomme viennent à peine d’entamer le marathon promotionnel de leur dernier livre « Inch’Allah » (un titre évocateur… et pas de leur probité intellectuelle), que déjà les conclusions pour le moins hâtives de leur enquête sur « l’islamisation de la Seine-Saint-Denis » cristallisent de vifs mécontentements, teintés d’indignation, notamment de la part de la Direction départementale de la police.

Mis en exergue dans la préface de leur ouvrage, le « barbecue islamiste », un intitulé choc plus racoleur qu’alléchant, révèle que l’islamisation est à ce point galopante dans le 93 qu’elle s’est invitée au barbecue annuel de la police judiciaire du département (SDPJ93), dans la ville de Vaujours.

Après avoir enquêté en immersion dans on ne sait quel « méchoui », aux fort relents islamophobes, les deux fins limiers du Monde prétendent qu’une « dizaine de fonctionnaires de police, tous de religion musulmane, aurait réclamé de la viande halal. Puis cherché à éviter le contact avec les femmes chargées du service ».

Mais c’était sans compter le démenti cinglant que leur oppose, aujourd’hui, la direction courroucée de la SDPJ93. Dans leur communiqué, ses responsables réfutent en bloc les assertions fallacieuses des deux journalistes et affirment qu’« aucun personnel féminin de ce service ne subit une quelconque forme d’islamisation et aucun fonctionnaire du SDPJ93 n’est islamisé ou radicalisé ». Et d’enfoncer le clou : « lors des événements festifs, nous n’avons jamais rencontré de difficultés de comportement laissant penser à une islamisation ou radicalisation d’enquêteurs du SDPJ93 ».

Très critique également envers les auteurs d’ « Inch’Allah », dépourvus à ses yeux de la moindre « éthique professionnelle », ce qui est particulièrement navrant de la part de deux pointures du Monde, Véronique Deker, directrice d’école en Seine-Saint-Denis, leur reproche vertement leurs méthodes peu rigoureuses, pour ne pas dire franchement malhonnêtes à son égard.

Il reste à souhaiter que leur brûlot qui, malheureusement, contient tous les ingrédients nocifs d’un succès de librairie, ne ravive pas le brasier incandescent de la haine, Inch’Allah !

Voici, en substance, ce que Véronique Decker a écrit sur Facebook le 17 octobre :

“A propos d’Inch’Allah. J’ai été interviewée par de jeunes journalistes il y a quelques mois, je n’ai pas été informée du projet du livre, je n’ai pas eu les passages me concernant à relire et je n’ai pas reçu le bouquin : j’ai dû réclamer ce matin pour recevoir au moins les photos des pages me concernant. Hélas, le projet du livre qui ne m’a jamais été présenté est assez ouvertement islamophobe, et les anecdotes que je raconte sont compressées et donnent l’impression que je passe ma vie à combattre des militants religieux, ce qui n’est pas le cas, même si cela m’arrive de temps en temps (par ailleurs tous ne sont pas musulmans, il m’arrive de m’opposer à d’autres revendications d’autres religions…) “.


posté le Alerter le collectif de modération à propos de la publication de cet article. Imprimer l'article
Liste des documents liés à la contribution
islamophobie-2.j(...).jpg


Commentaires

Les commentaires de la rubrique ont été suspendus.